Massacre de la préfecture : le nihilisme insupportable des belles âmes

Il y a une semaine, Arte a sorti un très bon documentaire sur les Frères musulmans en Europe, et sur leur stratégie de constitution d’un réseau de mosquées radicales. Ce documentaire a été co-réalisé par Chesnot et Malbrunot, qui ne sont pas l’alpha et l’oméga sur le sujet, mais qui ont le mérite de faire un travail sérieux et de qualité sur l’islamisme depuis plusieurs années, qui a en outre la caractéristique d’être assez besogneux et factuel pour être incontestable.

Prise de conscience

Il y a quelques années, j’ai connu une prise de conscience assez brutale au sujet du phénomène islamiste. À l’époque, j’ai même été presque obsessionnel, je n’ai aucun mal à le reconnaître, parce qu’il y avait de quoi être obsessionnel après un tel atterrissage. Comment, des mosquées financées par des États qui haïssent mon pays, sur son propre sol, pour y propager une pensée anti-républicaine ? Des citoyens français qui utilisent les angles morts de la loi française pour devenir les relais d’une pensée profondément anti-nationale, qui a pour but principal de diviser la société ? C’était trop gros. Cela m’a donc conduit à lire, me renseigner, étudier le sujet pendant de longs mois, à faire passablement chier de nombreux amis qui, à l’époque, se sont demandés si je n’étais pas en train de passer du côté obscur : celui de l’intolérance, de la xénophobie, et tant d’autres joyeusetés. C’était en 2016. À l’époque, tenir un discours alarmiste sur le sujet islamiste était encore, malgré Charlie, malgré le Bataclan, suspect. Le principal danger : faire « le jeu du ». Casser l’ambiance avec une pensée pas franchement favorable au vivre-ensemble.

Trois ans plus tard, ce constat alarmiste est jugé recevable par une chaîne comme Arte. Chesnot et Malbrunot vont interroger des imams de France, des spécialistes de l’islamisme à travers le monde. Les premiers soutiennent, face caméra, que leurs mosquées respectives sont financées par les fidèles – et feignent la surprise outrée quand on leur met devant les yeux les justificatifs des virements venus du Golfe, parfois de plusieurs millions d’euros, qui ont permis la construction de ces mêmes mosquées. Les seconds décrivent, l’air parfaitement placide, la stratégie frériste de réislamisation des communautés musulmanes d’Occident, menée à grand renfort de « centres culturels », où le cultuel, justement, est à dessein mélangé avec le culturel. La gigantesque mosquée Annour de Mulhouse est par exemple bien plus qu’un lieu de culte : on y trouve un supermarché halal, une école, une morgue, une piscine à horaires séparés pour les hommes et les femmes, etc. Tout ce petit monde doit penser, manger, nager, vivre halal.

Il y a deux ans, je découvrais le rapport de l’Isesco, document tout ce qu’il y a de plus officiel, qui décrivait la façon dont devaient être « réislamisées » les jeunes générations de culture musulmane en Occident. Document de plus de trois cents pages, émis en 2009 par l’Organisation de la coopération islamique, disponible en PDF sur internet. Accès libre. Tout y est, avec un niveau de détail qui m’a plongé dans une sidération dont je me souviens encore aujourd’hui : dénonciation des valeurs occidentales perverses, affirmation de la nécessité de préserver les descendants de l’immigration arabo-musulmane de la mauvaise influence des valeurs démocratiques, etc. Devoir de multiplier la création de centres mêlant cultuel et culturel – on y revient – pour brouiller les pistes, aussi bien vis-à-vis des fidèles que des autorités. J’ai fiché ce rapport, et l’ai envoyé à plusieurs journalistes, qui ont tous sauté au plafond en s’exclamant qu’il fallait en parler. Aucun ne l’a fait : c’est un peu polémique, comme sujet, quand même. Bon pour Riposte laïque ou Français de souche. Nous ne mangeons pas de ce pain-là.

Aujourd’hui, ceux qui dénoncent ce phénomène conjoint, à commencer par le grand spécialiste Mohamed Louizi, sont reçus, sont admis dans des documentaires, comme celui d’Arte dont j’ai parlé en introduction. On ne les traite plus de fous, de nauséabonds. On les écoute, avec quelques années de retard, la mine un peu inquiète. On ne les traite plus de complotistes ou de mauvais esprits rétifs au vivre-ensemble. Combien d’attentats a-t-il fallu pour en arriver là ? Combien d’enquêtes d’opinion (je renvoie à l’enquête publiée par Le Point il y a une semaine) qui montrent que, factuellement, les jeunes générations de culture musulmane sont bien plus religieuses et radicales que celles de leurs parents et grands-parents ? Je ne les ai pas comptées, je me suis contenté de les lire.

Le mur de la réalité

Les rapports pleuvent sur la « radicalisation », pêle-mêle : à la RATP, dans la police, dans la pénitentiaire. Davet et Lhomme signent un bouquin alarmiste, il y a un an, sur la Seine-Saint-Denis. Mais attention : la priorité, ce n’est pas de protéger, de nous protéger. C’est de ne pas faire « le jeu du », et de ne pas nuire au vivre-ensemble. C’est bien connu : une société où potentiellement, des pans entiers de la population pourraient se détester et estimer n’avoir plus rien en commun d’ici dix ou vingt ans, c’est très « vivre-ensemble ». C’est très bienveillant. Où finissent ces rapports ? Je n’en sais rien. De quels effets sont-ils suivis ? Je ne le sais pas plus. Je sais qu’en tout cas, le parfum de suspicion qui pesait sur tous ceux qui s’intéressaient au phénomène islamiste, ce procès en racisme, en xénophobie, est en train de tomber peu à peu en désuétude, face au mur de la réalité. Et c’est une nouvelle aussi excellente que triste et presque accablante.

Accablante, parce qu’il aura fallu des centaines de morts, des dizaines de livres, des dizaines de rapports et des pelletées de documentaires pour qu’un début de prise de conscience intervienne. Il reste quand même dans l’air un douloureux et entêtant parfum de lâcheté et de culpabilité rentrée. Est-ce qu’en admettant le fait qu’il y ait un problème, on ne serait pas un peu, nous aussi, en train de faire « le jeu du » ? Est-ce qu’on ne serait pas mieux à persévérer dans notre petit nihilisme de consommateurs insignifiants, les yeux rivés sur nos téléphones et sur nos nombrils, à laisser cette vilaine société progressiste / rance – cocher la case correspondant à votre petite pathologie personnelle – s’effondrer gentiment ? Est-ce que tout ceci vaut bien la peine qu’on se batte, finalement ? Ce nihilisme insupportable semble être, lui aussi, en train de tomber, en tout cas je l’espère. Et les pires nihilistes qui restent sont sans doute, comme d’habitude, ceux qui savent, ceux qui lisent et qui réfléchissent, mais préfèrent poursuivre leurs petites vies de ricaneurs autosatisfaits. Comment donc, s’abaisser à s’intéresser à un sujet aussi corrosif, aussi gênant ? Très peu pour moi. Laissons donc tout ceci s’effondrer en essayant de maintenir nos petites vies et nos petites certitudes, le plus possible.

La goutte d’eau, enfin ?

Je ne sais pas de quelles conséquences sera suivi l’attentat de la préfecture de police de Paris. Comme d’habitude, je vais espérer que ce sera l’acte de trop, celui par lequel le lent et douloureux suicide de mon pays prendra fin. Quatre fonctionnaires servant la France, saignés comme des animaux, par une personne au sujet de laquelle la première urgence consiste à relativiser, sinon écarter, cette si sulfureuse et polémique « radicalisation ». Il ne faudrait pas déranger. Et Mélenchon qui consacre sa revue d’actualité de la semaine à la scandaleuse infraction à la laïcité de l’Etat que constitue la cérémonie à Saint-Sulpice pour Chirac – pas un mot, en revanche, sur le happening de la Ligue islamique mondiale, en France, ou les bourreaux de Raif Badawi s’affichent en toute quiétude avec de hauts représentants de l’Etat. Et les porte-parole du gouvernement qui expliquent qu’il ne faudrait quand même pas faire d’amalgame. Les ricaneurs ricanent, les aveugles continuent de ne pas voir, les complaisants se complaisent. Il est vraiment temps que ce suicide collectif, constitué du chapelet parfois bruyant et sanglant des meurtres, parfois de l’accumulation silencieuse des petits accommodements et des regards tournés vers le sol, cesse.

Cette lâcheté est vraiment, et je le dis après avoir déjà eu une certaine patience, depuis plusieurs années que je suis le sujet de près, insupportable, et me fait honte pour mon pays.

Ambroise de Rancourt

58 Comments

  1. Et donc? Vous préconisez quoi ? Pour ma part, je considère qu’il s’agit essentiellement de faits divers émanant d’une minorité de personnes psychologiquement à la dérive voire psychiquement dérangées. Ils ont choisi l’Islam, car c’est la proposition à la mode et que tout le monde consacre (dont vous), comme exutoire à une vie médiocre. j’en ai également parlé un peu ce matin au https://www.facebook.com/terrainHostile/posts/2407546132905477?__tn__=K-R

    • Il y avait aussi des nazis (j’emploie cet exemple parce que c’est le seul familier à un grand nombre de personnes) « déséquilibrés », était-ce une raison pour ne pas combattre le nazisme ?

      • Il y a aussi des « déséquilibrés » parmi les catholiques, les protestants, les juifs et les boudhistes, est ce une raison pour combattre les catholiques, les protestants, les juifs et les boudhistes ? Et ça marche aussi avec botanistes, véliplanchistes, naturistes etc. A partir du moment où on prend le problème à l’envers, aucune raison de se gêner.

        • Combien d’attentats commis par des catholiques, des juifs, des bouddhistes ou des véliplanchistes au nom de leur idéologie ou leur activité ?
          Les aveugles volontaires deviennent vraiment insupportables.

          • Pour les boudhistes, c’est – notamment – en Birmanie que ça se passe (mais il ne s’agit pas d’attentats, juste « d’émeutes » durant lesquelles on brûle allègrement des enfants…). Pour les chrétiens protestants, je vous laisse faire vous même le décompte des morts provoqués par la guerre contre « l’axe du mal » et vous renvoie , concernant les juifs, au nombre de victimes causées par la poursuite du rêve du Grand Israël.
            Je vous accorde cependant volontiers que le nombre de morts dus aux véliplanchistes reste, lui, beaucoup plus limité.

          • Martin effectivement il y a du mal partout mais ceux qui vont attenté aux vie dans les autres pays que les leurs au nom de leur doctrine, en ciblant de préférences des innocents, restent majoritairement des musulmans. C’est un fait. Comme vous dites les boudhistes massacrent en Birmanie, les isaréliens en Israel (et proches banlieues certes), etc. Cela reste « local ».
            Cela ne défend en rien ces exactions qui sont tout à fait condamnables mais montre en substance la différence entre ceux qui veulent imposer leur doctrine chez eux et ceux qui veulent l’imposer partout.
            Bien entendu il reste à part le cas des américains qui eux aiment à voir la « merde » partout par appât du gain et du pouvoir. Ils sont les maîtres du « diviser pour mieux régner »…

        • C’est à cause de sombres cons dans votre genre que nos arrières-petites-filles vivront comme des Afghanes.

    • Cette personne était semble-t-il un salarié sourd en très grande souffrance au travail depuis de nombreuses années (volonté de changer de postes, besoin d’évolution de carrière systématiquement rejetés), ce drame n’est-il aussi un reflet terribles d’une part de la radicalisation. La religiosité expression d’une souffrance et protestation terrible ici contre cette souffrance. Les très grandes difficultés au travail, de ce monsieur étaient bien connus dans la communauté sourde de Paris.

  2. En espérant que le positionnement à la fois circonspect et implacable de cet article atteigne les tympans.

  3. Ce qui est assez agaçant avec l’Islam, c’est que cette religion permet souvent – et cet article ne déroge pas à la règle à mon sens – de prendre le problème à l’envers, c’est à dire de traiter en cause ce qui est une conséquence.

    La vraie question (à mon sens toujours…) est de comprendre comment, en 2019, autant d’individus peuvent en France adhérer à des idéologies/religions/ modes de pensée obscurantistes et totalement hermétiques à la raison, aux connaissances et à l’Histoire.

    Quand après les attentats de Carcassonne une valeureuse « militante vegane » estime que justice a été faite parce qu’un assassin (le boucher du super U…) a été tué par un terroriste, il y a aussi un léger souci, non ? Et non, il ne s’agit pas d’un cas isolé, j’ai personnellement entendu de nombreux « vegans » dire exactement la même chose, voire pire. Comme nous entendons tous les jours des discours porteurs d’un niveau de haine absolument délirant envers les hommes (hétérosexuels), les gilets jaunes, les chasseurs…et désormais à peu prés n’importe quel humain dont la faute inexpiable est de vivre, et donc de polluer notre pauvre planète qui va mourir demain (comme si « la planète » risquait quelque chose…).

    L’Islam est dangereux parce que « anti-national » et financé par des puissances étrangères, certes. Est il seul dans ce cas ? Le doute est largement permis…. et je n’ai pas l’impression que le jeune Arabe de banlieue soit davantage « conditionné » que le jeune bourgeois blanc et urbain dont la vision du monde est façonné au quotidien par les réseaux sociaux et les studios Warner distillant en permanence le « twisted speech » orwellien lui faisant applaudir l’instauration d’une ministère de la vérité, et lui recommandant de dénoncer (pardon, de « signaler aux autorités » ) un contenu allant à l’encontre de la pensée du jour, appuyé par un appareil d’Etat totalement asservi à un pouvoir politique lui même devenu le bras armé d’intérêts privés oligarchiques.

    Pendant des décennies, ce « twisted speech » a ordonné aux citoyens de répéter en boucle que « l’immigration était une chance » et que la « société pluri-culturelle » ouvrait des lendemains radieux – affirmation totalement démentie par 35 siècles d’histoire des civilisations comme par la réalité de la maison mère, les Etats Unis pour la nommer, mais qui s’en soucie – . Aujourd’hui on hystérise ces mêmes citoyens sur les dangers de l’Islam tout en fustigeant sa réticence à accueillir de nouveaux immigrés clandestins (pardon « migrants ») … tout en achevant de bannir de l’Education Nationale les derniers enseignements susceptibles d’aider les jeunes générations à réfléchir.

    Privés des moyens de comprendre le monde, des outils permettant d’exercer leur esprit critique -et de s’en servir – les gentils petits robots sortant de l’école sont ainsi fins prêts à s’en remettre entièrement à Sainte Greta, à Mahommet ou à Kim Kardashian. Et c’est exactement ce qu’on leur demande : « croire aveuglément » et ne surtout, surtout, pas « réfléchir ». C’est comme ça qu’on forme d’excellents « musulmans intégristes »…et d’excellents occidentaux.

    • @ MARTIN

      « L’Islam est dangereux parce que « anti-national » et financé par des puissances étrangères, certes. »
      Certes, mais pas que !
      L’islam est dangereux parce que ce n’est pas seulement une religion
      C’est aussi un code civil, un code pénal, un code de commerce
      Bref, c’est un mode holiste d’organisation de la société qui enserre l’individu dans un carcan d’obligations et d’interdits, de la naissance à la mort, sous la surveillance constante de la communauté.
      C’est donc un totalitarisme absolu qui s’infiltre partout en utilisant tous les moyens possibles y compris légaux, avec la complicité de certaines juridictions, dont le conseil constitutionnel et le conseil d’état.
      Je vous cite Youssouf al Quaradawi, l’un des principaux dirigeants des frères musulmans :
      « Avec vos lois démocratiques, nous vous coloniserons. Avec nos lois coraniques, nous vous dominerons »

      Vous avez raison en ce qui concerne ces nouvelles religions séculières, véganisme, deep-ecology, culte des « minorités opprimées » ou droit de l’hommisme extrémiste (promotion de tous les désirs en tant que droits absolus) issues souvent des hérésies chrétiennes d’ailleurs (millénarisme et gnose), elles sont effectivement aussi fanatisantes que l’islam.

      Le lavage de cerveau quotidien que vous décrivez est hélas bien réel

      Quant aux Gilets Jaunes, il est compréhensible que recevoir un tir de flash-ball ou respirer du lacrymo n’incite pas vraiment à la sympathie envers les forces de l’ordre
      Je n’ai pourtant pas le profil d’un rebelle professionnel, mais pour avoir assisté à certains agissement policiers lors des manifs de GJ, j’avoue ne pas être enclin à faire des politesses aux bacqueux ni aux commissaires.
      (Je précise que, pour ce que j’ai vu de mes propres yeux, les gendarmes mobiles ont été d’une correction exemplaire, ainsi que, à un moindre degré, les CRS)
      Que parmi les GJ se soient infiltrés des militants radicaux n’est pas non plus contestable.

      • Mon message faisait référence à un discours de haine « envers » les Gilets Jaunes, et non « des » Gilets Jaunes (mouvement qui a toute ma sympathie par ailleurs, mais ce n’est pas le sujet).

      • Le commentaire de M. Martin ci-dessus est remarquable – TOUT y est dit et avec une rare concision. M. Martin, accepteriez-vous d’être nommé Premier Ministre? Par exemple, demain? Cela commence à devenir, je dirais, urgent. Soit dit en passant, pas seulement les Séoudis et Qataris mais surtout leurs délicieux amis américains sont omniprésents désormais dans les banlieues où ils financent des multiples et mystérieux « programmes » …

  4. les crétins takfiris salafistes sunnites en finançant mosquées et centres culturels jouent sur l’échec cuisant de la politique d’assimilation française et s’en réjouissent et la révoulution iranienne de 1979 qui balayé le shah qui a fortement ébranlé aussi bien le maroc que la jordanie,arabie saoudite,turquie,koweit,qatar,oman et bahrain, émirats arabes unis et font par ailleurs le jeu de l’état d’israel ils sont terrifiés par l’iran,donc du coup se sont alliés aux sionistes pourquoi al qaeda en syrie n,’attaque jamais israel ces blessés sont même soignés par l’état hébreu et pendant ce temps là la république est plus que jamais sous l’influence du crif betar ldj et autres conseillers hommes politiques médias officines et associations sionistes qui empêchent que l’on évoque les exactions israélites en palestine cqfd

  5. Pourquoi a-t-on laissé les salafistes construire des mosquées et prêcher une religion opposée à la laïcité? Ce n’est pas compliqué à comprendre: c’est le fric. Le fric qu’on leur donne en échange du pétrole. Il nous revient sous forme de prédicateurs anti-laic. Si ces pays-là n’avaient pas d’argent, nos dirigeants et nos bobos parisiens les trouveraient beaucoup moins fréquentables. Nos dirigeants n’auraient pas accepté la propagation d’une religion qui fait l’amalgame entre religion et politique. Il faut lire le coran et constater qu’il pousse à la guerre.

  6. Merci de ne pas confondre Les Frères Musulmans et l’Islam, ils ne sont qu’un petit perdu rempli de haine et d’ignominie au sein de « l’univers musulman ». Il faut aussi lire l’Ancien Testament qui pousse aussi à la guerre…

    • L’Ancien Testament est (pour faire très simple, voire simpliste) un récit allégorique de l’histoire du peuple d’Israël.

      Donc, comme dans toute histoire d’une nation, il y a des récits de guerres, de combats.

      Par ailleurs, la religion Chrétienne est basée essentiellement sur le Nouveau Testament et principalement sur les Evangiles, qui sont les transcriptions par des hommes de la vie et des prédications du Christ.
      Trouvez moi un appel à la haine ou un appel au meurtre des infidèles dans les Evangiles.

      Ils sont légions dans le Coran, dans la Sunna et les Hadiths
      Or, aucun musulman ne peut affirmer que les radicaux se trompent dans leur lecture des textes sacrés, sachant que toute interprétation est interdite par les livres eux mêmes.

      • L’Ancien Testament est (pour faire simple également) l’équivalent de la Torah écrite, le « code » des tribunaux rabbiniques et la base du judaïsme . On n’y trouve pas seulement de jolis « récits de guerre » mais des recommandations tout à fait explicites sur le sort à réserver aux goyms – et il n’est guère enviable, je vous assure-.

        Par ailleurs, aussi douce soit elle, la religion Chrétienne – notamment dans sa composante calviniste, la seule à avoir conservé une véritable dynamique en Occident- donne aujourd’hui encore lieu à quelques interprétations assez gratinées et tout aussi dommageables pour autrui. Quand une immense majorité de membres du congrès américain affirme croire que Dieu a créé la terre en quelques jours, il y a quelque chose d’un peu vertigineux au 21ème siècle…et de très moyennement rassurant.

        • La Torah est le Pentateuque
          (La Genèse – l’Exode – le Lévitique – les Nombres et le Deutéronome)

          Il me semble que depuis le Christ et au moins depuis Saint Paul, le sort à réserver aux païens est l’annonce de l’Evangile.
          Je ne suis pas calviniste, je ne connais donc pas les interprétations auxquelles vous faites allusion, mais je n’ai jamais vu de protestants se faire exploser sur un marché au nom du Christ, du moins depuis le XVIème siècle).

          Les parlementaires US croient ce qu’ils veulent dans la mesure ou ils ne veulent pas égorger leur prochain.

          • Les parlementaires US ont voté des « interventions » qui ont conduit à infiniment plus de morts que les attentats des barbus…et ces interventions étaient sous-tendus par la certitude de représenter le « bien ».

            Et je ne suis pas certain que les tribunaux rabbiniques suivent les préceptes de St Paul (il ne vous aura pas échappé que mon premier paragraphe était relatif au judaïsme et non à la chrétienté).

          • @ MARTIN

            Hélas oui, cela m’avait échappé
            J’ai l’habitude des personnes qui confondent, AT, NT, Bible etc….
            Je vous prie de m’excuser pour ce contresens.

            Concernant les USA, il y a une très forte dimension messianique incontestable dans les fondements de cette nation, qui se retrouve bien évidemment dans sa politique étrangère.

    • Ce n’est pas très compliqué,
      lire Dr Saoud et Mr Djihad de Pierre Conesa éditeur Robert Lafond
      Préfacé par Hubert Védrine
      Sinon écouter ses interviews sur Thinkerview où sont repris ces thèmes.
      https://www.thinkerview.com/pierre-conesa-arabie-saoudite-un-pays-protege/
      https://www.thinkerview.com/france-terrorisme-diplomatie-carton/

      Concernant la nourriture Halal lire l’ouvrage de Florence Bergeaud-Blackler au Seuil.
      Titre: Le Marché Halal ou l’invention d’une tradition.
      Etude qui fait la chronologie de ce marché qui débute dans les années 80 avec la Malaisie comme pays test
      En gros l’halal, est aussi important pour l’Islam est aussi religieux que le Label Rouge pour le Vatican. Sauf que le Halal est un des marqueurs politiques dans un stratégie de conquête.

      • @LB, Merci pour les liens.
        Pour moi, l’une des meilleures interventions de Conesa disponibles sur le net : https://www.youtube.com/watch?v=bxANdVGz2bA

        Notamment sur la notion d’invention d’ennemis pour les impérialismes, concept qu’avait formulé Debord lors de son périple en Italie durant les années de plomb et la stratégie de la tension.

  7. La gauche à pendant quarante ans encourage l immigration,insulte le Front National,favorisé mes aides sociales aux immigrés. La situation actuelle en est le résultat
    Salut
    Vendeuvre

  8. Mais pourquoi toutes ces belles-âmes intello-bobo-gauchistes ont-elles autant de haine contre Eric ZEMMOUR qui dénonce cela depuis toujours ….?

  9. C’est malheureusement une pathologie: ceux qui ne veulent pas voir le réel ne le voient vraiment pas!

    • Jean-Paul B, Qu’est ce que le réel ? Etes vous bien certain de le voir ?
      Lorsque le tout est moins vrai que la somme des vérités en son sein, le mensonge devient inutile.
      Pire, les tentatives de corrections de fausses visions ou de mensonges sont superfétatoires.

      Nous sommes dans une société ou le réel est à l’épreuve de l’image et non l’inverse, dans un renversement total des valeurs.

      Le terrorisme est d’abord d’Etat, Debord démontrait que, comparé au terrorisme, la démocratie apparaissait, de fait, toujours mieux, toujours plus acceptable.
      C’est une assertion qui transcende la notion de complot, elle renvoie principalement à la réalité de la faiblesse des résultats de la démocratie, faiblesse qu’elle masque derrière le terrorisme.
      L’analyse du terrorisme, ici Islamique, ne peut pas se résumer à commenter l’image et ne peut faire l’économie d’une analyse plus globale.
      Concernant l’analyse de l’image, justement, ce que vous, vous nommez réel dans la production fantasmagorique du spectacle, notre hôte est parfaitement dans le vrai et je souscris d’ailleurs à son billet.

      Zemmour le ferait également.

      Maintenant, déchirer le voile, sans mauvais jeu de mots, ne suffit pas, il faut renverser le paradigme, réassocier les antonymes, le vrai avec l’illusion et le sacré avec le profane.

      Les néo conservateurs US, au début des années 80 et jusqu’à la fin des années 90, ont eu une énorme influence sur leurs présidents et dans leur politique étrangère, Reagan, Bush pour les principaux.
      La doctrine Wolfowitz a même régné post Carter, pour faire vite, c’est elle qui a théorisé la chute de Saddam bien avant les années 2000 et qui a profité du 11 septembre pour avancer ses pions sur l’échiquier international, à savoir jouer sur les coalitions régionales Arabes pour faire barrage à l’Iran sans qu’Israël ne soit en première ligne, tout du moins officiellement.
      Bien entendu, Wolfowitz, en pesant sur la politique étrangère US, servait également les intérêts sionistes et a même été élu homme de l’année 2003 par un journal Israélien.
      Cette doctrine fut le stade ultime de l’utilisation des musulmans pour s’imposer dans la région, une manipulation qui avait commencé avec l’Afghanistan.

      Par ailleurs, Wolfowitz fut directeur du Bilderberg.

      Or le Bilderberg possède une énorme influence sur les élites internationales et européennes, dont la France, via la French American Fondation qui coopte les futures élites de l’hexagone via les programmes young leaders dont est issue quasiment toute la classe politique libérale libertaire de la République, de droite ou de gauche.
      C’est l’idéologie progressiste qui a capitalisé sur le regroupement familial post VGE/Chirac afin de faire venir un grand nombre de musulmans en France (Dray, BHL, Attali, Désir, Cohn Bendit, Goupil, Sopo etc…) et qui a pratiqué un terrorisme moral contre toute opposition à ce tropisme, on parlait de supériorité de la gauche culturelle basée essentiellement sur la carricature Vichyste « gauche résistante, droite collabo » et avec l’appui des droits de l’homme détournés par les Anglo-saxon (human rights).

      Nous sommes actuellement dans la deuxième phase, celle de la radicalisation de ce groupe ethno-confessionnel par des mesures sociétales incompatibles culturellement (Rôle des loges dont GODF) et des politiques OTANesques Pro sionistes, ces dernières étant alignées sur celles de Wall Street et de la City et ce, depuis WWII, post De Gaulle.

      Dans quel but ?

      Pour une troisième phase, dont la Syrie a été précurseur, à savoir installer un choc civilisationnel dans les opinions publiques occidentales, la tentative de renversement d’Assad par l’OTAN s’est faite via un appui militaire aux rebelles au pouvoir Syrien, dont Al Nosra, dans l’héritage de ce que les US avaient fait auparavant via Al Qaida, le hic est que la Russie et l’Iran n’ont pas laissé faire et les alliés ont perdu la guerre en Syrie.
      Généralement, cette phase préparatoire des opinions publiques occidentales annonce un prochain conflit de haute intensité, il n’est pas certain, en effet, que tout ce petit monde ne veuille pas, in fine, la peau de l’Iran et des chiites, avant de s’occuper de la Chine.

      Vous l’aurez compris, en mettant de coté les dingues et les fous, les attentats islamistes sont des dommages collatéraux de l’impérialisme de l’OTAN. Si on isole l’attentat de Toulouse, par exemple, Merah a probablement été un agent qui s’est retourné contre la France, c’est la thèse de Trevidic : https://www.nouvelobs.com/rue89/rue89-police-justice/20130127.RUE2802/mohamed-merah-agent-double-oui-pour-trevidic.html

      En conclusion, lorsque Zemmour (ou un autre) désigne l’Islam comme l’ennemi, il montre l’image, il participe à l’hypnose du peuple.
      Car le spectacle concret de notre société est son abstraction.
      Cette production abstraite débouche sur un résultat irrationnel (sous la forme de précautions oratoires quant au pas d’amalgame après un attentat et de condamnations morales et juridiques pour incitations à la haine raciale, comme avec Zemmour) que l’image fait passer comme cohérent et indiscutable, ici le terrorisme Islamique.

      Alors oui, nous devons nous protéger du terrorisme, parce que c’est l’urgence immédiate de notre sécurité voire de notre survie, mais n’oublions jamais ses producteurs machiavéliques.

      Un jour, les écuries d’Augias devront être nettoyées.

      • SOPHISME n. m.
        ■ Argument captieux, qui pèche ou dans le fond ou dans la forme. Prenez garde à cet argument, c’est un sophisme. Ce livre est tout plein de sophismes. Découvrir, développer, réfuter un sophisme. (Dictionnaire de l’Académie Française).
        En langage populaire: Faire de la fumée.
        L’Islam est actuellement la religion la plus dangereuse,le premier fanatique venu lisant (mal?) le Coran est persuadé qu’il honore son dieu quand il tue un mécréant (Charlie,Bataclan,Nice,etc.).
        Ce sang d’innocents répandu au nom d’un hypothétique dieu est le « réel » dont je parle.

        • De quel Coran parlez-vous ?
          Celui de Médine ou celui de la Mecque ?
          Voulez-vous que je vous cite également des passages moyenâgeux de la bible ou du Talmud ?

          Toutes les religions du livre possèdent ce tropisme.

          Par conséquent, en attaquer une par ce versant est à la fois inutile et surtout dangereux.

          Le réel dont vous parlez, c’est l’image, celle qui nous désempare, celle qui nous désarme, celle qui nous fait peur, celle qui permet surtout au pouvoir d’imposer sa solution, autoritaire et donc liberticide, nous précipitant dans un monde Orwellien.

          Depuis le Bataclan, c’est le renforcement du Patriot Act à la française, dans les pas de celui des US post 11 septembre 2001.
          Avez-vous déjà oublié les fausses armes de destruction massive (2002) pour justifier la guerre en Irak (2003)?
          Même Chirac n’y a pas cru.
          Ce mensonge, c’était déjà la suite logique du Patriot Act.

          C’est factuel ou est-ce encore un raisonnement de la sophistique ?

          • « Voulez-vous que je vous cite également des passages moyenâgeux de la bible ou du Talmud ?
            Toutes les religions du livre possèdent ce tropisme ».
            C’est tout à fait juste cher Hajime,mais (et oui il y a un mais!) les deux autres religions monothéistes,sauf erreur de ma part, n’appellent plus depuis très longtemps au meurtre des « mécréants » et les prêtres et les rabbins ne prêchent pas/plus la haine et ne demandent pas/plus le sang des « mécréants » (en fait tous les autres!) au nom d’un dieu hypothétique.
            Voila la différence,et elle est de taille,avec l’Islam qui je le crains,ne pourra jamais faire son aggiornamento!

          • @JEAN-PAUL.B

            Talmud, Abhodah Zarah 26b T : « Même le meilleur des goy devrait être abattu »

            Talmud, Bammidber Raba c21 & jalkut 772 : « Tout juif qui verse le sang de goyim revient à la même chose qu’une offrande à Dieu »

            Talmud, Ialkut Simini 245c : « Répandre le sang des impies est un sacrifice agréable à Dieu »

            etc…etc…etc…

            Le Talmud est une retranscription de la Torah orale.
            A l’instar du Coran, il existe deux Talmud.

            Vous ne pouvez pas attaquer une religion uniquement sur son versant belliqueux voire moyenâgeux, les autres suivent le même tropisme.

            En revanche vous pouvez vous interroger pourquoi depuis 40 ans, les pouvoir a laissé rentrer une religion et des populations difficilement compatibles avec la République Laïc pour ensuite nous proposer le choc civilisationnel Judéo-chrétien vs musulmans.

            Le fil à tirer est ici et pas ailleurs.

  10. Dans cette affaire, il me semble qu’on se trompe de sujet. Quatre morts, ce n’est pas rien mais le plus important est ailleurs. L’islamiste de fraîche date a semble-t-il été converti par son épouse et était habilité « secret défense » ; de fait, il avait accès à des documents classifiés qu’il a pu transmettre à des groupes criminels et des puissances étrangères. S’il n’avait pas commis ces meurtres, il serait toujours en activité puisque il semble bien que personne ne se doutait de quelque chose à commencer par le haut fonctionnaire de Défense dont c’est la mission et qui est également le secrétaire général du ministère de l’Intérieur, le préfet MIRMAND. Les islamistes sont nombreux sur le territoire et ont une activité de renseignement. L’Institut de recherche stratégique de l’École militaire (IRSEM) a publié en novembre 2018 un excellent rapport sur le sujet que l’on peut se procurer : « L’activité de renseignement des groupes jihadistes » par le colonel PASSOT.
    https://www.irsem.fr/publications-de-l-irsem/etudes.html

  11. Les crimes de ce fonctionnaire de la préfecture de police doivent absolument entrainer la démission immédiate du préfet de police. Le contraire signifirait la totale irresponsabilité du ministre de l´intérieur qui démontrerait une fois de plus son inutilité.
    Salutations

  12. Cette affaire traduit, helas, la rupture dans la transmission de nos valeurs; qui se souvient encore de nos grands ancêtres:

    Bossuet : « Islam ! Cette religion monstrueuse a pour toute raison son ignorance, pour toute persuasion sa violence et sa tyrannie, pour tout miracle ses armes, qui font trembler le monde et rétablissent par force l’empire de Satan dans tout l’univers. » (Bossuet /1627-1704/ Panégyrique de Saint Pierre Nolasque)

    Montesquieu : « C’est un malheur pour la nature humaine, lorsque la religion est donnée par un conquérant. La religion mahométane, qui ne parle que de glaive, agit encore sur les hommes avec cet esprit destructeur qui l’a fondée. » (De l’Esprit des lois, livre XXIV, chapitre 4. »

    Chateaubriand : « Tous les germes de la destruction sociale sont dans la religion de Mahomet. » (Chateaubriand / 1768-1848)

    Condorcet : « La religion de Mahomet, la plus simple dans ses dogmes,(…) semble condamner à un esclavage éternel, à une incurable stupidité, toute cette vaste portion de la terre où elle a étendu son empire. » (Condorcet / 1743-1794/ Esquisse d’un tableau historique des progrès de l’esprit humain, sixième époque)

    Schopenhauer : « Le Coran, ce méchant livre, a suffi pour fonder une grande religion, satisfaire pendant 1200 ans le besoin métaphysique de plusieurs millions d’hommes ; il a donné un fondement à leur morale, leur a inspiré un singulier mépris de la mort et un enthousiasme capable d’affronter des guerres sanglantes, et d’entreprendre les plus vastes conquêtes. Or nous y trouvons la plus triste et la plus pauvre forme du théisme. (…) Je n’ai pu y découvrir une seule idée un peu profonde. » (Arthur Schopenhauer / 1788 -1860)

    Tocqueville : « L’islam, c’est la polygamie, la séquestration des femmes, l’absence de toute vie publique, un gouvernement tyrannique et ombrageux qui force de cacher sa vie et rejette toutes les affections du cœur du côté de l’intérieur de la famille. » (Alexis de Tocqueville /

    • Votre sélection de « grands ancêtres », assez hétéroclite a au moins le don d’être amusante.

      Vous y incluez ainsi l’Evêque Bossuet dont il serait tout de même étonnant qu’il fasse la promotion d’une religion concurrente – encore plus dans le contexte du 17eme-.

      Vous vous limitez à l’Islam dans le rapport qu’entretenaient les écrivains cités avec la religion (ce qui est très dommage, ne serait ce que pour donner un aperçu à vos lecteurs de ce que pensaientt Schopenhauer du Christianisme ou du Judaïsme ou Montesquieu de la dernière religion citée…),

      Vous ne faites en revanche nulle référence à Goethe ou à Hugo (sans doute ne sont ils pas de « grands ancêtres » pour vous) qui avaient une vision radicalement différente de l’Islam – par bonté d’âme, je vous épargne Gobineau, Lamartine et autres inconditionnels admirateurs de la religion d’Orient).

      Ce qui me semblerait particulièrement dommageable serait que la « transmission de nos valeurs » se résume à inculquer et à faire apprendre par coeur aux jeunes générations des phrases-chocs de leurs grands ancêtres – éventuellement totalement sorties de leur contexte- au lieu justement de leur donner une vision exhaustive de leurs réflexions et de l’environnement qui était le leur à l’époque, non pour adhérer inconditionnellement à leurs idéesi, mais pour s’en servir afin d’élaborer leur propre opinion.
      Et leur apprendre par la même occasion à garder une distance critique vis à vis des génies des siècles passés (sauf à considérer que la théorie des climats de Montesquieu doive être enseignée comme une science exacte ou que quand Chateaubriand affirme que « seul le Christianisme explique le progrès dans les lettres et les arts » il s’agit d’un théorème).

  13. L’islam n’est pas l’islamisme.

    https://www.franceculture.fr/emissions/questions-dislam/saison-26-08-2019-29-06-2020

    S’il faut s’inquiéter avec raison de l’instrumentalisation politique par des puissances étrangères de l’islam et ses dérives violentes ; cette réflexion doit s’accompagner d’une interrogation sur ce qui favorise l’attractivité d’une telle dérive pour des populations françaises.

    L’islamisme comme les gilets jaunes ne recrutent pas à Neuilly sur Seine ou à Versailles.

    Les profils des acteurs révèlent très régulièrement les conséquences d’une politique sociale en jachère (sans parler de la politique de régression sociale en marche), une discrimination institutionnalisée dans les faits et les comportements (dont les Roms ont été les cobayes et demeurent les victimes auxquelles s’agrègent aujourd’hui dans une même détestation de l’altérité les migrants, les musulmans, les réfugiés, … voire bientôt peut-être les jeunes, les malades, les vieux, les chômeurs, les ménages modestes, …), un défaut de politique active d’intégration, …

    Même si cela part du comportement de quelques membres du groupe, l’islamisme est une façon de criminaliser tout un groupe de population. C’est la même stratégie de communication politique pour disqualifier tous les mouvements qui contrarient le pouvoir, à commencer par les mouvements sociaux, en les stigmatisant par une rhétorique méprisante qu’employaient déjà les gouvernements violents et brutaux :  » factieux », « gens qui ne sont rien »,  » fainéants »,  » gars qui fument des clopes « ,  » analphabètes  » …

    Le mouvement politique d’atomisation du lien social par la destruction de la solidarité nationale, qui justifie l’existence de l’Etat dont le but est de garantir un bien-être général et non l’optimisation immédiate des profits d’un tout petit nombre, explique l’amplification du repli identitaire d’un nombre croissant de personnes qui ne se reconnaissent plus dans une communauté nationale, parce qu’ils ont le sentiment vrai ou supposé d’en être exclus ou rejetés, ce qui les poussent à rechercher d’un refuge, ce qui n’est pas exclusif à l’islam.

    La dérive violente du comportement de certains d’entre eux était prévisible dès l’engagement d’une politique destructrice des droits sociaux.

    Les organisations terroristes sont financées et manipulées par des puissances étrangères. Un Etat ne peut se contenter d’en sanctionner les conséquences sans agir contre les Etats étrangers qui sont derrière ces dérives criminelles et continuer à commercer avec eux pour la seule satisfaction du marché et des « investisseurs ».

    Il y a une évident question de responsabilité politique du pouvoir qui n’est jamais posée.

    • Tout ceci est parfaitement exact…mais la première « responsabilité politique » me semble t’il est celle d’avoir favorisé, et de continuer à le faire, l’afflux massif de populations ne partageant nullement la culture de notre pays en entretenant la fable d’une assimilation – devenue plus tard « intégration »- qui, du fait de la masse même de cette immigration, n’avait juste aucune chance de se faire (et de fait ne se réalise nullement).

      En revanche cet afflux permet de maintenir une pression sur les salaires, et est une condition nécessaire au développement des über de toutes sortes (deliveroo, etc.) , tout en ayant pour énorme avantage d’être un facteur permanent de luttes internes et de pouvoir servir de bouc émissaire à l’occasion…

    • Vous devez vivre assez loin des zones islamisées de ce pays pour tenir un discours aussi convenu et dépassé. Partout la haine de l’occident, des chrétiens, des blancs est professée de manière plus ou moins ouverte avec la complicité la connivence et l’absolution des politiques et des médias…
      Avoir enseigné depuis 40 au sein de l’EN a détester ce pays a fini par réussir. Ne vous inquiétez pas le vivre ensemble finira bientôt. Le « ensemble » est encore là mais le « vivre » disparaît….

      • J’étais inspecteur de police et j’ai officié dans les banlieues, notamment à Grenoble. Je n’y ai jamais été agressé. En revanche, fréquenter la misère des gens et l’injustice conduit à s’interroger.
        Quant à la haine de l’occident, il est évident qu’elle ne vient pas nécessairement de ce qui serait enseigné dans l’éducation nationale. Il y aurait sinon beaucoup moins de personne qui voteraient pour l’extrême-droite. Non ?

  14. J’ose ajouter mon grain de sel.

    Pas une seconde nous pouvons penser que nos dirigeants ignorent cette situation.
    Ils savent lire et ils ont des indics.

    Si rien ne se passe pour freiner cet endoctrinement c’est LEUR choix en toute connaissance de cause.

    J’en déduis sans effort et j’aimerais me tromper, que la violence islamique EST UTILE au pouvoir actuel. C’est une justification non réfutable des lois répressives, des lois scélérates.

    Les droites (du PS à RN) ONT BESOIN d’un ENNEMI pour exister.
    Un fait durable…

    Qui n’a rien de surprenant, c’est une situation que l’on retrouve presque partout.
    C’est ignoble, abject a-démocratique… tout comme le capitalisme devenu totalitaire .. autre sujet corrélé.
    On a les dirigeants que l’on accepte.

    • C’est en partie vrai. Mais la lâcheté crasse de nos élites est plus forte que tout, il s’agit de désarmer moralement, physiquement et politiquement ceux qui pourraient vouloir défendre la civilisation européenne et ses valeurs…

      • La lâcheté crasse est une mythologie.
        Nos élites sont formées pour le chaos généralisé et consubstantiel à la crise du Capital de la société marchande.
        Lorsque le pas d’amalgame est prononcé systématiquement post attentats, ce n’est pas une lâcheté, c’est calculé.
        Lorsque Zemmour est condamné moralement par la médiacratie, prélude, peut être, à une condamnation judiciaire, ce n’est pas par lâcheté, c’est calculé.

  15. Effarant qu’on ait appelé à manifester à Gonesse en faveur de l’assassin islamiste de la Préfecture de Police.
    L’auteur de cet appel ignoble à cette manifestation se nommerait Hadama Traoré. Est-il parent du caïd multirécidiviste Traoré mort lors de son arrestation en juillet 2016 ?
    Dans un article du 24 février 2017, sur ce blog, Régis de Castelnau, s’appuyant sur les écrits de Marx (dont « le 18 brumaire de Louis Bonaparte »), fustigeait « la lumpenisation des esprits » (1) qui conduisait une certaine gauche dévoyée (2) à soutenir Meklat, Théo et la famille de Traoré :
    https://www.vududroit.com/2017/02/meklat-traore-theo-la-lumpenisation-des-esprits/

    Si celui qui a appelé à manifester à Gonesse est de cette famille, ce serait une preuve supplémentaire des liens forts entre l’islamisme et les voyous du lumpenprolétariat.

    (1) On sait que Karl Marx était hostile au lumpenprolétariat (la racaille) qui était utile selon lui à la classe dominante.

    (2) Citons, parmi ceux qui manifestaient aux côtés de la famille Traoré : Eric Coquerel, Benoit Hamon, Esther Benbassa, Philippe Poutou (et le NPA dans son ensemble).

    • PEPE, à gauche de la gauche, il existe deux courants.
      Les islamo-gauchistes et une gauche mondialiste, non libérale et libertaire.
      Je ne sais pas sur quelles bases Traoré à demandé à manifester, mais le ralliement de Coquerel, Hamon, Benbassa ou Poutou me laissent à penser que la thèse du sourd-muet persécuté en interne est retenue par tout ce petit monde.

      C’est ce que Chris- Bdx, ici-même, a évoqué un peu plus haut.

      Chacun en fera sa propre opinion.

      • Précision.
        Je n’ai pas écrit que Coquerel, Hamon, Benbassa et Poutou devaient manifester ce jeudi 10 octobre à Gonesse. Là, on aurait battu tous les records d’indignité.
        J’ai écrit qu’ils avaient participé à des manifestations concernant la mort d’un autre Traoré en juillet 2016.

        • Il est vrai qu’à gauche de la gauche, on trouve trop d’islamo-gauchistes. C’est le cas du NPA. D’autres sont plus divisés : PCF, LFI, EELV, …

          Parmi ceux qui sont sur une ligne opposée à l’islamo-gauchisme, j’en citerai deux.

          Jack Dion fut journaliste à « l’Humanité ». Il est depuis quelques années à « Marianne ». En février 2015, après les assassinats à Charlie-Hebdo, il avait écrit un article très critique contre un rassemblement qui devait se tenir à St Denis quelques jours plus tard :
          https://www.marianne.net/debattons/editos/quand-la-gauche-radicale-sacoquine-avec-des-accros-de-lintegrisme

          André Gerin a été député PCF du Rhône (de 1993 à 2012) et maire de Vénissieux (de 1985 à 2009).
          Après les attentats de novembre 2015 (surtout au Bataclan), le dirigeant du PCF de l’époque, Pierre Laurent, refusait contre toute évidence la notion « d’ennemi intérieur ». En net désaccord avec cette analyse, André Gerin avait écrit une lettre ouverte au N°1 du PCF :
          http://www.communcommune.com/2015/12/la-lettre-d-andre-gerin-a-pierre-laurent-secretaire-national-du-pcf-apres-son-communique-aux-lendemains-des-attaques-terroristes.htm

          • PEPE, Gérin, je crois savoir qu’il est proche de l’ancien député de droite Eric Raoult, ils sont sur la même ligne concernant l’islamisation des banlieues, le fait que l’immigration musulmane ne soit pas une chance pour la France.

            A priori, c’est même étonnant qu’un membre du PCF tienne le même discours qu’un ex député UMP, d’ailleurs je crois que Gérin a été fortement critiqué dans son camp pour ses prises de paroles en ce sens.

            Critiqué par l’aile Islamo-compatible et il faut comprendre pourquoi.

            Raoult est président de l’Association des élus amis d’Israël (ADELMAD), cela représente plusieurs centaines d’élus Républicains en France.
            A la lumière de cette information, on peut comprendre que la convergence Gérin-Raoult sue la question de l’islam ne plaise pas à tout le monde à la gauche de la gauche.

            Il faudrait effectuer des recherches sur Jack Dion, mais j’ai un à priori défavorable.
            Un type qui assène sans vergogne que le mot « Laïcard » est une invention de Maurras, alors qu’elle est apparue d’abord dans la Croix à la fin du XIXème siècle et dans un article traitant de l’enseignement….Maçonnique, ca ne présage rien de bon.

            Il faudrait prendre le temps d’affiner, certes.

            En conclusion, les positionnements politiques doivent se décrypter à l’aulne des intérêts trans-partisans, bien au delà du clivage politique Républicain, qui n’est qu’une première lecture superficielle accessible au plus grand nombre.

    • PEPE, je n’avais point lu (vu ?) votre couplet sur le lumpenprolétariat honni par Marx.

      Mille excuses.

      En effet, vous avez raison, Marx estimait qu’ils étaient de faux révolutionnaires car n’ayant pas de conscience de classe, condition nécessaire et suffisante à la révolution prolétarienne, pour ne pas dire dictature du prolétariat.

      Cela étant dit, cette thèse a été historiquement contestée par le mouvement anarchiste, car si « la racaille » ou le voleur sont intégrés au lumpen, ce dernier ne se réduit pas à eux.
      Lumpen désigne aussi des déclassés, des déracinés, des marginaux, des adeptes de contre sociétés marchandes, contre le travail salarié.

      Bref, pour certains anarchistes, ils ne sont pas de facto, hors champ révolutionnaire, bien au contraire, ils peuvent être à la pointe pour peu que l’on transcende la lutte des classes et que l’on intègre la critique de la marchandise à celle du Capital (bourgeois) de Marx.

      C’est que font, par exemple, les situationnistes, dont Guy Debord, bien entendu.

      • En effet, tel que j’ai écrit, le lumpenprolétariat semble être un synonyme de la racaille (1).
        En réalité, pour Marx, dans « le 18 brumaire de Louis Bonaparte », la racaille fait partie du lumpenprolétariat, mais n’est pas tout le lumpen.

        (1) Notons que, dans « le Manifeste du Parti Communiste » de Marx et Engels (1848), il est fait allusion une fois au lumpen. Dans celui que j’ai,chez moi, édité par « les Editions Sociales » (qui était la maison d’édition du PCF), une note (de l’éditeur) fait du lumpen un synonyme de « racaille ».

        • PEPE, c’est un peu plus complexe que cela.
          Chez Marx, le moteur, c’est la lutte des classes dont la révolution prolétarienne par le travail contre le Capital.
          Pour faire vite, c’est la dictature du prolétariat donc du travail prolétaire.
          A ce stade, la notion de travail n’est pas marchand.

          Le « Lumpen » de Marx et d’Engel désigne donc tout ce qui n’est pas Capital et travail prolétaire, dont les voleurs ou autres « racailles ».

          Chez Debord, la critique Marxiste trouve sa limite avec la chute du mur de Berlin.
          Lorsqu’il conceptualise la société du spectacle, comprendre le spectacle marchand ou tout ce qui concourt à l’expansion de la marchandise, Debord théorise que la critique du Capital ne suffit plus comme contre proposition au capitalisme débridé, dont le néo libéralisme ou capitalisme financier.
          Il comprend que le travail a muté, qu’il est devenu salarié et au service de la marchandise, une production marchande, aliénante pour l’individu.
          Que le Capital et la généralisation du salariat marchent main dans la main, dans une sorte de prolétarisation globale des individus.
          Le « Lumpen » des anarcho-situationnistes désigne donc tout ce qui n’est pas Capital et travail salarié (ou production marchande) et c’est pour cela que contrairement à celui de Marx, ce néo-Lumpen porte en lui des germes révolutionnaires.

  16. Hajime (15-10) rappelle qu’André Gerin avait dit (en 2011) que l’immigration n’est pas une chance pour la France.

    Il avait été critiqué par la direction du PCF. Olivier Dartigolles, alors porte-parole du PCF avait écrit (20 juin 2011) : « André Gerin s’est perdu’.

    Notons qu’en janvier 1981, Georges Marchais avait écrit qu’il fallait arrêter l’immigration.

    Quant à Gerin, pour le congrès du PCF de 2018, il était un des soutiens de la motion d’André Chassaigne et Fabien Roussel. Cette motion est arrivée en tête avec environ 43%.

Laisser un commentaire