Lutte contre la pandémie : un foutoir juridique

Sur la base d’une analyse selon laquelle la pandémie Covid 19 serait dans une phase de « rebond », les autorités de l’État ont à nouveau mis en place un dispositif juridique visant à imposer des mesures considérées comme de prévention.

Les débats font rage sur leur utilité sanitaire, mais elles apparaissent à l’évidence comme une contrainte difficilement supportable sur la vie sociale organisée. Je ne saurais me prononcer sur l’utilité du port du masque, de la fermeture des bars à 23 heures, et de l’interdiction de rassemblement de plus de cinq personnes, même chez soi. Ce qu’en revanche je constate c’est que le cadre juridique dans lequel ces mesures très restrictives des libertés publiques fondamentales sont mises en place, ressemblent un grand foutoir. Cela n’est pas nouveau, toute la gestion de la première phase au premier semestre s’est déroulée elle aussi dans un grand n’importe quoi juridique.

On ne peut pas se résoudre dans une démocratie à cette espèce d’État d’exception qui permet de violer tranquillement toutes les règles de d’un État de droit. S’il y a des mesures sanitaires à prendre, elles doivent être organisées dans un cadre juridique irréprochable, ce sera le meilleur moyen de leur donner la légitimité dont elles ne semblent pas disposer aujourd’hui.

Et il est profondément malsain de s’habituer à l’arbitraire, cette fois-ci soi-disant pour la bonne cause.

Mais demain ?

Atlantico m’a demandé mon avis.

  1. Atlantico: Le Gouvernement a annoncé l’obligation du port du masque dès ce vendredi pour les piétons, vélo, conducteurs de trottinettes et scooter dans Paris et la petite couronne. Que pensez-vous de cette nouvelle mesure ?

Régis de Castelnau : Première réaction sur le fond, on a manifestement basculé dans une forme d’hystérie sanitaire. On ne reviendra pas sur la palinodie gouvernementale en matière de masques depuis le début de la pandémie, mais simplement souligner que l’usage de cet accessoire est d’après les spécialistes essentiellement nécessaire en intérieur, si tant est qu’il soit utile ce qui n’est pas très clair, pour prévenir la propagation de la pandémie. Il semble qu’il y ait deux motivations qui se combinent au niveau du pouvoir politique :

•            Tout d’abord la peur d’engager sa responsabilité en ne prenant par toutes les précautions possibles. La crainte des suites judiciaires et des conséquences politiques tétanise les décideurs.

•            Ensuite, il apparaît de façon assez incontestable que le pouvoir a emprunté une forme de pente naturelle qui est celle de la volonté de contrôle social, toutes ces mesures impliquent une docilité de la population, dont on attend que, surveillée par la police et la justice elle se tienne sage.

Malheureusement cette pression assez insupportable est grosse de risques d’explosion.

Sur le plan juridique, dès lors que le pouvoir impose ces contraintes, il porte atteinte aux libertés fondamentales. Il ne peut le faire que si ces atteintes sont proportionnées à l’objectif d’intérêt général poursuivi. Ces mesures coercitives sont donc susceptibles d’être contestées devant le juge administratif. Ensuite, dès lors que l’on prend des mesures et qu’on impose à la population des obligations particulières, il est nécessaire de prévoir des sanctions en cas d’inobservation. Et là on bascule dans le domaine pénal qui a ses principes et ses règles particulières et le moins que l’on puisse dire c’est que dans les dispositifs mis en place, ces principes et ces règles ne sont pas respectées. Cela présente également le défaut que l’on avait constaté avec les infractions au confinement, où les forces de l’ordre et surtout la gendarmerie se sont précipitées dans une démarche de punition de la population considérée comme récalcitrante, et soyons clair comme moyen également de remplir les caisses au moment où la manne des infractions automobiles s’était tarie. Il faut savoir que pendant le confinement ce sont plus d’un million de procès-verbaux qui ont été dressés contre 9000 au Royaume-Uni… Cet écart est malheureusement très révélateur.

  • Atlantico : Quels peuvent-être les recours juridiques face à cette nouvelle mesure ? 

Régis de Castelnau : Je répète qu’il y a deux plans dans l’analyse de la légalité de toutes ces mesures. Le premier est relatif au caractère proportionné et légitime des atteintes aux libertés par rapport aux objectifs d’intérêt général poursuivis. Le second se rapporte à la légalité intrinsèque des textes répressifs nécessaires à l’application pour sanctionner ceux qui ne respectent pas les prescriptions. Toute règle imposée par la puissance publique doit être assortie d’une sanction en cas d’inobservation, sinon la mesure n’aurait aucune effectivité. Rappelons que droit n’est pas sa propre fin, il est le moyen d’atteindre un but qui est le maintien, la conservation et le développement de la société. Il y a donc un caractère coercitif indispensable à l’existence du droit.

Sur le premier point, c’est-à-dire la légalité même des règles mises en place (décrets, arrêtés préfectoraux, municipaux) dans la mesure où ce sont des actes qui relèvent de pouvoir exécutif, il est possible de saisir les juridictions administratives de recours afin que soit apprécié le bilan coûts avantages de la restriction des libertés. Certains tribunaux administratifs ont annulé des arrêtés préfectoraux ou municipaux étendant à des territoires des mesures sanitaires, mais il ne semble pas que le Conseil d’État ait déjà eu à statuer sur le dernier train de mesures prises par le gouvernement pour faire face au « rebond de l’épidémie ». Pour effectuer ce contrôle, les magistrats de l’ordre administratif sont confrontés à des questions délicates. D’abord ils doivent apprécier le danger que fait courir l’épidémie à la société, et il faut reconnaître que dans ce domaine on entend absolument tout et son contraire et que médecine et science pataugent vaillamment. Ce qui est d’ailleurs parfaitement normal, cette épidémie étant complètement nouvelle. Ensuite, une fois que leur conviction sur la nature et la réalité du danger sera forgée, il faudra qu’ils apprécient si les mesures proposées sont de nature à prévenir et à protéger la population. Nous leur souhaitons bon courage !

Sur le plan pénal, il apparaît quand même que c’est le grand n’importe quoi. Tout d’abord, les textes répressifs mis en place, c’est-à-dire la définition des sanctions qu’encourent les contrevenants à l’application des mesures décidées (port du masque, couvre-feu, interdiction des rassemblements etc. etc.) sont d’une légalité passablement branlante. En effet comme d’habitude l’administration qui les a rédigés procède par renvois. C’est-à-dire que bien qu’il s’agisse de nouveaux textes on renvoie à l’application de décrets antérieurs pour la définition des sanctions. Or ceux-là ne sont plus applicables puisque nous ne sommes plus en état d’urgence sanitaire. Il est malheureusement probable que les textes répressifs que les forces de l’ordre, pourtant fort timides quand il s’agit de prévenir la violence de rue, se sont précipités à faire appliquer soit illégaux. Et que par conséquent toutes les amendes distribuées à foison sont elles aussi illégales.

Il y a également le problème de fond posé par la rédaction particulièrement vague de textes répressifs, ce qui est interdit par la constitution, la déclaration des droits de l’Homme et, n’en jetez plus, la Convention européenne du même nom… Un texte répressif doit être clair, d’interprétation restrictive, il ne doit donner aucune marge d’interprétation surtout en matière de procès-verbaux aux forces de l’ordre, à ceux qui appliquent la sanction. Dans ce domaine, et on le voit bien

avec le zèle souvent ridicule mais surtout intolérable qu’elles mettent en œuvre et que rapportent tant de témoignages.

Alors, quel recours contre les mesures individuelles ? C’est une question délicate dans la mesure où ceux qui sont verbalisés sont en général démunis, ne connaissent pas les procédures et n’ont souvent pas les moyens de saisir le juge compétent c’est-à-dire le tribunal de police. Seules des actions collectives coordonnées seraient de nature à s’opposer plus efficacement à l’inflation des sanctions arbitraires puisque sans véritable base légale. Cela ne semble pas en prendre le chemin.

Il apparaît clair que le pouvoir exécutif, les préfets, voire les Officiers de Police Judiciaire des forces de l’ordre ont connaissance de ses illégalités. Il serait peut-être alors amusant de réclamer l’application de l’article 432–10 du Code pénal qui prévoit : « Le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique ou chargée d’une mission de service public, de recevoir, exiger ou ordonner de percevoir à titre de droits ou contributions, impôts ou taxes publics, une somme qu’elle sait ne pas être due, ou excéder ce qui est dû, est puni de cinq ans d’emprisonnement et d’une amende de 500 000 €, dont le montant peut être porté au double du produit tiré de l’infraction. » Jean Castex et le gendarme de base ensembles concussionnaires, ce pourrait être savoureux…

  • Atlantico : Peut-on imaginer des dérogations pour les fumeurs ? pour les individus qui mangent en pleine rue sans masque ? 

Régis de Castelnau : On peut tout imaginer, mais le problème est d’abord de principe. Plus on va compliquer, prévoir des exceptions, imaginer des dérogations, inventer de nouvelles infractions plus on va rendre le dispositif complètement illisible et par conséquente illégal. Et l’on voit bien dans votre question que les hypothèses de dérogations dont vous faites état sont le fruit des réactions montrant le grotesque de la mesure d’obligation de port du masque dans l’espace public. Grotesque non pas en matière sanitaire, encore que, mais surtout impossible à organiser sans un bouleversement de la vie sociale, et la mise en place d’un système autoritaire qui commence à devenir un peu terrifiant.

À quand les gendarmes dans les chambres à coucher pour vérifier que vous dormez avec un masque ?

Régis de Castelnau

61 Comments

  1. Bonjour Monsieur Régis de Castelnau,

    « Sur la base d’une analyse selon laquelle la pandémie Covid 19 serait dans une phase de  » rebond », les autorités de l’État ont à nouveau mis en place un dispositif juridique visant à imposer des mesures considérées comme de prévention. »

    Ah bon je croyais bêtement que le port du masque obligatoire était surtout une mesure de soumission des français en particulier pour les enfants….

  2. Toujours bon dans l’analyse et bien posé dans les conclusions.
    Loin de la diatribe, près du droit réel.
    C’est je crois Albert CAMUS qui nous disait: « mal nommer les choses accroît les malheurs du monde ». Là c’est fort bien nommé. Mais les malheurs ne disparaissent pas pour autant. Hélas.

  3. Il y a eu d’autres pandémies depuis ma naissance : la grippe asiatique (1957), la grippe de Hong-Kong (1968-1969), …..
    Lors de ces épidémies, il n’y a jamais eu le véritable « cirque » qu’on connait (en France et ailleurs) depuis mars 2020.
    Je pense que la raison est la suivante : nous sommes dans une période de mondialisation (1). Pour les politiciens et idéologues partisans de cette mondialisation (2), il ne fallait pas fermer les frontières en janvier-février.
    Et bien, la prévision de Régis Debray s’est réalisée depuis mars : « à défaut de tracer des frontières, ce sont des murs qui sont érigés ».

    La majorité des médiacrates sont des partisans acharnés de cette mondialisation (3).
    Vu le résultat calamiteux en 2020, ils se font les défenseurs acharnés des mesures gouvernementales.

    Ce samedi matin (10h à 11h) sur Europe 1, Hervé Gattegno et Catherine Nay se sont particulièrement « distingués ».

    Pour Gattegno, le professeur Didier Raoult serait une nullité.
    Ce « journaliste » est aussi indigné contre ceux qui critiquent les mesures concernant le port du masque à l’extérieur. Il prétend qu’il n’y a qu’en France qu’on a cette attitude (« Gaulois réfractaires » aurait Macron).
    Gattegno n’a jamais entendu parler des manifestations en Allemagne et en Espagne contre ce totalitarisme sanitaire ? Je suis sûr qu’il est au courant, mais il n’est pas là pour nous informer, mais pour faire de la propagande.

    Puis quand on mettait en relief les incohérences des décisions du gouvernement et des préfets ( cf masque en vélo puis non, pas en vélo, …), cela ne gênait pas Catherine Nay.
    Que les mesures soient utiles ou non, ce n’était pas son problème. Ces mesures (même inutiles et liberticides) seraient là pour faire prendre conscience aux Français. Il faut qu’on voit les gens avec des masques !!! Cela a-t-il une utilité dans ces lieux ? Ce n’est pas le problème de Catherine Nay.
    Ainsi, elle défend une évolution vers le totalitarisme.

    (1) « Mondialisation heureuse » avait écrit le pitoyable Alain Minc à la fin du XXe siècle.

    (2) Les traités européens depuis 1985 (Schengen, Acte Unique, Maastricht, Lisbonne, …) ainsi que les traités de libre-échange (cf OMC) vont dans le sens de cette mondialisation.

    (3) Probablement plus par opportunisme que par conviction. Bon nombre de médiacrates considèrent que leur intérêt est d’aller dans le sens de l’idéologie dominante (dont Marx disait, avec raison, qu’elle est celle des classes dominantes).

    • Précision.
      J’écris plus haut : « nous sommes dans une période de mondialisation ».
      J’ai oublié d’ajouter : « donc la pandémie s’est répandue partout et à grande vitesse ».

  4. Cette nouvelle focalisation sur le port du masque et sur l’insécurité masque bien les peurs du gouvernement, que la rentrée sociale soit explosive d’où la volonté de détourner les regards vers d’autres objets que le jugement de ceux qui n’ont pu fournir ni les masques ni les tests au bon moment et l’arrivée du chômage de masse. Sur le port du masque vérité d’hier (ne sert à rien) erreur aujourd’hui (indispensable même en plein air dans une rue déserte), le français, pourtant si doué de bon sens, ne serait qu’un enfant inconscient et stupide. quant aux vérité médicales elles ressemblent fort à celles des météorologues (à vue de nez PCR selon le sens du vent, quid des tests salivaires ou sérologiques) ou des astrologues. On nage dans les sciences divinatoires, les pythies. La distanciation de mise dans les transports, les cinémas, les écoles, les entreprises… d’un coup n’est plus médicalement à la mode (irréalisme économique et spatio-temporel oblige!) mais elle demeure dans les cafés, les restaurants. Le piéton expectorerait plus que le vélocyclopédiste et que le joggeur…
    Quant à la police nationale déjà démembrée et sans moyens suffisants, complétement occupée à gérer les manifestations et maintenant l’hygiène médicale on ne s’étonne pas qu’elle délaisse un peu le délinquant. Curieux que Darmanin, juste à cette rentrée,découvre une guerre des gangs de la drogue commencée il y a 30 ans et après trois ans d’inaction Castaner sur ce sujet!

    • Au départ, comme beaucoup, j’assimilais l’obligation sanitaire de porter le masque comme étant une tentative de museler le peuple.
      Puis et à la réflexion, museler renvoi au chien agressif que l’on empêche de mordre.
      Une loi existe quant à obliger les propriétaires de certains molosses de catégorie 1 et 2 à museler leur chien dans l’espace public, loi peu ou pas appliquée dans les faits.
      Se pose donc la question du pourquoi du comment, à obligation constante de porter la muselière, un chien (donc son maitre) parvient à la désobéissance civique et pas le peuple ?

      Et bien tout simplement, parce que si le masque est une muselière dans la symbolique sponsorisée par l’ingénierie sociale en correspondance, il est et en réalité, un bâillon.

      Le bâillon empêche l’expression, la communication, le formalisme du langage, il empêche d’aboyer, de crier et est consubstantiel à la soumission, à la censure.
      Le masque est donc d’une violence inouie et marquera profondément toute une génération, car ne ne nous trompons pas, le masquage de la population n’est pas autre chose qu’un marquage, un sceau d’infamie indélébile et imprimé sur la face des peuples.

      L’histoire est un éternel recommencement. Une tragédie.

  5. Il y à un virus qui circule, j’ose pas écrire pandémie , vu que le monde s’invite d’avec chacun son histoire
    Est ce vraiment bien un virus où est ce psychosomatique ?
    Le transhumanisme s’invente des multiformes de croyances
    Car si s’est le gros virus , un masque chirurgical ne sert à rien !!!!
    Et le mètres de distance s’est un gros pipo !!!!
    S’est dire que l’économie était en galère !!!!!
    Pour donner vie à un gnome, sortit de la foret de Brocéliande
    voir l’oiseau de feu
    https://www.youtube.com/watch?v=RZkIAVGlfWk

    Si cela se trouve le virus s’est juste une irradiée , une tomate
    J’avais songer que le virus était juste une gastro entérite , mais de forme sévère , style un empoisonnement au crustacés avec une grippe.

    Dans tout les cas s’est tout mais sauf ça

  6. Muselière obligatoire pour les citoyens, gilets jaunes, pit-bulls…sous peine de mise en fourrière, en attendant l’interdiction de reproduction?

    • Interdiction de reproduction ? Pourquoi pas ?
      On a bien voté la PMA.
      Et la prochaine fois, ce sera la GPA (même si nos politicards prétendent le contraire : ils avaient déjà prétendu qu’il n’y aurait pas la PMA).

      Notons que dans le monde ultra-totalitaire du « 1984 » de George Orwell (écrit en 1949), les enfants ne sont créés que par insémination artificielle.
      N’est-ce pas ce que souhaite l’actuelle idéologie transhumaniste ? Elle prétend que l’être humain vivra éternellement. Peut-être : à condition que ce soit des robots !

      • Vous confondez 1984 et le meilleur des mondes.
        La procréation artificielle c’est dans le meilleur des mondes. Dans 1984le parti refait ses enffectifs dans les rangs des proles.

        • « Le meilleur des mondes » est d’Aldous Huxley.

          Concernant « 1984 », Orwell ne s’étend pas sur ce sujet.
          Toutefois, je lis à la page 92 (Folio) : « Tous les enfants devraient être procréés par insémination artificielle (artsem en novlangue) et élevés dans des institutions publiques ».

          Il es( vrai que ce qu’on lit avant et après contribue à rendre ce passage du livre peu ,net.

          • Orwell, Huxley et le moins connu Priestley (que je n’ai jamais lu personnellement), sur la thématique d’une société basée sur le contrôle d’une population par des méthodes d’ingénieries hypnotiques, ce que l’on nommerait aujourd’hui, neurosciences.
            L’idée d’une procréation sans interactions physiques (ici relation sexuelle) doit être analysée à la fois comme une méthode de régulation possible des populations et de contrôle social, en limitant les intéractions.

            Plus largement, la thématique du contrôle des populations, n’est pas l’apanage des britanniques, Foucault et Deleuze notamment, ont abordé les sociétés dites de contrôle, par temps de crises, pendant la peste par exemple, ou via la communication médiatique.
            Sur ce dernier point, on rejoint quelque peu la critique des médias d’un Bourdieu, comme un pont entre l’effet d’hypnose et la standardisation de l’information consubstantielle à l’appartenance au même champ social des acteurs médiatiques (l’habitus en sociologie Bourdieusienne, en héritage de l’habitus scolastique).

    • La bataille sémantique est une composante de la victoire finale.
      Si vous validez muselière, vous validez la propagande anti gilets jaunes avant que le mouvement ne soit infiltré par les blacks blocs.
      Des factieux, des séditieux, des violents, des casseurs, des fachos pour lesquels le tabassage, la répression violente et l’énucléation furent justifiés par le pouvoir.

      Muselière, implicitement, est associée à chien dangereux dans l’inconscient collectif.

      Debord disait qu’il était d’abord un stratège avant d’être un idéologue.
      Soyons stratèges, car le pouvoir l’est et ce, de manière systématique.

  7. Jean-Paul Brighelli, professeur, très critique contre les réformes scolaires pédagogistes (1), a dit chez Pascal Praud (CNews) qu’il ne mettrait pas de masque pour enseigner.
    Ayant 67 ans, il dit qu’il assume le risque qu’il court personnellement et que ce n’est pas aux autorités à le « protéger ».
    Bien sûr, le soir, dans un débat, un intervenant ultra-bien-pensant disait qu’il est « irresponsable ».

    Ah ! Sur un autre point.
    Dans les débats, on trouve parfois un certain Mathieu Souquière. Il a été collaborateur de Myriam El Khomri (vous savez, celle dont la loi anti-sociale avait provoqué des manifestations). Souquière est au PS et parle pour la « Fondation Jaurès » (2).
    Un soir, il interdisait quasiment à une intervenante de parler du comportement des frères Traoré.

    Quelques jours plus tard, il contredisait un intervenant qui pointait (avec raison) la responsabilité de la mondialisation (avec la non fermeture des frontières) dans la puissance de la pandémie.
    Il lui dit : « Au temps de la grippe « espagnole » (3), ce n’était pas la mondialisation ».

    Décidément, Jaurès était un historien, mais pas Souquière.
    Rappelons que c’était la Première Guerre MONDIALE.
    Cette grippe avait été emmenée aux Etats-Unis par des asiatiques que les Américains faisaient travailler sur leur sol. Elle fut transmise par les soldats des USA venus en France.

    (1) En 2005, il avait écrit « la fabrique du crétin ». Récemment, sur le site « Front Populaire », il a écrit un article montrant que l’effondrement du niveau scolaire a été voulu par les classes dominantes :
    https://frontpopulaire.fr/o/Content/co136224/les-ecoles-de-la-republique

    (2) Jean Jaurès doit se retourner dans sa tombe s’il entend les inepties de Souquière.

    (3) J’ai mis « espagnole » entre guillemets car, on l’a appelée comme cela car l’Espagne n’était pas en guerre et donc la presse de ce pays pouvait en parler. Alors qu’en France, en Allemagne, en …, c ‘était censuré.

    • Conseillez à l’ignare Souquière (Soupière ?) le livre de Karine Berger « Notre première mondialisation ».
      La mondialisation était bel et bien la réalité du monde au début du vingtième siècle et le premier conflit mondial en fut la conséquence, qui précipita les empires les uns contre les autres

  8. La gouvernance mondial s’est tellement bien branler sur l’info , vu tutti quanti , ou Résultats de
    Così fan tutte le transit du pognon et les pertes sèches
    Le gouvernement semble se raccrocher comme ne plus s’inviter comme responsable en cas de pépètes
    Une avocate est morte hier dans les geôles turque
    il est temps d’exposer Herdogan et sa boulonnerie de macaques islamo comme esclave

    Autre info con ; l’artiste banksy suce la bite de Soros

    • « Autre info con ; l’artiste banksy suce la bite de Soros »

      Oui, comme tant d’autres.
      L’open Society s’est infiltrée de partout, au CEDH, à l’OMS etc…
      Lisez la carte de visite du patron de l’OMS, c’est édifiant, le jeune Castaner ayant frayé, un temps, avec le milieu, à coté, c’est un joueur de poker ou de belote.

      La mafia internationale.

      • « Si t’as pas de masque, t’as rien compris ». Tel est le titre choisi par Banksy pour sa nouvelle œuvre, dans le métro de Londres, qu’il a dévoilée ce mardi soir.

        L’artiste célèbre mais anonyme a publié sur son compte Instragram une vidéo dans laquelle on voit un homme, qui pourrait être lui-même, en combinaison scientifique, en train de dessiner au pochoir des rats dans différentes positions : avec un masque sur le museau, sautant en parachute avec un masque, etc.

        ——–
        Et
        Le pape du street art Banksy financerait un navire pour porter secours aux migrants en Méditerranée, selon le journal britannique The Guardian. Le « Louise Michel », du nom de cette anarchiste française qui imposa le drapeau noir au sein du mouvement libertaire au XIXe siècle, a quitté il y a dix jours le port espagnol de Borriana, près de Valence.

        Le bateau, qui arbore en grand le mot « RESCUE », bien visible sur sa coque rose, a été personnalisé par l’artiste à l’identité toujours mystérieuse : on y voit cette petite fille aux cheveux battus par le vent, l’un des modèles de pochoirs qui l’ont rendu célèbre. Au lieu d’un ballon rouge, c’est vers une bouée de sauvetage en forme de cœur qu’elle tend la main.
        ———————————————————————————————
        Costeau comme artiste en plus  » absent  » inconnu au bataillons
        Imaginons qu’il est isolé
        et
        Imaginons que médiatiquement il s’offre sur les marchés médiatique pour répandre une idée , au prix de contre l’oppressions assez productif dans le monde à l’envers comme marchand de morts
        Voir

        L’affaire
        ——————————–
        (Sotheby’s a confirmé jeudi que la toile Girl with Balloon de Banksy avait bien été vendue. L’œuvre du street-artist britannique s’était partiellement autodétruite vendredi soir dernier juste après avoir été adjugée pour plus d’un million d’euros.

        L’acheteuse de la toile « a confirmé sa décision d’acquérir la nouvelle œuvre qui a été créée ce soir-là », a annoncé la maison d’enchères dans un communiqué. La collectionneuse a « d’abord été choquée ». Mais elle a peu à peu compris qu’elle allait posséder son « bout d’histoire de l’art ». Le prix de vente, fixé à 1,042 million de livres (1,185 million d’euros) a été maintenu.)

        Comme quoi les petits anonces comme tueur à gage de l’info

  9. On a rétabli les Aussweis entre départements français. Je peux aller de Montpellier à Bethune sans autorisation mais pour aller de Montpellier à Bastia le préfet de Haute Corse me demande une attestation de bonne santé. A noter qu’au plus fort de la pandémie les bateaux venant d’Italie débarquaient à Bastia sans aucun contrôle

  10. Toute la finesse et la subtilité habile macronienne mise en exergue dans le sujet du masque. Hier trop technique à chausser, inutile voire dangereux aujourd’hui obligatoire tout seul dans sa rue mais tant que le ridicule ne tue pas on devra supporter cet exécutif.

  11. Faut être lucide avec la fonte des glaces
    Si l’amiral Richard Byrd à raison , nous seront tous assigné à résidence
    Et comme la mécanique de l’homme est l’exploration , faut absolument réduire la populace ou de lui faire croire que la Terre est plate
    La décroissance limite l’espace d’exploration vers « la terre creuse » , bouquin intéressant

    une zap d’1 formé en 2001 sur l’expédition
    https://www.lemonde.fr/archives/article/2001/04/26/l-imposture-de-l-amiral-richard-evelyn-byrd_177278_1819218.html

  12. Après Sarko et son karcher, Hollande et Valls et leur vigipirate, nous voilà avec Macron et son comité de salut public, qu’il devra bientôt décapiter pour cause d’insubordination ou simple manque du sens de l’obéissance aveugle due au prince versatile et infaillible.

    Adeline Hazan élargit le cadre : « Depuis 2015, ce qui nous préoccupe beaucoup, c’est cette succession de lois mais aussi de pratiques, de volonté gouvernementale de restreindre les libertés et même de considérer que les droits fondamentaux, finalement, c’est presque un luxe qu’on ne peut plus se permettre par les temps qui courent… » « Les Contrôleurs de l’ombre, documentaire de Régine Abadia et Carmen Castillo (Fr., 2020, 52 min) » sur Public Sénat/AN.

    • J’ai écouté Mme Borne (la ministre du Travail) ce midi sur une chaîne que je ne nommerais pas; elle était très fière d’avoir pu faire sortir un décret pour autoriser les ténors de l’opéra à chanter sans mettre un masque!
      J’espère qu’elle va sortir un autre pour m’expliquer comment me torcher quand je vais aux toilettes car on peut se salir les mains si on ne connait pas parfaitement la procédure!
      Pour les masques, tout est clair maintenant, ouf merci Sibête; on sait les mettre, les toucher, les enlever et les remettre aussi longtemps que l’on veut!

  13. « On est gouvernés par le Roi Ubu et ses petits Ubus des départements (les Préfets) »
    Roland Cayrol dixit.
    “Le danger n’est plus présent et on continue à instaurer une peur irraisonnée…”
    « On fait face à “un suicide collectif généré par le conseil scientifique.”
    RMC Les Grandes Gueules. Le grand oral de JF Toussaint
    médecin, professeur de physiologie de l’Université Paris-Descartes.

  14. Tout est sémantique s’est des clans style mac machin et potes

    D’ailleurs ils font un super single malts en écosse , pas un blended de merde style l’eau et le vin et le grain en plus si s’est gazeux avec tout les avatars qui accompagnent , bonjours les cinglés.
    Le binge drinking, dit beuverie express

    ——–
    Mon beau frère est écossais ,en plus dentiste , mais blended , perso je l’appel pd d’enculé qui se la joue , en France il l’appellerait  » le connard  » dans sa splendeur qui se la joue ignorant

    ceci dit , le dentiste en question il m’a fait gouter le « Talisker Skye  »
    En faite s’est un whisky qu’il ne faut surtout pas mélanger avec de l’eau , s’est du cul sec , mais par goutte , il vient de la tourbe .
    La tourbe est un peu lié au cimetière , voir d’ailleurs des mammouth entier qui ressurgisse dans la toundra
    J’ai bu un aberlour 75 ans d’age , lorsque j’ai bu la bouteille je me suis rendu compte que j’avais confondus l’age et les 75 cl

    dixit en copie collé et rien a voir avec kladafi et kofi amen
    le talisker est un bon single malts

    (Niché non loin de la petite bourgade côtière de Carbost, sur les rives du Loch Harport, dans une région rude battue par les vents et les embruns, Talisker est l’une des distilleries les plus prestigieuses et les plus isolées de toutes. C’est en 1825 que Hugh et Kenneth Mac Askill décidèrent de venir s’établir sur l’île de Skye. Très vite conquis par leur région d’adoption, ils louèrent un terrain à Carbost et y édifièrent en 1830 la distillerie de Talisker. La seule distillerie de l’île de Skye tire son nom du vieux norrois “Thalas Gair” (signifiant “rocher pentu”), un héritage des invasions Viking des îles de la façade occidentale de l’Ecosse.)=

    Ceci dit dans la même sémantique de mon Aberlour de 75 ans
    voir
    Un Mortlach de 75 ans chez Gordon & MacPhail
    http://www.whiskyandco.net/un-mortlach-de-75-ans-chez-gordon-macphail/
    ——–
    Encore un embouteillage méfier vous derrière car la parfumerie va vous vendre sont parfum, Français à la gomme
    Question corruption , franchouillard y à pas photo
    En plus ils on tous un bistrot à Paris

  15. JIB
    (Roland Cayrol dixit)
    Le dentiste de Bof est du clan Gordon
    Il y en à un collector je ne risque pas de l’exposer
    De selon de mon avis se sont des « Normands » , pseudo viking , qui pille et viole dans le mélange des genres

    • le débarquement de Normandie en est un substrat de lecture cognitivement comme invasif

  16. « Les débats font rage sur leur utilité sanitaire », . »Je ne saurais me prononcer sur l’utilité du port du masque, de la fermeture des bars à 23 heures, et de l’interdiction de rassemblement de plus de cinq personnes, même chez soi ». Maitre, si dans un café, ou pire dans les medias, j’entends dire qu’aucune violence a été commise par les forces de l’ordre , et aucune défaillance a été commise par l’executif et la magistrature, contre les gj, et puis je lis vos articles, je ne pense pas qu’il y a débat. Là c’est pareil: entre les profs. Raoult, Toussaints, Perrone etc. et les expérts invités par les média, selon moi il n’ y a pas de débat.

    • Si le scenario est vrai (manque les images et les propos d’avant, lorsque le couple met prétendument son masque pour échapper aux 135 €), c’est la marque d’une milice en uniforme, ce ne sont pas des flics.
      La police est, en moyenne, bien formée en République et en relatif par rapport à d’autres pays.
      De plus, le vidéaste insulte les flics, c’est minimum outrage à agents, or les flics ne bronchent pas.

      Nice, Estrosi…

      Attention aux manips, entre l’automobiliste qui renverse du flic en série et maintenant du flic qui va tabasser à tour de bras à cause du masque.
      Ingénierie de clivage. Une de plus.

  17. Pourquoi le gouvernement ne publie-t-il pas de synthèse des enquêtes qui ont dû, ne serait-ce qu’a minima, être opérées lors des constatations de foyers d’infection (dits « clusters ») dont le nombre de points nouveau est publié quotidiennement parmi les statistiques de l’évolution de l’épidémie, avec le nombre de nouveaux cas et celui des décès? Une analyse statistique et typologique de ces foyers (par hypothèses des milieux fermés : entreprises, services, événements publics ou réunions privées) permettrait au public (et aux responsables) de savoir quels sont les principaux vecteurs et facteurs de propagation du virus à ce stade de l’épidémie et, en rapportant le nombre de nouveaux cas provenant à un degré assez élevé de probabilité d’un foyer fermé au nombre total de nouveaux cas, de déterminer si la circulation individuelle avec protection réduite (sans masque) présente un degré de risque significatif ou négligeable? Même si la précaution doit l’emporter et imposer le port du masque dans les agglomérations denses durant un certain temps, une telle ligne statistique apporterait au public et aux responsables un instrument d’analyse salutaire, un repère important dont l’utilité serait forte pour éclairer les consciences dans le passage difficile et complexe que représente la rentrée scolaire. S’il apparaît que les milieux clos sont les principaux foyers de propagation du virus, la contrainte que représente le port du masque en milieu ouvert pourrait être assouplie, allégeant les contraintes pesant sur le public et sur les agents chargés de l’application de réglementations au fondement incertain.

  18. Des faits, des chiffres, des questions : 700-800.000 tests par semaine. 3,3% de tests positifs.
    Mais à l’hôpital, en admission ou réanimation ou décès, pas grand monde.
    Entre les tests et l’hôpital, les médecins ou les pharmaciens. Que s’y passe-t-il, là ? Mystère.
    Pourquoi ou pour qui autant de tests qui embolisent les laboratoires et dont une minorité parait être prescrite par les médecins. Mystère.
    A savoir : le test d’avant, PCR, est valable quelques jours. Le test sérologique d’après n’est pas très fiable après quelques semaines, et même positif n’exonére pas du baillonnage.
    Il n’y a pas si longtemps « on » a interdit aux entreprises de tester les employés, « on » a interdit aux policiers de porter le masque, « on » a inventé le concept de « plages dynamiques ».
    Belle remarque d’un professeur dissident : la politique de santé n’est plus du ressort des médecins, experts ou en comités, ou des praticiens de ville, elle est confiée aux Préfets et à la Police.
    Et comme avec le Dr Knock, tout passant mal masqué est un délinquant qui s’ignore.
    Bientôt, peut-être comme par le passé, on demandera aux enfants de dénoncer leurs parents qui ne portent pas le masque à la maison, et si, en plus, ils fument…
    Voir et revoir ce charmant spot à la télé avec cette grand-mère qui prépare un gâteau et le petit fils qui lui joue de la guitare, tous deux voilés.

  19. La première vague ne fut que par le truchement de la pénurie organisée de masques, de l’interdiction de préscrire de la Chloroquine aux premiers symptômes et de l’absence de tests, un triptyque aberrant justifiant le confinement (donc le télétravail, sauf pour les secteurs stratégiques, télétravail lui-même incité par le retour forcé des écoliers à la maison) consubtantiel à la peur pandémique crée par l’exploitation politico-médiatique des bilans quotidiens, désastreux uniquement pour les plus de 65 ans et les immunodéficients admis en Réa, mais suffisants quant à soumettre le peuple afin qu’il remplisse une autorisation de sortie pour se déplacer, sous peine de se prendre une amende.

    La deuxième vague n’est que par le truchement des tests positifs, le déconfinement, la réouverture de Schengen, les vacances estivales, furent synonymes d’immunité acquise, les fameux 60% pour lesquels l’épidémie n’est plus.
    Plus la population sera testée, plus elle sera mécaniquement positive et plus le port du masque et les restrictions liées, seront justifiés.
    La peur, là aussi, précipite les moutons de moins de 65 ans ou non immunodéficients à se faire tester, d’ou les labos débordés, d’ou des intiatives existant déjà quant à pouvoir se faire tester en sorties de métro (!), un vrai passeport pour se faire assigner à résidence une seconde fois.

    Cette deuxième phase a été volontairement transféré aux préfets, histoire de ne pas trop exposer les nouveaux membres du gouvernement Casteix, à l’exception notable de Borne et de Blanquer, la première réalisant le SAV des Salomon-Buzyn-Delfraissy de la première vague, leur caution en quelque sorte, en important les restrictions dans les entreprises, histoire de justifier, le non télétravail systématique et la non fermeture Schengen, le second en important les restrictions dans les écoles, toujours en support du non télétravail, deux pans permettant à Veran de continuer de surfer politiquement sur l’inertie de la peur pandémique et surtout permettre à l’économie de continuer de tourner normalement, histoire de ne pas impacter le PIB, histoire surtout que le bilan Casteix ne soit pas désastreux juste avant 2022.

    En synthèse, Covid-19 = Contrôle social.

    NB : J’ai consulté le CV de Borne, une ascendance Russo-juive, des premiers pas politiques avec Jospin et Lang….Ca ne s’invente pas.
    Un pur produit de l’élite.

  20. Hajime stop
    à défaut de vaccin contre l’anti-sémitisme, il y a encore le rivotril

  21. Non, il n’y a pas de 2de vague, les pathologies à paraître sont habituelles, saisonnières ou complications d’atteintes intrinsèques. C’est un professionnel de santé qui vous l’affirme : s’il y avait + d’hygiène dans notre pays il n’y aurait pas de contamination. Nous savons que pour éviter toute contamination, il suffit d’hygiène et de respect de la nature (c’est ce que l’on apprend avant les 1er stages dans les hôpitaux) (voyez nos rues et environnements actuellement: les individus ne manifestent aucun respect d’eux mêmes et jettent les déchets et masques sur les trottoirs… Et s’expriment avec une agressivité inouïe…).

    Le masque sert de protection à une bureaucratie voulant à tout prix maintenir son pouvoir et qui, gauche et droite confondues, se sent perdue. Michel MAFFESOLI nous rappelle l’expression de Joseph de Maistre: “c’est toute « la canaille mondaine » qui sans coup férir s’emploie à infantiliser la société : il faut en effet noter que pas un parti politique n’a osé s’élever contre le port du masque généralisé”.Les errements volontaires de la plus haute puissance publique ont en effet des raisons collectives tant factuelles que subjectives : d’une guerre civile telle qu’Emmanuel Todd et d’autres, sentent venir, la dictature qui se déploie est sournoise. A moins que la justice passe pour que la paix sociale revienne puisque l’Etat ne remplit pas son rôle. Il y a seulement ces deux possibilités quand la grande majorité de la population est à bout. A notre grand désespoir, ce n’est pas avec DM à la « justice » que nous verrons de la cohérence.
    Nous vivons dans une société de contrôle qui va en s’aggravant pour ceux qui ont des neurones vifs, et l’angoisse que les communicants insinuent sans cesse, génère l’impossible analyse des réalités chez nos contemporains « lisses ». Grande dame qu’Hanna ARENDT et la banalité du mal. Elle écrivait qu’à force de tels procédés, la vérité ne pouvait plus être débusquée. Il est devenu utopique de cerner les contours de la vérité : tout est dit, affirmé, « en même temps » que le contraire par des censément « sachants » et les caisses de résonances médiatiques
    Oui c’est énorme. Des énormités il y en a tant à relater sur les sophistes de la République. Il suffit d’élargir ses sources d’informations, d’aller les chercher sur des sites d’informations pour pouvoir se faire une idée un peu plus éclairée du réel et arrêter l’information prémâchée que l’on nous sert dans nos médias mainstreams. Des scandales et faits inavouables cachés au public qui gangrènent notre pays, il y en a pléthore.
    Cette situation presque prévisible n’est que la résultante de l’arrivée « accidentelle » à la magistrature suprême d’un individu ayant le comportement, d’un pervers-narcissique, atteint du syndrome de dissonance cognitive, aux effets cumulatifs ravageurs ! La France en est le témoin et la victime ! Le désastre total se poursuivra jusqu’à la chute de ce Caligula
    « Ce monde délirant, racialisé, complaisant envers la délinquance, a largement été co-produit par la Macronie » et Macron n’est que l’exécutant, il n’est plus qu’une roue de transmission. A mon humble avis, le défilé des visiteurs du soir doit s’intensifier au château, la multiplication des ballons d’essais médiatiques, comme autant d’intox, le prouve.
    L’armée de l’anti racisme institutionnel qui s’agenouille aujourd’hui devant les déboulonneurs zélés de statues, seront les petits soldats de Macron.

    « Si vous cédez, citoyens, vos ennemis exigeront davantage en songeant qu’une fois, déjà, vous vous êtes laissés intimider. » Périclès en 450 avant JC

    « Les tyrans ne sont grands que parce que nous sommes à genoux. » Étienne de La Boétie

    Ce type est un pantin illégitime (23% sur son nom pour 47% de votants) dont l’élection ambigüe aurait dû mobiliser l’armée dès l’audace irrévérencieuse au Gl DE VILLIERS, le peuple aurait suivi à 70%. Il y a une confiscation de liberté accompagnant la marche forcée d’un démantèlement de l’Etat social, de l’Etat acteur et de l’Etat de droit, en conformité avec la version la plus radicale de l’idéologie de la « concurrence libre et faussée progressiste » qui hélas semble demeurer. Cette majorité de nulliputiens caporalisés par des discours arrogants ne s’embarrassent d’aucune exigence d’argumentation sérieuse et de réalités. Nous pouvons retracer les circonstances de cette prise de pouvoir, où les dernières apparences d’un sens de l’Etat et des principes politiques de tradition démocratique sont réduits en miettes, rongés par des argumentations relativistes relayées par la presse grassement subventionnée, et assénées avec aplomb par les porte-paroles de cette majorité. Constatation magistrale : l’Etat rongé de toutes part, les institutions discréditées, le système partisan à la dérive, le personnel politique irresponsable et phagocyté, l’aliénation des droits démocratiques et des garanties de souveraineté que représentait l’appareil d’Etat dans ses cadres de droit, aussi minutieusement argumentées que percutantes par leur profondeur et leur cohérence… Qu’allons-nous devenir quand des populations s’arrogent des droits et revendications contre nous, sont protégées et vivent des subsides largement distribués par cette nomenklatura partisane ? Cette bande d’abrutis avec les pleins pouvoirs au nom de l’état d’urgence sanitaire!
    Je crains le pire. De quoi sont encore capables ceux qui envoient les gendarmes contrôler? Quoi de plus contingent pour asservir un peuple à l’intelligence déjà volatile tant le savoir est éthéré grâce au nivellement vers le bas de l’Education Nationale depuis 40 ans, la consommation de masse, et la futilité des soixanthuitards qui ont générés des jeunes inconséquents. C’est sans aucune tolérance que je dénonce une continuité dans la destruction systématique de la parole politique, du pays France, de ce peuple déjà fragilisé par 40 ans d’hypocrisie.

    Ce gvt a semé la peur pour contrer tout rassemblement et manifestations qui auraient pu se coaguler par le mécontentement majoritaire de la population. « qui tyrannus absque titulo ? tyrannus ab exercito ? » Il faut nettoyer urgemment les écuries d’Augias car, un coronavirus existe bien mais sa virulence est ailleurs.
    https://youtu.be/vLNThs9fS9o
    La peur est une arme politique. La preuve : ces gesticulations politico médiatiques sont un mantra contribuant à l’aliénation du peuple par la classe dominante : c’est une longue agonie populiste proportionnelle et consubstantielle à la domination croissante.

    « Celui qui contrôle la peur des gens devient leur maître »(Machiavel).

  22. Robert Kennedy junior avait dit quelques vérités, il y a quelques années sur les politiques occidentales.

    Sur un autre blog, j’avais écrit, le 12 octobre 2016, un commentaire dont voici des extraits.

    ——————————————————————————————————-
    Robert Kennedy junior (neveu de l’ancien président) a dit récemment que les États-Unis sont hostiles à Assad parce qu’il s’est opposé en 2009 au passage en Syrie d’un oléoduc Arabie Saoudite-Qatar-Turquie.
    Alors : droits de l’Homme ou pétrole ?

    Un document du Pentagone datant de 2012 écrivait qu’on trouve dans le camp opposé à Assad (et aux Russes) les salafistes, les Frères Musulmans, Al-Qaïda soutenus par les monarchies du Golfe, la Turquie et l’OCCIDENT !

    En 2012, le ministre Laurent Fabius disait qu’Al Nosra « fait du bon boulot ». On découvrait ensuite que ce groupe est la branche syrienne d’Al Qaïda. En novembre 2015, Al Nosra se félicitait des attentats en France.

    Et « l’opposition démocratique » syrienne dont on nous bassine en France ?

    Il y a quelques mois, le général français Trinquand disait que l’Armée Syrienne Libre « c’est de la rigolade ». Il constatait que des armes que les USA avaient fournies à cette ASL étaient passées chez Daesh.

    ——————————————————————————————————

    Samedi 29 août 2020, Robert Kennedy junior a fait un discours à Berlin, dénonçant l’actuel totalitarisme sanitaire.

    https://www.youtube.com/watch?v=6SBpbcNA6Do

    • RFKJ, je m’en méfie comme du Rivotril en Ephad.

      L’emballage semble séduisant, le patronyme y est pour beaucoup, certes, mais pas seulement.
      Anti vaccin, anti Big Pharma, anti Monsanto, il faut avouer qu’il coche les bonnes cases de l’anti lobbying mondialiste.

      Mais…Il a soutenu Hillary et appartient au clan Démocrates.
      C’est même un MAIS et de mon point de vue.

      Alors le voir débarquer en bras de chemise et nous la jouer « ich bin ein berliner » à une mosaïque allemande bigarée politiquement, ca me fait quelque peu tiquer, même si, là aussi, il séduit par son discours dénoncant peu ou prou le totalitarisme sanitaire, soit renversant l’accusation de nazisme proférée par l’oligarchie à l’encontre de cette même foule anti masque.
      Sa posture berlinoise peine à nous faire oublier qu’elle occupe un siège vide, celui de Bannon, flingué très récemment, or politiquement, c’est ce dernrier qui aurait dû porter le flambeau US de l’anti masque à Berlin.

      Il y a ici une réflexion à porter pour s’éviter un emballement synonyme de déconvenue, RFKJ est-il en train de récupérer l’anti masque Européen au profit de la clique progressiste derrière Biden, en coupant l’herbe sous les pieds de Trump ?
      Je note que c’est Berlin et non pas Paris ou Londres, qui a abrité cette manifestation anti masque…
      N’oublions pas que la doctrine Brzezinski, jamais démentie depuis et en matière de choix préférentiel de l’Allemagne pour controler le marché Européen et favoriser l’expansion de l’Otan vers l’Est, est synonyme de soft power US actif dont le discours de RFKJ en est le prototype archétypique.

      Ne pas oublier que RFKJ navigue également dans la mouvance du droit à l’environnement, si l’on veut rester générique, soit la ligne-force juridique en renfort des Cop et autres programmes ONUsiens de développements durables, soit la stratégie des progressistes pour la poursuite de la mondialisation.

      Méfiance, trop beau pour être vrai.

  23. Autre sujet.
    Il y a un autre danger pour les libertés : la disparition de l’argent liquide.
    Voici ce que dit Florian Philippot :
    https://www.youtube.com/watch?v=WmlASH0iOUs

    Notons tout de même une chose.
    Il m’est arrivé d’être dans un commerce où le système de fonctionnement par carte avait « beugué ». Vu que je paie généralement en liquide, ça ne me gênait pas, contrairement à d’autres clients.
    Que se passera-t-il si un jour il n’y a plus de liquide et que le système dysfonctionne dans tel commerce ?

    Autre chose encore.
    Dans son dernier livre « les Gaulois réfractaires demandent des comptes au nouveau monde », Philippe de Villiers fait quelques constats.
    Cette crise sanitaire (jamais vue depuis longtemps) est liée à la fuite en avant dans la mondialisation.
    Dès 2008, des militaires français craignaient une telle pandémie.
    Ces mêmes militaires craignent aussi des « cyber-attaques » qui anéantiraient les systèmes numériques.
    Si on continue à « foncer tête baissée » dans le paiement systématique par carte, dans la disparition des relations humaines en faisant tout passer par Internet, dans la fuite avant (5G puis 6G, etc…), il faut s’attendre à une véritable catastrophe.

    • « Si on continue à « foncer tête baissée » dans le paiement systématique par carte, dans la disparition des relations humaines en faisant tout passer par Internet, dans la fuite avant (5G puis 6G, etc…), il faut s’attendre à une véritable catastrophe. »

      La catastrophe existe déjà.
      Le paiement sans contact est entièrment intégré à la symbolique de la distanciation sociale voulue par l’oligarchie, toutes les lois bioéthiques récentes sont orientées en ce sens (procréer sans contact physique ou faire procréer par autrui).
      L’argent physique va disparaitre, comprendre le passage d’un billet (ou d’une pièce) d’une main à l’autre au profit donc du sans contact dans un premier temps, puis du tout virtuel dans un second temps.
      Le masque est une ingénierie savamment étudiée, ce n’est pas une improvisation, elle s’inscrit dans le cadre global d’une évolution de société qui abolira de manière croissante les interactions physiques et le rapport au telllurique, au profit du virtuel.

      L’argent aliénait les rapports sociaux sous Marx, Le fétichisme de la marchandise les réifiait sous Debord, le tout virtuel éradiquera les relations humaines demain, au profit d’avatars numériques dans une dialectique universaliste.

      Tragique.

    • Il n’y a pas d’affaire VA/Obono, c’est une construction médiatique intégrée dans l’ingénierie racialiste qui devrait occuper le champ politique jusqu’en 2022.
      Mélenchon vs Zemmour ou Mélenchon vs Onfray dans son incarnation politique principale, le reste, principalement des oratores des mainstreams, chargés de souffler sur les braises et Macron se posant en médiateur, du grand classique.

      Les barbaresques ont pratiqué la traite des blanches dès le 14ème siècle, sur une plus longue période que la traite négrière.
      On doit donc se poser le pourquoi du comment, dans l’inconscient collectif, esclavage = noir.
      Et pourquoi les blancs (comprendre tout ce qui n’avait pas la peau noire dans l’Antiquité) ne sont pas assimilés à l’esclavage, dans ce même inconscient collectif ?
      Les négriers étaient armés par les juifs, j’attends de Zemmour qu’il nous fasse un rappel historique au sujet de ces armateurs du commerce triangulaire, ou alors Chritine Kelly devrait s’y coller plutôt que de servir les plats au duo Zemmour/Ménant…

      Parce qui s’il est possible de se moquer de tout, alors on doit pouvoir parler de tout, sans angle mort, sans point aveugle.

      Au fait, pas de masques dans cette émission du PAF ? C’est pour mieux voir les PIF ?

      • C’est toujours mieux de n’avoir pas de masque surtout lorsqu’il n’y a aucun danger!
        Remarquez, certain(e)s font mieux de masquer!

        • Tous les intervenants en plateaux TV, open space ou pas, devraient porter le masque.
          A l’image d’une grande partie des salariés et des écoliers obligés, par un décret, de porter le masque en entreprise et à l’école.

          Pour un soucis d’équité et de fraternité. Nan, je plaisante, bien sûr, surtout pour une question de cohérence.

          • Voir sur le plateau de l’émission le pain « quotidien » hier 31 08 2020
            On retire le masque au point de départ (starting block ) d’arrivé sur le plateau de Yann Barthès sans masque , dans le style Puy du fou

            Évidemment le shampoing sur la table pour chaque avatar ,
            dans la vue d’ensemble du plateau au diné des cons que d’ici seront toujours d’aucune utilité
            Hors se laver les mains est plus productif et le masque utille, pour un praticien médical

            Dans sa dernière entrevue le professeur inconnu dans les algorithmes de Google comme intuitif devraient mathématiquement ressortir en France outre de planquer la rentrée scolaire

            En soit une sommité internationale et sucre sur le gâteau très petite tradition du langage français 10% de l’information d’où liberté d’expression franchement si attaché à la France et d’invisibilité en France sur Google question moteur de recherche d’être visible
            Professeur Raoul à pourtant la quote

            Le dernier entretien est très explicite faut se laver les mains !!!!

            Entretient du 20 du 8-2020 (L’interview du professeur Didier Raoult par Laurence Ferrari)
            Voir aussi l’entretient qui comme Raoul dixit coluche ne se défend pas , celle de coluche ,même gabarit qui sous entendait que la coqueluche se défendait
            Puisqu’il il est mourut et revenut , avec un public d’il y à 35 ans.
            Retraiter et futur retraité en bout de course .
            Classe social qui s’est bien branlé avec comme avatar la représentation médiatique, faux professionnel tele radio dans leur consanguinité incestueuse .

            J’aime aussi que la mort de coluche à fait un basculement de récup dans l’humour , J’entend que s’est la classe politique qui fait de l’humour , mais celui çi encore plus obscène , voir l’affaire Benala en première classe comme garde du corp , YSL pierre berger , soros , le transgenre de l’Élysée.

            Dans un autre registre il faut connaître l’histoire du tunnel du Saint-Gothard

  24. Hajmin

    (Au fait, pas de masques dans cette émission du PAF ? C’est pour mieux voir les PIF ?)
    Que j’explique
    J’avais pas vu bono !!
    Avant le développement de bono , bonobu, ubuntu , nouvelle affaire Obono.

  25. Dans mon dernier commentaire dans cette rubrique, j’ai renvoyé à la position d’Eric Zemmour concernant l’affaire « Valeurs Actuelles »-Obono.
    Le lien était sur Youtube, mais je viens de constater que la vidéo n’y est plus disponible (dès le lendemain !!!).

    Bon, on peut retrouver cela sur le lien suivant :
    http://www.ericzemmour.org/face-a-linfo-31-aout-2020-hd-en-direct/

    Comme écrit plus haut : aller à 53mn40s environ.

    • Il n’y a plus d’affaire VA/Obono depuis que Lejeune a été débarqué de LCI ou alors ce débarquement va alimenter, au contraire, la polémique.
      Etonnant d’ailleurs qu’un mainstream débarque Lejeune, mais que Zemmour, qui a fait dix fois pire d’un point de vue prétendu racisme, soit maintenu sur Cnews.

      Je parie donc sur une amplification de l’ingénierie racialiste, avec tous les dangers qu’elle comporte.

    • J’ai vu sur le net , ils n’osent pas te toucher , t’est béni en duo dans le cristal,
      Tu t’est fait niqué sur Paris ???

  26. Une question de droit pour notre hôte ; un salarié, ou même un citoyen quelconque, par exemple contacté dans une opération de « traçage » (flicage ?) par l’employeur ou la sécu, peut-il refuser d’être testé ? Comme il s’agit d’un acte médical, je suppose que le consentement est nécessaire ? Peut-il y avoir des conséquences pour un salarié par exemple ?

  27. Franchement vous me prenez pour con lorsque j’écris
    et j’entends , comme d’un pd d’enculé

    Lorsque dans mon secteur je vois 6 buses qui tournent dans le ciel complètement à l’aise et prévisible
    Et pas vu votre colis d’explication , dans le ciel
    Il y à un perdu de vue
    De dupond de ligonnès

Laisser un commentaire