Téléfilm Sauvage sur Tf1 : autopsie d’une imposture

 

Nouvelle intervention pétitionnaire des privilégiés du showbiz. Ils s’étaient déjà signalés avec un soutien appuyé au jeune Théo soi-disant violé par la police, la suite de l’instruction ayant montré l’inanité de cette accusation. Plus récemment entre deux avions, du haut de leur supériorité morale et de leur empreinte carbone, ils ont trouvé le temps de nous intimer l’ordre de sauver la planète. Hier ils nous ont enjoints d’accueillir dans les ports français les bateaux des trafiquants organisateurs de la nouvelle traite humaine. Entre-temps, et c’est ce qui nous occupe aujourd’hui, profitant de la diffusion par TF1 le 1er octobre prochain d’un téléfilm totalement mensonger sur l’affaire Jacqueline Sauvage, ils nous ont gratifiés d’une nouvelle sommation. Présentant cette dernière pourtant meurtrière à froid de son mari comme une victime des violences conjugales. Et la mort donnée à son époux de trois balles dans le dos comme la juste réponse à celles-ci, Jacqueline Sauvage devenant ainsi l’emblème des violences faites aux femmes. C’est simplement une imposture.

Rappelons que Jacqueline Sauvage avait été condamnée par deux cours d’assises successives à 10 ans de réclusion criminelle pour le meurtre de son mari. Une instruction rigoureuse, deux audiences successives devant deux juridictions différentes ont abouti à cette condamnation. Ceux qui se sont donné la peine de se pencher vraiment sur le dossier ne peuvent que partager cette conviction. Le jeu des réseaux numériques sociaux a permis de mobiliser toute une partie de la sphère féministe et de lancer un combat pour obtenir la grâce présidentielle de la meurtrière. Une campagne assez stupéfiante par rapport à la réalité des faits a amené François Hollande, jamais en retard d’une finasserie, à accorder une grâce totale en deux temps. Qui fut perçue comme une insulte par les magistrats, experts, jurés populaires, juges de l’application des peines, qui avaient fait au contraire, leur travail de façon méritoire et rigoureuse.

Nous avons à plusieurs reprises dans ces colonnes, démontré l’étonnante imposture qui a fait d’une véritable meurtrière le symbole des femmes battues. Un livre : « la vérité sur l’affaire Sauvage » d’Hélène Mathieu et de Daniel Grandclément l’a également établie.

Peine perdue, certains professionnels du show bizz se sont emparés de cette fausse cause et ont réalisé ce téléfilm qui est aussi une insulte à la mémoire d’un homme qui s’il n’était pas un modèle n’était pas non plus le monstre que l’on nous décrit. Bonne occasion pour les batteurs d’estrade soucieux de prendre la pose, cette diffusion s’accompagne d’une pétition en forme d’adresse au président de la république. Et la petite cohorte des démagogues utilisant cette mauvaise action, et se servant de ce mensonge avancent à nouveau l’effarante revendication de « la légitime défense différée » qui n’est rien d’autre qu’un permis de tuer.

La lutte contre les violences faites aux femmes est une cause essentielle qui mérite autre chose que ce dévoiement.

Pour rafraîchir les mémoires et tenter de rétablir un minimum de réalité et de vérité, nous publions les liens qui renvoient dans un ordre chronologique aux articles publiés dans ces colonnes. On y trouvera également certains publiés sur le site Causeur. Je recommande particulièrement le dernier, celui de Gil Mihaely qui traite du livre : « la vérité sur l’affaire Sauvage ».

Nous invitons ceux qui envisagent de regarder le téléfilm à en prendre connaissance auparavant.

 

 

AFFAIRE SAUVAGE : LE CULTE DES COUPABLES INNOCENTS.

RÉGIS DE CASTELNAU

1 FÉVRIER 2016

 

«JACQUELINE SAUVAGE AVAIT DES CIRCONSTANCES ATTENUANTES»

DAOUD BOUGHEZALA

1er février 2016

 

JACQUELINE SAUVAGE, LE PRÉSIDENT ET L’OPINION

MANUEL MOREAU

4 février 2016

 

AFFAIRE SAUVAGE: LE MÉPRIS DE LA JUSTICE

RÉGIS DE CASTELNAU

12 AOÛT 2016

 

HAMILTON, FIONA, SAUVAGE: DEUX SEMAINES, TROIS LYNCHAGES

RÉGIS DE CASTELNAU

1 DÉCEMBRE 2016

 

GRÂCE SAUVAGE: HOLLANDE A UN DON

RÉGIS DE CASTELNAU

28 DÉCEMBRE 2016

 

AFFAIRE JACQUELINE SAUVAGE : SUITE.

 

FLORENCE RAULT

4 FÉVRIER 2016

 

JACQUELINE SAUVAGE: PAYSAGE APRÈS LA BATAILLE

RÉGIS DE CASTELNAU

2 JANVIER 2017

 

JACQUELINE SAUVAGE : RESPONSABILITÉ, MA SŒUR

ANNE ZELENSKY

3 janvier 2017

 

JACQUELINE SAUVAGE : LA TYRANNIE DES MINORITÉS

ANNE-MARIE LE POURHIET

10 janvier 2017

 

JACQUELINE SAUVAGE : UNE CRIMINELLE GRACIÉE PAR LES RÉSEAUX SOCIAUX

GIL MIHAELY

27 février 2018

 

 

 

 

 

21 Comments

  1. Bonjour Maître et merci pour cette injection de rappel.
    Mais avec quelques corrections ce sera encore mieux :
     » Pour rafraîchir les mémoires et tenter de rétablir un minimum de réalité et de vérité, nous publions les liens qui renvoient dans un ordre chronologique les (aux… ça passe mieux !) articles publiés dans ces colonnes. On n’y (y … suffira …) trouvera également certains publiés sur le site Causeur.  »
    Cordialement

  2. Est ce qu’on parle bien ici d ‘un téléfilm? La télévision est une part importante du show business. une industrie qui, comme toutes, doit engendrer des bénéfices ou périr. Pour s’assurer la clientele elle doit vendre ce qui attire et plait, et, encore une fois, les lobbies et blogs lui offrent une publicité gratuite. Youpieee!

    Je ne suis pas sure qu’  »on intime l’ordre » aux gens de regarder un téléfilm et, d’autre part, chacun connait le tableau de Magritte montrant une pipe avec, en notation,  »Ceci n est pas une pipe »,

    L’accusée a, aujourd’hui, 70 ans, elle est passée a travers la moulinette des tribunaux, des médias, des lobbies, le jugement de la masse. Devenir une égérie doit etre lourd a porter dans ce monde de viragos. Laissons la donc a sa conscience!

    moi, j’aime bien son prénom…lol

  3. Notre monde , soumis à la dictature des médias , et au bourrage de crânes qu’ils nous ordonnent de subir , manque cruellement de censeurs clairvoyants tels que vous<;
    <merci de nous aider à nous reprendre!

  4. Vos commentaires et analyses sont toujours emprunts d’humanisme et de droit.
    Or les mots – et vous le savez mieux que quiconque – ont un sens, et le qualificatif de trafiquant, appliqué aux bénévoles et sauveteurs de l’Aquarius, que vous avez malheureusement utilise dans cette phrase :
    « Hier ils nous ont enjoints d’accueillir dans les ports français les bateaux des trafiquants organisateurs de la nouvelle traite humaine. » ont certainement dépassés votre pensée.
    A moins bien sûr que, vu du droit, vous puissiez me contredire.
    Cordialement,

    • Bonjour,
      je suis désolé mais à partir du moment où nous savons pertinement qu’ il y a tout un trafic mafieux derrière cette émigration, l’ aide bénévole aux migrants y participe et la favorise. C’ est un maillon du trafic, même si il est désintéressé ou intéressé pour d’ autres raisons.

  5. Merci d’avoir rétabli un peu de bon sens et de vérité. Pour ma part il est hors de question de regarder ce truc de propagande qui est une insulte à la vérité et à la Justice. Il y a une mort d’homme dans l’affaire.

  6. Vérité en deçà des Pyrénées… Erreur au delà… depuis Pascal, nous savons cela…mais si nous appliquons cet adage au delà d’une convention purement géographique et d’une différence entre cultures, moi, je vois dans cette affaire et dans son rebondissement par ce téléfilm complètement démago, une différence entre certains criminels et d’autres… La grâce présidentielle n’efface pas la condamnation, que je sache…?
    A quoi sert donc l’article de loi interdisant à certains condamnés de publier un livre ou d’intervenir publiquement à propos du crime ou du délit qu’ils ont commis tant qu’ils n’ont pas purgé leur peine…car Madame SAUVAGE n’a pas …purgé sa peine…
    Son avocate…hystérique…réclamerait-elle des honoraires sous forme de royalties?

    Tout cela devient ridicule… Oui, il y a bien insulte à la vérité et la Justice…Oui, il y a eu mort d’homme…et mort honteuse…trois balles dans le dos…

    Merci de vos analyses souvent lumineuses

  7. Je me suis toujours demandé comment on pouvait partager la vie de son tortionnaire a fortiori pendant 40 ans. Les blablas psychologisants sur la fascination de l’adolescence admettons mais 40 ans pour se réveiller tout de même.

    Je me demande chaque fois que je les faits divers nous content des meurtres entre conjoints (daval) ou partenaires, comment une idée aussi basique que la séparation ou le divorce ne leur a pas traversé l’esprit.

    Au cas précis on se demande pourquoi cette dame aurait consenti a être une victime si longtemps pour se muer soudainement en meurtrière. Quelque chose échappe à ma petite tête.

    Quant au cas theo, le dernier des imbéciles qui voit la mélée agitée enregistrée par la video surveillance, comprend l’impossibilité pour quiconque de viser un anus au travers d’un caleçon avec matraque.

  8. Bien d’accord avec vous. Cette « légitime défense différée » est une tragique farce.

    Mais pas d’accord sur votre allusion à l’Aquarius : il n’est pas le bateau de « trafiquants organisateurs de la nouvelle traite humaine ».

  9. La notion de « légitime défense différée » mise en avant par les « partisans » de Jacqueline Sauvage m’avait échappé.
    Et pourtant, je suis sûr que tous ces braves gens sont contre la peine de mort !

    • Bonsoir STELLA2B… Bien que non anonyme, je vais compléter mon commentaire en parlant au nom de ma mère (morte en 2016) qui, dans les années 70 fut la compagne et la cible, après son divorce et la faillite de son entreprise, d’un pervers narcissique, grande gueule, frimeur, fainéant et alcoolique, qui ne manqua pas, devant ses 2 enfants, moi et ma sœur, tous justes adolescents, de la battre sévèrement (gifles, coups, etc..) plusieurs fois par an pendant près de 5 ans sous des prétextes divers et variés…(ils sont restés une dizaine d’années ensemble).

      Il m’a d’ailleurs « corrigé » (châtiments corporels…) au ceinturon…plusieurs fois entre 10 et 12 ans…

      Peut-être qu’aujourd’hui cet homme serait condamné sur dénonciation… (il est mort…de vieillesse, pauvre, et isolé…)

      A l’époque j’étais terrorisé ET fasciné…

      ma mère est partie…j’avais 19/20 ans et j’ai continué à LE fréquenter jusqu’au jour où, pris de boisson, il m’a cherché querelle en tant qu’adulte, je lui ai « cassé la gueule » et cassé trois ou quatre dents à coup de poings…

      Voilà, ce fut la seule « légitime défense différée’ et quand je pense, encore aujourd’hui 40 ou 50 ans plus tard à toute cette violence j’en pleure et j’en tremble encore aujourd’hui…

      J’en ai…quelquefois…reparlé avec ma mère et ma sœur, la seule chose que nous les enfants aurions voulu et que ma mère a regretté de ne pas avoir fait, c’est… TOUT DE SUITE, dès les premières violences…partir, courir, fuir, s’évader, se réfugier, ne pas demander son reste, quitter, abandonner, définitivement, ne pas accepter JAMAIS la violence…quelle qu’elle soit…

      Sans rentrer dans des détails, (trop longs pour ce format) il y eut chez nous, comme chez les …MAROT-SAUVAGE, des vies professionnelles croisées Mère-compagnon-fils-fille… avec beaucoup de similitudes…

      J’ai également dans ma vie fait du droit… (5 ans-Master- et plus du droit privé que pénal…), j’ai, aussi, été juré d’Assises… et au moment de la grâce-honteuse- d’HOLLANDE, et du show-honteux- des 2 avocates et des filles, et du sketch -honteux- de TF1 et Muriel ROBIN, j’ai compris tout ce que le Procureur (dans sa lettre ouverte à Jacqueline SAUVAGE dans le Monde d’aujourd’hui) nous explique, c’est que ce couple a « tant bien que mal » fonctionné (probablement très névrotiquement) pendant 47 (QUARANTE SEPT) ans et c’est loin d’être un hasard…

      A travers cette histoire (la mienne) très platement résumée ci-dessus, j’ai développé une très forte sensibilité à l’injustice et je peux vous affirmer que, comme dit le procureur, lutter contre les violences intrafamiliales, contre les violences faites aux femmes ne peut pas passer par la violence criminelle dont J.SAUVAGE s’est rendue coupable. La justice s’exerce pour éviter la vengeance des victimes et pour punir à leur place. Cette justice aujourd’hui fonctionne. parfois bien, parfois moins bien, mais c’est tellement mieux que l’arbitraire d’un fusil de chasse…

      Elle manque cruellement de moyens certes, mais que devient cette société où il suffit de « faire le buzz » pour absoudre trois balles dans le dos…

      Demandez donc à Nafissatou DIALLO ou à Sandrine ROUSSEAU pourquoi elles n’ont pas, purement et simplement, occis MM STRAUSS-KAHN et BAUPIN???!!! Les coupables… au poteau d’exécution…la maîtresse et WEINSTEIN au milieu…

      Même si je me suis fait escroquer un jour (quelques dizaines de milliers d’euros) par un commerçant français de confession israélite… cela ne fera jamais de moi le complice, même purement intellectuel, d’un antisémite ou d’un raciste…

      Voilà, mon témoignage fait partie de la partie immergée de l’Iceberg des statistiques des violences conjugales et familiales

      Même si je n’arrive pas à regretter vraiment la violence dont j’ai fait preuve à l’époque en « défense » à des insultes et délires d’un vieil alcoolique…! je n’arrive pas à excuser ni trouver de circonstances atténuantes à Madame SAUVAGE…

      • Bonjour Monsieur, merci pour votre réponse.
        Sans rentrer dans les détails, j’ai moi aussi été victime de violences conjugales pendant 11 ans, pour finalement fuir avec mes enfants avant que l’irréparable ne survienne. J’ai toujours refusé de répondre, fut-ce par une gifle, à ce conjoint violent. Il est resté invariablement dans le déni de ses actes et n’a jamais été ni blâmé ni puni, faute de poursuites. Jamais aucun voisin n’est intervenu et j’étais submergée par la honte.
        Inutile de vous préciser combien je serais attachée à ce que ce phénomène qui interroge toute notre société soit circonscrit avant que quelques victimes se fassent encore justice elles-mêmes, faute de protection efficace de la société. Mon interpellation ne visait pas à défendre un crime, mais à provoquer une réaction de victimes, pour équilibrer la balance des commentaires à ce billet, qui n’en reste pas moins légitime. Néanmoins, tant que ce problème ne sera pas résolu, les auteurs sévèrement punis avec prise en charge psychologique obligatoire, nous serons toujours témoins des meurtres de ces victimes voire parfois des auteurs de ces actes.
        Pour ma part, j’aurais tendance à penser que ces questions sont fondamentalement des problèmes d’éducation et de comportements ( pour la majorité ) vis-à-vis des femmes, dont les enfants sont toujours des victimes collatérales tiraillées ( ne l’oublions pas ) par un devoir de loyauté dévastateur, et qui parfois servent de moyen de pression pour bâillonner
        la récalcitrante. Sans un profond travail pédagogique dès l’enfance sur ces sujets, il sera difficile d’éradiquer ce fléau. Ma modeste contribution à cette cause est l’éducation que j’ai donnée à mes enfants, mes fils en particulier, afin qu’ils aient autant de considération pour leurs conjointes que pour eux-mêmes.

        • Bonsoir Madame,
          Vos précisions sont un modèle de justesse et d’équilibre et je pleure en rencontrant des victimes aussi perspicaces et sensibles… Certes c’est par l »éducation de nos propres enfants (j’ai deux fils également) que nous pourrons garder « la tête haute » (…comme dit Emmanuelle BERCOT)… Merci encore…

  10. J’ai regardé mardi soir un passage de l’émission « C à vous » (France 5). On y avait invité les 2 avocates de Jacqueline Sauvage. On a passé des extraits d’une interview, sur Europe 1 de l’avocat général, Frédéric Chevallier (qui avait requis contre l’accusée).

    En général, j’apprécie peu le journaliste Patrick Cohen. Mais, dans cette émission, il avait le mérite de rappeler aux avocates certains faits. Cohen rappela que J. Sauvage avait poursuivi une maitresse de son mari jusque chez cette dernière et l’avait menacée de son fusil.
    Cette maitresse n’avait pas porté plainte car son amant l’en avait dissuadée.
    https://www.youtube.com/watch?v=vtje4DhUWrg

    Le mari de J. Sauvage n’était pas un « saint ». Mais, manifestement, son épouse ne l’est pas non plus..

    Ce mercredi après-midi, sur RMC, dans l’émission « M comme Maïtena », la parole a été donnée à l’avocat général F. Chevallier pour expliquer sa lettre ouverte publiée dans « le Monde ».
    https://rmc.bfmtv.com/emission/frederic-chevallier-pourquoi-j-ai-ecrit-cette-lettre-a-jacqueline-sauvage-1536268.html

  11. Merci à maître DE CASTELNAU.
    J’avais l’impression depuis le début de cette affaire que la vérité était transformée sciemment et puis au fur et à mesure j’en ai été persuadée.
    Ce que je note, une fois de plus, c’est que dans ce petit milieu très bobo du cinéma français, on ne manque pas d’opportunisme quitte à faire dans le faux total.

    • « Opportunisme », c’est vraiment le mot juste.
      La mode étant au néo-féminisme et à  » l’anti-fascisme de pacotille », les nombreux opportunistes du milieu du spectacle font beaucoup de zèle dans ces domaines.
      J’y ai fait allusion dans un commentaire sur ce blog suite à l’article sur l’affaire Méric (« anti-fascisme de pacotille »). Concernant le néo-féminisme opportuniste, j’y fais allusion dans un commentaire suite à l’article sur le harcèlement de rue (1er août).

      Allez, si les modes étaient opposées, les mêmes feraient du zèle pour défendre des idées opposées à celles qu’ils « défendent » aujourd’hui.

Laisser un commentaire