Mélenchon à côté de la plaque ?

Jean-Luc Mélenchon qui semble avoir des aigreurs d’estomac s’est cherché une bonne raison de râler. Le 112e anniversaires de la loi de 1905 lui semble incompatible avec « l’hommage national » rendu à Johnny Hallyday. Outre que l’on ne voit pas très bien le rapport, et que l’on ne se rappelle pas l’avoir vu marquer le coup les 10 décembre des années précédentes, il multiplie quand même les approximations, les contresens et les procès d’intention.
Dans l’ordre : il croit malin, quoiqu’on se demande ce que ça fout là, de nous rappeler que le Président de la République Française est « chanoine de Latran ». Qu’est-ce que cette tradition folklorique peut bien lui foutre ? Eh bien, on va en profiter pour lui rappeler que le Président de la République Française est également un Prince. Celui de la principauté d’Andorre dont il est co-prince avec l’évêque d’Urgel (à bas la calotte !) qui doit être appelé «La Mitre» (!!!). Mon Dieu, quelle horreur un Président–Prince, ça rappelle le Prince–Président !
Il reproche à Emmanuel Macron de « participer à une messe ». Mauvaise pioche ! C’était une simple bénédiction sans que se déroule ce que les chrétiens appellent « le sacrifice de la messe »avec une communion. Et ensuite Emmanuel Macron qui est assez malin, a prononcé son discours devant l’église, et n’a pas béni le cercueil avec le signe de croix à l’eau bénite à la fin de la cérémonie.
Il nous dit ensuite que l’église de la Madeleine est un « monument religieux contre-républicain » (!?!) et ajoute élégamment, ce qui tombe comme un cheveu sur la soupe, que la Madeleine en question était une pute. Et que cette église de perdition puisque consacrée à une fille des rues, serait en face de l’Assemblée nationale. En face ? Il y a pas loin de deux bornes, il faut emprunter toute la rue royale, traverser entièrement la place de la Concorde, arpenter le pont du même nom car l’Assemblée est de l’autre côté de la Seine !
Ah, mais ce qui contrarie aussi Jean-Luc Mélenchon dans le choix de l’église de la Madeleine par la famille de Johnny Hallyday de confession catholique, c’est que les rues qui y mènent, portent le nom d’avocats. Et pas n’importe lesquels, ceux qui ont fait leur devoir républicain en défendant Louis XVI et Marie-Antoinette et qui pour solde d’honoraires sont passés sous la guillotine. Donc, pour Jean-Luc Mélenchon  un bon républicain se devrait d’éviter de marcher dans ces rues là ? C’est original.
Enfin, on a droit à la référence ultime, Clemenceau le «Père la Victoire», aussi appelé le «perd la Victoire» qui avait refusé de rentrer dans Notre-Dame pour le Te Deum de cette victoire en 1918. On profitera de l’occasion pour rappeler à Jean-Luc Mélenchon que son cher Clemenceau fut également un fusilleur d’ouvriers sur le carreau des mines et que comme héros socialiste, on fait mieux. On lui rappellera aussi que Charles de Gaulle, qui a quelques titres républicains à faire valoir, est rentré dans Notre-Dame en août 44 pour le Te Deum de la Libération de Paris. Et que le même, d’ailleurs catholique pratiquant, allait en général à la messe où Président de la République, il veillait à ne pas communier.
Jean-Luc Mélenchon ayant été singulièrement discret sur la question des prières de rue de Clichy, ce message Facebook sévèrement à côté de la plaque serait-il le signe d’un laïcisme  à géométrie variable ?
Il est incontestable que la France d’en haut était à l’intérieur de l’église de la Madeleine, Emmanuel Macron ayant compris qu’il ne fallait pas rater l’occasion d’envoyer un message à cette France d’en bas qui ne l’aime pas. La récupération est évidente, elle a été habile, mais il n’est pas sûr du tout qu’elle laisse beaucoup de traces. Johnny Hallyday parti, la vie va continuer et elle ne sera toujours pas facile.
Et c’est cette France d’en bas qui était dans la rue pour saluer le départ de celui qu’elle considérait comme l’un des siens. « Le public qui prend le faux pour du vrai, a le sens du vrai et il réagit toujours devant lui quand il se manifeste. Pourtant ce n’est pas sur la scène qu’il faut le chercher aujourd’hui, mais dans la rue ; et qu’on offre à la foule des rues une occasion de montrer sa dignité humaine, elle la montrera toujours. » C’est à ces gens-là qu’il faut parler, une partie d’entre eux a fait le score de Mélenchon au premier tour de la présidentielle, et l’échec du FN et son recentrage sur son héritage d’extrême droite impose d’aller vers eux. Et pas en pensant les mobiliser avec un anticléricalisme suranné et inutile dans un pays en voie de déchristianisation. Ou avec des mots d’ordre qui ne les concernent pas, quand ils ne sont pas carrément absurdes. Ils me rappellent ma jeunesse quand les groupuscules trotskistes « lambertistes » AJS, OCI, PCI et autres nous délivraient forces injonctions ineptes.

Jean-Luc Mélenchon pour qui j’ai voté en 2012 en 2017, et dont je pense encore qu’il pourrait être « l’homme de la circonstance » aurait-il gardé son surmoi lambertiste ? Si c’est le cas, il serait temps de s’en débarrasser.

13 Comments

  1. Il vient de prouver par là qu’il est bien loin de s’être débarrassé se son surmoi lambertiste.

    • Si je lis bien Mélenchon, c’est anti-républicain d’avoir un avocat à son procés ! Il faut donc débaptiser ces rues autour de la Madeleine pour les mettre au nom de Fouquier-Tinville, accusateur public sous la Terreur, qui avait supprimé la présence d’avocats lors des procès ! Mélenchon, un clown démodé en temps de paix, mais un psychopathe criminel potentiel si la situation devenait plus tendue.

  2. Mélenchon se casse la figure dans les sondages. Il ne sait pas quoi faire pour être entendu. Il se tait pour Clichy , ne dit rien sur les dérapages d’obono mais raconte des sornettes le jour où beaucoup de français rendent un hommage à un homme du peuple.

    Par contre que vous encensiez encore ce type qui a comme idole Chavez me sidère. Finalement vous aussi vous avez des œillères.

  3. Bien vu. Depuis l’entre deux tours de la présidentielle, Mélenchon aligne les sottises avec une persévérance qui force l’admiration… Lui qui est si soucieux de ce qui pourrait ressembler à du « mépris de classe » pour reprendre l’expression labélisée, devrait mieux mesurer la part de mépris du peuple qu’il y a dans les critiques fielleuses adressées à ceux qui participent à l’hommage à Johnny Halliday.

  4. A ce niveau là chez Mélenchon, c’est de la pure poésie .. républicaine, qui d’ailleurs ne vaut pas un clou.

  5. Article excellent (drôle également) malgré la pointe anti-musulmane auquel vos lecteurs doivent se résigner chaque fois que vous abordez une question religieuse.

  6. Cette réaction montre bien que M. Mélenchon ne comprend pas ce peuple et ces classes populaires qu’il veut représenter. Notre président a été plus habile quoi que…
    Avez-vous remarqué que dans son discours bien creux et interminable sur le perron de l’église de la Madeleine il n’a eu de cesse en s’adressant au public du chanteur d’employer le « vous » plutôt que le « nous » (alors qu’il connaissait intimement le défunt) ? Quant à faire de la récup’ autant y aller jusqu’au bout. Alors pourquoi une telle distance ?
    Certains dirons que c’était par pudeur. Moi je n’y vois, une nouvelle fois, que l’expression de ce mépris de classe dont il s’est fait une spécialité.
    Monsieur Macron ne peut pas se mettre au niveau de ce public populaire, de cette France d’en-bas. Il ne le pourra jamais. Il exècrera toujours le sans-dents.

  7. Dis-moi pour qui tu votes, je te dirai ce que tu vaux ! Dommage, il y avait quelques éclairs de lucidité et, même, d’intelligence dans ses chroniques …

  8. Ah mais dites-donc, c’est la curée !

    Pour info, la « bénédiction » que réserve le rite catholique aux défunts s’appelle une « absoute » (on vous absout d’avoir vécu, malheureux…). Toutefois une messe est possible à condition que le défunt ait reçu les saints sacrements.

  9. Cette sortie de JLM ne doit pas non plus faire oublier ses ahurissantes et passées relativement inaperçues déclarations au moment de la victoire des nationalistes corses, communautaristes s il en est…

  10. Mélenchon, est effectivement un ex-lambertiste, comme Jospin ou Cambadélis… c’est à dire qu’ils ont trahi les enseignements de la quatrième internationale ! Ce n’est donc pas la peine de vilipender à tout bout de champ les « lambertistes » qui eux continuent à porter les couleurs de la 4.
    Question laïcité, c’est évident que Mélenchon focalise le tir sur les cathos mais protège à qui mieux mieux l’islam, les musulmans et même le salafisme, je n’ai pas peur de le dire. La libre-pensée fait de même. Voilà d’ailleurs pourquoi je ne rejoindrai jamais la France insoumise. Ensuite, profiter de la critique à Mélenchon pour envoyer Chavez aux orties, c’est tout de même une méthode un peu ignominieuse… car Chavez a su, pour aider son peuple à accéder à plus de confort social, s’opposer aux actions de l’impérialisme US en nationalisant le pétrole, ce qui est tout de même la première action qui serait demandée dans tout pays voulant devenir véritablement socialiste…
    Pour revenir à Mélenchon, qui est donc un ex de ces « groupuscules trotskistes « lambertistes » AJS, OCI, PCI » aux discours « ineptes », qui horripilent le rédacteur, la vérité consisterait à dire qu’aujourd’hui encore ils se battent sur des terrains (allez sur le site de la « Tribune des Travailleurs ») qui valent beaucoup de discours de ceux qui acceptent toutes les couleuvres de la gauche bien-pensante et de la droite réactionnaire !

  11. Mélanchon n’a finalement pas le centième du courage que ses partisans lui prêtent. Il abonde les lieux communs cathophobes comme tous les Merdiacrates qu’il prétend exécrer par ailleurs.
    On a bien compris que pour lui, l’Eglise ne pouvait être tolérée qu’à titre d’organisation charitable…
    Ce JLM est décidément un indécrottable idéologue (quoiqu’ aux indignations à géométrie variable..).

Laisser un commentaire