Des effets pervers du rhum arrangé

 

 

« François Fillon a déposé plainte pour violation du secret de l’enquête à la suite de la publication par le journal le Monde des procès-verbaux de l’enquête préliminaire déclenchée par le Parquet National Financier deux heures après la publication par le Canard enchaîné d’informations relatives à l’emploi d’attaché parlementaire de son épouse.

Le parquet de Paris compétent a immédiatement lancé de vigoureuses investigations. Dans la mesure où la fuite de ces éléments, qui constitue une violation très grave de la loi, n’a pu être réalisée que par les policiers chargés de l’enquête ou par les magistrats du PNF, les locaux de ces deux organismes ont été perquisitionnés et les ordinateurs saisis. Des experts informatiques sont mobilisés pour identifier ceux des fonctionnaires assermentés qui ont ainsi trahi leur devoir. Dans le même temps, le parquet de Paris a fait procéder à des auditions de ces mêmes fonctionnaires sous le statut de la garde à vue. Le procureur du TGI de Paris a fait une conférence de presse, dans laquelle il a notamment déclaré : « personne n’est au-dessus de la loi, et la justice doit passer sans désemparer. Le fait d’être magistrat ou fonctionnaire de police n’empêche pas d’avoir des comptes à rendre comme tous les citoyens. Et ce d’autant que leur mission est justement de veiller au respect de la loi ». À sa sortie de garde à vue, la patronne du PNF devant les caméras, a protesté contre ce qu’elle a appelé : « un complot pervers visant à empêcher d’empêcher la candidature de François Fillon et de Marine Le Pen à l’élection présidentielle ». Elle a également protesté contre la perquisition de son domicile et de sa maison de campagne. Considérant qu’il s’agissait de mesures inutiles et vexatoires. L’Union Syndicale des Magistrats lui a apporté son soutien. En rappelant que la justice était l’institution la plus importante de la République, et qu’il était interdit de la critiquer, de quelque façon que ce soit.

Mediapart, le Monde, Libération, le JDD, l’Express, Paris-Match, Challenges, Sciences et Avenir, toutes les chaînes de France Télévisions, France Inter, France Culture, France Infos, Canal+ BFM,  et une soixantaine d’autres médias ont publié un communiqué commun pour dénoncer : « une manœuvre grossière portant atteinte à la liberté d’information et destinée à empêcher la victoire indispensable du candidat du renouveau Emmanuel Macron ». »

 

Oupssss, réveil pénible, je n’aurais pas dû abuser du rhum arrangé passion hier soir. Je sais pourtant qu’au-delà d’une certaine dose c’est la garantie au réveil, d’un casque à pointe avec pointe à l’intérieur. Et de faire avant des rêves absurdes. Comme si dans la vraie vie la justice faisait des enquêtes pour savoir qui, des magistrats ou des flics violaient délibérément la loi sur le secret des enquêtes et de l’instruction. N’importe quoi ! Normalement, sans le rhum, c’est même pas en rêve !

Retour sur terre, avec mal au crâne.

4 Commentaires

  1. Créatif et divertissant.
    L’implication que vous prêtez aux médias est si lumineuse, qu’elle relèvera bientôt du blasphème.
    Cependant, votre imagination ira-t-elle jusqu’à envisager qu’un Etat serait derrière ?
    Resservez-vous, soyez noir, puis des ténèbres à la lumière, voyez que le relais inverti est partout.
    Et… Santé !

  2. Effectivement, c’est à ça qu’une enquête pour violation du secret de l’instruction devrait ressembler… Sinon, autant supprimer le secret…

Laisser un commentaire