Gazoducs : l’Occident et les droits de l’Homme-grenouille

Le sabotage des deux gazoducs russes Nord Stream 1 et 2 qui desservent l’Allemagne est un événement de portée considérable. Nous saurons plus tard lorsque l’Histoire s’en sera emparé, ce qui s’est passé réellement. Aussi aujourd’hui se contentera-t-on de quelques observations à partir du maelstrom d’informations déversé par les médias et les réseaux.

Un événement historique.

Si l’on comprend bien, il s’est trouvé un État pour monter une opération sophistiquée nécessitant précisément des moyens étatiques. Opération sophistiquée, qui va probablement rendre inopérant deux installations décisives pour l’avenir énergétique et industriel de l’Allemagne. Cette dernière ne devrait pas s’y tromper, c’est bien une agression majeure contre elle-même et sa population. L’absence de réaction à la hauteur de l’événement de la part de l’actuelle direction du pays est de ce point de vue assez stupéfiante. Et témoigne du niveau consternant des équipes gouvernementales composées de sociaux-démocrates pusillanimes et d’écologistes aussi incompétents qu’atlantistes furieux. Les deux gazoducs sabotés sont donc affectés par des fuites importantes qu’il serait techniquement extraordinairement difficile de colmater. Par ailleurs si l’on comprend bien, si la circulation du gaz était arrêtée, ils se rempliraient d’eau de mer et seraient donc définitivement inutilisables. La dépendance énergétique de l’Allemagne vis-à-vis de la Russie la place donc dans une situation finalement assez dramatique.

Célérusses !

Les réseaux sociaux charrient le pire et le meilleur, mais sont aussi un moyen d’expression assez réjouissant de l’humour. Toute la journée du 28 les petits malins s’en sont donnés à cœur joie. La palme revenant à celui qui, pour conclure à la responsabilité russe, inscrivait sur une photo du bouillonnement du gaz s’échappant en mer Baltique la phrase : « un passeport russe a été trouvé flottant milieu des bulles ». Les médias système français quant à eux, ne se gênaient pas pour avancer immédiatement et sérieusement la même hypothèse. On reviendra un peu plus bas sur cette constance masochiste à se déconsidérer en toutes circonstances. L’hypothèse de la responsabilité russe est assez ridicule, même si bien sûr on ne peut jurer de rien. Mais effectivement on voit mal pourquoi Moscou qui tient les robinets se débarrasserait d’un moyen de pression essentiel sur le pays qui dirige effectivement l’UE. En se privant de ressources qui viennent quand même compléter celles obtenues par la diversification de ses clients. Accuser les Russes, c’est considérer que pour éteindre une gazinière, plutôt que de tourner le bouton, il vaut mieux donner un coup de hache sur le tuyau. Ce qui est d’ailleurs intéressant, c’est que lorsque l’on se tourne vers les États-Unis pour voir ce que la presse en dit, en constate que les journalistes américains n’hésitent pas à poser le problème et à interpeller, voire accuser l’administration Biden. Malheureusement chez nous cet épisode a permis de constater une fois de plus l’effondrement intellectuel et déontologique de la classe médiatique qui s’est précipitée sans aucun complexe sur l’hypothèse la moins crédible. Avançant par exemple l’argument inepte de la volonté russe de faire monter le prix du gaz ou de porter préjudice à l’Allemagne son meilleur client. Inepte parce qu’il leur suffisait de tourner le bouton. Ou celui de la volonté russe de porter préjudice à l’image des États-Unis en Occident. Ils ont pourtant fait la démonstration à plusieurs reprises qu’ils s’en moquaient éperdument. Triste constat de voir que dans cette sphère occidentale les élites françaises de la communication sont, soit les plus bêtes, soit les plus corrompues.

Rouletabille mène l’enquête

Dans le petit Cluedo de la recherche du coupable, il y a beaucoup d’indices convergents, voire quasiment des preuves qui établissent la culpabilité des États-Unis. Tout d’abord il faut les moyens d’un État pour une opération de cette envergure dans une des zones maritimes les plus surveillées du monde. Et l’on apprend que la Navy et ses alliés anglais s’étaient livrés il y a quelques semaines à des manœuvres sous-marines dans la zone…

Sans oublier nous disent ceux qui ne sont pas amnésiques, que les États-Unis ont toujours craint la dépendance allemande vis-à-vis de l’énergie soviétique puis russe. Et que si ces derniers ont toujours respecté scrupuleusement leurs contrats de fourniture, les seules perturbations ont eu pour origine des sabotages des gazoducs par la CIA. Autorisés, nous apprennent aujourd’hui des documents déclassifiés, par un décret du président Reagan !

Il y a bien sûr le fameux tweet du parlementaire polonais ancien ministre de la défense des affaires étrangères Radek Sikorski, affichant la célèbre photo du bouillonnement Baltique accompagnée de ces mots : « thank-you, USA. ». Sikorski appartient notoirement à la secte néo conservatrice de Washington, et ses liens étroits avec les services des États-Unis sont connus. Cela transforme tout simplement son tweet en aveu. L’implication polonaise est également probable, car au même moment était annoncée l’inauguration d’un gazoduc entre la Norvège et la Pologne. Offrant à celle-ci une situation de force vis-à-vis de l’Allemagne, puisqu’actuellement une partie du gaz russe transite encore par son territoire (et celui de l’Ukraine d’ailleurs). Soucieuse de conserver cette position privilégiée, la Pologne s’est toujours très vivement opposée à Nord stream 2. On ajoutera les relations « cordiales » qui existent actuellement avec l’Allemagne à qui la Pologne vient de présenter une vertigineuse facture de réparations des atrocités commises chez elle entre 1939 et 1944. Toujours astucieux nos amis allemands ont pris ça de haut et répondu avec mépris. Les Polonais qui sont limitrophes de l’Ukraine et jouent un rôle important sinon essentiel dans l’implication de l’OTAN dans le conflit, ont probablement eu quelques solides arguments vis-à-vis des États-Unis. Larry Johnson, vétéran de la CIA et du bureau de lutte contre le terrorisme du Département d’État retient cette hypothèse et conclut avec drôlerie : « Mais attendez, cela ne crée-t-il pas de vrais problèmes pour l’Allemagne ? Bien sûr, mais la Pologne « ne s’en soucie pas ». Il y a eu ce petit incident appelé Seconde Guerre mondiale et il semble que les Polonais en veuillent encore aux Allemands. Si la vengeance est un plat qui se mange froid, cette fois-ci le dîner sera congelé ».

Les motivations américaines

Si l’on retient l’hypothèse américaine, le mobile polonais pour intéressant qu’il soit, ne serait pas suffisant. Quel serait donc l’intérêt des États-Unis à mener une pareille opération sur l’origine de laquelle il est peu probable que les élites allemandes soient dupes ? C’est bien évidemment une façon de leur brûler les vaisseaux, car désormais la voie d’un compromis éventuel avec les Russes comme le souhaite Angéla Merkel est définitivement fermée. Les manifestations de rue auxquelles on assistait réclamant la réouverture de Nord stream 1 et la mise en service de Nord stream 2 pour passer l’hiver, vont maintenant résonner dans le vide. Premier avantage pour Washington, les Allemands ne vont plus pouvoir s’opposer ou être réticents à la poursuite de la guerre contre la Russie par Ukraine interposée.

Du fait de la dépendance de l’industrie allemande à l’énergie russe, la situation économique et par conséquent politique de l’Allemagne risque de tourner à la catastrophe. Deuxième avantage ainsi que l’affaiblissement drastique d’un concurrent industriel accompagné des répercussions que cela ne manquera pas d’avoir sur l’UE. Que les Américains ne tiennent pas vraiment en affection. Même si actuellement ils n’ont pas à se plaindre de la servilité.

Il ne faut probablement pas imaginer l’administration américaine comme un bloc. L’État, profond ou pas, est traversé de contradictions et si les néoconservateurs bellicistes excités sont puissants, et viennent de remporter la mise avec ce sabotage, il existe des contrepoids. Et surtout c’est un pays terriblement divisé, dans une situation qu’il n’est pas excessif de qualifier de « guerre civile culturelle », et qui va connaître le 8 novembre prochain des élections que certains voient comme les «mid-term » les plus importantes de l’histoire du pays. Les Russes méthodiques et déterminées prennent leur temps militairement en Ukraine, en attendant eux aussi cette échéance.

Les Chinois font de même et le reste du monde assiste intéressé, au spectacle de cet Occident qui se débat dans les affres tumultueux de la fin de son hégémonie.

Régis de Castelnau

38 Comments

  1. Étonné que la Corée du Nord n’ait pas encore été impliquée dans cette sombre histoire.
    C’est pourtant toujours le coupable idéal ! Le mal absolu 😉

    • effectivement maisles concurrents industriels de l’Allemagne (Chine, Coree du sud) font des suspect de 1ere force.
      cui bono toujours

    • La baltique est trop froide, donc les nord coréens affamés ne peuvent y survivre, sinon, bien évidement que leur responsbilité aurait été envisagée.
      D’ailleur, je suis décu, il semblerait que l’artificier ait renoncé à un petiti feu de joie nucléaire alors que faire sauter les gazoducs avec une bombe A, ca aurait eu de la classe.
      Enfin, maintenant on ne dit plus: Il y a de l’eau dans le gaz, mais il y a du gaz dans l’eau.

  2. Le site indépendant d’information créé par le grand journaliste Robert Parry qui dénonça l’Iran Gate: consortium news donne des informations intéressantes sur le sujet, en anglais bien sûr.
    https://consortiumnews.com/2022/09/28/diana-johnstone-omerta-in-the-gangster-war/
    Manoeuvres il y a quelques semaines de la flotte américaine dans la mer Baltique aux abords du Danemark(très surveillée par la Suède, le Danemark) avec en leur sein une équipe spécialisée pour les opérations dans les fonds marins. Déclencheur à distance etc …Un objectif : si les populations européennes faisaient pression pour une négociation avec la Russie pour faire face à la pénurie qu’elles vont subir cet hiver,par des manifestations ou autres, dorénavant impossible un retour en arrière. Bien d’autres détails sur les déclarations de Biden et autres il y a quelques mois. Bien à vous

  3. suite : si les américains peuvent être divisés en politique intérieur, ils le sont rarement lorsqu’il s’agit de politique étrangère. Je veux parler des partis bien entendu. Il y a deux ans on nous annonçait le dépôt de bilan des entreprises exploitant le gaz de schiste. Il fallait bien trouver un débouché en plus de la volonté politique de détruire la Russie. Nous sommes en pleine économique !

  4. Ce ne peut être que les dominants (mafieux) des Etats-Unis,
    Les mêmes qui ont interdit à l’Allemagne d’utiliser North Stream II.

    Ces DEUX ACTIONS SONT DES ACTES DE GUERRE.

    Priver un pays (et de fait fait l’Ouest asiatique) de ressources vitales EST un acte de guerre.

    Des actes de salopards qui ont tous les moyens de détruire l’économie allemande
    et par là l’économie de l’UE.

    Le véritable pb est comme indiqué la collusion des GOUVERNEMENTS de l’UE avec cette vassalité indicible.

    IL ne peut en être de même des POPULATIONS.
    Qui devraient donc s’insurger contre cette soumission violente, guerrière.

    Mais l’absence d’un fonctionnement démocratique INTERDIT toute rebellion à cette tyranie.
    On appelle cela le fascisme.
    C’est un constat pas une hypothèse.

  5. « Merci les USA » écrit sur son compte twitter l’ancien ministre des affaires étrangères de Pologne, membre du comité directeur du Club Bilderberg et actuel député européen Sikorski

    En janvier dernier par exemple, le président Biden lui-même a eu le dialogue suivant avec des journaloppes :
    .
    Président Biden : « Si la Russie nous envahit… alors il n’y aura plus de Nord Stream 2. Nous y mettrons fin ».
    Journaloppe : « Mais comment ferez-vous cela, exactement, puisque… le projet est sous le contrôle de l’Allemagne ? »
    Biden : « Je vous promets que nous serons en mesure de le faire ».
    .
    Quant à la secrétaire d’État adjointe Victoria Nuland (et l’un desprotagonistes du coup d’État à Kiev en 2014), elle l’a dit en janvier dernier : « Si la Russie envahit l’Ukraine, d’une manière ou d’une autre, Nord Stream 2 n’avancera pas »
    .
    Une phrase prononcée alors par Victoria Nuland est devenue célèbre : « Fuck the EU! ». qui se traduit par: « Enculons notre pute UE »
    .
    http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/28/detruire-le-gazoduc-nord-stream-et-fuck-the-eu.html (photo du tweet)

  6. Premier avantage pour Washington, les Allemands ne vont plus pouvoir s’opposer ou être réticents à la poursuite de la guerre contre la Russie par Ukraine interposée.
    Que vous dites.
    Mais la conclusion peut être tout autre si les allemands apprenait l implication de leur soit disant allié dans cette affaire monstrueuse.

  7. Déjà qu’au sifflet du maître, l’Allemagne s’était précipitée à la niche

    Voilà qu’en plus, il vient de lui mettre la laisse
    Plus moyen de s’échapper

  8. Dommage de se priver du gaz quand on a été et qu’on reste spécialiste de chambres à gaz.

    • Vous n’êtes pas chimiste, les deux gazs sont trés différents.
      L’actuel sert à se débarasser des corps, mais aujourd’hui, qui se soucie des charniers?
      Ceux dont on a besoin on les invente, les autres, comme au yemen sont à ciel ouvert.

      • Effectivement si l’OTAN veut jouer à Hitler les gazo norvégiens et navires methaniers, cible facile pour missile vont au fond qu’est ce qui reste? Faire la paix avec la Russie, denazifie et neutralisé l’Ukraine, laisser la police s’occuper du Pandora papiers zèlenski,du mafieux kolomoiski, du traître akhmetov.

        • Aille, vous êtes gourmand.
          Méfiez-vous sans gaz on aura du mal à forger la lame de la guillotine

  9. Les polonais ne devraient pas se rejouir trop vite maintenant que la demonstration est faite que des pipe-lines sont vulnerables….

  10. Gazoducs : Objectif des USA nuire à la Russie ?? Mais elle a des acheteurs alternatifs. L’U.E n’a pas de vendeurs alternatifs en volume. Dans cette phase de suraccumulation du Capital pour sauver la capital US ceux-ci on fait le choix de détruire le Capital de l’U.E.

  11. Rien à voir avec ce sujet ?
    Poutine, après l’opération des forces spéciales qui a servi à chasser tous les anti-russes du Donbass, a, par son referendum fait entrer ce territoire dans la Russie et envoie des forces d’occupation « protéger » le peuple y restant, qui va lui aussi participer à sa défense. Zelensky sera accusé en l’attaquant de ne pas respecter ce « choix » pro-russe. Les déserteurs russes sont autant d’ennemis intérieurs en moins.
    Quant sanctions aux américaines, UE et britanniques, elles n’auront servi qu’à souder le bloc russo-chinois et tous ceux qui dépendent de lui : l’Afrique, les anti-américains : la Syrie, l’Iran…, tous les pays proches comme l’Inde…
    Le piège peut se refermer. Maintenant, Poutine n’a plus qu’à demander la paix, soutenu par la Chine, la Turquie, Israel…la reconnaissance du bien fondé de son annexion qui, refusée, deviendra avec le temps une réalité de fait comme en Crimée. Bis répétita ! L’UE et l’OTAN ne peuvent ouvertement soutenir l’Ukraine, non officiellement reconnue, sinon ils passeront pour les responsables de la troisième guerre mondiale, et sont un bloc affaibli économiquement, militairement par les sanctions qu’ils ont prises.
    L’ours russe : un fou, un imbécile ou un bon joueur d’échec ? Quant aux peuples, ils ne sont que les jouets, les otages, les victimes d’intérêts qui les dépassent !

  12. Le coup de la panne ?
    Poutine a déjà plusieurs fois joué la montre et fermé le robinet sous des prétextes techniques à l’insu de son plein gré.
    Il serait question de pénalités commerciales pour non exécution de contrat ?

    • Ou aussi d’un retour à l’envoyeur ?
      La RFA a livré des obusiers autoportés PzH 2000, plus appréciés que nos Caesars ?

      • De toutes les manières, c’est Guaino qui a raison
        Nous avançons vers la guerre comme des somnambules

    • Il suffisait de plaider les sanctions la confiscation des actifs consitue une rupture de contrat.

  13. Au vu de la sophistication techniques et de la solidité architecturale du gazoduc Nordstream II, telles qu’elles sont décrites par les experts, et telles qu’elles peuvent rationnellement être conçues par la responsabilité professionnelle des auteurs d’un tel ouvrage, chacun pourra convenir de l’invraisemblance d’une cause accidentelle à l’avarie gravissime subie par cet immense équipement devenu à présent sans doute inutilisable; l’hypothèse qu’une voie de fait ait été commise pour mettre hors d’état de marche cet équipement de construction récente, ayant engagé des investissements colossaux, apparaît ainsi impossible à écarter. Quoi qu’il en soit, une enquête devra établir les responsabilités encourues dans le dommage massif qui frappe cet équipement d’intérêt collectif majeur, et partant dans les conditions de vie des destinataires du service pour lequel il avait été créé.
    Au vu de la terrible dégradation des relations de toute nature entre la Fédération de Russie et les pays que son président désignait il y a quelques jours comme « l’Occident collectif », à l’occasion de sa déclaration télévisée informant le public d’une mobilisation partielle des réservistes de ses armées pour suppléer aux forces militaires exécutant son ordre d’invasion de l’Ukraine, l’hypothèse d’un lien entre l’avarie massive du gazoduc qui permettait l’exportation directe du gaz russe vers l’Allemagne et l’invasion armée de l’Ukraine apparaît elle aussi pour le moins plausible.
    Mais pour établir les faits, les responsabilités et les mobiles, personne ne pourra faire l’économie d’une enquête, dont les constatations détermineront les sanctions qui devront suivre une atteinte d’une telle ampleur aux biens à la fois industriels et naturels. Les conditions dans lesquelles une telle enquête pourra se tenir seront d’ailleurs révélatrices du rapport au droit de chacune des parties auxquelles des explications seront demandées.
    En écartant toute idée de confusion des responsabilités, qui tendrait à justifier une voie de fait par une autre, il convient de poser encore la question de savoir ce que représentent les méthodes et la détermination appliquées par les autorités de la Fédération de Russie pour s’approprier les territoires internationalement reconnus à l’Ukraine, avec les infrastructures et les autres biens qui y sont situés, en soumettant les populations qui les habitent au règne de la terreur et de l’asservissement sous toutes leurs formes, sinon une multiplication exponentielle de voies de fait.
    Si l’édifice à la fois savant, multiforme et vivant du droit subsiste en notre temps, il est difficile d’en attribuer le mérite aux autorités actuelles de la Fédération de Russie, même dans le monde personne n’est exempt de responsabilités juridiques et morales. Le monde entier gagnerait à ce que le droit s’applique et ne soit pas violé, tant pour l’Ukraine, pour la Russie que pour toutes les Nations avec leurs attributs de souveraineté, et pour tous les sujets de droit, les biens et les investissements, mais aussi bien évidemment les personnes. La situation actuelle du monde amène chacun à faire face à la possibilité d’une disparition pratique des garanties du droit, et à voir apparaître dans l’hypothèse de cette disparition la fin même de la civilisation, en s’interrogeant sur ce qui dans une telle évolution, si funeste, subsisterait des destinées humaines.

    • Une enquête ? Mais quelle enquête ? l’OSCE? Elle donnait les positions des ukrainiens opposes aux patrons nazis du Maïdan? Le secrétaire de l’ONU Gutiérrez ? Il était où pendant 8 ans de massacres au donbass? l’OTAN est seule tt autour d’un équipement essentiel pour l’Allemagne et norvégiens et américains vendent du gaz dt le prix est fixé à la bourse Chicago avec les céréales. l’OTAN ramassis de racistes d’assassins de nazillons en a la capacité la mentalité et les moyens.

  14. Un site ukrainien ficherait des personnes qualifiées « d’ennemi de l’Ukraine » avec la mention « liquidé » concernant ceux qui sont morts.

    Certains Français sont fichés : Gérard Depardieu, Liseron Boudoul, Jean-Luc Mélenchon, Marine Le Pen, Eric Zemmour, Marion Maréchal, Ségolène Royal, François Asselineau, etc…

    http://www.communcommune.com/2022/09/mineurs-journalistes-artistes.les-ennemis-de-l-ukraine-fiches-sur-myrotvorets-un-site-macabre-cree-a-kiev.html

      • Florian Philippot ne fait certainement pas l’éloge de Mitterrand.
        Ce dernier a de lourdes responsabilités dans ce qui a conduit au déclin actuel.
        Mitterrand, c’est « l’Acte Unique », c’est Maastricht, …
        L’instituteur retraité que je suis peut ajouter que, pendant les septennats de Mitterrand, les réformes scolaires ont nettement fait baisser le niveau des élèves.

        Toutefois, Philippot rappelle ce qu’avait dit Mitterrand à la fin de sa vie concernant les Etats-Unis :
        « La France ne le sait pas, mais nous sommes en guerre avec l’Amérique. Oui, une guerre permanente, une guerre vitale, une guerre économique, une guerre sans mort apparemment. Oui, ils sont très durs les Américains, ils sont voraces, ils veulent un pouvoir sans partage sur le monde. C’est une guerre inconnue, une guerre permanente, sans mort apparemment et pourtant une guerre à mort. ».

        https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Dernier_Mitterrand

        • À l’époque où ces réflexions ont été communiquées, le champ d’affrontements entre les États-Unis et l’Europe se trouvait dans les négociations des accords du GATT (Accord général des tarifs douaniers et du commerce), visant à la suite des Accords de Bretton-Woods signés à la Libération pour promouvoir le développement du libre-échange, à réduire puis à effacer toutes les entraves juridiques directes ou indirectes à une circulation mondialisés des biens et des services. La France, dans le cadre des délégations européennes, défendait en particulier dans ces négociations l’exception culturelle, qui consistait concrètement à exclure du champ du libre-échange sans entraves les biens culturels, en préservant dans la législation, par un système élaboré de subventions, de conventions bilatérales et de parts de marché garanties auprès des diffuseurs agréés, des débouchés pour les productions françaises, francophones et européennes, représentant de 25 à 50 % des financements et de la programmation télévisuelle. Depuis cette époque, les institutions du GATT sont devenues l’Organisation Mondiale du Commerce, fondée en l’an 2000, à laquelle la Chine et la Russie ont été intégrées. D’autres institutions chargée d’instaurer le libre-échange sans entraves, y compris par des normes autorisant à mettre en cause les législations impératives en matières sociale, culturelle, sanitaire, environnementale, ont été présentées à la négociation, dans des conditions particulièrement absconses, où les partenaires étaient invités pratiquement à s’engager sans connaître la teneur de leurs futures obligations. Il s’agissait des traités de libre-échange destinés à engager l’Union européenne et son marché d’une part auprès des États-Unis, de seconde part auprès du Canada, de troisième part auprès du Mercosur. Les systèmes auxquels ces traités devaient aboutir sont des aberrations, où par exemple un État qui légifère pour prévenir la consommation du tabac peut être sanctionné pour entrave à la liberté du marché. Que dire des normes sociales, culturelles et environnementales ! Pour survivre dans sa civilisation sociale, culturelle et politique, autant que dans ses capacités productives, l’Europe doit refuser ces traités tels qu’ils sont pratiquement imposés, effectivement sous l’influence de l’idéologie alors et encore aujourd’hui dominante aux États-Unis. Mais cela ne saurait en rien justifier que la Russie massacre les Ukrainiens et dépèce l’Ukraine, cela ne saurait justifier que l’Ukraine soit mise hors d’état de se défendre devant des exigences inacceptables, après trois décennies où ses gouvernements démocratiques et alternants n’ont cessé de rechercher les voies d’une coexistence pacifique avec la Russie en défendant leur souveraineté. La Russie actuelle ne fait pas d’autre pari que celui d’un démantèlement des garanties du droit dans tous ses états, mais en invoquant une autre forme d’idéologie, particulièrement floue et ténébreuse, ce qui ne peut qu’attrister terriblement ceux qui comme l’auteur de ces lignes se préoccupent de l’avenir de ses peuples et de leur État.

          • Presque tout est dit et exact sauf que la Russie ne peut être mise à l’index sinon défendre son territoire contre l’envahissement progressif de l’OTAN qui justifie sa pérennisation par ses fourberies ainsi que les salaires de ses agents qui n’ont plus rien d’autre à faire. Comme l’ONU et bien d’autres « institutions »… sinon à réserver des « postes » aux politiciens déboutés d’un travail honnête et pour le bien commun de la planète.

    • De telles déclarations menaçantes sont gravissimes ne servent pas la cause qu’elles prétendent défendre, celle d’une Ukraine démocratique et libre, qui se bat contre l’asservissement promis par le régime russe. Ces condamnations à mort ressemblent à celles du régime qui fait la douleur de l’Ukraine, à ceci près que le régime en question ne publie pas de liste.

    • Ce n’est pas un conditionnel. Y compris des adolescentes st fichées . Cela est allé à l’ONU ds les associations de journalistes mais la censure et le droit de propriété sur les journaux des patrons ts états uniens en seconde main sans parler de Macron qui a perdu la vue si jeune en n’apercevant pas les nazis d’Ukraine mais qui rencontre meloni fasciste notoire qu’elle foire!

    • Mélenchon n’hurlait il pas que l’Ukraine c’est la démocratie comme son mentor Mitterrand avec Pétain la cagoule puis guillotineur en chef en Algérie? La gauche quoi!

  15. Cher Monsieur de Castelnau,
    je vous lis, je vous suis, je vous apprécie depuis longtemps.
    Merci de continuer à éclairer ma lanterne.

  16. On a construit ce gazoduc à la vitesse de 3 k par jour ondoyiez ou pot le réparer au Er rythme

  17. Pologne Angleterre usa ensemble ou séparément c’est l’OTAN. En1933 c’était l’incendie du reischtag,l’accusation à l’américaine contre les communistes faisant ainsi l’ouverture de Dachau. En 1945 on trouva le tunnel qui reliait les hitleriens au Reichstag. Ayant arrête aussi les représentants de l’Internationale communiste présents en 1933 dont Dimitrov qui se défendit brillamment lors de son procès et démontra que seuls leshitleriens étaient responsables concluant: « l’incendiaire Goebbels,c’est toi. Des couilles le mec pas merluchon ou Macron ou le Pen.

Laisser un commentaire