Vu Du Droit chez Natacha Polony

Natacha Polony m’a fait l’honneur de m’inviter à m’exprimer sur la chaîne de télévision qu’elle anime. Je voulais répercuter ces deux entretiens depuis quelque temps, mais je ne maîtrise pas encore les subtilités de WordPress. Pour accéder aux vidéos il faudra donc cliquer sur les liens.

« ON A CHANGÉ DE RÉGIME »

Première partie de l’entretien. Où il est question des nouvelles configurations que l’on impose à la France et qui la confrontent, à côté de l’affaiblissement de sa souveraineté économique à une sévère perte de souveraineté juridique.

« MACRON PREND DES LIBERTÉS AVEC LES LIBERTÉS PUBLIQUES »:

Deuxième partie où l’on détaille comment Emmanuel Macron aggrave résolument des tendances déjà au travail avec ses prédécesseurs, et porte lourdement atteinte à nos libertés publiques.

Régis de Castelnau

7 Comments

  1. Super, édifiant et parfaitement relaté ! J’espère que l’on vous verra plus souvent devant la caméra car vous êtes de surcroit un excellent orateur très agréable à écouter.

    Tous mes encouragements pour la suite car je pense que vous en aurez bien besoin vu le courage qu’il faut aujourd’hui pour défier la ploutocratie qui règne à l’Elysée et au plus haut sommet de ce qui reste de nos institutions.

    En tous cas, merci de nous éclairer de vos lumières qui j’espère nous aideront bientôt à apercevoir la fin du tunnel. Merci également à tous vos collègues avocats qui prennent des risques confrontés à une corruption sans précédent. Vous tous constituez un de nos derniers remparts face à une justice totalement à la dérive.

    De la gouvernance Macron les Français s’en souviendront mais malheureusement il est devenu habituel que le nouveau président soit encore pire que le précédent. Voilà ce qui devrait faire réfléchir les Français avant toute élection et les amener à se poser un peu plus de questions…

  2. Le 2e lien est sur le caractère « : » et pas sur le texte 😉

  3. Polony hum bon une intellectuelle pur sucre qui prétend que Bourdieu courait les plateaux télé je me méfie.

  4. Je n’ai pas encore écouté toute l’interview de Régis de Castelnau.
    Puisque Natacha Polony (que j’apprécie depuis des années) est depuis quelques mois directrice de « Marianne », je veux signaler que le numéro de cette semaine parle des « obsédés de la race, du sexe, du genre, de l’identité, … »
    Autrement dit, de cette dérive d’une certaine gauche qui fustige les blancs, les hommes (1), qui est proche du Parti des Indigènes de la République, ….
    Notons que, quand des femmes d’origine maghrébine comme Zineb El Rhazoui défendent des principes républicains, elles sont qualifiées par ces « antiracistes » authentiques racistes de « collabeurettes ».

    « Marianne » rappelle que ces obsédés ont empêché la représentation d’une pièce d’Eschyle à la Sorbonne. Ce sont les nouveaux (violents) censeurs.

    « Marianne » constate que cet état d’esprit pénètre des syndicats, des associations, des journaux.
    L’UNEF (2) et Sud-Education sont maintenant totalement contaminés par cette idéologie odieuse. La LDH (Ligue des Droits de l’Homme) est aussi fortement atteinte.
    Le Planning Familial et Act Up sont touchés.
    Les querelles touchent des rédactions de journaux où c’est parfois « la guerre » entre authentiques républicains et ces idéologues calamiteux.

    (1) Constatons que la tartufferie est grande chez certains adeptes de « Balance ton porc ». On a constaté ces derniers mois qu’on avait harcelé, voire pire, des jeunes femmes à l’UNEF (l’ultra-féministe Caroline de Haas ne s’en était pas aperçue quand elle était une des dirigeantes de ce syndicat) aux jeunesses socialistes et aux jeunesses communistes.

    Notons aussi que la « Ligue du LOL » qui harcelait des femmes comprenait des journalistes de « Libération », des « Inrocks », bref, de la gauche bien-pensante.

    (2) Ma soeur fut membre de UNEF-Renouveau, dirigée à l’époque par Guy Konopnicki. Personnellement, j’étais à l’Ecole Normale d’Instituteurs de mon département, mais, si j’avais été étudiant, j’aurais appartenu à ce syndicat.
    En revanche, en 2019, je conseillerais à tout étudiant de fuir ce syndicat devenu totalement calamiteux.

Laisser un commentaire