Quand l’ex-patronne du PNF reconnaît implicitement l’existence du raid judiciaire anti-Fillon

Depuis la sortie du confinement, notre pays vit des heures assez extraordinaires. On ne va pas dresser la liste de toutes les péripéties qui témoignent d’un affaissement sans précédent de l’État. Histoire de gagner du temps, on ne retiendra que : l’affaire Traoré où l’on transforme un petit mafieux des quartiers en héros sans tache, une Garde des Sceaux qui viole gaiement la séparation des pouvoirs à la demande du chef de l’État, un ministre de l’intérieur qui annonce que finalement, la loi qu’il est chargé de faire respecter est à géométrie variable, et que certaines parties du peuple en sont dispensées, et qui souhaite organiser une cérémonie dans la cour de la préfecture de Paris où les policiers se mettraient à genoux (Didier Lallement compris ?), une ville moyenne de province transformée en champ de bataille ethnique entre voyous tchétchènes et marocains armés jusqu’aux dents, qui se réconcilieront à la mosquée, un président de la république qui propose de l’argent à des présidents de Régions pour qu’ils acceptent de soutenir une manipulation concernant le déroulement d’un scrutin républicain, un refus de l’État au prétexte « du secret des affaires » de communiquer des informations sur sa gestion des masques sanitaires qui a probablement provoqué de très nombreux décès, et maintenant, l’ancienne chef du Parquet National Financier, qui qui fait des révélations en forme d’aveu sur les conditions dans lesquelles s’est déroulé le raid judiciaire destiné à écarter le favori de l’élection présidentielle de 2017 au profit d’Emmanuel Macron. N’en jetez plus…

Alors quelques remarques sur cette dernière information quand même assez ébouriffante. Un article du Point nous décrit les états d’âme de Madame Éliane Houlette qui avec une certaine ingénuité avoue tout de go que le pouvoir politique est intervenu directement et indirectement à tous moment dans la procédure déclenchée contre François Fillon au mois de février 2017.

Citons le texte de Marc Leplongeon : « Et l’ancienne procureure de livrer son expérience personnelle dans l’affaire Fillon. Si Éliane Houlette a affirmé que la pression des journalistes était difficile à gérer – « Mais bon, ça, on peut s’en dégager, moi je n’avais pas de contacts avec eux et je ne lisais plus les journaux » –, c’est surtout la « pression du parquet général » qui l’a marquée. Les demandes incessantes pour qu’elle fasse remonter les informations le plus vite possible sur les derniers actes d’investigation, des demandes qui lui étaient parfois adressées pour « les actes de la veille », et qu’elle devait synthétiser « avant 11 heures le lendemain […] Les demandes de précisions, de chronologie générale – tout ça à deux ou trois jours d’intervalle –, les demandes d’éléments sur les auditions, les demandes de notes des conseils des mis en cause… Les rapports que j’ai adressés, je les ai relus avant cette audition [devant la commission de l’Assemblée nationale, NDLR]. Il y a des rapports qui étaient circonstanciés, qui faisaient dix pages, précis, clairs, voilà », soutient la magistrate. Qui ajoute : « On ne peut que se poser des questions [sur ce qui est fait de ces informations, NDLR]. C’est un contrôle très étroit… »

Autorisons nous quelques quelques observations en commençant par dire que Madame Houlette fait preuve d’une joviale hypocrisie. Elle a dirigé cette institution d’exception depuis sa création ex nihilo par le pouvoir socialiste après l’affaire Cahuzac. Et au vu de son activité, on peut dire aujourd’hui que le PNF était d’abord là pour servir contre les adversaires politique de François Hollande puis d’Emmanuel Macron. La magistrate commence par nous dire qu’elle ne lit plus les journaux ce qui est assez savoureux. Parce que rappelons quand même que le Canard enchaîné lançant l’affaire Fillon est publié le matin du mercredi 25 janvier 2017 . Quelques heures plus tard, le même jour, le PNF annonce l’ouverture « d’une enquête préliminaire ». Ce qui déclenche l’action publique, ce n’est donc pas une plainte, ou un signalement article 40 du code de procédure pénale, c’est un article du journal satirique… que la patronne du parquet prétend ne pas lire. Et puis soyons sérieux, qui peut croire que Madame Houlette n’a pas pris connaissance aussi des journaux (alimentés par qui ?) publiant tranquillement quelques jours plus tard les actes de sa procédure. D’ailleurs, François Fillon a déposé plainte pour cette violation de la loi sur le secret de l’enquête. S’autorisera-t-on à demander à l’actuel procureur de Paris où en est l’instruction de cette plainte ? Ceux qui prétendent que rien n’a bougé ne sont que de bien mauvaises langues. Les mêmes mauvaises langues toujours venimeuses prétendent même qu’on sait très bien d’où sont venus les fuites. Des menteries, on vous dit.

C’est d’ailleurs bien ce qui semble être le problème de Madame le procureur. Il y a eu des violations graves de la loi pénale pour permettre d’alimenter la campagne visant à disqualifier François Fillon, et c’est sur le PNF que pèsent les plus lourds soupçons. Mais on sent qu’aujourd’hui avec la faiblesse politique et l’illégitimité persistante d’Emmanuel Macron la réponse à la question : « qui l’a fait roi ? » pourrait redevenir lancinante. On ne sait jamais comment tout cela finira par tourner, alors autant être prévoyant et tenter de se débarrasser de ces soupçons en pointant les collègues du parquet général dont on laisse entendre que ce sont eux qui auraient alimenté le pouvoir politique de François Hollande. Lequel aurait transmis directement ou indirectement à la presse les infos utiles. Et notamment aux célèbres Davet et Lhomme les Plics & Plocs investigateurs du Monde et confidents officiels du président de l’époque qui les rencontrait assidûment.

Personne évidemment ne peut, n’est ce pas, prêter foi à de pareilles calomnies…

Éliane houlette pose ensuite le problème de l’ouverture de l’information judiciaire confiée à un juge d’instruction du pôle financier, Serge  Tournaire spécialisé dans les poursuites contre Nicolas Sarkozy. Reprenons pour comprendre, la lecture de l’article du Point :

« Éliane Houlette évoque également une réunion lors de laquelle on lui aurait demandé d’ouvrir une information judiciaire contre François Fillon, alors que les investigations avaient jusque-là lieu dans le cadre d’une enquête préliminaire. Selon nos informations, cette réunion s’est tenue le 15 février 2017 à Paris. « J’ai été convoquée au parquet général – j’y suis allée avec trois de mes collègues, d’ailleurs – parce que le choix procédural que j’avais adopté ne convenait pas. On m’engageait [sic] à changer de voie procédurale, c’est-à-dire à ouvrir une information judiciaire. J’ai reçu une dépêche du procureur général en ce sens », a-t-elle dit devant la représentation nationale. [….] Si Éliane Houlette assure avoir d’abord résisté – « Ce sera quand je l’aurai décidé et quand j’aurai des éléments pour le faire » –, elle avoue avoir finalement été elle-même rapidement convaincue qu’il fallait ouvrir une information judiciaire, ce qu’elle fera le 24 février 2017 »

Que voilà une noble attitude ! Traduction : je n’étais pas d’accord pour ouvrir une information judiciaire mais finalement je l’ai fait quand même. Eh oui, en février 2017, alors que François Fillon était encore en tête dans les sondages, il était nécessaire à moins de trois mois du scrutin présidentiel de faire quelque chose. Et François Fillon avait stupidement annoncé que s’il était mis en examen il ne se présenterait pas, après avoir d’ailleurs asséné avant la primaire en direction de son concurrent Nicolas Sarkozy : « imagine-t-on le général de Gaulle mis en examen ». Il fallait saisir une perche aussi aimablement tendue : « ouvrons une information judiciaire, confions là à un magistrat instructeur de confiance, et le tour sera joué ! » Aussitôt dit aussitôt fait, les mises en examen de François Fillon et de sa famille ont été prononcées en urgence. Beaucoup plus rapidement en tout cas que dans l’affaire Karachi qui vient de trouver son épilogue judiciaire après 25 ans… Comme l’avait dit dans un communiqué commun, le Premier président de la Cour de cassation et le Procureur général, en matière de conduite des procédures, c’est chacun son rythme…Celui de l’affaire Fillon c’était du sprint !

Ainsi Madame Houlette accuse le parquet général d’avoir fait pression pour l’ouverture de cette information, mais comme elle y aurait cédé et que ce n’est pas très glorieux elle habille ça en disant « avoir été elle-même rapidement convaincue qu’il fallait ouvrir une information judiciaire ».

Le plus extraordinaire c’est que l’ancienne patronne du PNF dit à peu près le contraire de ce qu’elle avait affirmé dans une interview à Marianne lors de son départ  le 20 juin 2019, titrée : « Je n’ai jamais subi aucune pression ». Ah bon ?

Ce revirement poursuit semble-t-il deux objectifs. Le premier, celui de faire avancer cette revendication ancienne et irrecevable de l’indépendance des parquets autorités de poursuite. Un procureur se doit d’être objectif dans le traitement de ces dossiers, mais il défend une cause, celle de l’accusation et avocat de la République, doit être partial. Il est donc normal qu’il soit hiérarchiquement soumis à un pouvoir exécutif (encore faut-il que celui-ci soit démocratique). Un parquet indépendant, c’est la porte ouverte à l’arbitraire. Au contraire le juge du siège, celui qui juge, doit être indépendant, pour être impartial. À ce stade, le retour de ce mantra n’est pas très intéressant.

Ce qui l’est beaucoup plus c’est cette tentative de parer aux accusations qui pèsent lourdement depuis le printemps 2017 sur ce qui a été un raid judiciaire mené dans l’urgence pour disqualifier le favori de la présidentielle et amener Emmanuel Macron au deuxième tour, sûr de sa victoire contre Marine Le Pen. Pour l’avoir dit, et je pense démontré très tôt j’ai eu ma part d’accusations de complotisme. Aujourd’hui, les déclarations d’Éliane Houlette apparaissent bigrement comme une tentative pour éviter les accusations d’avoir joué un rôle actif dans l’opération. Le fonctionnement global du PNF sous sa direction, dont le pouvoir socialiste et Emmanuel Macron n’ont vraiment pas eu à se plaindre peut quand même laisser très dubitatif. Mais ces déclarations ont aussi une autre conséquence c’est de constituer en creux un drôle d’aveu de la manipulation. À laquelle il apparaît, si on la suit, que les magistrats du plus haut niveau ont participé.

L’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir est le fruit d’une opération de grand style concoctée par la haute fonction publique d’État et appuyée par les grands intérêts, leur argent et leurs médias. On savait depuis les européennes de 2014 que Marine Le Pen serait au deuxième tour en 2017. Le dernier coup de pouce pour y faire accéder Emmanuel Macron fut la disqualification de François Fillon par une opération judiciaire. Globalement une forme de coup d’État. Dont nous payons les conséquences tous les jours.

 Éliane houlette vient de le reconnaître implicitement.

Régis de Castelnau

63 Comments

  1. Si on déroule une svastika depuis le balcon du ministère on devrait réussir à faire mettre les flics à genoux, il suffira de la laisser hors-champ.

      • Ca se discute.
        Perso, je vois plus une forme de néo-fascisme qu’une copie du national-socialisme.
        Démocrature me convient, en focalisant sur des élections faussées volontairement.

  2. Clairement, il fallait que le très « progressiste » Macron, candidat des Médiacrates, du Show-baise, des anarchistes institutionnels et autres « banquiers de Gôche » (prière de ne pas rire) genre Pigasse, passe, quand Fillon, l’abominable « conservateur » proche de la Manif pour tous (sortez vos gousses d’ail, la Gôche olfactive, face à ce « nauséabond » Monsieur !) devait politiquement trespasser.

    Et les classes populaires ont ensuite exulté, comme on l’a bien vu.

  3. Petit commentaire marginal sur une remarque fielleuse de Régis de Castelnau, auteur de cette remarquable analyse du lynchage, sur commande, de Fillon (qui est bien, n’en déplaise à certains, un Réac, un affairiste de petite volée, un politicard comme les autres – et que ça n’a pas dégoûté plus que cela d’être le « collaborateur » d’un certain Sarkozy).
    Qualifier Adama Traoré « de petit mafieux des quartiers » n’est pas, ici, une info. Car si ça en était une, on se demande ce qu’elle venait faire là, dans l’économie du texte. Car « mafieux » ou pas, l’avocat Régis de Castelnau accordera que ce n’est pas une raison pour mourir étouffé, sous trois gendarmes. Mais on comprend, ce qui réveille le goût de faire un trait d’esprit c’est le contraste « mafieux des quartiers » et « héros ». Or Monsieur l’avocat, après avoir fait ricaner ici ou là (c’est bon de mettre les ricaneurs de son côté), peut comprendre qu’Adama Traoré aurait préféré ne pas être un « héros » – et continuer son œuvre de « mafieux des quartiers »… Que l’enquête concernant ce décès a été menée n’importe comment, comme tant d’autres où nos vaillants représentants bottés et casqués de la loi, sont impliqués. À ce sujet, en passant, on félicitera notre viril robocop d’avoir interpelé une infirmière de cinquante ans par les cheveux… Adama Traoré n’est pas un « héros », pas plus que Georges Floyd! Ce sont des victimes, et rien n’empêche un « mafieux des quartiers » d’être une victime. Pas sympathique pour vous? Sans doute, mais cela ne change rien. Et si vous vous voulez vous en prendre à quelqu’un de ce battage autour de sa figure qui vous agace, continuez de taper sur Belloubet et Castaner qui sont quand même bien placés.

    • J’ajoute à cette analyse sans concession qu’on se contrefout des malheurs de Fillon. Elu à la place de Macron, il aurait été fichu de faire pire. Se souvient-on du « je ne vais quand même pas faire de la dette » qu’il a répondu à une soignante qui se plaignait de la déshérence de l’hôpital ? Pression ou pas, attendons le verdict, et on verra probablement que rien n’était faux dans les charges qui pèsent sur les époux Fillon. Mais notre hôte trouvera sûrement de nouvelles raisons de s’asseoir sur une décision de justice. Qu’attendre, au fond, de quelqu’un qui a pris la défense de gugusses en anorak bleu qui jouaient aux gendarmes dans les Alpes, si ma mémoire est bonne.
      En revanche, il ne cille pas quand des nervis de la SCNF, dotés de pouvoirs de police qui les dépassent, maltraitent une femme enceinte. Noire, nous dira-t-il sans doute, comme si c’était une circonstance aggravante. Et un peu hystérique, ce que ne sont jamais les femmes enceintes, nous sommes légion à pouvoir en témoigner.
      Brisons donc là. Avec ses gros sabots, M. de Castelnau ne nous convaincra jamais, et nous n’instillerons pas l’ombre d’un doute dans son crâne. Au risque de me répéter, j’attendais mieux d’un avocat.

      • Roubachoff
        Etes – vous capable d’uchronie pour nous affirmer qu’une présidence Fillon aurait été pire que ce que nous vivons sous Macron ?

        Au passage, laissez tomber l’utilisation de la Play Station PS4 et lisez. Ca vous rendra moins c… pour postez  » Mr de Castelnau nous convaincra jamais et nous n’instillerons pas…………… j’attendais mieux d’un avocat  »
        OK mais outre qu’un blog coûte de l’argent à son hôte,
        Nous ne sommes pas ce site pour lire des affirmations gratuites ni lire  » la vérité révelée « .
        Mais pour échanger courtoisement avec des personnes d’opinions différentes possédant soit un fort vécu ou soit une forte érudition.

        • Euclide
          Une phrase de Ferré que j’aime bien :
          « L’âme de certains individus m’empêchera toujours de croire tout à fait en Dieu. »
          La vôtre est du lot.

        • @Charles Heyd
          Vous êtes sévère avec notre hôte, je trouve. Ce n’est pas son meilleur texte, mais le comparer à du Macron, quand même…

          • Vous avez déjà dit qu’il faut savoir lire un texte, ici avec retrait; c’est à vous que je répondais, pas M. De Castelnau!

      • « Pression ou pas, attendons le verdict, et on verra probablement que rien n’était faux dans les charges qui pèsent sur les époux Fillon »

        Sans doute ou probablement, soyons prudents.
        Comme pour Bruno Leroux, qui avait sérieusement critiqué les époux Fillon, d’ailleurs.
        Je vous laisse prendre connaissance des suites de l’enquête le concernant.
        Donc à emplois présumés fictifs peu ou prou équivalents, il existe tout de même une grande différence entre l’affaire Leroux et l’affaire Fillon : le premier a été forcé de démissionner de son poste gouvernemental alors que le second a été empêché d’être président de la République.

        La pression en question a quand même fait la différence, in fine.

      • A vous lire, les juges auraient donc fait œuvre de salubrité en empêchant Fillon d’accéder au 2nd tour de l’élection présidentielle. C’est vrai que l’on a gagné au change avec Macron.

    • Bonjour tout le monde,
      La question véritable est celle de savoir si oui ou non il y eut le respect de marche judiciaire ou s’il y eut machination par son instrumentation, mais il me semble que peu de commentaire se pose cette question pourtant essentielle, puisque celle-ci renvoie de fait, mais aussi de jure, à celle, de question? de l’état de droit en France.
      Or, appuyer juste sur des points de détaille sans que ne se pose ce sujet de fond marque, à mon sens, le fait que ledit état de droit n’est pas sujet à questionnement quand celui-ci est autant déterminant qu’en-autre le formalisme électif et, dès lors, fait montre d’un certain dédain pour la nature de la démocratie et, donc, de son esprit.
      Adama Traoré fait aujourd’hui débat que pour une seule raison: ressembler aux américains, ni plus, ni moins, le reste c’est du pipeau!
      il s’agit donc là d’un problème psychologique collectif grave touchant une part représentative, non pas en nombre mais en notre hiérarchie sociale du pays, provenant de l’affaiblissement grandissant des USA autant que de l’UE.
      Sur ce sujet, former en dix mois un policier est une sottise quand on comprend la nature de son travail, mais il est vrai que l’instruction national ( on éduque un chien mais on ne l’instruit en rien) perd sa fonction première, et la police souffre des mêmes maux que les enfants qui ne savent même pas ce qu’est la règle de trois, le B.A. BA des mathématiques dont un usage se fait dans la vie du tous les jours, ne serait ce pour faire la cuisine.
      Faire des coups tordus, n’importe qui, même le plus sot et les chimpanzés, savent le faire, mais réfléchir dans le temps long nécessite ce minimum de réflexion que, je le crains, la majorité de nos classes-sociales les plus hautes peines à faire.
      Je comprends parfaitement Madame Houlette qui, par prudence, préfère retourner sa veste, ce qui est, pour moi, une preuve d’une certaine intelligence de vouloir s’échapper à une utopie désuète à laquelle, je le pense, elle ne croyait plus guère, si tant est qu’elle y crut un jour, profitant juste d’une possibilité de gains futurs.
      Nous avoir présenté Mr. Macron comme un génie en 2017 fut, dès l’abord personnel, une défaite autant de la raison que la pensée, mais ne put que montrer au monde entier que, désormais, une partie des élites françaises, et non des moindres, se retrouvaient dans des bas-fonds intellectuels dont ils ne peuvent sortir.
      Cette médiocrité d’évidence, les menant à nommer plus médiocres qu’eux comme subalternes, nous conduisant à une désorganisation importante du pays dont ces donneurs d’ordre eux-mêmes souffriront à un moment ou à un autre, comme il en est déjà pour un nombre croissant de français, mais de ça même ils ne peuvent pas le comprendre, sinon ils auraient déjà fait la même chose que les élites britanniques au sujet de l’UE.
      Ce que j’écris là est, je le conçois, angoissant pour les détenteurs de ladite utopie, mais ce que je raconte est le simple réalité, ce dont vous savez tous mais n’osez vous l’avouer, parce que, pour cela, il faut un grand courage.
      J’ai aussi pensé la même chose que tout le monde, mais une vérité, dont le contraire, si elle est profonde, est une autre vérité, ne pourra jamais être la description exacte, même au plus proche, de la réalité.

  4. Je suis d’accord avec Régis de Castelnau concernant l’affaissement de la France. Il est dû aux gens qui nous gouvernent depuis 35 ans environ et à cette caste que sont les hauts fonctionnaires.
    En raison de la désindustrialisation et de l’effondrement des services publics (comme les hôpitaux ) (1), il y a eu un confinement digne du totalitarisme que prévoyait George Orwell.
    Avec des résultats mauvais puisque la France est un des pays qui a eu le plus de morts par rapport aux nombre d’habitants.

    Avec le déconfinement :
    – Affaire Traoré (qui était en effet un mafieux et dont la famille terrorise bon nombre d’habitants de Beaumont-sur-Oise) utilisée par les racialistes-racistes. Oui, c’est du racisme quand on traite un policier de « vendu » parce qu’il est noir et une syndicaliste policière « d’Arabe de service ».
    Hélas, ces racistes ont été soutenus par une bonne partie de la gauche et de l’extrême-gauche.
    La gauche dévoyée de 2020 qui méprise la classe ouvrière est largement contaminée par la gauche américaine comme le craignaient dans les années 80 Georges Marchais et Jean-Pierre Chevènement et comme le constate maintenant Georges Kuzmanovic (2).
    – L’attitude déplorable de la Garde des Sceaux Belloubet (ex-PS) sur consigne de Macron.
    – Le comportement du désastreux Castaner (ex-PS). Il n’était pas gêné quand on crevait les yeux à des Gilets Jaunes. Ni non plus quand on sanctionnait au moment du confinement d’honnêtes gens (cf l’attestation dérogatoire, cf sur ce blog l’article du 16 avril 2020). Mais, il est « tout miel » avec les racialistes-racistes et n’applique pas contre eux les mesures qu’il avait prises lui-même. Oui, comme dit Barbara Lefebvre, ce gouvernement (et particulièrement Castaner) est « faible avec les forts et fort avec les faibles ».
    – La gestion calamiteuse du médicament prôné par Didier Raoult et Christian Perronne. Déjà avec la désastreuse Agnès Buzyn, puis, après une étude truquée (pour des raisons politiques : attaquer Trump) avec son calamiteux successeur Olivier Véran (ex-PS).
    Selon Christian Perronne, la France est un des pays où il y a eu la plus forte proportion de morts par rapport au nombre de malades du Covid.
    – Bien sûr, ce qui s’est passé à Dijon. Quelle débâcle !

    Malgré tout, réjouissons-nous des faits suivants :
    – Pour une fois, le Conseil Constitutionnel a fait un bon choix : il a sanctionné la très liberticide loi Avia.
    – L’aveu de l’ex-patronne du PNF (créé par le liberticide Hollande) qui confirme ce que beaucoup avaient compris.
    Je ne suis pas fan de Fillon mais la présidentielle de 2017 a été faussée.
    D’ailleurs, comme je l’ai écrit plusieurs fois, les Louis-Philippards qui nous ont gouvernés depuis quelques années (Juppé, Jospin, Sarkozy, Hollande, Macron) ne pouvaient pas rétablir le scrutin censitaire. Mais, ils ont faussé les élections : abstentions massives aux législatives (cf quinquennat et inversion du calendrier dus à Jospin) ; « non » des Français en 2005 bradé par le président Sarkozy et le N°1 du PS Hollande ; au nom du « bien » (parité), généralisation des listes uniques aux municipales au-dessus de 1000 habitants suppression pour ces communes de la clause de 25% des inscrits (en plus de 50% des exprimés) pour être élu au 1er tour (responsabilités du gouvernement Jospin entre 1997 et 2002 et de la présidence Hollande).

    (1) Instituteur, j’ai connu l’effondrement de l’Education Nationale due surtout à la gestion de ministres PS (cf Jospin et après ma retraite Peillon et Vallaud-Belkacem) et de l’Administration de ce secteur. Baisse du niveau accompagnée d’une aggravation de l’inégalité sociale en terme de résultats scolaires. Elle est « belle » la gauche anti-sociale.

    (2) http://www.communcommune.com/2020/06/ecran-de-fumee-une-tribune-de-georges-kuzmanovic.html

    • « Affaire Traoré [..] utilisée par les racialistes-racistes. [..]
      Hélas, ces racistes ont été soutenus par une bonne partie de la gauche et de l’extrême-gauche.
      La gauche dévoyée de 2020 qui méprise la classe ouvrière est largement contaminée par la gauche américaine[..] »

      C’est tout bon PEPE, j’évoque ici le fond politique de toute votre longue intervention.
      Reste non pas à nommer, pour vous éviter d’être taxé de délateur, mais à définir qui sont les adeptes du racialisme, comprendre l’utilisation des races dans les rapports sociaux et surtout à des fins de clivages par le racisme/antiracisme.
      Affirmer que c’est un groupe, ici politique, est insuffisant, comme il est insuffisant de définir la matière à l’échelle atomique sans évoquer les particules élémentaires responsables des intéractions principales au sein du noyau.
      Un indice : Racialistes soutenus je vous cite « par une bonne partie de la gauche et de l’extrême-gauche », est incomplet, une fraction de la droite affairiste joue également ce petit jeu de clivages.

      Enfin, je ne comprends toujours pas votre obsession à propos de l’influence de la gauche US.
      Si les démocrates US sont proches des idées progressistes Européennes, l’union de la gauche sociétale et de la grande bourgeoisie d’affaire, dans la dialectique néo-libérale, n’a pas attendu l’émergence des démocrates US pour exister historiquement.

  5. Puisque Kuzmanovic, dans son article auquel je renvoie plus haut fait allusion à Virginie Despentes.
    Mercredi, sur CNews, dans « Face à l’Info » (Christine Kelly), Marc Menant, dans sa rubrique historique quotidienne, parlait de Félix Eboué. Ce dernier était un noir de Guyane, il était gouverneur du Tchad à la fin de la IIIe République et avait rallié De Gaulle après le 18 juin 1940.
    Eric Zemmour dit à Menant qu’il faudrait faire connaitre ce qu’il venait de dire à Virginie Despentes.
    On sait que cette « intellectuelle » inculte prétendait qu’en France, les noirs n’avaient jamais eu des responsabilités. Zemmour rappela aussi le cas de Gaston Monnerville, président du Sénat (1947 à 1968).

    Je renvoie au commentaire que j’ai écrit sur ce blog et sur celui de Zemmour :
    https://www.vududroit.com/2020/06/municipales-2020-macron-naime-pas-la-democratie/#comment-11172

  6. Marrant d’observer qu’en plein scandale démocratique, certains nous jouent la petite musique comme quoi Fillon, Sarko ou Juppé, cela aurait été la même chose que Macron, au nom du tronc commun libéral voire néo-libéral.

    C’est une erreur d’analyse magistrale, volontaire ou pas, seuls eux connaissent la réponse.

    Fillon n’a pas été « flingué » parce qu’il était libéral, un truisme, mais bien pour tout ce qui le différenciait des autres, Sarko et juppé inclus : Chrétiens d’orient, volonté de rapprochement avec Poutine, ligne Villepin quant à l’OTAN, Anti extension lois bioéthiques, pour les principaux.

    Soit aux antipodes de la ligne progressiste libertaire.

    Encore une fois, sortons de l’écume et posons le postulat que l’idéologie domine le monde et que la politique politicienne n’est que son théatre.
    Fillon n’était pas libéral-libertaire et encore moins racialiste et il a été empêché par l’Etat Profond, même si son programme économique cochait les bonnes cases.
    Davet et Lhomme, en parfaits agents systémiques, nous avaient pondu un story telling sur la droite la plus bête du monde, avec un scenario de petits meurtes entres amis LR quant à expliquer le torpillage de Fillon, afin que l’on ne raisonne pas plus haut.

    On sait désormais aujourd’hui que c’est un mensonge par omission, comme le dit notre hôte, c’est l’union de la haute fonction publique d’État et des grands intérêts privés, qui a plombé la candidature Fillon.
    Soit le libéral-progressisme, l’union de la gauche sociétale avec la droite affairiste, celle qui ne cesse de trahir la nation.

    Notons, pour illustrer la pieuvre tentaculaire de l’Etat profond qui dirige la République, que Branco a toujours nié que Jouyet, donc le cabinet Elyséen de l’époque, pouvait être à la manoeuvre contre Fillon…
    Si les denières révélations d’Eliane Houlette correspondent probablement à un temps médiatique et politique choisi, ne soyons pas dupes, Macron est dans le collimateur, la preuve par le retoquage de la loi Avia, il n’en demeure pas moins que nous sommes en pleine révélation de l’existence d’un Etat dans l’Etat et qui flingue à tour de bras via ses agents ou ambassadeurs et suivant ses intérêts.

    Certains le savaient, mais la riposte non pas laïque, mais systémique, les traitaient systématiquement de complotistes.
    L’inversion accusatoire dans toute sa splendeur du mensonge.

    On va donc toucher le fond et je ne suis pas certain que l’on puisse rebondir.

  7. Qualifié Traoré de mafieux, disqualifie De Castelnau, qui, de dérive en dérive finit auprès des gens de la valeur d’Onfray, de Villiers, Chevènement et maintenant Ménard, la belle clique bien propre. Sans affaire, Fillon eut été élu avec un score plus large encore face à Le pen. Si la finance les affairistes et les médias ont fait Macron et tirés tous les dividendes de leur magouille, c’est de ce côté là qu’il faut chercher la cabale. Désolé de voir comment un vieillard haineux et aigri, prêt à toutes les dérives peut finir dans un tel caniveau.

    • « Qualifié Traoré de mafieux, disqualifie De Castelnau »

      Le procès en moralité est vain,
      Traoré n’est qu’une racaille pour reprendre le vocable Zemmourien, un idiot utile de l’Etat profond.
      La Mafia, elle est tout en haut, habituellement dans l’ombre du monarque, sauf séquence exceptionnelle comme celle des révélations d’Eliane Houlette.

      C’est le point de désaccord principal que j’ai avec notre hôte, mais j’y travaille.^^

      • Adama Traoré, 17 condamnations pénales et une mise en cause pour viol sur son ex-codétenu, est sans doute un citoyen d’élite, un parangon de probité et de vertu.

        Faites circuler une pétition pour réclamer l’inhumation au Panthéon de ce noble coeur, de cet ami du genre humain.

        • Les faits divers regorgent de ce profil, on peut donc soit focaliser dessus ad vitam aeternam soit commencer à reluquer « The Big picture » et remonter le fil de l’eau, tel un saumon remontant à son origine.

          Il va bien falloir intégrer que le phénomène augmentera, sauf guerre civile, cette dernière ne sera qu’un reset temporaire de la matrice, il ne faut pas se leurrer, tant le tropisme du métissage est très avancé et continuera d’être sponsorisé par ceux ayant intérêt à le faire.

          C’est justement en identifiant les mécanismes à la manoeuvre et leur incarnation, que le combat pourra être remporté, sinon, le commentaire ne se fixera que sur l’écume, les faits divers anxiogènes qui foutent la pétoche, ce qui est le but.

        • @Bacchus Grasboeuf.
          Le Panthéon ? Pourquoi pas vu les idées de certaines personnes ?
          Caroline de Haas est une néoféministe. Vous savez, de ces personnes qui estiment que les hommes blancs sont presque tous des violeurs, mais qui n’avait pas réagi quand certains jeunes hommes dirigeants de l’UNEF harcelaient les jeunes femmes (Caroline de Haas était, à l’époque, une des dirigeantes de ce syndicat étudiant de nos jours bien dévoyé).
          Elle est de ces « féministes » qui n’ont rien dit quand la jeune Mila était menacée comme fille et lesbienne. Il est vrai que Mila avait critiqué la religion musulmane.
          Et quand des voyous de banlieue agressent des filles maghrébines car elles sont en short, cette « féministe » dit : « Il faut élargir les trottoirs ».

          Elle a été une des collaboratrices de Najat Vallaud-Belkacem quand cette dernière était ministre des droits des femmes. Puis, elle est passée à EELV, aux côtés de Cécile Duflot et fut soutenue dès le 1er tour aux législatives de 2017 par le PCF de Paris (Ian Brossat).

          Quand on parlait de mettre des femmes au Panthéon, Caroline de Haas avait suggéré : « Violette Morris, résistante ».
          Or, cette personne fut une collabo, elle espionnait pour la Gestapo.
          Violette Morris faisait aussi partie de la gestapo française (Bony-Lafond) et avait très probablement torturé des résistants.

          Alors, si pour une représentante de la gauche dévoyée du XXIe siècle, on peut mettre au Panthéon une gestapiste, pourquoi pas l’ultra-délinquant Adama Traoré ?

          • Aucune chance PEPE, le Panthéon est une réserve de chasse gardée, si je puis dire.

            Sinon, il me semble que vous subissez en permanence la distortion cognitive induite par les racialistes en terme de manipulations des thématiques racistes/antiracistes.
            Vos remarques sont pleines de bon sens, très souvent, vous pointez du doigt les contradictions et les incohérences politiques, mais vous en tirez les conclusions que les racialistes veulent que vous tiriez.

            Je vous la fais vite, les clivages s’opèrent pas des agents ou des ambassadeurs de l’ingénierie sociétale, dont le racialisme de Blondin et de Massin, à intégrer dans la dialectique universaliste.

            De Haas, Fourest, Houria Bouteldja, ce sont des agents du racialisme et Traoré est le martyr utile du post colonialisme.

            Le pan-Euopéiste Kalergi, en son temps, avait théorisé l’eugénisme de classe pour l’élite et le métissage pour le changement de peuple.
            Certains opposent métissage et racialisme, c’est juste.
            Si on est racialiste, on ne propose pas une ingénierie de coaglulation.
            Or le métissage est forcé par la politique migratoire mondialiste, à l’instar de celle de Soros.

            Vous avez l’explication de la stratégie du choc actuel qui instrumentalise les racialistes tout en forçant au métissage, dissoudre et coagulé.

            Et nous sommes pris en otage.

    • Pour Bouteiller, il est interdit de qualifier Traoré de « mafieux » alors que c’était un délinquant dangereux (avec l’essentiel de sa famille).
      Il est interdit de dire qu’un voyou est un voyou mais ce commentateur peut, lui, se permettre d’injurier grossièrement Régis de Castelnau. Il le qualifie de « vieillard (1) haineux et aigri » et parle de « caniveau ».
      Il doit appartenir à cette gauche dégénérée qui n’a plus rien de commun avec l’époque de Georges Marchais, Maxime Gremetz et Paul Mercieca. Cette gauche qui est virulente avec les honnêtes gens (2) et qui est pour le laxisme envers les voyous (2) qui terrorisent la grande majorité des habitants (2) de leurs quartiers.
      Cette gauche intolérante qui « nazifie » ou « fascise » tous ceux qui ne pensent pas comme eux.
      Cette gauche qui accusait déjà Georges Marchais d’être un « nouveau Doriot ».
      Cette gauche qui, si on était dans la situation de 1940 fayoterait avec Pétain comme le socialiste Paul Faure, le syndicaliste socialiste René Belin et les syndicalistes enseignants (socialistes) André Delmas, Ludovic Zorretti, ….

      (1) Merci aussi pour moi qui ai 1 an et demi de plus que Castelnau.

      (2) De toutes origines.

      • J’ajoute que, moi aussi, je suis souverainiste.
        J’ai voté « non » à l’entrée du Royaume-Uni et de 2 autres pays en 1972 (consigne du PCF auquel j’appartenais et qui était sur la même ligne que feu De Gaulle), « non » au traité de Maastricht en 1992 (contrairement au « oui » de Mélenchon) et « non » à la constitution européenne en 2005.

        Je constate que l’UE est une catastrophe.
        La crise des banques américaines en 2008 devint une crise de l’euro. Et les charlatans « européistes » prétendaient qu’en Allemagne, l’inflation (1923) avait amené Hitler au pouvoir alors que ce dernier était devenu chancelier le 30 janvier 1933 (après la déflation du chancelier Brüning entre 1930 et 1932).
        Comme l’UE interdit le protectionnisme (non seulement national, mais aussi européen), les pays qui ont le plus appliqué les inepties européistes (France, Espagne, Italie) sont ceux qui ont été le plus touchés par la pandémie.
        Oui, je suis contre « les cabris » dont parlait De Gaulle et partisan des souverainistes Onfray, Chevènement, Villiers, Sapir , Barbara Lefebvre, Kuzmanovic, …

        • « J’ajoute que, moi aussi, je suis souverainiste. »

          Aucun doute pour moi depuis que je vous lis.
          Mais être souverainiste, ce n’est pas uniquement focaliser sur Traoré alors que le sujet est l’élection faussée, les influences trans-courants qui sapent la séparation des pouvoirs pour des intérêts privés et supra nationaux.

          Traoré, c’est le symbole du racialisme de l’Etat profond, des ingénieries de clivage par le racisme/antiracime afin de permettre à l’oligarchie néo-libérale de poursuivre son extension par mise à niveau sociétale des peuples dont il espère fédérer toujours plus, au fur et à mesure que la masse à administrer augmentera en nombre et que le territoire annexé augmentera en taille.

        • Complément à mon commentaire souverainiste.
          J’ai critiqué les « cabris ».
          Je rappelle que, dans une conférence de presse, le président De Gaulle avait parlé « Des cabris qui sautent sur leur chaise en disant l’Europe, l’Europe, l’Europe ».

          Allez, reconnaissons que comparer les politicards qui ont soutenu Schengen, l’Acte Unique, Maastricht, la constitution européenne et bon nombre d’autres traités calamiteux à des cabris, c’est injurieux pour …. les cabris !

    • Votre commentaire est odieux et en plus stupide puisqu’en fait vous arrivez à la même conclusion que Castelnau.

  8. La ressemblance entre ces déclarations et les fameux aveux post-Covid de Buzyn n’est-elle pas frappante, sur la forme et le fonds? Deux points définissent une droite…

  9. Impressionnant, la vérité finit toujours par sortir du puits. La question est: qu’en sera t’il fait?

  10. Maître

    vous êtes decevant lorsque vous écrivez que la présidentielle de 2017 a été faussé.
    La Validation de 2017 a produit le résultat qu’elle devait produire c’est donc un grand succés.
    N’oublions pas que le peuple Francais à tendance à mal voter. Par exemple il a permit a De Gaulle d’être au pouvoir alors que la bourgeoisie francaise aurait préférée d’autres personnes.
    Si évidement vous vous arrétez au fait qu’il existe une loi en France et qu’elle doit être respectée, là, je ne peux plus rien pour vous. Peut-être pourrez vous regardez l’explication de Texte de Mr Seyes sur le site d’E.Chouard.
    Mais franchement arrétez de dire qu’il y a une loi en France. Depuis Dumas on a légalisé que Tous les coups étaient permis

    Plus sérieusement, je m’intérroge sur votre refus d’un parquet indépendant. Il me semblerait que l’autorité Judiciaire gagnerait à avoir une election parmit les gens de droit de maniére a permettre au pouvoir exécutif d’avoir un contre pouvoir.
    Ce serait à mon avis d’autant plus urgent que le législatif ne joue plus son rôle.

  11. Ils voient tous le vent venir , complètement dépassé par l’événementiel car le macaroni travaille déjà sa réélection avec tout son staff financier qui contrôle les média et les sondages.

    Fillon pourrait il revenir ???? voir l’appel !!! du 18 juin , comme les infos se suivent et se ressemble dans leur continuité.

    De selon mon avis s’est juste un produit d’appel pour drainer l’électorat pour la prochaine présidentiel
    Les tchétchènes veillent , nouvelle garde républicaine avec la barbe de victor hugo comme tailleur
    Ils arrivent à faire ce que la gendarmerie n’a pas fait , faire le ménage.
    Casser du peuple s’est facile , je songe toujours aux gilets jaunes qui s’était exposé au capitalisme
    Une bonne présidentiel comme spectacle pour un second tour serait Marion contre sa tante et Philip ô et gold schmidt comme arbitre qui proposerons une soudure national l s’ils peuvent en plus se peindre en vert pour faire la Terre et propre
    Le pouvoir vertical dans un seul cerveau , ça ne marche pas
    Uncles ben va changer son cartonnage , j’imagine que le logo monsieur propre va aussi changer de couleur , avec monsieur propre on pouvait se voir dedans

    • « Les tchétchènes veillent , nouvelle garde républicaine avec la barbe de victor hugo comme tailleur
      Ils arrivent à faire ce que la gendarmerie n’a pas fait , faire le ménage. »

      Ce qui est proprement scandaleux d’ailleurs, instiller l’idée que les FDO soient incompétentes et déléguer à des milices armées le maintien de l’ordre, quitte à réconcilier tout ce beau monde derrière, à la mosquée.
      Dans le genre propagande du choc, dans la justification quant à envoyer l’armée et prolonger l’Etat d’urgence, sous forme de couvre-feu, c’est costaud.
      Et le peuple restera à la maison, confiné, comme de bien entendu.

      « Une bonne présidentiel comme spectacle pour un second tour serait Marion contre sa tante et Philip ô et gold schmidt comme arbitre qui proposerons une soudure national l s’ils peuvent en plus se peindre en vert pour faire la Terre et propre »

      Mélenchon/Marine serait meilleur, car plus révélateur des ingénieries politiques et sociétales pour faire triompher la République et faire barrage à la haine.
      Il serait jouissif d’assister aux contorsions de la droite orléaniste quant à justifier le premier plutôt que le second, sans même évoquer les ex socialistes.
      Votre gold schmid, lui, voterait Marine.

      C’est pour cela que cela n’arrivera pas, trop dangereux.

  12. Et puis il me semble que l’info fillon sur google actualité est sorti en premier sur deux canal dont celui de Paris match , j’avais pas creusé les articles , juste contenté du titre sans contenu , vu qu’avec paris math je voyais johnny hallyday revenir même stratégie de l’hégerie

    Mama traoré est déjà dans l’arène de lui refaire un relooking people pour sa réhabilitation
    de la récupération de son électorat de base , comme fidèle à Macron , affaire judiciaire oblige de se soumettre
    Paris match franchement s’est comme rendre plus blanc que blanc , de comment vendre la poudre à lessiver qui lave plus blanc et la teinture l’Oréal qui va avec , par ce que je le vaut bien comme langage .
    Fillon comme affaire , comparativement à l’affaire centre Afrique avec la famille du misérant dont giscard s’y est cru avec tout les diamants à pauvreté de doigt qui en fin de compte fini sa vie pauvre outre son cerveau qu’il va vendre à science au cas ou on à ratez un épisode
    Un jour ils vont faire une galerie , avec des bocaux dans du formol avec un président comme hollande pour le commémoratif
    Dans le style des cendres de l’histoire

  13. Fillon vend ses clics pour une retraite paisible
    Je ne sais combien pèse le canard , suffit de voir les sondages jusqu’à la prochaine présidentiel les paris sont ouvert
    S’était mieux Paris turf , de command non le jeu et la politique se mélange
    Juste un rêve
    Ils viennent , autre info à justifier de la politique comme enfant de coeur dans le désert du Mali
    Qui souhaite s’invite dans le président
    Voir Ibrahim Boubacar Keïta au Mali qui téléphone à la France ( entendu que la France s’est dans le mélange des genres style Hollande , rien à voir avec Napoléon et Jeanne d’arc sauvez moi du cul le vaccin réaction de l’islam je ne suis pas charlie pour faire plus simple , avec tout ses noms qui carburent
    Votez Macron s’est plus tranquille
    Et franchement plus tranquille
    james 007 zéro attentat sur cette macrocommande de la république en marche
    Même Ikéa ne l’avait pas inventé

    • « Votez Macron s’est plus tranquille
      Et franchement plus tranquille
      james 007 zéro attentat sur cette macrocommande de la république en marche »

      Changement de doctrine du choc.
      Etat d’urgence sécuritaire->Etat d’urgence sanitaire.
      Le premier est trop onéreux à maintenir, les FDO s’épuisent, le second est plus efficace, la peur est globale car l’ennemi est invisible, contairement à l’autre.
      Ceci a déjà été théorisé par le passé, faites vos recherches.

      Macron n’y est pour rien. Il applique.
      Et vos patates ? Elles poussent ?

  14. Alors Trump qui qui à des cordes en politique international en main lire
    Lui qui connaît très bien l’envers et l’endroit du média avec un réseau béton
    Et qui orchestre très bien son pays , n’étant pas invité, par intelligentzia FM et no GM
    Face à la politique international comme prédateur il TIQUE
    Voilà une analyse , rien a voir avec les chroniqueurs télè
    Pour les voir disparaître faudrait supprimer la retraite des pets de cul

    D’où macron il à raison !!!! de casser le code de Vinci

  15. Trump en main libre et libiscus en main lire qui se la joue on s’aime , dans le défit
    Derrière le défis de deux tarès ils y à des peuples qui vivent une simple histoire de famille , qui n’ont aucune notion de l’hypocrisie de leur dieu
    Les autochtones franchement sur la planète s’est du sans retour dans une vision d’ensemble qui nous éloigne bien du nucléaire et que l’appel du 18 juin était juste un cadeau empoisonné
    De selon de mon avis complètement dépassé, d’où la terreur en France
    Les deux fm devait se rejoindre , le brexit aussi d’ailleurs dans la spéculative l’opérative

    Lorsque je lis ça « Le gilet jaune Jérôme Rodrigues a-t-il perdu son œil ?  »
    sous entendu cicéron après si chacun si invite ,
    A l’avenir ne l’exfiltrè plus de votre lecture

  16. La complice de l’opération qui se tire les pattes de l’affaire en sale hypocrite intéressée, c’est le syndrome Covid/Buzyn.
    Quant à appeler cela une « manipulation » c’est juste pour ne pas dire qu’il y a bel et bien un bon gros complot bien carré. La manipulation c’est le premier effet, après ça cascade.
    Il y a deux affaires Fillon : le complot pour détournement d’élection présidentielle,
    et l’affaire dans l’affaire : être élu, en France, ça donne du « travail » à tout l’entourage : tous fonctionnaires !
    D’où le cri du coeur de Fillon dès que l’affaire sort : « Ma femme à moi a pas le droit de travailler ? »

    • Je diverge.
      Il n’y a qu’une seule affaire.
      Les emplois fictifs, les costumes, c’est le spectacle, c’est le sport national à l’assemblée, dixit la caste elle-même.
      C’est le déplacement volontaire du débat sur le terrain de la morale, histoire de justifier la neutralisation de qui vous savez, alors que le mal est nettement plus tragique pour le peuple.
      Attention, je ne cautionne pas les dérives, mais au bout d’un moment, il faut séparer le bon vin de l’ivraie, ce qui est très grave collectivement de ce qui l’est moins.
      Même raisonnement pour l’affaire Griveaux, pour laquelle je prédis que le focus médiatique sur sa moralité titubante et sa frivolité galopante, ne sont que des diversions.

      Bien à vous.

  17. Amusez-vous bien avec votre nouveau joujou, chers amis. Et refusez de voir que c’est une diversion de plus pour éviter de tirer le bilan du confinement et commencer à évaluer ses conséquences. Un simple mot sur la dame qui vient de cracher dans la soupe. Si les pressions la gênaient, n’aurait-elle pas dû demander à être dessaisie de l’affaire ? Sinon, pourquoi affirmer il y a un an qu’il n’y en avait pas eu, des pressions, et changer son fusil d’épaule aujourd’hui ? C’est pathétique et inutile comme du Buzyn. Apprendra-t-on dans quelques années que les trois juges d’instruction qui s’acharnent jusqu’au grotesque sur un certain islamologue subissaient des pressions ? Oh, je sais, un arabe innocent – du moins des charges qui pèsent sur lui, le reste est une autre affaire – ce n’est pas très bien vu, ici, et ça n’incitera sûrement pas notre hôte à donner de la voix.

    • Le complot dans le complot…Aussi séduisant soit-il, cela reste un complot.
      Le timing pose bien évidemment question, mais le fait que les parapluies s’ouvrent et pas uniquement sur Cherbourg, sous la Houlette des révélations d’Eliane qui poussent dans cette Jungle Républicaine, est un spectacle toujours réjouissant.
      Jupiter se la joue monarque, au dessus de la mêlée, il a saisi le CSM alors que Mélenchon évoque « un effet de meute ».
      Sans rire.
      Meute à laquelle il a participé, en protégeant la justice à l’époque : https://www.youtube.com/watch?v=UBpt_WW1-8I

      Justice qu’il a copieusement critiqué lors de la perquisation rocambolesque du siège de FI et comme il est opportuniste et talentueux, aujourd’hui, il voit un parallèle entre cette perquisition et l’affaire Fillon : https://www.huffingtonpost.fr/entry/melenchon-lie-les-revelations-sur-laffaire-fillon-aux-perquisitions-de-lfi_fr_5eec95d1c5b6a16ed75f88e7

      Comment dit-on déjà ? Girouette ?

      Le grand théâtre Républicain, du pain et des jeux pour la plèbe confinée en moutons.

    • Je vous avais répondu un peu plus longuement, mais mon commentaire n’est pas passé.
      Ce n’est pas grave.
      Quitte à évoquer le complot dans le complot, on peut avancer la thèse que l’Etat profond vient de siffler la fin du « En même temps » avec ces révélations tardives de dame Houlette qui vont de nouveau enclancher le clivage droite-gauche, saboté volontairement afin de propulser Macron à l’Elysée et en isolant les extrêmes.

      Donc une ingénierie purement politique, histoire de justifier certaines nominations dans le prochain remaniement (non je ne pense pas à Fillon à la place de Philippe, quoique plus rien ne m’étonne désormais) et préparer 2022.

  18. J’ai pas vu beaucoup de partage sur se forum
    Probablement une éclipse

  19. Jeudi, comme c’était le 18 juin, on a parlé de l’appel et du contexte dans l’émission de Christine Kelly sur CNews.
    Concernant Pétain, Zemmour fit aussi allusion au fait que le gouvernement Daladier l’avait nommé ambassadeur auprès du gouvernement de Franco installé à Burgos.

    Voici ce que j’ai écrit sur le blog de Zemmour :
    https://www.ericzemmour.org/face-a-linfo-18-juin-2020-hd-en-direct/#comment-6895

    Après ce commentaire, « Jacques-Aubin » me répondit, parlant de Franco et des « regulares » marocains.
    Je lui ai répondu juste après, en faisant allusion non à la fin de la guerre d’Espagne, mais au début.

  20. Le tir à vue sur Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017 a probablement été programmé soit par son propre camp (Sarko voire Dati), soit par la nébuleuse Macrono-Hollandaise (révélations à plusieurs étages de la presse et activation immédiate du PNF pour torpiller le prétendant sans doute le plus dangereux pour Macron).
    Il n’en reste pas moins que les faits reprochés (et rien que les faits!) à la famille Fillon sont difficiles à écarter d’un revers de manche!
    Crier au complot (très probable) sans se pencher impartialement sur le comportement scandaleux de cette famille cupide c’est quasiment l’absoudre.
    Un peu d’objectivité SVP!

    • « Le tir à vue sur Fillon pendant la campagne présidentielle de 2017 a probablement été programmé soit par son propre camp (Sarko voire Dati), soit par la nébuleuse Macrono-Hollandaise »

      Soit par les deux.
      Une alliance qui ne suprendra personne.

    • « Il n’en reste pas moins que les faits reprochés (et rien que les faits!) à la famille Fillon sont difficiles à écarter d’un revers de manche! »

      Nous sommes à 2020, soit trois ans après la frénésie anti costard et du scandale Penelope.
      Le moins que l’on puisse dire est que la justice ne fut pas pressée de transformer l’essai.
      Le parade systémique à ce constat existe déjà : le temps judiciaire n’est pas celui du temps politico-médiatique.

      Une grosse blague.

      • Le résultat souhaité ayant été obtenu en temps utile, il n’était plus utile de se presser.

    • Ce qui ne l’empêche pas de se démener de tous les cotés, comme dit chez Causeur.

      • Exact, avec le « 2 poids, 2 mesures », puisque l’article de « Causeur » nous parle de quelqu’un qui avait été sanctionné pour avoir participé à une campagne municipale, alors qu’il était en congé maladie.

        On peut s’interroger sur la complaisance concernant Assa Traoré.
        On sait que les gauchistes ont toujours été très utiles au système.
        Ces manifestations d’indigénistes et de gauchistes (+ une gauche dévoyée) sont aussi très utiles au Pouvoir (1).

        Pendant ce temps, on ne parle plus des Gilets Jaunes et ça évite de parler de la gestion calamiteuse de la crise sanitaire (2).

        (1) Dans « Causeur », Céline Pina montre que la manifestation de ce samedi a rassemblé peu de monde malgré le bruit et la publicité médiatique.

        (2) La gestion est due, bien sûr, au Pouvoir actuel. Mais, ceux qui nous ont gouvernés depuis 35 ans ont contribué à ce désastre. Et aussi la politique désastreuse de l’Union Européenne et de l’OMC.

  21. L’illégitimité de Macron, avérée sur tous les plans peut-elle, après les aveux de cette déplorable magistrate, avoir des conséquences directement politique sur le quinquennat en cours, résultat d’un trucage digne d’un thriller? Légalement, est-il possible d’exiger la démission du Président?

  22. C’est l’instrumentalisation de la justice a des fins politiques qui devraient vous indigner et au lieu de cela dispute sur la probité d’un citoyen, certes délinquant mais pour lequel, quoique il en coute on doit aussi s’indigner, parce que je sache la police ou la gendarmerie n’est pas la justice et la peine de mort est abolie chez nous.
    Si le parquet à sunit et succomber aux pressions du politique dans l’affaire FILLON, qu’en est-il depuis?
    On risque d’en savoir plus lors de la prochaine campagne

Laisser un commentaire