Le spectacle de la fin du monde ancien

Le fait que nous soyons à ce point surpris, y compris l’auteur de ces lignes, par l’invasion russe de l’Ukraine, témoigne de la perte d’une capacité d’analyse obscurcie par l’arrogance inconsciente de ce que l’on appelle « l’occidentalisme ». Et également par un rapport au temps, envahi par ce que l’on appelle le « présentisme », c’est-à-dire limitation de notre mémoire à ce qui s’est passé la semaine dernière. Et nous avons pris l’habitude de plaquer sur le réel une morale unilatérale et utilitaire qui nous fait oublier le caractère tragique de l’Histoire.

Petit retour 500 ans en arrière

À la fin du XVe siècle, l’Europe s’est lancée à la conquête du monde dans le cadre de ce que l’on a appelé la « deuxième mondialisation » après celle de l’antiquité romaine. Pendant que la civilisation chinoise qui disposait pourtant de bases matérielles plus importantes, et dont les flottes parcouraient les mers, décidait de se refermer et de se contenter d’être l’Empire du Milieu. Juste un petit détail qui en dit long, lorsqu’au milieu du XVe siècle, la dynastie Ming mis fin aux expéditions maritimes, en fermant ses ports et ses frontières aux bateaux et aux voyageurs étrangers, construire une jonque était puni de mort. Pendant trois siècles, les Européens sillonnèrent les mers du globe et s’implantèrent massivement dans le Nouveau Monde débarrassé de ses habitants par la conquête, le génocide et les germes. Au XIXe siècle ce fut l’avènement du fameux triptyque décrit par Éric Hobsbwam. Avec la révolution industrielle (l’ère du Capital) et son accouchement faisant subir aux populations de l’Europe et du Nouveau Monde une énorme violence sociale. Puis la colonisation occidentale sur l’ensemble de la planète avec son cortège de violences et ses contradictions (l’ère des empires). Et enfin la mise en place des structures politiques en Occident dont nous continuons aujourd’hui à faire usage (l’ère des révolutions). Ce fut la troisième mondialisation qui vit des migrations considérables, l’Europe déversant sur le monde ses populations excédentaires.

Le « court XXe siècle », commencé le 1er août 1914 pour se terminer le 8 novembre 1989 fut le théâtre de deux guerres mondiales mettant la planète à feu et à sang et d’une guerre froide qui nous fit frôler plusieurs fois la catastrophe nucléaire. Depuis la fin du XIXe, une fois réglé son problème interne avec la guerre de Sécession, les États-Unis d’Amérique ont mis en œuvre une stratégie claire, celle de la conquête de l’hégémonie sur l’ensemble occidental, devant déboucher sur la conduite des affaires du monde. Ce n’est pas exonérer Joseph Staline de ses crimes et de la mise en coupe réglée des pays conquis lors de la guerre contre l’Allemagne nazie, que de rappeler que la guerre froide fut d’abord voulue et déclenchée par les États-Unis. Le choix de Truman comme vice-président d’un Roosevelt malade dont on savait qu’il ne finirait pas son quatrième mandat en fut le premier acte. Par une manipulation de la convention démocrate 1944, Henry Wallace considéré comme soviétophile et partisan de la pérennité de la « Grande alliance » fut écarté au profit d’Harry Truman. Plus tard, l’effondrement et le démantèlement de l’URSS furent considérés par les États-Unis comme la victoire qui leur était due et signifiait la fin de l’Histoire avec la consécration définitive de la domination occidentale sur le monde, sous conduite américaine. Cette conviction explique les actes de piraterie internationale que les USA ont multipliés depuis 30 ans sans qu’aucune de ces violations du droit ne subisse ou n’encoure la moindre sanction. Tout comme la façon dont la Russie fut piétinée dans les années 90, et pourquoi l’arrivée à sa tête d’un colonel du KGB décidé à restaurer un État, fut perçue comme illégitime et une atteinte aux intérêts fondamentaux de l’Amérique.

Le piège de Thucydide

Le piège de Thucydide est un concept de relations internationales tiré de son livre La Guerre du Péloponnèse qui décrit l’affrontement entre Sparte puissance dominante, et Athènes puissance émergente, la première étant poussée à la guerre par la peur suscitée par l’ascension de son rival. C’est ce qui arrive aujourd’hui aux États-Unis avec l’émergence de la Chine.

On attribue à Lénine la citation selon laquelle : « Les capitalistes nous vendront la corde avec laquelle nous les pendrons ». Si elle ne s’est pas appliquée à l’Union soviétique, le moins que l’on puisse dire est qu’elle colle parfaitement à la façon dont l’Occident a facilité le décollage de la Chine et le retour de l’Empire du Milieu dans l’Histoire. Par souci du profit immédiat, à coups de délocalisations et d’investissements, il a transformé ce pays en atelier du monde. Favorisant son décollage et lui permettant en un temps très court de rattraper ses retards. Occident incapable, probablement aussi par racisme inconscient, de comprendre que la Chine avait une revanche à prendre sur ce que nous lui avions fait au XIXe siècle pendant « le siècle de la honte » (la puissance occidentale s’exprimant notamment à l’époque dans les Guerres de l’Opium, imposant à la Chine les règles libre-échangistes de son commerce par la force), et que le souci de cette civilisation bimillénaire était de reprendre la place qu’elle considère lui être due.

Le réveil des adeptes occidentaux du court-termisme a été brutal et douloureux. Et c’est ainsi que la question russe est devenue primordiale. Tous les étudiants de ce pays qui envisagent des études historiques, politiques ou diplomatiques sont tenus de lire intégralement le livre de Zbigniew Brzeziński Le grand échiquier où le conseiller écouté des présidents américains expose avec franchise, voir cynisme, la théorie selon laquelle l’amélioration du monde et sa stabilité dépendent du maintien de l’hégémonie des États-Unis. Tout pays devenant concurrent est dès lors considéré comme une menace pour la stabilité mondiale. Et pour lui, la Russie doit être neutralisée, voire démantelée. Pour la bonne raison qu’il faut la détacher d’une Europe qui ainsi ne peut pas redevenir une puissance, restant ainsi soumise à l’hégémonie américaine. Les États-Unis pouvant ainsi se tourner vers le Pacifique et la Chine où ils savent qu’aura lieu l’affrontement prévu par Thucydide.

Pour les Russes, tout ce qu’ils considèrent avoir subi depuis la chute de l’Union soviétique se rattache à ce choix stratégique, et nourrit un sentiment d’insécurité traditionnellement très fort. Sentiment aggravé, il ne faut jamais l’oublier, par l’épouvantable catastrophe que fut pour eux la Deuxième Guerre mondiale. Le coup d’État organisé en 2014 par les États-Unis en Ukraine, l’installation dans ce pays d’un gouvernement anti-russe corrompu et à leur botte, la volonté de le faire rejoindre l’OTAN pour y installer des armes offensives dirigées contre eux, tout ceci a convaincu les Russes que l’affrontement devenait inévitable. La façon dont ils s’y sont préparés sur les plans militaires économiques et financiers aurait dû attirer notre attention à tous. Le refus des pays occidentaux qui en étaient pourtant les garants d’appliquer les accords de Minsk ont probablement fini de les convaincre que la solution militaire était inéluctable.

L’espoir que le pire ne soit pas toujours sûr nous a aveuglés sur ce qui nous attendait. La force du sentiment de supériorité occidentale si présent dans nos têtes nous a empêchés de comprendre le sens de l’offensive diplomatique de l’automne dernier. Les demandes écrites de la Russie exigeant des réponses également écrites dont manifestement leurs dirigeants savaient qu’elles étaient vouées à l’échec, tout cela constituait une maskirova, c’est-à-dire une opération d’intoxication destinée à masquer les préparatifs militaires. Une opération du type de celle qui vient de se déclencher nécessitait plusieurs mois de préparation et la décision de principe avait probablement été prise depuis longtemps.

La fin de l’ère occidentale ?

Il est difficile de savoir à ce stade quelle est la stratégie militaire mise en œuvre par la Russie en Ukraine, mais l’objectif apparaît désormais clairement. Mettre fin à l’existence d’une Ukraine antirusse, laquelle ne perdrait pas nécessairement son statut d’État, mais serait transformée, réorganisée, neutralisée et redeviendrait partie intégrante du monde russe. Les Russes sont gens d’action, et il vaut mieux les écouter quand ils parlent. Il aurait fallu le faire lors du discours de Vladimir Poutine à Munich en 2007. Et dès ce moment-là, comprendre que parier sur la poursuite de l’effondrement de la Russie était une erreur. Nous avons dit dans ces colonnes que nous étions rentrés dans une nouvelle guerre froide. Il est possible que cela soit beaucoup plus que ça. Et qu’une phase de plus de 500 ans, celle de la domination de l’Occident sur la planète, soit en voie d’achèvement et ce qui vient de se passer en Ukraine est une singulière expression du processus en cours.

Comme le démontre le vote de la condamnation de l’invasion russe par l’assemblée générale de l’ONU. Il faut regarder en détail qui a condamné, qui sanctionne, qui a refusé de condamner, mais surtout qui s’est abstenu. Reflet d’un monde multipolaire où l’on constate que seul l’Occident s’oppose réellement à la Russie. Parce que pour les autres, ce n’est pas autre chose qu’un conflit entre celle-ci et l’Occident. La Chine, l’Inde, l’Amérique latine, l’Afrique, le monde islamique et l’Asie du Sud-Est, plus personne ne reconnaît réellement le pouvoir que s’auto-attribue l’Occident à régenter l’ordre mondial. Et n’acceptera plus qu’il en fixe longtemps encore les règles du jeu.

Une fois de plus, il faut rappeler qu’il ne s’agit plus de morale, de celle dont les occidententaux savent faire peu de cas quand ça les arrange. Et surtout quand les cours en sont donnés par ceux-là mêmes qui jugent, généralement avec cynisme en être dispensés. Il s’agit d’intérêts nationaux.

La Russie a donc défié l’Occident, et que dire du spectacle de la réaction de celui-ci à base de délires guerriers impuissants, de sanctions improductives, voire mortifères, pour ceux qui les prennent, et d’affichage d’une médiocrité tragique lorsque l’on voit qui sont les dirigeants de ces puissances ? Un vieillard sénile flanqué d’une nullité politique pour diriger celle qui se veut le gendarme du monde. Des élites américaines et européennes incompétentes basculant au coup de sifflet dans une hystérie inepte, à base de propagande grossière, de glapissements et d’incantations. Des États européens multipliant à grands sons de trompe des sanctions qui sont autant d’obus de mortier qu’ils se tirent dans les pieds, et qui n’auront aucun effet sur la détermination russe. Tout cela constitue autant de symptômes permettant de penser que l’ère de la domination occidentale mondiale est en train de s’achever. Fruit du piège de Thucydide, ce processus ne se passera pas simplement, sera dangereux et chaotique, et il constitue pour notre pays, puisque nous sommes un pion dans le système occidental, un défi particulier.

L’invasion de l’Ukraine est une claire violation du droit international, mais c’est d’abord un événement qui acte le déclin de la civilisation occidentale sous hégémonie américaine. Nous allons probablement vers des temps difficiles.

Régis de Castelnau

65 Comments

  1. En fait, j’ai déjà commencé à parler de ce blog à des « étudiants de ce pays qui envisagent des études historiques, politiques ou diplomatiques ». Je vais continuer ! C’est salutaire.

    • Félicitations pour cette brillante et lumineuse analyse , que je partage entièrement.
      Continuez à nous aider à réfléchir …

    • Je suis d’accord avec vous il s’agit probablement du signe fort du déclin occidentale. Cependant je mets la Russie en Europe personnellement en tant que civilisation. Ce que l’on nomme l’occident aujourd’hui n’est pas l’occident du début du 20ème siècle. C’est avant tout l’Empire américain qui est en cours d’effondrement, nous ne sommes que des vassaux après tout. Présenter l’occident ou l’Europe comme un truc uniforme et un seul bloc me semble fortement réducteur et fait oublier que ce bloc s’est surtout fait la guerre à lui même ces 500 dernières années. La domination anglo-saxonne puis surtout américaine est celle qui aujourd’hui s’étiole plus que l’occident dans son ensemble.

      De la même manière ne pourrait-on décrire l’Amérique latine comme l’occident également. Comme si le monde latin était coupé en deux une partie dans l’occident celle d’Europe et l’autre non? Il faut être moins généraliste et ne pas trop faire de raisonnement spécieux s’étendant aussi loin dans le temps à mon humble avis. Que s’est-il passé en fait. C’est très simple les pays industriels avancés sous l’influence idéologique de Washington ont choisi le néolibéralisme dans les années 70 . Ils ont tout dérégulé et ouvert toutes les frontières . Cet état de fait a fait lourdement décliner l’occident comme on l’avait vu au 19ème siècle pour d’autre régions du monde. Paul Bairoch l’avait montré dans ses œuvres, les pays qui firent du protectionnisme développèrent leurs industries, les autres déclinèrent . L’Amérique du sud qui était très riche au 19ème déclina fortement sous l’emprise du libre-échange et rata son industrialisation. L’empire Ottoman dont vous ne parlez pas, et qui menaça pourtant longtemps l’Europe, y compris à son apogée, déclina fortement parce qu’il négligeait le commerce et l’industrie et qu’il pratiquait le libre-échange; A tel point que les libéraux au 19ème faisait de l’Ottoman l’exemple même d’une grande nation libérale sur le plan commercial, le fait qu’elle déclinait fortement ne les avaient pas alors frappé.

      C’est avant tout l’idéologie en place depuis 50ans en Europe de l’ouest et aux USA qui est responsable de ce déclin. Nul besoin d’y chercher un phénomène spirituel ou autre . Je pense qu’il faut être plus terre à terre pour comprendre ce qui nous arrive. La crise covid l’avait déjà bien démontré nous ne fabriquons plus rien et dépendons des autres régions du monde pour consommer les plus basiques des marchandises. Et l’origine de ce choix économique stupide du libéralisme vient des couches sociales aisées qui voulaient simplement une part plus grande du gâteau en démolissant le consensus keynésien d’après guerre. En jetant à la poubelle ses industrie ses ouvriers et ses techniciens pour payer un peu moins cher ses téléviseurs et ses voitures la bourgeoisie occidentale s’est tirée une balle dans le pied et nous allons tous en subir les conséquences maintenant. L’Europe de l’ouest et les USA c’est simplement le futur tiers-monde.

      • Bonjour,
        Êtes vous Yann du bon dosage. Il me semble, là, reconnaître votre patte.
        Salutations

        • Je suis démasqué. Effectivement c’est moi du bondosage et je me suis même planté en mettant le commentaire au mauvais endroit apparemment. Que le rédacteur de ce commentaire et de ce blog m’en excuse . Je compte reprendre mon blog avec tout ce qui se passe et cet campagne électorale absolument lamentable à tout point de vu.

      • Bonjour Yann
        Je suis tout à fait d’accord avec vous sur la notion d’Occident, dont la Russie fait évidement partie. Ne confondons pas Occident et empire américain! Le déclin actuel de l’empire américain est une occasion pour la France de reprendre son indépendance et de ne pas se laisser entrainer dans des aventures militaires ou des sanctions économiques qui effectivement finiront par nous ruiner.

  2. L’analyse historique, politique et idéologique est toujours parcellaire et permet rarement d’appréhender les tenants et les aboutissants de la destinée du monde. La remarque de M.de Castelnau sur la puissance d’une chine millénaire n’ayant pas voulu coloniser la planète ne peut être compréhensible que si l’on s’élève d’un cran intellectuel, c’est à dire si on se place au niveau spirituel. Pourquoi la chine, ou d’autres peuples d’ailleurs, n’ont-ils pas eu recours à cette hégémonie technique, territoriale ou culturelle ? Simplement parce chaque religion, chaque spiritualité de ces peuples les préservaient, peu ou prou, de l’essor matérialiste que l’occident a connu. L’Occident a « tué » Dieu avant les autres et à fait plonger, dans les abimes de l’illusion matérialiste (Kaliyuga), ses peuples devenus vaniteux et prétentieux éblouis d’eux-mêmes par la beauté du Diable (la science moderne et la technique) puis par contamination et souillure intellectuel l’Orient. Nous sommes bien arrivé, comme le décrit très clairement René Guénon, au coucher du soleil, symbole d’un l’occident ayant perdu l’éclairage Divin et plongeant dans cet Age sombre tant décrit par toutes les Religions d’une façon plus ou moins hermétique. Il n’y a plus qu’à attendre le retour de la lumière (pas la singerie inversée révolutionnaire) dans la torpeur de ces temps apocalyptiques.

    • Talas dans l’actuel Kazakhstan, 751 après Jésus Christ est le coup d’arrêt de l’expansion des Tangs dynastie alors au pouvoir.

      Depuis la Chine n’était plus une puissance mondiale. Seulement une vaste seigneurie surannée plusieurs fois envahie par les barbares mongols, mandchous, occidentaux lors du siècle de la grande humiliation guerre de l’opium 4 septembre 1839- avènement de la Chine dite populaire le 1er octobre 1949.
      Certes, il y avait eu l’interlude des Ming de 1368 à 1644.

      1644- 2014 éclipse de presque 500ans.
      L’éclat dure 500 ans autant que la disgrâce.

      L’empire romain depuis César jusqu’à la déposition de Romulus-Augustule
      dura lui aussi 500ans

      Les USA se croyant plus malins que tous les autres ont réveillé le vieux dragon endormi….

      Le $, le £, l’€ connaîtront le sort de l »étalon argent « monnaie » de la dynastie Qing.

      • Votre point de vue historique, et c’est toujours le cas, ne permet pas une compréhension symbolique qui est la seule en réalité à nous rapprocher de la Vérité. Tous les faits que vous énoncez ne remettent pas en cause la structure des sociétés dont ils sont issus. Une structure Traditionnelle de castes composée d’une élite spirituelle et intellectuelle (La 2ème découle de la première) agissant en tant qu’autorité, d’une élite seigneuriale ou guerrière (l’exécutif), puis les marchands et enfin le reste de la population (la plèbe). L’occident a connu cette structure sociale verticale ou pyramidale jusqu’au moyen Age et s’en est peu à peu séparé au profit de sociétés « horizontales » en se séparant d’abord la caste supérieure (en France, Cf. Philipe Lebel). Le reste venant plus tard pour arriver à ces sociétés ou d’abord l’ « égalité » est devenue une règle générale (c’est ici encore un des nombreux plagia du Démiurge qui reprend à son compte l’unité principielle Divine et qui implique donc l’indifférenciation des êtres pour l’appliquer illusoirement à l’existence alors que celle-ci n’est que multitudes, hiérarchies et ordres) puis par une inversion des symboles (le ciel et la terre, L’Esprit et la Matière, l’homme et la femme, …). Seule l’Occident s’est éloigné aussi loin de son repère spirituel (on pourrait dire qu’il s’est désorienté) jusqu’à le renier et pour enfin le substituer à la grande illusion matérialiste source de tous les maux et transformant ainsi l’humanité en une sous-humanité individualiste hagard fuyant son ombre et ne respectant que son dieu consommateur, le nouvel opium.

      • De façon brève et partielle, la Chine a été envahie à maintes reprises, cependant, ce sont les envahisseurs qui se sont dissouts dans sont immensité géographique et culturelle.
        Cela mérite bien sûr d’être développé.

      • Juste pour dire que l’Empire romain n’a pas commencé avec César, assassiné en -44, qui n’a jamais été empereur (mais l’erreur est fréquente), mais avec Octave devenu empereur en -27 avec le titre d’Auguste.

        • Exact .
          Avant c’était la République romaine de -200 à -27 avant JC.
          Puis ce fut l’Empire romain avec à son apogée l’empereur Marc Aurèle au IIè siecle.
          Ceci dit , je fais parti des historiens amateurs qui chiffrent la décadence du IIIè au VII è siecle . C’est ce que l’on appelle l’Antiquité tardive.

  3. Bonsoir,

    Le 8 novembre 1989, le mur tombe à Berlin..
    Le 14 juillet 1989 la grande parade, sur les champs elysées, de Jean-Paul Goude : pavanne d’une puissance estompée, perdue de vue.

    2022 eut été chance pour la France trouver, de fabriquer la paix en Europe .
    Par conséquent de revenir au premier plan.
    La belle occasion est gâchée.
    Tout est fait à l’envers
    Hélas.

  4. C’est vous le seul clown ex-communiste, faux souverainiste français, qui êtes surpris, pantin de l’impérialisme russe hier comme aujourd’hui.

    Les Baltes, Finlandais et Polonais ont annoncé tout ceci dès 2008 et 2014. Et vous avez contribué à ce que personne ne les écoute.

    En 1944, la guerre froide, ce sont les pays resistants qui sont soumis à Moscou parce que le reste de l’Occident se refuse à entrer en guerre contre l’impérialiste russe qui avait commencé la guerre en concertation avec l’Allemagne nazie au détriment de la Finlande, Pologne, etc.

    • Les clowns fonctionnent toujours en tandem.
      L’auguste et le blanc.
      Les printemps arabes devaient  » libérer » les peuples. Les résultats sont là.

  5. non ce n’est pas une « violation du droit international » ! (bourré d’ailleurs de contradictions entre par exemple « le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » et « le respect des frontières » car les nazis occidentaux pour leurs frasques génocidaires ont inventé « le droit d’ingérence humanitaire » ! tant mieux qu’un type (non drogué et non nazi) s’en serve justement dans le cas prescrit !

  6. « On ne peut pas saisir la société russe de nos jours sans bien appréhender le fonctionnement du régime communiste et son système répressif. Un Russe sur quatre a connu la détention et cette situation a imprégné fortement la société. L’idéologie, le langage, le comportement de la pègre ont contaminé le monde russe et le tissu social »

    Poutine est la parfaite illustration de ça.

    Me de Castelnau a l’air de se réjouir que ce système écrase l’occident décadent…

    (P.S. Je vous laisse chercher qui a écrit cette phrase…)

  7. A l’ère du nucléaire le piège de Thucydide ne fonctionne plus.

  8. Bravo et Merci
    seul regret la confusion dans l’imprécision des termes :
    l’ occident, nous, etc … i

    Il faut à mon humble avis faire la différence entre l’Empire états-unien, ses dirigeants plus ou moins mafieux qui dirigent les États-Unis et ses pays satellites (UE, en Amérique latine, Maroc, … ) et les populations, complètement abusées par une propagande effrénée et
    très intelligente vus les résultats.
    On est effrayé des réactions sentimentales, privées de toute raison de bien des gens.

    Penser avec ses estomacs semble se généraliser, dire son humeur ….
    La surprise, pour moi est cette surprise !
    Il faut un féroce conditionnement pour se laisser abuser par les salopards qui nous mènent.

    Mais revenons au principal :
    1 cette guerre étasunienne des dominants (ultra-riches)
    EST DIRIGÉE CONTRE l’EUROPE, son économie, sa population.
    2 ces fous, s’attaquent à la Chine
    et probablement via des chèvres (comme l’est l’Ukraine aujourd’hui)
    comme par exemple l’Inde.

    Cela engage des milliards de gens dans la violence et c’est dingue !
    On peut craindre le pire ces assassins de masse (cf les multiples conflits depuis plus d’un siècle).

    l’Empire états-unien est une PLAIE de l’humanité.
    Et NOUS acceptons passivement cette plaie via des dirigeants larbinisés

  9. Selon le « South China morning Post » du 4 mars la Chine va augmenter son budget militaire de 7.1% cette année en dépit des difficultés économiques engendrées par la covid.

  10. Je renvoie tout un chacun à la lecture de « Comment les démocraties finissent » de Jean-François Revel. Écrit il y a près de 40 ans, ce livre contient énormément de choses et les imbéciles de l’époque (Couve de Murville par exemple) débitaient déjà le même genre d’insipidités.

    • Je ne comprends pas. Vous semblez dire que le livre de Revel est à la fois intéressant et insipide ?

  11. M. de Castelnau, votre conclusion semblent de plus en plus acceptée, sauf par ceux qui sont responsable du délabrement de notre civilisation.

  12. ce que vous dites est faux 141 pays sur 180 à l’onu à l ‘assemblée générale ont condamné l’agression russe en Ukraine , toute l’amérique latine l’a condamnée , la moitié de l’afrique , ,une partie de l’asie Japon Indonesie Malaisie … , , quand aux autres pays ils se sont abstenus, cela ne vaut pas dire qu’ils approuvent l’intervention russe…. ,la Chine alliée de la Russie s’est abstenue y compris l’iran pourtant grand ennemi des USA et frappée de sanctions …. ,malheureusement le vrai pourvoi à l’onu est au conseil de sécurité et la Russie a mis son veto : ,la résolution de l’ONU n’aura donc aucun impact sur la marche du monde , Quand à Biden qui a connu la guerre froide ,il est prudent ,on ne l’entend pas contrairement à Lemaire QUI VEUT UNE GUERRE ECONOMIQURE TOTALE CONTRE LA RUSSIE ou certains occidentaux va-t-en guerre voir bhl , même l’otan a dit qu’elle ne protégerait pas l’espace aérien ukrainien « no fly zone  » sinon c’est la troisième guerre mondiale

  13. Pourquoi soutenir Poutine au-delà des atermoiements des démocraties dégénérées et de leurs sous-humanités pilotes :
    1 – Poutine nous a largement prévenus de la dérive des U.S, avec la complicité d’une Europe dégoulinante de faiblesse congénitale, à prétendre à imposer son rapport de force en plaçant sournoisement ses suppôts (avec l’orthographe que l’on veut) autour de la Russie. On comprend Poutine quand il a préparé cette guerre en conséquence d’un mensonge politique et, il faut bien le dire, d’un foutage de gueule géopolitique à l’échelle des nations. Revoyons la réaction des U.S (l’Empire du mal) lors de l’affaire des missiles de Cuba. Deux poids deux mesures ?
    2 – Pour moi ce qui est le principal : les U.S et ses laquais Européens expriment par leur mentales progressistes et modernes la dérive et la chute de l’humanité (ou ce qu’il reste). Donc, s’il fallait prendre parti, et c’est toujours le moindre mal, Poutine représente malgré tout un frein non négligeable à cette emprise (certains diront complot) du monde clinquant et inutile (c’est l’envers du décor, de l’autre côté c’est une porcherie morale) sur le monde Traditionnel. Pour les pleureuses et autres chouineuses de service, l’enjeu ne se compte évidemment pas en nombre mort.Le sort de l’humanité se situe aux niveaux des principes, c’est-à-dire aux raisons d’être de nos existences.

    • Très juste. Quant à la crise de Cuba, elle est arrivée parce que les russes réagissaient à l’installation d’armes nucléaires US en Europe. Peut-être Poutine a-t-il cru pouvoir suffisamment impressionner l’empire avec :
      – de nombreux avertissements, depuis 2007 à Munich
      – de nouvelles armes, validées par les manœuvres avec Chine, Iran…
      – des démonstrations de force en Georgie, en Syrie, en Biélorussie, au Kazakhstan,
      – les troupes (pour la défense du Donbas ! ) à la frontière…
      Ca a raté, face à la détermination de l’Otan à répandre le chaos. Et voilà la guerre, limitée pour le moment.

  14. L’enjeu s’est toujours le pognon
    Et l’image qui était une pub lessive avant est devenu stratégique sur les marché financier
    Si Bhl se la joue à être con médiatiquement pour envahir la Libye
    S’est qu’il va gagner du pognon
    L’idéologie pour le peuple s’est l’eau de zamzam , comme les marchés qui sont très fluide
    L’essentiel s’est que tout le monde est d’accord
    La relation de confiance entre la richesse et pauvreté

    Par la suite effectivement il y à la vie d’avec son émotionnel de famille dans la transmission de la même pathologie de la croyance

    Ceci dit rien de MAL

    • Les oiseaux y sont déjà à la recherche de l’accouplement déjà en février
      Mais l’être humain s’est de la merde
      Si la création avait supprimé le pouce de la main de l’être obscène
      Il n’aurait pas fait toute cette mécanique de boucherie
      « L’histoire » encore une invention
      « Le temps » s’est une autre invention

  15. excellent !Maitre!prenant pieds sur les luttes ouvrieres (la defense de la siderurgie et la manifestation parisienne qui a mal tourné livre la provocation avec francois salvaing vos analyses ont du sens et rejoignent celles d’alain Badion et cette DESORIENTATION mondiale !enfin une reflexion constructive sur des debrits de democratie flottante !bravo je suis contente de vous lire !

    • une visite aux Buttes Chaumont
      La lutte ouvrière !!!
      S’est pour cela qu’il y à eu une antenne de propagande dans la poubelle de chaumont
      Maintenant s’est une station de métro
      Où tout le monde attend son heure

      S’est assez terrifiant

  16. La Chine n’a pas connu les guerres de religion, element central qui a abouti au Traité de Westphalie conduisant à la fondation de l’Europe moderne conformement à la conclusion de Proudhon « la guerre est l’accoucheuse des nations ».
    Pour le reste l’Angleterre d’Elisabeth I° est le pays qui a le mieux tiré profit de son insularité en organisant des guerres sans fin sur le continent pour amener ses rivaux à s’entre-detruire afin de construire sa domination mondiale. Son excroissance monstrueuse-les USA- ont pris la suite jusqu’à ce jour.

  17. Depuis huit ans en Ukraine 14000 civils ont été tués, femmes , enfants , vieillards au Donbass et vous nous parlez du droit international ?. les Etats-Unis d’Amérique ont-ils jamais respectés le droit international ?. Vous n’êtes qu’un criminel par la pensée.

  18. La trilogie d’Hobsbawn, ce n’est pas d’abord l’ère des révolutions puis l’ère du capital et enfin l’ère des empires? Et puis pourquoi dites-vous que la Chine est une civilisation bimillénaire ? Vous ne confondez pas avec le christianisme ? Les chinois parlent tout le temps de leur 5000 ans d’histoire? Vous ne vous emballez pas un peu vite?

    • Je ne vous apprends pas que l’empire chinois, lui, est (un peu plus que) bi-millénaire. D’où la confusion.

      Ps: je suppose que vous répondez à Nicolas Bonnal ? Ce site a tendance à placer les réponses aux commentaires de façon aléatoire.

  19. « Les États-Unis peuvent ainsi se tourner vers le Pacifique et la Chine où ils savent qu’aura lieu l’affrontement prévu par Thucydide. » Vous êtes sûr que vous ne mélangez pas avec Nostradamus ?

  20. « L’espoir que le pire ne soit pas toujours sûr nous a aveuglés sur ce qui nous attendait.  » Et l’habitude de penser que les diplomates américains ne pouvaient que mentir aussi, non?

  21. « La civilisation chinoise décidait de se contenter d’être l’Empire du milieu. » Ce qui témoigne d’une grande modestie de sa part et d’un sens de la mesure exquis. Et entre le 15 siècle et le siècle de l’humiliation, elle vit en vase clos peut-être? Jingdezhen fait de la porcelaine destinée au marché européen avec des bergers et des bergères sortis tout droit de l’Astrée mais l’Empire du milieu se contente…

  22. Excellent. Tout à fait excellent . Rien à ajouter ni à retrancher.
    Si, toutefois, la grande honte que je peux éprouver à voir mes concitoyens et concivilisationnels sombrer dans le racisme anti Russe le plus crasse et le plus idiot: virer des chefs-d’orchestre, des chanteuses lyriques, des chats et des arbres des compétitions de beauté, et j’en passe
    Sans ce racisme, les sirènes d’une propagande aussi grotesque que lamentable ne rencontrerait pas autant d’espaces de cerveau disponible.
    Les ROW nous regardent, figures d’autorité auto-proclamées, se comporter comme des parents ivres qui vociférent devant leur télé et se blessent avec leurs propres couverts.
    Le mépris, le dégoût suscités dans les Rest Of the World nous coûtera très cher

  23. Juste pour réparer un oubli : les européens se sont lancés à dans l’exploration, par l’ouest et par l’est, de la planète parce que les routes commerciales millénaires leurs étaient fermés par l’empire Ottoman.
    S’en est suivi une concurrence, l’établissement de comptoirs, la colonisation etc.

    • Par l’Ouest ! C’est d’ailleurs symboliquement par cette direction occidentale, que le Grand Satan a pu créer son empire et sa tanière.

  24. Cet article est brillant et montre comment l’axe du monde se déplace de l’Occident vers l’Eurasie et l’Asie, avec le soutien du gros de l’Afrique, du monde islamique et de l’Amérique latine. Les réactions publiques prudentes mais claires de l’Inde, du Pakistan, de l’Iran, du Brésil et du Mexique face à la Russie et l’Ukraine étant révélatrices de ce qu’attendent vraiment ces pays, derrière un discours diplomatique lissé. L’intégration de l’Eurasie, du Pacifique à l’Atlantique, est dans la logique économique des choses qui rejoint la géographie et le développement accéléré des nouvelles communications. Ce que les USA et les puissances anglo-saxonnes ne peuvent accepter puisque cela les repousse à la périphérie de la masse continentale eurasiatique. Ils mènent donc une guerre contre les Européens par Ukrainiens ou Polonais manipulés interposés tout en …repoussant les Russes dans les bras des Chinois ! …C’est ainsi que meurent les empires ! A cela s’ajoute les processus de démocratisation sociale nées des révolutions communistes et de la décolonisation et qui ont aujourd’hui pour centre la Chine, l’Iran et tous les pays qui, d’une façon ou d’une autre, doivent se relever de l’humiliation et de la marginalité subies pendant l’ère coloniale. La Russie est devenue, à cause de l’arrogance occidentale post-1989, le glaive et le bouclier de l’Eurasie et de la Chine. Et même si Moscou le proclame de façon très brutale, ce n’est qu’une réaction à l’agressivité sans limite démontrée par les USA partout dans le monde depuis 1989 et à laquelle les veules élites européennes se sont soumises à chaque guerre et chaque agression. On peut dès lors s’attendre à l’avenir à ce que les élites « ketmanesques » de l’Europe du centre-est, autrefois soumise à l’URSS puis « passées à l’Ouest » en à peine « une nuit » repasseront à l’Est dès que le rapport de force sera clarifié en Ukraine. Ce qui ne devrait pas durer trop longtemps car, qu’on le veuille ou non, l’armée ukrainienne ne peut pas tenir plus de deux semaines et les Occidentaux semblent selon leur habitude avoir trop peur de risquer quoique ce soit. Ils ne sont prêts qu’à se battre jusqu’au dernier Ukrainien mais celui-ci devrait s’en rendre compte incessamment et cesser les frais. D’autant plus que les oligarques ukrainiens qui tiennent ce pays de fait mafieux voudraient revenir le plus vite possible au « business as usual », ils ont trop perdu de fric depuis le début de la crise. Les poltrons tonitruant qui gouvernent les pays européens mettent leurs peuples à la marge de l’histoire en marche. Nous assistons donc sans doute à la nouvelle fin de l’empire romain d’Occident.

    • Je trouve votre commentaire encore meilleur que l’article.

    • Globalement d’accord, avec deux remarques :
      1) Face à un adversaire prêt à utiliser l’arme nucléaire, il est tout simplement impossible de se battre. Cette affaire montre à quel point la stratégie de la dissuasion est une connerie. Il suffit qu’un pays cesse de jouer le jeu, et tous les autres sont le bec dans l’eau.
      2) Le déclin de l’Occident, c’est le Covid qui l’a annoncé. Les pays qui se croient les phares du monde terrorisés par un virus – confinés, masqués, soumis au couvre-feu, avec des jeunes qui ne risquent rien mort de peur. Il est d’ailleurs amusant de voir les mêmes trouillards appeler à l’holocauste nucléaire après s’être faits dessus pour des morts dont la plupart – hélas, mais c’est une autre affaire – étaient programmées par le cours de la vie.

  25. Drweski
    « Nous assistons donc sans doute à la nouvelle fin de l’empire romain d’Occident. »

    En faite il n’avait jamais commencé , s’était juste une idée , un teste de voir venir

    en passant il « Klaus Schwab affirme que le monde ne reviendra jamais à l’époque précovidienne. Nous affirmons aussi qu’il ne reviendra pas non plus à ce qu’il était avant le 22 février 2022.
     »
    Klaus Schwab
    espère revenir dans sont monde , vu qu’il à vu sa mort venir et rien ne nous empêche de le mettre dehors tac tac tac
    De selon de mon avis , faudrait inventer les chiottes
    La centrale nucléaire est la super chiotte , qui les utilises énergies , vu la quantité de spermes sur la planète , il y a de quoi faire et je n’ai pas encore invité gazomètre pour le rebus.
    Voir la hausse , le monde sur startinggate de bloc vital d’énergie

    J’aime bien ce texte vu sur un autre forum de causette
    Il est authentique
    bien vu « la cinquième colonne »
    S’est l’aube
    D’où d’ailleurs

    La pente douce s’est le doute méthodique et juste dans le titre de Descartes
    L’orthodoxie est une singularité du christianisme , mais comme du protestantisme anglicane et comme de gutenberg avec sa bible
    Qui nous renvoi à la pierre de rossette
    Comme fausse lecture , vu que de selon de mon avis la traduction du texte nous efface de l ‘histoire

    le seul endroit ou je peu lire des livres s’est l’hôpital
    En général je lis du tintin ou des bob et bobette
    mais j’aimerais lire au nom de la rose, et puis une étude aussi de andré Peyronie
    « le nom de la rose (du livre qui tue au livre qui brule »
    Encore un breton

    Et puis j’ai vu ce livre là d’umberto eco eco , pas lidl ou intermarché

    Mais en faite je ne ne l’ai pas vu mais je savais que je navigue en flash
    Cognitivement s’est mathématique
    Derrière il y à du talent

    Mais de selon de mon avis s’est un pd d’enculé
    Certes il est comme le diable sé ductivement
    Un être luciférien complètent engager

  26. Dans le monde de lucifère, s’est la foire aux bestiaux , s’est l’estrade avec la biche humaine, les esclave , ceci dit cela les arrangeait très vu que s’était du bétail
    posez vous la question de lucufère et de crusifere

    Les pâtes lustu crux ( luscu- crus) voir lucifère et de crucifère ( (qui aurait pu croire ?)
    De crucifère un choux salade , s’est le croisé, le crusifié un humain , la croisade si en plus plus on s’invite dans l’orthodoxie
    S’est plombé alchimiquement
    D’où la Russie mise sur l’Or

  27. Mais de selon de mon avis , je n’aurais pas le temps de voir tout ça
    S’est assez dommage , mais j’aurai aimer voulus voir l’être humain
    J’y crois vraiment ,; faudrait il qu’il face un pas vers la nature et qu’il se reconnaisse

  28. Une chose est certaine les commentaristes du commentateur ne lui arrivent pas a la cheville. Appréciation faite en dehors de tout conflit d’intérêt et ne concernant que ce texte. Je parles donc du contenu et pas des personnes.

  29. 2° la présentation par Anne-Laure Bonnel de son documentaire de 2015 sur le Donbass aux spectateurs de la Maison russe des sciences et de la culture à Paris https://www.youtube.com/watch?v=rDcISXdWhkc et le documentaire lui-même, qui a été déjà en partie censuré par Youtube (propriété de Google) via deux filtres successifs.
    En cliquant sur le lien suivant : DONBASS vous aurez la possiblité de visualiser intégralement ce film que, vu le contexte actuel, nous vous conseillons de télécharger ( faire un clic droit dans l’image) .

    OU BIEN CLIQUER SUR LE LIEN CI-DESSOUS. et faire défiler jusqu’au  » DONBASS. »
    Bonne réception.

    https://histoireetsociete.com/2022/03/09/annie-lacroix-riz-indique-quelques-pistes-de-lecture-et-videos-sur-la-situation-en-ukraine/

Laisser un commentaire