Macron : Jupitre est-il dangereux ?

« Le roi possédait un miroir magique, don d’une fée, qui répondait à toutes les questions. Chaque matin, tandis que le roi se coiffait, il lui demandait :
– Miroir, miroir en bois d’ébène, dis-moi, dis-moi que je suis le plus beau. Et, invariablement, le miroir répondait :
– En cherchant à la ronde, dans tout le vaste monde, on ne trouve pas plus beau que toi. »

 

Une fois de plus, on aurait tort de ne voir, dans les outrances répétées – et de plus en plus sidérantes – que nous sert frénétiquement notre distingué Jupitre Überschtroumpführer, que de bénignes maladresses, des erreurs de communication ou même un anodin excès de confiance qu’il suffirait de mettre sur le compte de son ardeur juvénile et « disruptive ».

On aurait tort également, sans doute, d’y déceler la fameuse preuve d’un esprit brillant, hors du commun, qu’on nous a copieusement vendu depuis son éclosion « miraculeuse », à grands renforts de feux d’artifice et de paillettes.

Ses insultes répétées, ses provocations grossières, ses initiatives ostensiblement débiles portent un message clair derrière cette fausse candeur faussement spontanée : « je suis votre chef, je fais ce que je veux, comme je veux, quand je veux et, pour commencer, je vous emmerde ». On pourrait évidemment, puisqu’on se targue d’être en démocratie, juger la méthode un peu culottée si on oubliait que, en bon élève des années « Mitterrand » (et lui-même « bébé Hollande/Attali »), ses provocations et initiatives visent également à repousser tous ses contempteurs, en bloc et sans la moindre espèce de nuance, dans les recoins forcément sombres de l’extrême-droite qui en rappelle d’ailleurs les heures, si l’on en croit l’adage éculé. Extrême-droite qu’en langage moderne, on aime qualifier plutôt de trucosphère ou autre machinosphère (ça sonne tellement plus « cool » et 2.0). Voilà plus de 30 ans que le camp du Bien se fabrique ainsi son adversaire favori, aussi inoffensif qu’efficace. Du moins jusqu’à la prochaine surprise funeste dont ils seront, une fois encore, les seuls responsables et les vierges les plus outragées (avant, une fois de plus, de retourner promptement leur veste).

Ce sire, au fond, est un parfait produit des années 80, une version aboutie – peut-être un peu tardive, c’est l’espoir qu’il nous reste – de l’Homme que ces 30 ou 40 dernières années ont tenté de fabriquer : une imposture, une illusion, un start-up-marabout, une uber-escroquerie. Le philosophe est un cuistre infantile, le « penseur » une machine à poncifs pompeux, le bâtisseur est un vandale, le centriste ouvert est un fanatique borné, l’esthète fin révèle un plouc fini, le « subversif dérangeant » n’est qu’un banal immature inconséquent, le démocrate est un mégalomane totalitaire, et le gendre idéal bienveillant un vicelard narcissique. On ne peut même pas dire qu’il sonne faux : il sonne creux, d’où qu’on toque.

Il ne lui reste plus qu’à compter sur l’effet de sidération que produisent ses pitreries scandaleuses pour – pendant que la plèbe s’offusque à bon droit de la mise à sac sauvage de tout le séculaire édifice sur lequel ce mal élevé s’est laissé hisser pour se goinfrer – engager mécaniquement toutes les liquidations que ses maîtres lui ont commandées.

Ce qu’il fera avec d’autant plus de zèle qu’il a été élu par dépit, vainqueur d’un concours de circonstances, rescapé d’une roulette russe tellement acrobatique qu’il est permis de se demander si le barillet était tout à fait réglementaire. Et soyons sûrs qu’il mènera l’entreprise de démolition bien plus loin que tous ses prédécesseurs puisque, absolument vain et dénué de tout ce qui ressemble à des principes, il est parfaitement polymorphe.

Ce roi nu, si prompt à rabrouer avec la violence puérile qui les caractérise les enfants qui le démasquent, n’est que le zélé valet, le reflet présomptueux d’une époque qui, poussant l’imposture et l’incohérence à des niveaux olympiques, a érigé en « valeurs fondamentales » l’exhibitionnisme pudibond et le puritanisme libertaire. Par son abyssale inconsistance, il est le parfait porte-voix – et le terrifiant porte-flingue – des opportunismes de ses maîtres insatiables. Et ce n’est que parce qu’il lui fallait une histoire, une légende, qu’on la lui a écrite, jusqu’à en faire le fils spirituel d’un philosophe dont il n’était, en réalité, qu’un marque-page. C’est le pion malléable sur lequel, faut-il croire, il était opportun de miser au bon moment. De diverses manières, quelques un(e)s ont su saisir leur chance et tirer le gros lot. Il ne faudrait pas en conclure pour autant qu’un tel individu ne présente qu’un danger « superficiel ». Au contraire.Mais ça n’est pas par son idéologie – quoi qu’on pense de celle à laquelle il s’est vendu – qu’il est dangereux. Il n’en a pas (ou plus exactement, il serait prêt à se vendre à toutes… c’est d’ailleurs ce qu’il fait, à certains égards).

C’est précisément par sa vacuité, pour elle, contre elle, à cause d’elle, ou un peu tout « en même temps », que cet homme sera capable d’absolument tout, sans aucune limite.

 

21 Comments

    • Oui, on est au cœur du problème : le narcissisme est expliqué, d’où la dangerosité du personnage.

  1. Le Ju-Pitre est si arrogant, impudent, qu’il se laisse volontiers démasquer (ici avec brio) car il se fiche de l’opinion publique, ne cherche pas à être aimé, approuvé ou même réélu, ce ne sera pas nécessaire quand il aura détruit la France au bénéfice de ses sponsors, ses mentors, il ne restera plus rien à dépecer, mission accomplie.
    Il nous crache à la figure, nous dit « la culture française n’existe pas » (on peut l’entendre : « VOUS n’existez pas ») et certains en redemandent, prenant ce mépris pour une franchise revigorante, un courage, une nécessaire remise à zéro, un reset, une table rase qui peut réjouir les ambitieux, les droitiers, les gauchistes, les ingénus, ceux qui suivent l’actualité de loin – ça fait encore du monde, 40% de bonnes opinions malgré l’antipathie du personnage, son insignifiance à l’international (surnommé « the french poodle » = le caniche français par les medias américains), à supposer que les sondages ne soient pas truqués.

  2. Macron pense à tort que la politique, c’est de la communication et de la séduction. Erreur fatale : la politique, c’est d’abord et avant tout de l’intelligence stratégique, voire du génie (mais à l’impossible…)

    Or, même pour un personnage uniquement voué à l’augmentation de la richesse de ses sponsors, il est singulièrement borné, incapable de voir où est ce bon Dieu d’argent que normalement, il devrait renifler avec le flair du chacal qu’il a été formé pour être. Les Allemands, si encombrés soient-ils des Américains (tout comme nous), voient bien que le soleil se lève à l’est.

    Macron, lui, n’a rien compris. Je vous passe un article de Jacques Sapir qui résume bien le VRAI problème que nous avons avec lui : il n’est pas à la hauteur des exigences de la recomposition mondiale actuelle, des nouvelles alliances à tisser, des nouvelles relations diplomatiques à engager, tout simplement, Il est en retard de trente ans. Et nous allons le payer.
    https://fr.sputniknews.com/points_de_vue/201806231036920613-macron-crise-politique-europe/

  3. Vous l’avez percé à jour depuis longtemps, il faudrait finir le travail, mais qui peut, raisonnablement, s’en charger ? La démocratie en déroute résistera-t-elle ? Pour l’instant, des mouvements spontanés de révoltes, durement matés (universités, ZAD et autres SNCF) résistent, qui prendra la relève quand ils se seront essoufflés ? Jusqu’où allons-nous avec un Pitre emporté par de redoutables crises d’hystérie ? Sera-t-il possible d’annuler toutes ces lois liberticides et anti-démocratiques passées en force, lorsque l’invertébré s’écroulera ? C’est très inquiétant.

  4. Il sont étranges ces Français… Jamais content de leur président … trop blig blig, trop flamby, trop jupitérien ….. Et a chaque fois il l’on élus 🙂

    • Au taux historiquement BAS d’environ 18%, 20 grand maximum… Face au FN. Le vote blanc venant tout juste d’être réintroduit dans les décomptes. C’est digne d’un troll votre commentaire !

  5. Bravo !
    Jupi-ne-touche-pas-ter « ne cherche pas à être aimé » (comme écrit plus haut), en revanche il cherche à être regardé, admiré, adulé.
    Il est accro à l’électricité des spots. Et pour cause, il l’ignore lui-même, mais c’est un robot.
    Derrière son sourire carnassier et sa jeune plastique modélisée, il n’y a ni âme ni raison, mais des circuits intégrés. Si c’est un porte-flingue, c’est Robocop. Mais je pencherais davantage pour le Replicant*, dont les maîtres commandent le logiciel, programmé pour des actions et une durée de vie calculées et limitées. Une fois le programme exécuté, l’androïde subira le court-circuit qui le grillera inéluctablement. Mais il aura accompli sa mission. Alors que faire d’humainement possible ?

    *Blade runner de Ridley Scott d’après l’œuvre originale de : Philip K. Dick

  6. Mais que vous etes donc tous méchants!….Depuis Vincent Auriol, nous avons eu une belle collection, et d’aucuns vénérés, a qui, mutatis mutandis, cet essai correspond.

  7. Votre texte est excellent ! Un point de détail (de l’histoire), vous le nommez « Jupitre Überschtroumpführer », j’aurais choisi plutôt « Unterschtroumpführer », puisqu’il est sous les jupes de notre Führerin bien aimée et mal habillée, Angela, plutôt que dessus !
    Différence entre « über », dessus, et « unter », dessous, pour les (rares) non germanistes qui lisent ce site.

  8. Ils se sont rencontrés. Que se sont-ils dit ?
    François est jésuite. Macron a été éduqué chez les jésuites. Pourtant leurs visions du monde sont antagonistes. L’un croit que la volonté peut tout. L’autre croit en la Parole et en son sens.
    Qu’ont-ils bien pu se dire ?!?…

  9. Je me régale de vous lire. Votre article est un met délicieux dont je garderai un souvenir savoureux. PS) il ne resterait pas un peu de rabe. Au plaisir .

Laisser un commentaire