L’ORDRE PUBLIC A L’ABANDON

Interview donnée au site Atlantico. Que l’on peut retrouver directement sur leur site.

RENONCEMENT COUPABLE

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat.

Atlantico.fr : Un agriculteur de la Marne, Jean-Louis Leroux, a été mis en examen pour tentative d’homicide involontaire après avoir tiré sur un homme qui tentait de lui voler du carburant dans son exploitation. S’il a été libéré ce jeudi, le cas de l’exploitant agricole est un exemple type du renoncement de l’Etat en matière d’ordre public : son exploitation avait déjà fait l’objet d’une quarantaine de vols et, bien qu’il ait porté plainte une trentaine de fois, absolument rien n’avait été fait. 

Le cas de Jean-Louis Leroux est à ajouter à une longue liste de cas similaires. Dans la Marne, lors d’une marche organisée en son soutien, les agriculteurs ont dénoncé « l’abandon des territoires ruraux ». Quartiers perdus de la République, campagnes… quelles sont ces catégories de la population oubliées par l’Etat et quels sont les délits que l’Etat juge « si peu importants » (exemples concrets) ? 

Régis de Castelnau : Le cas de Jean-Louis Leroux est absolument exemplaire. Le nombre de vols dont il avait été victime et le nombre de plaintes qu’il avait déposées en vain démontrent le retrait de l’État et son impossibilité désormais à assurerla sécurité des citoyens, ou au moins essayer de le faire. Rappelons qu’en France, à la différence des États-Unis par exemple, le fait de posséder des armes est interdit aux particuliers et c’est un monopole de l’État, chargé de maintenir l’ordre et la sécurité dans la société civile. Et c’est bien cette mission qui est la contrepartie de cette interdiction. Le problème est qu’aujourd’hui, et il faut le dire nettement l’État a abandonné la France périphérique et en particulier les territoires ruraux à une délinquance prédatrice qui met les habitants en rage et peut les amener pour pallier l’impuissance affichée de l’État à recourir à l’autodéfense. Et il n’y a pas beaucoup d’arguments à opposer à une population qui ne veut pas d’une violence incontrôlée mais qui ne supporte plus d’être ainsi abandonnée. Il y a des centaines d’exemples de cette dégradation de la vie civique dans les petites villes et dans les campagnes. La nouveauté depuis une quinzaine d’années, c’est l’arrivée de gangs étrangers organisés et qui se livrent à une véritable prédation sur les territoires qu’ils occupent. C’est l’exemple extraordinaire des associations caritatives dont certains de ces groupes ont pris le contrôle ! Les associations Emmaus par exemple, dans l’ouest elles sont contrôlées par des réseaux tchétchènes qui récupèrent la partie lucrative des dons pour mettre alimenter les trafics dans leur pays d’origine. Ce sont les Roms souvent mandatés par des ferrailleurs qui récupèrent tous les métaux possibles allant jusqu’à profaner les cimetières pour y récupérer les croix métalliques ou couper les fils de téléphone pour récupérer le cuivre. Il y a aussi chose extraordinaire, le vol de bétail dans les champs ou carrément du matériel agricole lourd qui prend ensuite le chemin des Balkans. Les compagnies d’assurances ne suivent plus, et les gendarmes faute de moyens n’interviennent même plus. Le pire étant qu’en général les auteurs des forfaits sont connus mais que dans le souci d’éviter des troubles sociaux, les forces de l’ordre vont se garder d’intervenir.

La question des « quartiers perdus de la république » est une peu différente, la faillite du système d’assimilation à la française, a concentré dans les banlieues anciennement rouges des populations dont la majorité n’a aucune perspective d’intégration. L’État s’est retiré de ces territoires et la nature ayant horreur du vide en a laissé l’organisation à l’alliance entre la pègre et les barbus, le tout avec des administrations municipales qui pour se reproduire se vautrent très souvent dans un clientélisme qu’on n’imagine pas. Aucune tendance politique n’est épargnée et aujourd’hui en Seine-Saint-Denis le parti de Christoph Lagarde en fait une splendide démonstration.


Atlantico.fr : Comment expliquer ce renoncement total de l’Etat en matière d’ordre public ? Quelles en sont les causes ? Est-ce dû à de trop lourdes préoccupations budgétaires où est-ce également le fait d’une vision idéologique de la politique pénale ou de la répression différenciée selon les profils de délinquants ou criminels ? 

Régis de Castelnau : C’est d’abord une question de moyens, et clairement l’inspection générale des finances de Bercy s’opposera à toute allocation de ressources supplémentaires aux forces policières chargé de l’ordre républicain sur le territoire et surtout chargé de prévenir et de lutter contre la délinquance qui pourrit la vie des citoyens : violence, vols, cambriolages, agressions gratuites, toute cette violence de tous les jours dont les statistiques nous ont montré l’explosion.

C’est exactement la même chose avec le service public de la justice. Je recommande la lecture du livre remarquable d’Olivia Dufour «Justice, une faillite française » remarquable diagnostic et réquisitoire contre cet État refusant pour des raisons budgétaires de doter la France d’une Justice digne de ce nom. Alors, face à ce manque de moyens, tant des forces de l’ordre que de l’appareil judiciaire, un certain nombre de comportements on finit par être adoptés. Il y a tout d’abord une forme de consensus entre les forces de police et les parquets pour laisser impunie toute une délinquance que l’on va qualifier « de tous les jours », délinquance qui a quand même un impact considérable sur la population. On trouve ainsi banal qu’à diverses occasions des milliers de voitures, qui sont celles des pauvres, soient incendiées. Il n’y a jamais ni recherche des auteurs (en général bien connus des forces de police) et une volonté de minorer le phénomène de la part des pouvoirs publics. Pareil pour les cambriolages, les vols avec ou sans violence, les agressions gratuites etc. Il faut savoir qu’il y a en France 1 million et demi d’infractions avec auteurs connus par an qui ne sont pas poursuivies ! Concernant la répression pénale deux facteurs rendent celle-ci impuissante. Tout d’abord énormément de décisions ne reçoivent aucune exécution, faute de moyens, c’est-à-dire de magistrats chargés de les prendre en charge, et de moyens techniques (nombre de places de prison, éducateurs, juges de l’application des peines), ce qui fait que des gens ayant parfois jusqu’à 20 condamnations sur leurs casiers judiciaires n’ont jamais fait une minute de détention. La valeur dissuasive de cette répression n’existe pas. Mais il y a aussi une part d’idéologie, ou évidemment la culture de l’excuse est très prégnante et aboutit à un « à quoi bon » tout à fait démobilisateur. Il y a une perception justifiée que la répression s’abat sur des populations déjà défavorisées ou marginales, alors beaucoup pensent que ce n’est pas la peine d’en rajouter. Paradoxalement, l’incroyable répression dont ont été l’objet les gilets jaunes et le mouvement social le démontre aussi. Dès lors qu’ils se sont trouvés en face des couches populaires et non plus des populations marginales, des magistrats ont eu la main particulièrement lourde. Ce qui démontre que le « laxisme » qui existe lorsqu’on examine les conséquences de la répression n’est pas une fatalité, mais relève bien un choix politique.En tout cas, il n’est pas excessif de dire que cette délinquance a été aujourd’hui en partie dépénalisée. Ce qui pour les « honnêtes gens » est quelque chose d’insupportable quand ils y sont confrontés. Il y a également un domaine où les magistrats ont la main particulièrement lourde comme le démontre l’affaire Leroux. Terrorisé par les risques de basculement dans l’autodéfense et la violence arbitraire qui l’accompagnerait, les tribunaux condamnent lourdement toutes les velléités de légitime défense. Suscitant d’ailleurs une incompréhension et une rage de très mauvais augure.


Atlantico.fr : Comment remédier à cette situation ? Comment éviter que l’ordre public ne se dissolve davantage ? 

Régis de Castelnau : Je pourrais vous répondre lapidairement, « en débarrassant la France de ce gouvernement et de ce président qui n’ont qu’une obsession : démanteler les services publics y compris des grands services publics administratifs régaliens que sont la police et la Justice ». Lorsque l’on voit les réformes d’organisation et de procédure judiciaires adoptées au printemps dernier, la volonté d’Emmanuel Macron apparaît clairement. Rendre plus difficile, plus compliqué, plus cher l’accès à la justice en espérant tarir la source des contentieux. C’est exactement ce qui s’est passé avec les ordonnances travail où le recours aux prud’hommes a été à ce point compliqué, que le nombre d’affaires dont ces juridictions sont saisies s’est complètement effondré.

Donc pour remédier à la situation décrite, et revenir à un ordre républicain qui n’est plus aujourd’hui assuré, il n’y a qu’une solution : redonner à la police et à la justice les moyens d’exercer leurs missions.

Régis de Castelnau

31 Comments

  1. Il faudra qu’on m’explique ce qu’est une « tentative d’homicide involontaire ». Ceci ne veut strictement rien dire. « Tentative d’homocide » je vois tout à fait… « Homicide volontaire ou involontaire » je vois aussi… Une « tentative involontaire », c’est pas bel un oxymore ça ?

    • C’est assez simple pourtant : homicide signifie seulement qu’il y a mort d’une personne.

      Si l’auteur a agi avec la volonté de tuer, il s’agit d’un homicide volontaire, dit aussi meurtre, qui est un crime, passible de la Cour d’Assises.

      Si l’auteur a voulu blesser la victime, mais non la tuer, il s’agit de « coups et blessures volontaires ayant entraîné la mort sans intention de la donner », appelé aussi « coups mortels », également passible de la Cour d’Assises, mais avec des peines moindres que l’homicide volontaire, puisqu’il n’ avait pas volonté d’attenter à la vie de la victime.

      Enfin, il y a le cas des délits involontaires (notamment, mais pas que, en matière de circulation routière ou de droit du travail), ou la mort est le résultat d’une maladresse, négligence ou imprudence, passible de peines beaucoup moins importantes, qui sont jugés par le tribunal correctionnel. Même dans ce dernier cas, les peines peuvent être encore alourdies si la négligence ou l’imprudence est d’une particulière gravité.

      J’espère avoir éclairci ces divers concepts juridiques.

      • Certes, mais vous ne répondez pas à: « tentative d’homicide involontaire »;
        Quand on tente un homicide on veut tuer; certes, si on maladroit on peut rater son coup; on peut aussi être « irresponsable » comme celui qui a tué Mme Halimi, crime qui a d’ailleurs fait l’objet d’un billet de M. Castelnau.
        En bon français, ou même très moyen, quand on tente quelque chose, comme au saut en hauteur ou en longueur par exemple, c’est (forcément) volontaire!

  2. Votre remarque sur Emmaus dans l’Ouest me fait sourire car j’au été dans un tel centre pas plus tard que cette semaine et j’ai entendu parler, pas une, mais plusieurs langues non autochtones et ce entre des vendeurs et des acheteurs!
    Certes, dans les centres Emmaus on ne s’étonne pas de voir des personnes, disons à la dérive, que cette association aide à reprendre pied et c’est très bien. Mais, si cela m’attriste, cela m’inquiète aussi tout de même un peu.

  3. Diagnostic très juste, mais il ne suffit pas de dégager Micron et sa clique. Il faut D’ABORD sortir de l’union européenne ! La preuve ici : http://data.consilium.europa.eu/doc/document/ST-10163-2019-INIT/fr/pdf Lire notamment les points 8,9 et 13 et, accessoirement le 15, pour les retraites.
    Ce président et son gouvernement ne sont que les petits télégraphistes des oligarques bruxellois non élus qui sont les relais de la pourriture financière internationale, c’est-à-dire anglo-saxonne et allemande.
    Il faut d’abord que la France retrouve sa liberté. Un mot qu’on n’entend plus dans les discours politiques, bizarre, non ?

  4. A toutes fins je souhaite vous signaler un ouvrage traitant de ces dérives judiciaires :écrit par Ernest Pardo: »La supercherie judiciaire ». Sa réédition est en cours. Signature prévue le 25 février 2020 11 rue Médicis Paris de 18 à 20h en présence de l’auteur;…pour en prendre connaissance …

  5. ** »La question des « quartiers perdus de la république » est une peu différente, »**
    une, c’est un peu trop, un suffit
    – –
    ** « aux forces policières chargé de l’ordre républicain  » **
    attention elles sont **chargées**.
    C’est peut-être trop de les accorder correctement puisqu’elles sont absentes ?
    À moins que trop de colère vous fasse perdre votre sang-froid et la grammaire ?
    – –
    « Ce qui démontre que le « laxisme » qui existe lorsqu’on examine les conséquences de la répression n’est pas une fatalité, mais relève bien un choix politique. »

    Pas possible ! On nous mentirait ?

    « Donc pour remédier à la situation décrite, et revenir à un ordre républicain qui n’est plus aujourd’hui assuré, il n’y a qu’une solution : redonner à la police et à la justice les moyens d’exercer leurs missions. »

    Pourquoi donc ? Mes gorilles maintiennent l’ordre ploutocrate et c’est très bien comme ça.
    Les français sont des râleurs paresseux et surtout des jaloux.
    On pourrait relever encore un peu la CSG, oui pour donner qqs primes calmantes.

    • Vous ne semblez pas comprendre que l’institution judiciaire, qui est constitutionnellement gardienne des libertés individuelles, a besoin d’un minimum de moyens pour fonctionner convenablement, dans l’intérêt de tous, dans un Etat de droit.
      Et que ce n’est pas en continuant à la paupériser (le GDS Urvoas avait parlé de clochardisation de la Justice, ce qui est une réalité malheureusement ancienne, qui n’a fait que s’aggraver depuis 30 ans) qu’elle remplira ses missions de façon plus satisfaisante.
      Mais quelles que soient les « alternances » dans les partis de gouvernement qui se sont succédés dans la Vème République, aucun d’eux, en France, n’a jamais eu de politique ambitieuse pour la doter des moyens nécessaires (matériels, humains … et statutaires) à son fonctionnement … pour la « bonne » raison qu’aucun n’a souhaité une justice réellement indépendante.
      Tous ont préféré une Justice « en laisse », réduite à quémander, en vain, les moyens de fonctionner.
      J’ajouterai que des magistrats qui ont constamment « la tête sous le guidon », cad qui sont submergés de dossiers à traiter (et peu importe comment, l’essentiel pour le pouvoir exécutif et la hiérarchie judiciaire étant que les flux entrants soient évacués … comme on va à la selle … de préférence quand même sans remettre en question « l’ordre bourgeois ») et auxquels on interdit de prioriser les contentieux selon leur importance sociale réelle, se trouvent, de fait, dans l’impossibilité matérielle de réfléchir au sens de leur travail et en position d’asservissement vis-à-vis du pouvoir politique..

      • Si je comprends bien vous trouvez normal qu´un juge poursuive Fillon suite aux injonctions de l´Elysée et du Parquet national Financier ,éliminant ainsi un probable futur président de la république?

        • Claire P. parle de (je cite) « de prioriser les contentieux selon leur importance sociale réelle »; cette phrase mériterait quelques explications, mais passons (vite)!
          Tout est dit! Poursuivre M. Fillon doit avoir une priorité bien plus importante que le coffre de M. Benalla ou les manœuvres de M. Ferrand!

      • Bonjour Claire P. Il n’y a pas; malheureusement que la Justice qui est clochardisée mais aussi l’hôpital. Déjà en 1995 nous avions des problèmes (il suffisait de regarder le cahier des entrées: la liste des individus qui venaient aux urgences… Et sans moyens sup) Les 35H nous ont tués. Aujourd’hui et depuis, les GVT successifs n’ont pas connectés que la Santé est le bien le plus précieux et nous ont traités comme des objets commercialisables et non indispensables. Les salaires à la baisse ont fait fuir les candidat (e-s) les plateaux techniques et les avancées technologiques indispensables se sont déplacés vers le privé et nous n’avons que des étrangers pas forcément bien formés ni compétents qui sévissent (commission européenne exigeant l’inscription à l’Ordre des diplômes etc…)
        La Justice justifie ses procédure en fonction de l’idéologie des droits de l’homme pour juger des délits qui n’ont pas cours dans les pays dont les ressortissants sont majoritairement étrangers à ceux là. Laissée pour compte comme la Santé, elle manque de personnels et de moyens puisque ceux ci sont affectés à la pénitentiaire; non pour allouer; là aussi, des personnels mais pour distribuer au fonctionnement des prisons…
        Ensuite, elle applique des jugements iniques concernant; comme énoncé: affaire HALIMI, le jugement de cet agriculteur: Monsieur LEROUX, les Identitaires etc… Peut être devons nous revenir à « la loi du Far-West » pour que « justice soit faite » puisque les prononcés de peines sont des escroqueries monstrueuses: les victimes subissent triple peine et les délinquants se gaussent sur le dos de la France.

  6. Juste en passant de mes anciennes simulations en ligne a la retraite je passe pour un depart a 6y ans de 1730 a 1486. A faire circuler sans moderation.

  7. Macron n’est qu’un fondé de pouvoir inepte mais efficace pour ses maîtres.
    Le dégager serait bien, sortir de l’euro, de l’UE et de l’Otan (tout ensemble bien sûr, c’est la même superstructure) serait mieux mais encore insuffisant… car il faudrait une conscience politique nationale, un consensus affûté et éclairé et un gouvernement d’union nationale pour faire face au véritable Léviathan que Bruno Bertez détaille excellement ici :
    https://brunobertez.com/2020/02/14/derriere-la-finance-derriere-macron-il-y-a/
    …hors de cela, les Français, les Européens et toute l’humanité s’engouffrent dans la terrifiante dystopie que nos vrais Maîtres et Saigneurs nous préparent…

    • Dystopie décrite par Antonin Campana à découvrir d’urgence au lieu de se faire berner par des affaires sociétales de type Mila ou Griveaux, qui ne sont que l’écume.

      Quelques remarques :

      D’abord, les 0.01%, il faut les nommer, à savoir décliner les identités des vrais leaders sous les génériques BlackRock, Goldman Sachs, State Street Global, Carlyle Group, Rockefeller Capital Management, Fidelity Investments, Bank of America, Merril Lynch, UBS, Generation Investment Management, J P Morgan Chase, Barclays, Crédit Agricole etc…
      Le nom de Al Gore est cité, certes, mais cela reste insuffisant quant à montrer que la véritable menace, aussi clivante soit-elle, ce n’est pas l’Arabe qui insulte Mila et vice versa.

      Ensuite, ca fait longtemps que le fléchage des investissements n’est plus en direction de l’économie réelle.

      Alors, c’est vrai, sous Macron, ce tropisme s’est amplifié.

      D’abord par la suppression de l’ISF, dont le but initial n’a jamais été un cadeau fait aux riches, mais bien une incitation forcée quant à investir dans la kleptocratie financière, la preuve en est par la carotte de la Flat Tax et pour les 130.000 foyers assujettis à l’IFI, une diminution organisée de l’intérêt quant à réorienter l’impôt en investissant dans l’économie réelle.

      Ensuite en imposant de nouvelles règles bancaires, dont celles liées aux dépôts dans les assurances-vie, la règle de 60/40 voire des 70/30, en faveur du risque, organisant l’euthanasie du fond Euro, plébiscité, à juste titre, par les épargnants.

      Enfin, le fléchage vert organisé, dernier avatar des néo libéraux et transcendant Macron, puisqu’il est un projet mondialiste, mais dont la finalité est peut être plus pernicieuse que ce que l’auteur en dresse.
      S’il tend à encourager l’épargne et les investissements vers la Kleptocratie financière, dans un dégagisme de l’économie réelle adossée à l’ancien monde fossile de l’énergie éponyme, il n’explique pas pourquoi les COP sont des échecs cuisants pour l’écologisme et les propagandistes du réchauffisme climatique.
      La raison est politique et d’ordre international, c’est un cheval de Troie quant à limiter l’essor des émergents qui, eux, sont encore dans l’ancien monde, celui de l’économie réelle.
      On a donc deux stratégies qui s’affrontent au sein de deux impérialismes en concurrence :

      – L’impérialisme du nouveau monde, qui est la Kleptocratie décrite par Antonin Campana.
      – L’impérialisme Chinois, figure de proue de l’ancien monde, qui a besoin des énergies fossiles pour tenter de soutenir une croissance à deux chiffres, sinon c’est l’effondrement.

      Et Macron appartient au nouveau monde, de manière indubitable.

      On comprend bien alors que les revendications sociales des masses qui appartiennent à l’ancien monde, si elles posent problème à la gouvernance des Etats-nations, amortisseur des 0.01%, ces derniers s’en moquent, comme le dit l’auteur, parce qu’ils sont en lévitation, décorrélée de l’économie réelle et des problématiques de lutte des classes.

      Et si Macron ne fait pas le job, il sera remplacé par ses maîtres.

      On comprend également ce qu’il se joue derrière les conflits internationaux, le nouveau monde étant désormais autonome grâce au pétrole de Schiste, tente d’empêcher l’ancien monde de mettre la main sur les ressources dont il avait capté les richesses pour ses propres intérêts.
      Après le communisme vs le capitalisme, après le souverainisme vs mondialisme, voici désormais l’économie réelle vs l’économie spéculative, une crise du capitalisme néo-libéral créant des crises au niveau planétaire.

      En conclusion, un Krach boursier est effectivement possible, par l’antagonisme des deux forces économiques au sein du capitalisme mondialisé, l’élastique peut se rompre à tout moment et bien malin qui pourra prédire, qui des marchands du Temple ou des changeurs d’argent, vont tirer les marrons du feu.

      Une chose est certaine, le peuple, lui, sera toujours exploité, sauf intervention divine.

      • « Une chose est certaine, le peuple, lui, sera toujours exploité, sauf intervention divine. »
        Il faut croire qu’il y à une météorite dont macron à céder sa place, pseudo incertitude providentiel
        Lors des manifs des gilets jaunes Macron s’est juste limité à l’arche du triomphe dans la casse .
        Il était à deux poils d’ouvrir l’Élysée pour en faire un falsfag et avoir les pleins pouvoirs et instaurer son règne.
        L’incendie du Reichstag était similaire comme fleur à penser .
        Le pouvoir en France n’a pas cédé , d’où l’opinion est très respecté malgré les éborgnés comme kamikaze et ses CRS de merde
        perso j’ouvre le pays à l’armé pour mettre les CRS dehors
        hajime souvent sa marche comme lecture providentiel.
        Je vais être plus clair.
        Une providence à la jeanne d’arc sur une population de 7 milliards d’habitants en contradiction avec la dette total et à l’encontre des marchés comme avenir
        Votre divine providence se retrouvera dans une impossibilité de régner .
        Par contre si votre divine providence à une lecture , s’est possible avec l’opinion des réseaux sociaux ; par exemple

        • Vous avez une lecture très iconoclaste des actes premiers jaunes et non pas jeunes premiers, mais pas complètement décorrélée d’un certain bon sens.
          Macron à deux doigts de laisser volontairement l’Elysée aux factieux…Alors qu’officiellement, l’hélico était prêt pour nous faire un remake de De Gaulle fuyant à Baden-Beden pour rencontrer Massu en mai 68…
          …sauf que Macron aurait probablement discuté avec Attali ou Minc en terrain neutre.

          Pour revenir en majesté ensuite ? Peut être ou pas.
          L’histoire ne fut pas celle-ci, les séditieux furent stopper avant le palais.

          Quant à la divine providence, c’est une métaphore, soulignant que la crise du capitalisme, par un antagonisme en son sein, débouchant sur un totalitarisme planétaire, ne pourra pas être combattue sans une idéologie concurrente.
          Cette dernière devra certainement choisir son camp, probablement celui d’un retour au réel de l’anti-chrématistique chrétienne, en opposition au fantasme égalitaire et libertaire, dans une nouvelle dialectique économique, culturel et sociétal.

          A ce jour, elle reste à inventer, c’est ce constat qui est un véritable drame contemporain pour l’humanité.

  8. Tous ces eurosceptiques devraient être Macroniens tant il est vrai que Macron en abimant la coopération franco-allemande et en agravant notre dette publique n´a fait que nous affaiblir d´avantage en Europe et d´affaiblir l´Europe également.

  9. Ce n’est pas les moyens qui manque de l’argent il y en a gogo sur la planète
    Jean-Louis Leroux aurait du céder sa place
    Il y à encore de la place en France pour vivre tranquille la France sans macaque qui s’invite sur notre savoir vivre et être entre nous.
    J’aimerais bien que Cédric Villani l’emporte à Paris Tant qu’à voir le cirque autant s’inviter
    Bon la LREM nous propose un macaque qui transpire la haine bonne enfant .

    Mounir Mahjoubi « prend Israël comme modèle pour créer une vraie startup nation »…
    Mounir Mahjoubi « Fondation France-Israël : rencontre avec Mounir Mahjoubi ….
    A Beersheva, Mounir Mahjoubi veut s’inspirer du modèle cybersécuritaire israélien ….
    Mounir MAHJOUBI, Secrétaire d’Etat au Numérique français, à Tel-Aviv …

    S’est pas moi qui l’écrit je fais du copier coller en plus il est complétement à l’aise avec sodome et gomore tant qu’à faire avec le pognon de la culture je doute qu’il s’invite en bretagne ou dans un autre terroir comme de territoire conquit .
    Il est dit que dans le cochon tout est bon , il n’est pas donné à tout le monde de vivre le transpi …de la décomposition
    En France lorsque l’on vois des du sang et du transpi qui s’invitent sédentaires faut dégager
    S’est plus tranquille le siècle des lumières est burnout avec toute sa compagnie ils sont tous devenu transgenre et complètement installer avec leur écriture cunéiforme.
    J’aimerai bien voir Ringis assoiffer durant 3 semaines , les Bretons vous n’êtes pas obliger de nourrir les rats de la capital, cela inverserai l’impassiblement

  10. En France nous n’avons pas besoin d’arme il suffit de céder le terrain , l’état s’organisera bien pour se la jouer une réalité existentiel du pouvoir persil avec ses monsieurs muscles au palmares des éborgnés et handicapés a vie ;complètement à l’aise nos rubicubes. de CRS à la gomme du cerveau niqué.
    Perso j’ai fait mon service militaire pour défendre personne, avec un solde minable
    Eux ils se la tune pour 100 euro fin de mois sous couvert de couvrir leur enfantillage et la soupe de leur femelle qui tombe à point .

    Jean-Louis Leroux est un étranger chez lui , il ne faut pas avoir peur de le dire , des mouloucks s’installent et pillent donc faut dégager
    Rappelez vous Valls pur républicain à la tremblotte convaincu par son alzheimer qui se la gaufre dans son espagnol du crif en Andalousie et son extrême droite bonne enfant qui se la jointe .
    Pas la peine de s’infiltrer pour les autres avec un monde qui nous prend pour des cons d’être humain.
    Rien ne nous empêche de ne plus partager

  11. Quelques reflexions sur la justice penale:

    Il est regrettable que la prison soit la seule sanction à la disposition du juge concernant les voleurs « professionnels »; celà a le double inconvenient d’obliger à construire de nouvelles prisons et de couter cher au contribuable.
    La motivation du voleur habituel est la paresse puisqu’il est moins fatiguant de voler que de travailler; des lors la sanction la plus appropriée serait les travaux forcés qui permettraient de « payer » réellement sa dette aux victimes et serait certainement dissuasif.

    Il serait souhaitable d’introduire la notion d’obligation pour la police d’assurer la securité des citoyens; le refus entrainant automatiquement le droit de s’armer afin que le crime ne soit plus un « metier » sans risque comme c’est le cas aujourd’hui; accessoirement le refus de la police d’assurer sa mission pourrait entrainer une deduction fiscale automatique…

    • « La motivation du voleur habituel est la paresse puisqu’il est moins fatiguant de voler que de travailler »

      Pas la paresse.
      L’opportunisme, ce qui n’est pas la même chose.
      Le loup descend dans la vallée et prélève sur le cheptel domestique parce qu’à un moment donné, il a compris que le rapport bénéfice/risque y était supérieur que lorsqu’il chasse le gibier
      Par conséquent, tenter de rééduquer un opportuniste en le contraignant aux travaux forcés, revient à rééduquer un loup mangeur de moutons à chasser le cerf.

      Autant vous dire qu’à moins d’être amnésique, la première chose qu’il fera à sa sortie, sera de reproduire son opportunisme.

      D’où l’échec de ce genre de programmes dits de réinsertion.

      • La présence s’organise par elle même , elle est d’une collégialité très destructrice qui nous dévoile sa sympathie , d’où l’amour avec notre lecture de la mort que la nature retrouve ses droits, dans le lot la justice d’avec nos codes est une révolution de lecture comme tempérance de savoir vivre
        Un barrage ramène l’eau à retrouver son adresse , l’attraction avec son dénivellent est une des plus grande découverte millénaire , la rétention avec ses implications de lecture de vie comme adresse .Les jardins de babylone.
        S’est le thé, le riz , les paliers vis a vis avec ses plateaux de la hiérarchies , notre expansion est juste une réplique de nous même comme réponse à la présence.
        Le droit de vivre qui indique l’adresse de notre avortement suicidaire , sur un lieu comme étrangé
        Sans oublié des arbres multifruits comme agrume en gestion de d’adn le mouvement lgbt parlant de bébéseul comme de babylone
        Voyez vous
        Lorsque le Vésuve à Pompéi comme épi phénomène à explosé , le rendu est juste un selfi sur du vivant complètement carbonisé dans un instant précis , comme de figé de carte postal avec un iphone ma tu vu silicone valley
        La révolution française était une réponse mathématique d’épi phénomène du volcan Laki,
        L’expansion de l’Islam en Europe était juste lié à une mésentente qui n’empêche que la présence à retrouvé ses droits de lecture
        La peste noir de l’Europe de l’invasion mongols et du drapeaux islamique complètement invité vu l’Europe affamé
        D où avec soi disant une immunité parlementaire dans le suivi d »aujourd’hui s’est juste un océan sans rivage.

        • Votre intervention illustrée, pour ne pas dire imagée, reprend quelque peu les concepts d’Anaxagore sur le sujet de l’intelligence organisatrice et directrice du monde.

          La présence est le vivant sans contrainte consubstantielle à son expansion.
          Formulé autrement, l’expansion est une transformation du vivant dans le temps.

          Pour stopper l’expansion, il faut donc agir sur le vivant et/ou sur le temps.
          Qui dit agir dit contraindre uniquement le tropisme expansionniste de la présence, car nous ne savons pas figer le temps, en dehors de la mort.

          Sur Terre, on peut empêcher un objet de tomber au sol mais on ne peut pas annuler la gravité qui s’exerce sur lui.
          On peut la contourner, la tromper, mais elle existera toujours.
          On peut tromper, contourner l’opportunisme du Loup ou du voleur, mais une fois libéré de toute contrainte , il redeviendra opportuniste.
          Lorsque le barrage cède, l’onde rejoint son adresse finale et tourne le dos à ce retour forcé à l’initiale.

          La prison contraint mais ne résout rien, c’est un barrage et non un Volcan en éruption.

  12. Je navigue dans l’imaginal et en toute excellence regardé mes peintures
    L’humanité s’est un gros programme comme singularité de naître
    dieu construit sa réalité existentiel, le truc est de l »endormir pour s »en libérer
    De plus je vous en délivre un autre de secret autour du cordon ombilical du stop ou encore , tout en sachant que l’invisible souhaite s’y invité avec une énorme violence lié à sa frustration de n’avoir été reconnu de la séparation.
    L’humanité devrait brillé par son absence , comme je vous l’ai écris plus haut « l »endormir pour s »en libérer  »
    la lecture des loups s’est sympa mais pas suffisant , j’ai vu plus loin , ce qui n’empêche qu’ils ont leur place , comme balises de lecture .
    Le monde est devenu chaotique perdant la lecture de sa complémentarité style meetoo et lgbt
    S’est vraiment chaotique dans le mélange des genres

  13. osez Demeter , pierre de faite et clé de voûte avec ses mains et puis pour le rappel au souvenir
    Elle tien une gerbe de blé dans son ambivalence et dans l’autre main un flambeau , justement écrit un serpent selon la convenance de lecture!.
    Ceci dit rien à voir avec l’école de la république qui souhaite nous nourrir de leur pain quotidien dans son ignorance d’enseigner,ceci dit je navigue chez , Eulésis , à voir venir dans le souvenir;
    Ben à l’époque les enfants étaient assis en tailleur sur une lame de rasoir d’avec leur puberté
    au grès en lisière d’un champ de blé juste à la bonne hauteur de la moisson comme de la coupe.
    Juste avant la puberté , au bon timing, le blé qui navigue au gré du vent ( au grès du vent) et dans l’autre main de Démeter donne une direction d’avec son flambeau .
    Banalement le soleil , qui dans son balancement du vent et de la lumière renvoyais au souvenir au travers d’un enseignement hypnotique
    D’où les bergers d’arcadie
    Voilà pour l »oxymore

  14. « L’humanité devrait brillé par son absence  »

    C’est un concept qui mériterait un développement isolé.
    Nietzche écrivait La vie n’est qu’une variété de la mort, une variété fort rare.
    Nul n’échappe au destin, à la mort.

    Ce n’est pas équivalent à la souhaiter briller par son absence, certes, mais si sa présence se caractérise par un tropisme à l’expansion, que l’on pourrait réduire à un caractère invasif, il n’en demeure pas moins que la mort, donc la fin déterminée de son temps, en limite indubitablement sa portée.
    On peut même avancer que comme la vie connait sa fin, c’est pour cette raison qu’elle brille et qu’elle se veut flamboyante.
    En ce sens, elle brille par sa présence, c’est dans son ADN de variété très rare et donc précieuse, car Il n’y a dans le jardin aucun remède à la puissance de la mort, même dans celui cultivé de Demeter.

    « La victoire ou la mort » pourrait être son hymne à sa propre gloire, son carburant pour franchir n’importe quel obstacle, fût-il une muraille, un mur ou une porte de prison.

  15. Bilan accablant sur l’abandon de l’ordre public.
    – Abandon de la France périphérique (petites villes et ruralité).
    – « Quartiers perdus de la République »‘ abandonnés à la pègre et à l’islamisme, avec la complicité de certains élus locaux pour clientélisme.
    – Un million d’infractions avec auteurs connus qui ne sont pas poursuivies.
    – Moyens très insuffisants de la Justice et de la police.
    – Idéologie laxiste avec « culture de l’excuse ».

    On peut constater que cela touche aussi d’autres secteurs.
    Je pense à l’Education Nationale où l’indiscipline et les actes intolérables sont fréquents. L’Administration parle de « bienveillance » quand des actes scandaleux sont commis par certains élèves.

    Là aussi, l’idéologie a favorisé cette dérive.
    Ainsi, le pédagogisme qui supprime le fait que les enseignants enseignent et que les élèves doivent apprendre contribue à l’indiscipline scolaire.

    Il y a quelques années, le conseil de discipline d’un lycée avait exclu à l’unanimité (y compris les représentants FCPE des parents) un élève qui avait dépassé l’âge d’obligation scolaire. Cet élève avait lancé dans les couloirs du lycée un cocktail Molotov.
    L’Académie annula cette sanction.
    Quand cette information fut connue, elle provoqua l’indignation légitime de bon nombre de gens.
    Le responsable académique de la FCPE (1) téléphona à une radio pour se vanter du fait suivant. C’est lui-même qui était intervenu auprès de l’Académie pour faire annuler cette sanction contraire à sa conception des « droits de l’homme » !!!

    (1) La FCPE est la Fédération de Conseils de Parents d’Elèves. Organisation de gauche, elle a de bonnes relations avec bon nombre de syndicats enseignants.
    Quand j’avais des responsabilités au SNI-Pegc/FEN (tendance Unité et Action) de mon département (années 70), j’avais souvent de bonnes relations avec la FCPE.
    Mais, dès la fin du XXe siècle, la FCPE s’est enfoncée dans une idéologie calamiteuse.
    La FCPE, comme l’UNEF, est, en 2020, une véritable catastrophe.

  16. Dans un tweet récent, Régis de Castelnau fait les constats suivants.
    – Hollande cambriolé. 3 jours suffisent pour arrêter et expulser (1) de France le coupable.
    – Pitoyable (2) affaire Griveaux. Les coupables sont arrêtés dès le lendemain.
    – Insultes racistes, misogynes, homophobes et menaces de mort contre Mila. Ni arrestation, ni garde à vue, ni poursuite, 1 mois après.

    Constats.
    Les services publics que « le monde entier nous enviait » (3) sont, en 2020, dans un état catastrophique.
    Mais, la Caste dominante, privilégiée est protégée. C’est ce que Ségolène Royal appelle, sans doute, « le respect ».

    (1) Quand on dit qu’il faudrait expulser des délinquants en situation irrégulière en France, nos autorités disent : « c’est difficile ». Pas si « difficile » pour le cambrioleur de Hollande.

    (2) Affaire pitoyable des 2 côtés. Pitoyable du côté du calamiteux Griveaux. Pitoyable du côté du russe qui a dévoilé l’affaire. C’est un opposant à Poutine. Mais, est-il exact qu’il a de bonnes relations avec l’inévitable Edwy Plenel ?

    (3) Citation de Jean Gabin (dialogue de Michel Audiard) dans « le Cave se rebiffe » (1961) concernant la Poste française : « cette administration que le monde entier nous envie ».

    • Pitoyable (2) affaire Griveaux. Les coupables sont arrêtés dès le lendemain.

      Oui, totalement en phase avec vos propos autour du deux poids-deux mesures.
      J’ajoute que les premiers chefs d’inculpation justifiant l’arrestation des Bonnie and Clyde Russes, furent des faits antérieurs, dont une agression au couteau.
      Ce qui signifie que sans l’affaire Griveaux, ils seraient encore libres, à l’heure ou nous dissertons.
      Le statut de réfugié politique sous la Vème procure tout de même quelques privilèges visiblement.

      Une grosse farce.

Laisser un commentaire