Quand le télévangéliste flirte avec l’obscénité.

Le télévangéliste chouchou des médias nationaux a proféré une (nouvelle) énormité à propos de la colonisation. Polémiques rageuses, où deux camps s’affrontent, autour de la fausse question : Macron a-t-il raison ? Mais ce n’est pas le problème, il a tort sur toute la ligne parce que le débat n’est pas de savoir à cette occasion si la colonisation c’était bien ou mal, mais de constater à qui on a affaire avec l’élevage de ce que Frédéric Lordon qualifie à juste titre de tomate hydroponique.

Le télévangéliste a complètement tort pour trois raisons :

Il ne sait pas ce qu’est un crime contre l’humanité

C’est un ignorant inculte (ce que je pense) ou un démagogue petit-bras (quoique probablement les deux) car quand il dit que : « la colonisation française en Algérie a été un crime contre l’humanité », il démontre qu’il n’a pas la moindre idée de ce qu’est un « crime contre l’humanité », concept juridique et incrimination définis à Nuremberg en 1946. Pour qualifier des actes et des faits de crimes contre l’humanité, il y a des critères à respecter. Des procédures à mener, des faits à établir, des auteurs à identifier. Qualifier une période et un mode d’organisation politique de crime contre l’humanité en lui-même est absurde. Le nazisme n’est pas un crime contre l’humanité, c’est une idéologie et un système politique qui ont permis de commettre des crimes contre l’humanité. Qui ont été établi et les auteurs identifiés. Comme pour l’esclavage Atlantique, ce n’est pas le commerce triangulaire qui était en lui-même un crime contre l’humanité, mais d’abord les rafles d’hommes libres pour les vendre, et ensuite leur réduction en esclavage dans les plantations du Nouveau Monde. Monsieur Macron a donc dit n’importe quoi.

Se contredire ? Quelle importance ?

Il ne voit ensuite aucun inconvénient à balancer tout et le contraire de tout, puisqu’il y a trois mois il évoquait les effets positifs de la colonisation en Algérie. On voit bien que comme avec l’obscène dépôt de gerbe (j’irai tracter sur vos tombes, merci Eugénie Bastié), la seule chose qui l’intéresse c’est de flatter un électorat sur lequel d’ailleurs il se trompe. Et pour celui qui se veut un homme d’État représentant tous les Français, vilipender son pays depuis l’étranger, cela classe son homme. Petit démagogue sans envergure ni culture. Pour qui vous prenez vous Monsieur Macron ?

Mettre du sel sur les plaies pour essayer de gagner des voix

Enfin il s’invite dans un débat ou franchement on ne l’a pas sonné. La conquête de l’Algérie au XIXe siècle fut réalisée avec des méthodes épouvantables. Pendant 130 ans le sort fait aux populations arabo-berbères était indigne. La France en fit une colonie de peuplement et maintint les Algériens d’origine dans une sujétion inacceptable. Le mouvement national qui ne pouvait manquer de s’éveiller ne rencontra que la violence et la brutalité. Soumis à des répressions atroces et un refus catégorique d’une évolution faisant des Algériens de souche des citoyens à part entière, le peuple de ce pays s’est soulevé et s’est libéré au prix d’un combat atroce. Au cours duquel la France sous-direction socialiste s’est déshonorée, laissant l’armée française faire de la commission de crimes de guerre une méthode. Il fallut le retour de de Gaulle qui au prix d’une grande brutalité pu mettre fin à la tragédie.

Exode des pieds-noirs, tragédie des harkis, lourd prix payé par les Algériens pour leur indépendance, toutes les blessures sont encore ouvertes. La situation se complique de l’existence en France d’une forte communauté d’origine algérienne, et de la montée de l’islam politique dans un contexte de terrorisme islamique. Cela n’a bien sûr aucune importance pour le télévangéliste christique qui mettant ses petits pieds dans un vilain plat, et du sel sur les plaies, tout à son avidité d’arrivée juteuse au pouvoir, montre à quel point il se moque de l’intérêt national comme d’une guigne.

Le candidat de l’oligarchie et d’un système aux abois est bien à l’image de celui-ci. Et de ceux qui le soutiennent, les Bergé, Pigasse , Drahi,  Collomb, etc… flirtent en permanence avec une forme d’obscénité.

7 Comments

  1. Lassant

    Pensez à autre chose que Macron.
    Vous n’analysez plus, vous vociférez.
    C’est lassant, votre salmigondis…
    Vous allez me contraindre à citer Camus… Toute forme de mépris, si elle intervient en politique, prépare ou instaure le fascisme

  2. Un parfum d’innocence ?
    « Télévangéliste » est comme un gant, et on ne s’en lasse pas.
    Cependant,
    Avez-vous conscience à quel point votre référence à Nuremberg est l’Essentiel ?
    Manifestement non, puisque « La France …/… maintint les Algériens d’origine dans une sujétion inacceptable » omet toutes les conséquences du décret Crémieux dans l’équation globale.
    Gaudin a raison : « Vous n’analysez plus ».
    Le télévangéliste n’ignorant pas que le « crime contre l’humanité » est un domaine réservé, l’énormité ne saurait être fortuite. Le rôle de fossoyeur du PS qui lui est assigné va reprendre, puisque Fillon traqué a pactisé pour l’Essentiel ; Les couards Versaillais lui étant reconnaissants d’espérer garder leurs strapontins.
    Bref, observez l’Orient, le Proche et le Grand.

  3. « Le peuple de ce pays s’est soulevé et s’est libéré au prix d’un combat atroce au cours duquel la France sous direction socialiste s’est déshonorée, laissant l’armée française faire de la commission de crimes de guerre une méthode. Il fallut le retour de de Gaulle qui au prix d’une grande brutalité pu mettre fin à la tragédie ».

    Sous direction socialiste certes, MAIS AVEC LE SOUTIEN DES COMMUNISTES, qui jusqu’en Juillet 56 soutinrent le gouvernement Guy Mollet et votèrent notamment les pouvoirs spéciaux, lesquels permirent de décréter l’application de la justice militaire en Algérie et furent le coup d’envoi de toutes les dérives sont vous faites par ailleurs mention.

    Votre mémoire me paraît bien sélective.

    • Ce que vous dites sur le soutien des communistes aux ignominies socialistes est simplement faux. Guy Mollet avait demandé pouvoirs spéciaux pour faire la paix en Algérie. Comme d’habitude ayant reçu quelques tomates à Alger, le leader socialiste capitula et envoya en Algérie un gouverneur général pour y faire la guerre la plus atroce. Que les communistes ont toujours combattue dans un contexte particulièrement difficile. Fernand Yveton que François Mitterrand fit couper en deux était défendus par des avocats communistes mes amis et camarades. Tous mobilisés pour la défense des combattants algériens.

  4. Comme nombre de communistes, je vois que vous entretenez un rapport très ténu avec la vérité et l’exigence d’honnêteté intellectuelle; valeurs par trop bourgeoise j’imagine.

    Loi du 13 mars 1956, Pouvoirs Spéciaux, Article 5 : « Le gouvernement disposera en Algérie des pouvoirs les plus étendus pour prendre toute mesure exceptionnelle, commandée par les circonstances en vue du rétablissement de l’ordre, de la protection des personnes et des biens et de la sauvegarde du territoire ».

    Il n’y a rien dans ce vocabulaire qui évoque la paix ou la conciliation et tout qui évoque au contraire la volonté d’écraser la rébellion indépendantiste – laquelle s’était rendue coupable, il faut le souligner, d’une litanie de crimes et de massacres contre les civils.

    D’ailleurs, contrairement à la fable à laquelle que vous nous servez, le PCF savait très bien ce qu’il faisait en votant les pouvoirs spéciaux; il pensait seulement qu’en donnant des gages à la droite et à la SFIO il consoliderait sa position au centre du jeux électoral français.

    Ce fut une erreur, car ce qu’il perdait à gauche n’était pas compensé par ce qu’il gagnait à droite; et, comme souvent lors de sa (trop) longue histoire (cf. 1939, 1947, 1956, 1968, 1981), à force de cyniquement jongler avec trop de balles à la fois, le PCF se prit les pieds dans le tapis et fut contraint, dans les mois qui suivirent, à l’une de ses volte-faces dont il eu le secret.

    • La différence avec le petit cuistre arrogant que vous êtes est que j’ai connu les protagonistes de cette tragédie, de près. Et donc sait de quoi je parle. Vous non qui nous resservez la petite vulgate anticommuniste sans intérêt.

Laisser un commentaire