Fillon : le prévisible chemin de croix.

Qu’est-ce qui attend François Fillon, et par conséquent la France à moins de trois mois du premier tour de l’élection présidentielle ? Le candidat de la droite et son épouse sont-ils « coupables » de ce dont désormais la clameur les accable ? L’affaire est apparemment simple et chacun, en fonction de ses intérêts politiques a maintenant un avis tranché. Pour ceux qui rêvent d’une restauration de la droite classique après l’horrible épisode Hollandien, et qui, par un vote de classe, ont choisi à la primaire un homme qui leur ressemble,  « le couple Fillon est blanc comme neige ». Pour ceux qui, avec Pierre Bergé, George Soros, Jacques Attali, Joffrin, Cohn-Bendit et tous les autres rêvent d’une présidence Macron qui permettrait de ne surtout rien changer : « François Fillon a l’âme noire, il est indigne de diriger la France ».

Trois imprudences

Concernant les faits eux-mêmes tels qu’ils nous sont présentés, j’aurais tendance à considérer concernant l’emploi d’attaché parlementaire, que députés et sénateurs devraient être libres d’organiser leur travail comme ils l’entendent avec les moyens qui leur sont fournis et que les interventions permanentes du juge judiciaire dans le fonctionnement du parlement sont autant d’atteintes à la séparation des pouvoirs. En revanche, l’affaire de l’emploi de Pénélope Fillon à la Revue des Deux Mondes, au-delà des qualifications juridiques meurtrières qui risquent de tomber, est beaucoup plus gênante et très déplaisante. Elle est le symbole d’un capitalisme de connivence, devenu insupportable.

Et puis François Fillon s’est mis lui-même dans la seringue avec ses trois énormes imprudences. Tout d’abord en faisant adopter à son épouse des comportements politiquement difficilement défendables. Ensuite en se livrant à la dénonciation déshonorante de Nicolas Sarkozy auprès du pouvoir socialiste. Enfin avec cette phrase épouvantable : « imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ? » Proférée il faut le rappeler, quand il était en perdition dans les sondages de la primaire.

L’innocence ne protège de rien

Mais la question que l’on va se poser face à la catastrophe politique qui frappe le candidat de la droite, ce n’est pas de savoir s’il est pénalement coupable de quelque chose, question à laquelle il ne sera pas répondu avant fort longtemps et pour l’instant dénuée d’intérêt pratique. Mais d’imaginer ce qui va se passer dans les jours et les semaines qui viennent. En rappelant les règles du cirque politico-judiciaire : il ne faut pas faire confiance à la Justice, et l’innocence ne protège de rien. Et ceux qui disent le contraire profèrent un pieux mensonge. Il ne faut pas faire confiance à la Justice, parce que l’organisation de l’institution repose précisément sur la défiance vis-à-vis de l’Homme magistrat. Toutes les règles dont il faut sans relâche demander le respect ne sont là que pour compenser le fait que celui qui va juger est un homme (ou une femme) comme les autres, c’est-à-dire faillible. Et l’innocence ne protège de rien par ce que cette Justice est aussi un enjeu, et son utilisation à des fins politiques à un niveau rarement vu, est un des traits caractéristiques de ce quinquennat qui s’achève. Face à cette dérive, le respect des principes, l’innocence ou l’honneur d’un homme ne pèsent pas grand-chose.

Évidemment, même s’il n’est pas idéalement placé pour le faire, François Fillon a beau jeu de hurler au complot, car c’en est un, et de longue main. Déroulons le scénario. Des informations concernant la situation de Pénélope Fillon dont certaines étaient connues depuis longtemps. La connaissance de l’emploi à la Revue des Deux Mondes nécessitait en revanche des informations administratives qui ne sont pas accessibles à tout le monde. Le moment choisi, à trois mois du premier tour de la présidentielle, met la droite républicaine dans une situation inextricable. Il faut donc se tourner vers l’exécutif qui face à la catastrophe de la primaire socialiste envoie de plus en plus de signes d’un soutien empressé à Emmanuel Macron. Avec un deuxième acteur essentiel, la presse spécialisée dans l’envoi de ce genre de missiles. Dûment informée, elle a fait ce que l’on attendait d’elle.

Et puis il y a le « Parquet Financier », instance créée dans l’émotion de l’affaire Cahuzac, dont la direction a été donnée à des gens de confiance, et qui a manifesté pendant quatre ans un zèle sans faille à l’encontre de Nicolas Sarkozy. Cette institution sous contrôle hiérarchique direct du ministre de la justice a « ouvert » une enquête préliminaire quelques heures après la publication du Canard enchaîné. Première observation, pour qui connaît un peu fonctionnement de la machine judiciaire, il semble impossible que cette initiative ait été prise sans concertation préalable au moins avec la place Vendôme et plus probablement avec l’Élysée. Et sans que le plus haut niveau de l’exécutif ait donné soit son accord, soit carrément des consignes. Deuxièmement, la célérité avec laquelle se sont déclenchées les investigations : perquisition dès le lendemain, auditions le surlendemain, implique évidemment une préparation bien antérieure à l’article du Canard enchaîné. Tous les regards devraient se tourner vers celui que la rumeur nous présente depuis le début du quinquennat comme le patron du cabinet noir de l’Élysée Stéphane le Foll le rival sarthois de François Fillon. Rien pour l’instant ne permet de l’affirmer, on se contentera donc de quelques déductions face à des évidences. Ajoutons à celles-ci, la misérable opération déclenchée contre Rachida Dati. Qui présente plusieurs caractéristiques, au-delà de son charisme et de son talent, celle d’exaspérer l’establishment qu’il soit de droite ou de gauche. Comme elle dispose en plus d’un incontestable courage dans l’expression de ses désaccords, elle n’a pas envoyé dire à François Fillon ce qu’elle pensait de sa façon de traiter les amis de Nicolas Sarkozy dans la campagne. Elle est donc accusée par les gazettes, bouc émissaire d’une minable opération de diversion, d’être à l’origine de l’opération. On répondra qu’elle n’a jamais siégé à l’Assemblée Nationale, et que l’on ne voit pas comment elle aurait pu accéder à la comptabilité de la société éditrice de la Revue des Deux Mondes. Ce qui n’a pas empêché, à droite, ceux qui n’ont jamais accepté Rachida Dati pour des raisons inavouables, de se jeter sur cet écran de fumée. Plutôt que de dénoncer les vrais organisateurs et mener le bon combat.

S’il est élu, François Fillon sera immunisé. Pénélope non…

Sans mesurer peut-être aussi que la restauration dont ils rêvent a peut-être pas mal de plomb dans l’aile. François Fillon, qui a aussi dû se faire expliquer par ses fils enfin devenus avocats, ce qu’était le temps judiciaire, a dit qu’il se retirerait s’il était mis en examen. Il sait très bien que le parquet n’aura pas le temps, avant le premier tour de la présidentielle de demander l’ouverture d’une information judiciaire menée par un juge d’instruction qui aurait cette compétence. En revanche, le cirque médiatico-judiciaire a commencé, et toutes les péripéties habituelles vont pourrir la campagne. On a déjà eu une première perquisition, et l’audition de témoins de l’accusation. Vont probablement suivre des gardes à vue, des confrontations, etc. etc. Et bien évidemment et comme d’habitude les gazettes amies seront immédiatement informées, alimentées, et les auditions, interrogatoires, transcriptions d’écoutes téléphoniques, dûment manipulés seront publiés. Avec l’effet qu’on imagine à chaque fois. Le parquet financier, tout à son zèle peut également nous offrir une citation directe en correctionnelle, ce qui voudrait dire que l’affaire pourrait être jugée sans passer par la case information judiciaire (instruction). Imaginons une citation à comparaître délivrée aux époux Fillon le jeudi précédent le premier tour pour une audience au mois d’octobre. Si François Fillon était quand même élu, il bénéficierait de l’immunité, mais pas son épouse. Charmante façon de commencer un quinquennat et bonjour l’autorité du nouveau Président.

Comment en est-on arrivé là, à placer la France dans une telle situation politique ? Un quinquennat socialiste catastrophe, une primaire de la la droite veritable dévoiement démocratique avec le choix d’un mauvais candidat désormais plus que fragile, un pouvoir aux abois, s’autorisant des méthodes barbouzardes et des manipulations indignes pour adouber un freluquet inconsistant et sauver ses petits meubles. Et tout cela au profit du Front National qui n’a même plus besoin de faire campagne.

Le fumet qui se dégage de cette marmite, devient carrément méphitique.

29 Comments

  1. A son arrivée… Il donnera l’ordre au parquet de classer l’affaire… Concernant sa femme… Classique

  2. L’analyse juridique me paraît juste d’autant qu’elle émane d’un éminent spécialiste. Cela étant, et je l’ai écrit par ailleurs, F. Hollande n’est assurément pas aussi machiavélique que vous le prétendez. En revanche j’observe que si Macron était élu président, la Banque Rostchild placerait un des siens pour la seconde fois en 50 ans à la tête de l’Etat. Le score de l’ENA serait en passe d’être battu.

  3. ‘… députés et sénateurs devraient être libres d’organiser leur travail comme ils l’entendent avec les moyens qui leur sont fournis et que les interventions permanentes du juge judiciaire dans le fonctionnement du parlement sont autant d’atteintes à la séparation des pouvoirs.’ Les chômeurs sont contrôlés, pourquoi les députés et les sénateurs ne le seraient pas ? Y’a bien qu’en France où on considère que les gens d’en haut doivent être intouchables. Il faut dire que c’est un monsieur ‘de’ qui a signé l’article. Ceci explique peut-être cela … En Suède, un ministre a perdu son poste parce qu’elle avait acheté deux barres de Toblérone avec sa carte professionnelle. Or, la Suède n’est pas une dictature à ce que je sache.

  4. L’innocence n’a rien à voir dans cette affaire.,Le député Fillon s’est servi sur les deniers publics, le sénateur Fillon a agi de la même manière dans une autre affaire. Aucune retenue, aucune décence et quelle sortise dans ses arguments. Une épouse qui au gré des vents est présentée comme sa collaboratrice de tous les instants, ou au contraire une femme au foyer qu’il faudrait laisser en dehors de tout ça. Niaiseries, incohérence, escroqueries en tout genre. Non Macron n’esr pas un freluquet c’est un homme intelligent porteur d’un projet qui vaut mieux que les petites combines et la comptabilité « chrétienne » de son concurrent empêtré dans ses mensonges et son idiotie. Rien ne nous est épargné dans cette mascarade, main sur le coeur, voix chevrotante, on est rarement tombé si bas : il est évident que ce pauvre diable ne sera jamais président.

    • Imaginez-vous un instant ce freluquet chef des armées ? Accueillant à bras ouverts tous les flux de migrants, puisqu’il a félicité l’Allemagne de l’avoir fait ? Et au fait, vous parlez d’un projet ? mais où est-il s’il vous plaît ? Il paraît qu’il est en train de l’écrire, sous l’emprise de ses nouveaux soutiens socialistes. Et quels députés pour le mettre en place ? Ah oui, il est en train de les recruter par Internet. Mon neveu de 20 ans et ma grand-mère viennent de postuler ! La création médiatique Macron va s’effondrer tôt ou tard, quand les Français se rendront compte qu’on parle du prochain président de la République d’un pays en crise socialiste aigüe et en état d’urgence terroriste. Et toute cette cabale ne va profiter qu’à Marine Le Pen. Merci de priver le tiers des Français d’une élection présidentielle sereine, axée sur le fond des sujets. Car F. Fillon a commis l’irréparable : il est seul candidat à avoir un projet et une probable majorité pour l’appliquer.

      • Le projet de Fillon est essentiellement comptable : casser la protection sociale, diminuer le nombre de fonctionnaires. Il demande des efforts et se comporte comme un voyou.
        Macron a une vision d’avenir basée sur les nouvelles technologies, le numérique, l’écologie : il encourage les Français à créer de nouvelles richesses.
        Les élections serviront à les départager. MLP n’a aucune réserve de voix mais pourrait l’emporter face à un Fillon qui apparaît comme un fantoche, l’ex-chambellan indélicat de Sarkozy. Personnellement, je n’en serais pas surpris.
        Que le meilleur gagne!

    • Ce commentaire ne manque pas de cohérence, mais ne nous dit pas quel candidat est intègre et veut réellement être au service de ses concitoyens. Autrefois j’ai cru dans Raymond Barre…M. Macron ne m’inspire pas confiance et je crains de voir en lui le candidat du moindre mal, le moins dangereux.

    • Bien analysé. CQFD…. bravo, je suis totalement de votre avis… et si « boule puante » il y a , je ne serai pas surpris qu’elle vienne de son propre camp. Sans parti pris, Hollande n’aura pas été un président hors normes mais il faut lui laisser le fait d’avoir hérité d’un pays en faillite et d’avoir fait du mieux qu’il pouvait. D’autre part, la réponse du berger à la bergère, pourquoi la droite ne lancerait-elle pas de boules puantes? Peut-être n’en a-t-elle pas trouvé ?

  5. > La connaissance de l’emploi à la Revue des Deux Mondes nécessitait en
    > revanche des informations administratives qui ne sont pas accessibles à
    > tout le monde

    Il me semble avoir lu au contraire que cette info était déjà publique, dans la déclaration de patrimoine de François Fillon je crois.

  6. « S’il est élu, François Fillon sera immunisé. Pénélope non… »

    Elle n’aurait donc pas travaillé ?

  7. L’attaque envers le couple, qui n’a rien vu venir est aussi soudaine qu’habile. Elle a dû être murement réfléchie et touche à l’usage même de la démocratie, car les faits n’étaient pas dissimulés, datent de plus de 5 ans et ressortent aujourd’hui dans le bon tempo du fin fond du cloaque. Le but étant d’une évidence qui saute aux yeux, celui de discréditer la campagne de la droite, ce qui ouvre, n’en doutons pas, une voie royale à Marine le Pen, certes, à qui on a découvert aussi quelques casseroles et à Emmanuel Macron qui, tout en étant accusé de détournement de fond public au profit de sa campagne, ne fait curieusement pas l’objet de tels sollicitudes « préliminaires » de la part de la justice. La gauche elle, innocente et virginale, se fait discrète et compte les coups… L’espoir renaît, l’horizon s’éclaircit, le « rasons gratis » aussi…
    Le mal est fait et il sera difficile d’en effacer les traces. Le temps n’est plus où un président de la République pouvait loger sa maitresse et leur enfant commun dans un palais au frais du contribuable en toute impunité avec une protection « gendarmesque » à la hauteur et des écoutes téléphoniques censées protéger un secret d’Etat qui n’était qu’un secret d’alcôve.
    Quelle que soit l’issue de la Penelopegate, la porte s’est refermée sur le pied du chrétien, le mal est fait, la messe est dite, même si, pénalement, les faits établis ou non sont prescrits, puisqu’ils ne peuvent être jugés que pendant trois ans. Sauf si la justice prouvait que les faits ont été volontairement dissimulés alors la date prise en compte serait celle de la révélation des faits par le Canard enchainé, soit le mois de janvier 2017, comme l’explique Bruno Dondero, professeur de droit à l’Université Paris I, sur son blog. Tous les espoirs sont donc permis pour ceux qui font passer le principe de culpabilité avant celui de l’innocence.
    Fillon ou la malédiction du saint Esprit http://www.athena-vostok.com/fillon-ou-la-malediction-du-saint-esprit

  8. Comment on en est arrivé là ?

    Avec de tels dirigeants, de telles pratiques, et de telles instituons.

    La crise politique ne date pas d’aujourd’hui (en 1995 Jacques Chirac a été le premier président de la république à être élu SANS avoir la majorité des votants au SECOND tour !)

    Y’en a un petit peu ras le bol de toujours déculpabiliser les responsables politiques.

    M Fillon a tout au long de sa carrière cumulé des mandats et des fonctions impossible à honorer correctement, en distribuant à sa famille toutes les sommes qui sont normalement allouées à employer des gens pour l’aider à réaliser ces missions, tout en menant apparemment des activités rémunératrices parallèles, sans avoir le moindre sentiment , comme vous apparemment, d’être dans une situation complètement anormale.

    Comment on en est arrivé là ?

    Avec de tels dirigeants, de telles pratiques, et de telles instituons.

    La crise politique ne date pas d’aujourd’hui (en 1995 Jacques Chirac a été le premier président de la république à être élu SANS avoir la majorité des votants au SECOND tour !)

    Y’en a un petit peu ras le bol de toujours déculpabiliser les responsables politiques.

    M Fillon a tout au long de sa carrière cumulé des mandats et des fonctions impossible à honorer correctement, en distribuant à sa famille toutes les sommes qui sont normalement allouées à employer des gens pour l’aider à réaliser ces missions, tout en menant apparemment des activités rémunératrices parallèles, sans avoir le moindre sentiment , comme vous apparemment, d’être dans une situation complètement anormale.

    C’est avec ce type d’individu et leurs pratiques du siècle dernier qu’on en est arrivé là, y a pas à chercher d’excuse !

  9. Comment on en est arrivé là ?

    Avec de tels dirigeants, de telles pratiques, et de telles instituons.

    La crise politique ne date pas d’aujourd’hui (en 1995 Jacques Chirac a été le premier président de la république à être élu SANS avoir la majorité des votants au SECOND tour !)

    Y’en a un petit peu ras le bol de toujours déculpabiliser les responsables politiques.

    M Fillon a tout au long de sa carrière cumulé des mandats et des fonctions impossible à honorer correctement, en distribuant à sa famille toutes les sommes qui sont normalement allouées à employer des gens pour l’aider à réaliser ces missions, tout en menant apparemment des activités rémunératrices parallèles, sans avoir le moindre sentiment , comme vous apparemment, d’être dans une situation complètement anormale.

    C’est avec ce type d’individu et leurs pratiques du siècle dernier qu’on en est arrivé là, y a pas à chercher d’excuse !

    (y a un bug dans la première version, j’essaye une autre fois)

  10. Quel acharnement. Aucun politique n’est blanc/bleu, mais à 2 mois de la présidentielle, on tire à boulets rouges sur Filon, « pousse-toi que j’m’y mette ». Toute cette guerre en col blancs me donne envie de vomir. On avait peut-être une bonne chance de redevenir grands, avec Fillon. On va la louper!

  11. Si sa culotte avait été propre ca ne sentirait pas aussi mauvais et Mr Propre serait resté l;homme immaculé qu’il prétendait être… Mme Fillon était elle si pauvre qu’elle avait besoin de faire des ménages a 12900 € par mois , (7900 + 5000) Ces gens la n’en ont JAMAIS assez, !…. le boomerang revient… ces boules puantes sont lamentables, certes, mais ca devait arriver… je ne les plaindrais point…. que justice passe … et sévere si possible.. pour ceux qui doivent montrer l’exemple…

  12. Une question de droit au spécialiste que vous êtes mais je crains que vous n’ayez guère le loisir de répondre, dans cette avalanche de commentaires. J’ai lu votre article de Causeur et un argument va à l’encontre de mon point de vue naïf : vous trouvez exagérée l’intervention de la Justice dans l’utilisation des indemnités parlementaires, au nom de la séparation des pouvoir, mais vous trouvez plus gênant un emploi fictif dans une entreprise privée (La Revue des deux mondes). Je penserais le contraire : dans notre monde libéral-libertaire un entrepreneur peut bien employer qui il veut à ne rien faire … sauf, évidemment, s’il vit de subventions, auquel cas il doit exhiber un budget à ses mécènes. Dans l’état actuel des informations, je comprends mal la perquisition à la Revue. Bien cordialement.

  13. Je suis militante LR ! j’ai ma carte du parti LR pour dire STOP à cette gauche destructrice,incohérente,perverse et illusionniste ! Je suis engagée pour la réussite de François Fillon ! Je crois,nous croyons en LUI ! point. Soutenons-le,car c’est NOTRE FUTUR PRESIDENT DE LA REPUBLIQUE !!! Notre futur tout court.point. Monsieur François Fillon dérange, et à ce titre la Théorie du Complot est en marche !!! (un grand classique de déstabilisation là aussi,non ?! oui.) Pouvons-nous faire les comptes pour le PS svp ???! La mémoire est sélective ? MAIS surtout COURTE.

  14. La France ne mérite pas de faire partie de l’élite mondiale et il est urgent de la précipiter dans un état de faillite dramatique, digne de la Grèce. Le redressement n’étant plus possible, il faut élire le plus incompétent des candidats potentiels à savoir Mlle Artaud… Si, si… Eventuellement Rama Yade.
    Même pas Hamon ou Mélenchon… Ce serait leur donner trop d’honneur.

Laisser un commentaire