Trump n’est pas un imbécile, oh non !

 Trump obama

L’attitude des médias français vis-à-vis des élections présidentielles américaines a été à l’image de celle des forces politiques : grotesque.

Une personnalisation bizarre des enjeux d’un épisode démocratique de la première puissance du monde qui a masqué ce qui se passait en réalité, la nature des contradictions politiques qui travaillent la société américaine, et la stupéfaction face à l’élection d’un saltimbanque transgressif qui était tout sauf l’imbécile que le mainstream a décrit.

Toutes les impostures intellectuelles, journalistiques, médiatiques et politiques se sont mobilisées autour de trois attitudes :

  • adoration sans mesure de Barack Obama, essentiellement à cause de l’élection d’un « noir » à la présidence des États-Unis, ce qui était effectivement un événement considérable. Mais cette vénération interdisait toute critique d’un double mandat marqué quand même par des résultats très contradictoires. La séduction et le charisme du personnage ont tout emporté, dans les milieux où la jobardise et le provincialisme pro américain règnent en maître. Critiquer l’artiste était blasphème. Et le rouquin servait évidemment de repoussoir. L’élection de Donald Trump est pourtant sa défaite.
  • Adoration elle aussi sans mesure d’Hillary Clinton, alors qu’un simple grattage du vernis, même de France, permettait de voir à qui on avait affaire. Une personnalité politique assoiffée de pouvoir et d’argent, sans scrupule ni principe. Cette adoration qui a pris des formes compulsives a empêché de voir que la candidate démocrate soutenue bec et ongles par l’oligarchie financière, et excusez du peu l’Arabie Saoudite n’accomplissait dans sa campagne qu’une marche à la défaite. Les groupies françaises n’ont vu aucun inconvénient ou ne se sont pas rendues compte du caractère hallucinant de partialité du déroulement de la campagne dans les médias. La diabolisation de Trump permettait de tout faire passer. Les autorités politiques de notre pays, y compris par l’intermédiaire de l’ambassadeur de France en exercice se sont ingérés sans vergogne pour prendre une superbe gamelle. Qui les a laissés à terre, totalement stupéfaits.
  • La détestation ridicule de celui qui sera le président des États-Unis régulièrement élu pour quatre ans a amené les « élites » à nourrir tous les fantasmes, sur un renversement des grands électeurs, des recomptages qui a l’exemple de l’élection de 2000 auraient permis à la Cour Suprême d’invalider le choix populaire, voire jusqu’à l’assassinat du vilain avant son intronisation. La palme revenant à la presse de la fausse gauche oligarchique : l’Obs et Libération. Depuis Sun Tsu, on sait que sous-estimer l’adversaire est la pire des fautes.

À quelques jours du passage de témoin entre Obama et Trump, les belles âmes éplorées encensent le président sortant, ses beaux discours, ses larmes, sa femme et ses enfants impeccables et continuent à insulter le repoussoir en le traitant de crétin et d’imbécile. Concernant le bilan, certaines bouches commencent à s’ouvrir sur de violentes critiques, auxquelles répondent des concerts de louanges aussi excessifs. Chacun s’exprimant à partir de son positionnement politique, l’objectivité est bien sûre absente et cela est d’un intérêt très relatif. Les mandats de Barack Obama sont désormais un objet historique, laissons les spécialistes s’en occuper.

À propos de spécialistes, nous avions mis en ligne quelque temps avant le scrutin du 8 novembre une interview de notre expert préféré pour les États-Unis, Shibel Elsabeh qui avait clairement exposé les enjeux, en particulier économiques et stratégiques de cette élection.

Nous lui avons demandé de nous éclairer à nouveau sur les raisons de ce qui était avant tout la défaite d’Hillary Clinton. Sur la mobilisation de Trump et de ses équipes avant même le 20 janvier, ce qui est très inhabituel, et ce qu’il est possible de prévoir de ce que sera la stratégie américaine dans les mois à venir.

Donald Trump n’a pas été élu par hasard, ce n’est sûrement pas un imbécile. Écoutons Shibel Elsabeh, c’est beaucoup plus intéressant que Meryl Streep.

 SHIBEL ELSABEH interrogé par CYRIAQUE DE CASTELNAU

Soundcloud

 

Un Commentaire

  1. Un article si mal écrit ne peut pas être crédible…un poil complotiste, tout ce que j’aime !

    Qu’on se le dise, ce Trump est un crétin, un absolu fini crétin et le résultat de la crétinerie ambiante du monde, loin de la culture, des livres, de la morale.

    Définitivement un gros débile, sans aucune commune mesure. Oh après tout c’est bien, ca va nous faire rire. Non moi je dis pourquoi pas !

Laisser un commentaire