Report des régionales : Emmanuel Macron un président no limit ?

Hier en fin d’après-midi un article publié sur le site du Figaro a provoqué nombre de réactions politiques outrées, mais franchement, il faut y ajouter la stupéfaction des juristes

Reproduisons en ici le chapeau : « Lundi, le président de la République aurait profité d’un déjeuner avec Renaud Muselier pour lui proposer une aide financière de l’État en échange du soutien des Régions de France ».

Le corps de l’article nous donne quelques précisions sur ce qui se serait produit et dit à l’occasion de cette rencontre : « Lors d’un déjeuner avec le président des Régions de France Renaud Muselier, qui a eu lieu lundi à l’Élysée en présence de la ministre Jacqueline Gourault, le chef de l’État s’est montré très clair, selon les informations du Figaro. « Je vous aide (financièrement) si vous m’aidez à reporter les régionales après la présidentielle car j’ai des opposants politiques parmi vous », a déclaré Emmanuel Macron, comme l’a rapporté Renaud Muselier aux présidents de région qu’il a eus ensuite par téléphone. « Je ne vais pas donner de l’argent à mes adversaires », a ajouté le président de la République. »

Pardon ? Mais de quoi s’agit-il ? Qu’est-ce que c’est que ce marchandage ? Parce qu’il s’agit bien d’un marchandage. Si l’on comprend bien, comme l’explique d’ailleurs clairement l’article, Emmanuel Macron pressent une lourde défaite pour L.R.E.M. et lui-même au mois de mars prochain à l’occasion du renouvellement Conseils Régionaux élus en 2015. Et cela risque de gêner sa candidature car un certain nombre de présidents de Région qui ont toutes chances d’être réélus, sont présidentiables comme Valérie Pécresse, Xavier Bertrand ou Laurent Wauquiez qui l’ont déjà laissé entendre. Alors le président de la république ferait miroiter des subventions publiques, comme contrepartie à l’appui d’autorités publiques que sont ces élus, à une manipulation destinée à favoriser ses intérêts privés de candidat à la prochaine présidentielle. Mais enfin, qu’est-ce que c’est que cette façon de mettre l’argent public au service de ses petits intérêts ? De prendre des libertés avec le calendrier électoral républicain pour mettre en place une manipulation politique de boutiquier ?

Parce que concrètement que veut Emmanuel Macron ? Le ralliement des présidents LR (et peut-être d’autres d’ailleurs) à une solution de report qui passerait nécessairement par un vote de l’Assemblée nationale. Solution qui serait plus facile, pense-t-il, à faire accepter par l’opinion si elle est soutenue par d’autres partis que LREM et qui plus est par les chefs d’exécutif des collectivités concernées. Et pour arriver à ses fins, il propose de l’argent public, c’est-à-dire qu’il souhaite acheter cet appui en faisant miroiter des ressources nouvelles pour les Régions à l’occasion du plan de relance. Emmanuel Macron aurait ajouté dit l’article du Figaro relatant le témoignage de Renaud Muselier « Je ne vais pas donner de l’argent à mes adversaires ». Mais Monsieur le président, ce n’est pas VOTRE argent, c’est celui des Français ! Et vos « adversaires » comme vous dites ne sont pas les collectivités locales, mais les personnes privées qui en sont actuellement les présidents et qui pourront être vos adversaires quand personne privée vous serez candidat à la prochaine élection présidentielle.

Un premier problème juridique saute aux yeux : des fonds publics seraient versés pour obtenir un avantage politique personnel, ce qui est prohibé et pénalement répréhensible. Depuis 1995 et la loi Séguin, les dons des personnes morales, publiques ou privées, sont rigoureusement interdits en matière politique.

Mais malheureusement, il y a bien pire.

La deuxième infraction est celle relative à ce que l’on appelle « l’achat de votes ». Si l’on comprend bien, Emmanuel Macron souhaite le soutien de l’opposition LR au scrutin qui devra nécessairement avoir lieu au Parlement pour proroger le mandat des Régions. On peut sérieusement se demander si l’article L106 du code électoral ne trouvent pas à s’appliquer qui prévoit : « Quiconque, par des dons ou libéralités en argent ou en nature, par des promesses de libéralités, de faveurs, d’emplois publics ou privés ou d’autres avantages particuliers, faits en vue d’influencer le vote d’un ou de plusieurs électeurs… »

La troisième infraction, est naturellement celle de l’article 432–15 du code pénal relatif au détournement de fonds publics. Toutes les dépenses des autorités publiques doivent être faites pour la satisfaction d’un intérêt général. Les subventions conditionnelles annoncées par Emmanuel Macron ne seraient versées que pour la satisfaction d’un intérêt personnel privé, celui de faciliter sa réélection. Il a beau essayer de trouver un habillage, celui-ci est grossier : « Le président ouvre le débat dans l’intérêt général. On ne peut pas demander à ce que les régions participent au plan de relance mais qu’elles interrompent leur action pendant six mois à cause de la campagne ».

Ne nous arrêtons pas en si bon chemin, et passons maintenant à la quatrième avec l’article 432–11 du code pénal relatif à la corruption et au trafic d’influence. Il réprime le fait pour un agent public d’accepter de l’argent, ou tout autres avantages :

« 1° Soit pour accomplir ou avoir accompli, pour s’abstenir ou s’être abstenu d’accomplir un acte de sa fonction, de sa mission ou de son mandat ou facilité par sa fonction, sa mission ou son mandat ;

2° Soit pour abuser ou avoir abusé de son influence réelle ou supposée en vue de faire obtenir d’une autorité ou d’une administration publique des distinctions, des emplois, des marchés ou toute autre décision favorable. »

Il suffit que l’acte soit facilité par la fonction ; c’est le cas des présidents de région (autrement Macron ne leur aurait rien demandé).

Voter une loi est un acte de la fonction ou du mandat ; donc l’achat de votes de députés rémunère une personne pour accomplir un acte de la fonction ou du mandat.

Le produit de la corruption peut être direct ou indirect, et donc bénéficier aux régions tenues par le parti des députés concernés.

Sont réprimés le corrupteur c’est-à-dire l’acheteur du service et le corrompu fournisseur de ce service. On ne saurait trop conseiller à Renaud Muselier et aux présidents de Régions ainsi sollicités de s’enfuir en courant, eux ne disposent pas de l’immunité présidentielle…

Et si jamais l’on considérait que les politiques, sollicités par Emmanuel Macron pour soutenir son projet de report des élections régionales, ne l’étaient pas es-qualité d’agents publics, mais en tant que personnes privées, ne permettant pas l’application du 432-11, pas d’inquiétude, le code pénal prévoit à tout, avec son article 445-1.

Par conséquent pour résumer, si l’on comprend bien, le président de la république française dans le souci de sa réélection en 2022, propose des versements d’argent public en contrepartie d’actes de soutien à une manipulation légale destinée à favoriser cette réélection, c’est-à-dire ses intérêts privés.

Mais enfin, qu’arrive-t-il à notre pays ? La semaine dernière sur demande d’Emmanuel Macron, la Garde des Sceaux se livrait à une grossière violation du principe de la séparation des pouvoirs en s’ingérant dans une procédure en cours. Le ministre de l’intérieur chargé de l’ordre public et de l’application de la loi pénale, annonçait que celle-ci serait d’application à géométrie variable en fonction des motivations des délinquants. Il dispensait certaines catégories de la population, du respect de nombre d’interdictions constituant autant de règles de sécurité et de prudence prévue par la loi et le règlement. Ce qui veut dire qu’il encourageait la commission de délits en annonçant qu’il ne les poursuivrait pas ! Cette attitude invraisemblable constituait l’infraction d’obstruction à l’exécution de la loi sanctionnée par l’article 432–1 du Code pénal. Naturellement, malgré l’évidence le parquet de Paris n’a pas bougé.

Il ne bougera pas non plus cette fois-ci, disposant nous opposera-t-on d’un argument imparable, l’immunité du président de la république. Cela étant, on ne saurait trop conseiller à tous ceux qui pourraient être concernés par la mise en œuvre de cette manipulation, de se tenir soigneusement à l’écart. L’immunité n’étant réservée qu’au seul Emmanuel Macron.

C’est d’ailleurs l’aspect le plus consternant et le plus inquiétant de tout ceci. Nous avons sous les yeux l’image d’un État de droit à la dérive. Et si l’on en croit l’article du Figaro, avec à son sommet quelqu’un qui ne s’impose aucune limite, fait fi des principes, du respect de la loi, et de la dignité politique de sa fonction. L’immunité présidentielle est une protection du chef de l’État, pas une commodité pour arranger ses affaires personnelles.

Sous la direction d’Emmanuel Macron, le monde d’après s’annonce dangereux.

Régis de Castelnau

54 Comments

  1. peut-on dire que c’est la personne privée,E.Macron qui fait ses propositions? qui, de ce fait, peut être condamnable?

  2. L’immunité, certes au cours du mandat. Mais qu’en est-il au-delà ? La fin approche. Qu’est-il possible de faire ensuite ?

    • J’aurais bien dit qu’au terme de son ou de ses mandats, Emmanuel Macron devrait être poursuivi en justice, de façon sérieuse et au regard de tout ce qu’il aura enfreint comme lois.

      Mais il faudrait pour cela que la France soit un réel État de droit.

      Il ne se passera donc pas grand chose d’autre que l’agitation des moulinets médiatiques habituel.

      • Il suffit de voir ou en sont les affaires Sarkozy malgré des affirmation répétée de financement étranger.
        Du liquide a été trouvé chez Claude Guéant.
        Dans l’affaire bétencourt la fraude à la loi éléctoral était prouvée, mais le parquet a voulu en faire un abus de faiblesse et donc ca n’est jamais remonté en condamnation

  3. Moi, je me suis brouillé avec pas mal d’amis parce que j’avais clairement dit qu’il fallait voter contre ce malade au second tour, donc pour Le Pen. J’espère que les français auront moins de pudeur la prochaine fois lorsqu’il s’agira de choisir de voter pour ou contre un de ces golems hors sol inféodé au système financier.

    • Vous avez vu le débat de l’entre deux tours ?
      Sabotage intégral, officiellement pour maux de tête, officieusement pour autre chose.
      Juste faire remarquer que le RN est une entreprise familiale et que pour faire de la politique, il faut du fric.
      Il suffit alors de se plonger dans le contexte post 2015 et l’attaque systémique en règle sur la bourse frontiste.
      De telle sorte que de développer l’hypothèse qu’elle soit arrivée au second tour avec le bras tordu dans le dos, n’est pas si saugrenue.
      En d’autres termes et ceci n’engage que moi, pour cette raison, elle est devenue totalement inoffensive pour le système qui s’en sert d’opposition contrôlée.

      • Elle est peut-être devenue de l’opposition contrôlée (il faut affiner une définition), mais quant au débat je ne suis pas d’accord (oui, je sais, mais comment?, etc….): Macron a menti comme un arracheur de dent pour ceux qui s’intéressaient aux sujets, avec l’aplomb qu’on lui connait, et MLP est resté impuissante face à l’expertise communicante du « penseur printemps » (j’ai re-regardé ce débat, et ça saute aux yeux).
        Ceci étant dit, la question demeure: doit-on voter ou doit-on aller aux cerises et laisser un tel agent de destruction qui se fout totalement de l’intérêt général diriger ce qu’il reste de notre pays?

        • Opposition contrôlée, c’est une opposition inoffensive, inapte à renverser la table.
          Ca ne peut pas être plus limpide.
          Quant au débat, Macron n’avait même pas besoin de mentir, tant elle fut impréparée, brouillonne, submergée par la peur et l’émotion.
          Ils ne boxaient pas dans la même catégorie, il faut dire aussi que ce genre de joutes tient plus du spectacle, du pain et des jeux, donc rapidement, la forme prend le pas sur le fond (ex Chirac/Mitterand « bien sûr Mr le premier ministre ») et là, les qualités théâtrales de Macron font la différence, sa séduction également, il joue plus avec les émotions que Le Pen, même si c’est surjoué ou faux.

          C’est la victoire du fameux adage en comunication/marketing : « Peu importe ce que vous dites, ce qui compte, c’est comment vous le dites ».
          En gros, c’est la défaite de la vérité nue face au mensonge habillé.

          Le vote, dans l’état actuel de son expression, équivaut à un blanc seeing qui légitimise la pantomine actuelle et décridibilise la démocratie et ce, de manière croissante.
          A quand un référendum pour ou contre la Vème République ? Un vote qui devra être accepté dans ses résultats, bien entendu, pas comme pour Maastricht.

          Tirez-en vos conclusions.

          • « inapte à renverser la table », ça veut dire quoi?
            Inapte à agir une fois élue, ou inapte à être élue?
            Je penche pour la seconde réalité, tant le RN et LFI sont présentés comme des repoussoirs: l’opposition n’est acceptée dans notre système que lorsqu’elle apparaît « extrême ». C’est bien d’ailleurs pour cela qu’elle est ainsi dénommée dans nos « médias ».
            Il s’agit d’une forme de chantage, auquel il faut répondre en conséquence, sachant que la soumission au chantage enhardit les maitres-chanteurs.

          • « Inapte à agir une fois élue, ou inapte à être élue? »

            Les deux, probablement.
            Je peux me tromper, mais elle n’a pas l’étoffe d’un Trump pour résister aux attaques qui ne manqueraient pas de se multiplier une fois élue et de tout l’Arc Républicain.
            De plus, le RN ne possède pas les cadres en nombre suffisant pour former un gouvernement.
            N’oubliez pas également tous les collaborateurs de l’ombre, tous les fonctionnaires qui font tourner la boutique ministérielle, ceux qui assistent aux défilés des présidents et des gouvernements sucessifs et dont on peut douter de leur motivation, pour ne pas dire autre chose, si le RN prenait le pouvoir.

            Plus globalement et pour transcender la question RN, « inapte à renverser la table » renvoie inéxorablement au sempiternel questionnement suivant : Pour combattre le diable, faut-il continuer de festoyer à sa table ou la quitter avec fracas ?

            Vous voyez, rien n’est simple, en définitive.

      • Entre deux tours
        les fous, les cavaliers, la reine et le roi
        et l’option d’un rock

  4. Un titre de billet pour vous Mr de Castelnau.
     » Amédée ou comment s’en débarrasser  » d’ Ionesco.

  5. D’où les failles de cette Viéme république qui permet à n’importe quel pervers ou minorité d’user et d’abuser de ses pleins pouvoirs en toute quiétude, 50% d’abstentionnistes au deuxième tour de la présidentielle, 60% au deuxième tour des municipales? qui croit encore à la démocratie?

  6. Bonjour Maître,

    je vais parodier en disant que l’analyse systèmique est fausse.
    Depuis l’instauration de la VIième république par Roland Dumas en 1995 l’usage d’argent criminel est valide dans les election pourvu que vous les gagnez. Décision de validation des comptes de campagne d’E.Baladur et J.Chirac.
    En 2017 cette exemption a été confirmée par la commission des comptes de campagne lorsqu’elle a refusé d’examiner les locations de salles obtnues à des prix hors marché par l’équipe d’E.Macron.
    Il est donc légal de dépenser de l’argent pour acheter des votes en France.
    Enfin l’argument sur les financements contre report ne sea pas repris dans le texte des lois, donc la lettre de la loie sera respectée.
    Pourquoi voulez-vous qu’il y ait enquête?
    Le président à utilisé des fonds public du ministère de l’économie pour organiser son election. (Frais de reception, CES de la Vegas…), Les jhournaux ont offert une campagne publicitaire d’une valeur certainement très elevée. (7-8000 aricles) personne n’a protesté.
    Pourquoi s’arre´terait-il? La VIième république va bien. Merci pour elle

    • « Le président à utilisé des fonds public du ministère de l’économie pour organiser son election.[..] »

      Les médias nous ont effectivement porté à connaissance que pour ses agapes, Macron avait pioché dedans.
      Cela étant dit, la faisabilité de son élection, d’un point de vue logistique et pratique, ne dépendait pas directement du carnet d’adresse constitué.
      Et là, ce sont des fonds privés, que ce soient les dons plafonnés de particuliers Français triés sur le volet ou de donateurs étrangers.

      Et là, blackout total, because immunité présidentielle ou fantasme organisé via le tragi-comique du coffre de Benalla, pour donner à picorer aux plus curieux.

      Je rappelle qu’il existe le « Macrongate » dans Wikileaks, vite désamorcé par le système comme étant une tentative, je cite « des néonazis US voulant destabiliser la campagne présidentielle française ».https://www.mediapart.fr/journal/international/160619/macrongate-des-neonazis-americains-dans-la-presidentielle-francaise?onglet=full

      Rien que ça. Preuve que ca sentait le souffre et que surtout, certains marchent avec le pouvoir tout en se définissant libre, indépendant et pour ainsi dire, d’opposition.

      • Vous affirmez que:
        Cela étant dit, la faisabilité de son élection, d’un point de vue logistique et pratique, ne dépendait pas directement du carnet d’adresse constitué.

        L’élection de macron n’a dépendu que d’un carnet d’adresse qui a permit de faire payer de généreux donateurs à 7500€.
        L’usage de fonds publics à usage privé est de toutes les facons punissable quel’qu’en ait été le bénéfice. Mais enFrance on en est plus à un écart prés.
        La république est une bonne fille (Publique)

        • Je diverge sur la forme, non sur le fond.

          Le carnet d’adresse, ce sont les relais politiques, les appuis médiatiques et les relais idéologiques.
          Les dons plafonnés à 7500 €, c’est la bourgeoisie de droite et de gauche et qui a voté Macron dans les métropoles.
          Reste le crownfunding venu de l’étranger qui, selon certains, expliquerait le gap financier entre ses dépenses effectives de campagne et ce qu’il aurait perçu en dons plafonnés.
          Crownfunding pas très transparent, d’ou le « Macrongate » vite étouffé.

          • Oui, Crownfunding qui aurait du donner lieu à enquête puis jugement et si comme je le pense ca avait débouché condamnation, mais nous sommes en France

          • Absolument.
            Enfin, ce n’est plus la France depuis belle lurette, c’est la république.
            On est passé des intrigues de cour à la mafia.

          • Nous ne sommes plus en République. C’est désormais le despotisme.

    • Muselier nie dans Le Monde de mardi qu’il y ait eu chantage.
      Dans le midi libre en plus comme papier
      le clou mardi gras et chantage
      Muselier en plus comme de muselière , mais bon muselier côte d’azur
      Professeur museler par exemple
      Je suis assez fatigué de rehausser le texte
      Dans le in finé de l’histoire qui avez vous vu ? d’après le midi libre

  7. C’est tellement bon de se réveiller le matin avec le souvenir qu’on n’a pas voté en 2017 pour ce sociopathe et la bande de pignoufs qui sévissent dans son sillage…

  8. Je viens de lire ce que dit le rédacteur en chef de la revue « the Lancet ».
    Il dit que « l’arrogance de l’Occident est responsable de dizaines de milliers de morts ». Est-ce « l’arrogance » ou la décadence de l’Occident qui est responsable de cela ?

    Selon lui, il aurait fallu « lécher le cul » de la communauté scientifique chinoise. Moi, je trouve au contraire qu’on a trop laissé à la Chine puisqu’on a désindustrialisé chez nous la fabrication de médicaments, de masques, etc… C’est cela qui est responsable de ce totalitarisme qu’a été le confinement et sans doute du nombre de morts en France, en Espagne, en Italie, …

    De plus, il attaque Trump et Boris Johnson. Il accuse Trump de « crimes contre l’humanité ».

    Au fait, je croyais que « the Lancet » est une revue scientifique. Je me rends compte que c’est une revue politique.
    Est-ce parce que Trump conseillait de prendre de l’hydroxychloroquine que « the Lancet » a dit (en se présentant comme « scientifique ») que ce médicament n’est pas valable ?

    Et c’est cette véritable escroquerie intellectuelle qui a conduit Olivier Véran à réagir « à la vitesse de la lumière ».
    Moi, je n’ai pas la compétence pour savoir si ce médicament est valable.
    Mais; alors qu’ils prétendent le contraire, ni « the Lancet », ni Véran n’ont cette compétence.
    Ils se camouflent derrière leur conception de la « science » (qui est en réalité du charlatanisme) pour attaquer ceux qui leur déplaisent politiquement.

  9. « Au fait, je croyais que « the Lancet » est une revue scientifique. Je me rends compte que c’est une revue politique. »

    Vous faites l’âne pour avoir du son, car je sais parfaitement que vous avez intégré qu’elle puisse être les deux, en même temps comme dirait l’autre.
    Le milieu scientifique n’échappe pas à la dialectique marchande, on le sait via les revues subventionnées, les articles rédigés par des « Ghost Writers » et dans le milieu médical, certains scandales récents démontrent la logique mortifère des conflits d’intérêts.

    « The Lancet » n’avait qu’un but : « Tuer » le protocole Raoult aux yeux des opinions publiques et réinstaller l’autorité chancelante de ceux qui voulaient instaurer un autre traitement.
    Il se trouve que ces derniers, à la tête de la République mais également de l’union Européenne, sont à l’opposé politique d’un Trump.
    D’ailleurs Raoult avait avoué que Trump ne lui avait pas fait une bonne pub en déclarant qu’il prenait de la chloroquine en préventif.

    Pour résumer la situation, Raoult fut au médical institutionnel ce que Trump est au sociétal progressiste, un empêcheur de tourner en rond, une épine dans le pied.

    • Hajime
      Je suis conscient d’etre HS par rapport au billet de notre hôte mais pas rapport au thème de la perte de la démocratie en France.
      Vu à la téloche hier soir au JT en attendant un reportage du Var sur la 3, une manif de soignante se faire tabasser par notre chère police près des Invalidesà Paris . De meme ; que j’ai entendu un commentaire sur les scènes de pré guerre civile à Dijon, il disait que la police n’était pas intervenu pour défendre le peuple .

      Donc vous avez raison. Cela devient flagrant que la police défende l’Etat mais pas les gens .
      J’ai l’impression de revivre une séquence du film des Misérables de Victor Hugo vu pendant le confinement.
      Ma conclusion ce n’est pas en virant Castanier ou mettre un autre opportiniste à sa place que ça va changer mais en redéfinissant bien ses rôles.

      • Votre conclusion me semble être bonne approche.

        Cependant, attention aux manipulations, c’est une séquence qui, contrairement aux apparences, redore quelque peu le blason des FDO.
        Tout simplement parce qu’il est porté à notre connaissance qu’elle aurait avoué, en garde à vue, avoir caillassé les policiers.

        Du coup, action-réaction, plus ou moins proportionnée selon les sensibilités.

        A mon avis, cette infirmière n’obtiendra pas un traitement médiatique à la Théo, parce que la séquence l’exige, après l’hystérisation anti flic consubstantielle à l’anti racisme paroxysmique, donc à la culpabilisation du blanc, il est temps de faire tomber la pression et de passer à une autre séquence, se remettre au boulot et reconstruire le pays, suivre De Gaulle-Macron dans l’unité.

        La grosse blague et le pire, c’est que ça fonctionne !

      • Défendre l’état, ça passerait encore. Là, il s’agit de défendre le gouvernement et ses copains. C’est moins acceptable.

  10. L’essentiel
    est que macron finisse son mandat avec les pleins pouvoir
    Macron s’est pas tout noir

    . barre battant du marathon à transmettre
    Avec le covid il s’est pris une claque , lui qui rapinait la dette de la France la dette à explosé sous couvert médiatique
    150 000 piges du pétrole
    Le cartel mondialiste est très subtil , Macron va devenir un bon président dans sa nouvelle garde robe , faut l’aider un petit peu pour que sa femme soi une reine

  11. le pouvoir en France était fermer
    Macron est là Il n’y à jamais eu autant de doléance sur un président
    Faudrait plutôt l’aider
    Pour la stratégie électoral elle était déjà en place
    Macron est au carrefour et il doit mentir à tout le monde
    S’est terrible !!!! comme choix

    • Rassurez vous il y en aura plus sur le suivant. A force d’alliénner les actifs, les marges de manoeuvres sont de plus en plus faibles et les commanditaires de plus en plus gourmands.

  12. En plus s’est un petit jeune comme président
    Pour les anciens tourner le texte sans specialement d’endormir dessus
    Mais bon la nuit porte au conseil des anciens

  13. Trois avocats, un cabinet, une trajectoire.
    Dans la tombe ça secoue le testament
    Darmanin est né en 82
    Macron 77
    au usa le biden né en 1942
    80 piges contre 40 en France
    l’un fini et l’autre commence et puis derrière s’est la dévastation sur la retraite

  14. mon cas par exemple j’ai peint plus de 1700 peintures avant 5 ans , je me retrouve dans la catégorie de la noiseuse c a dire que l’état monsieur tout le monde souhaite pomper l’invention sur mon camping car à voir un levé et couché de soleil mis sur papier , faute de talent
    Par contre comme voleur la communauté est champion
    Vanhonsebrouck j’invente pas , et la violation du domicile , franchement je pensais que j’étais seul
    Zéro kopeck à l’état
    Je vais peindre 10 000 peintures jusqu’à mon dernier souffle ,
    Et jamais je payer pour créer

  15. Castelnau s’est une bonne famille Heloïse s’est très artistes

  16. Qu’est-ce que ce maire de Montpellier, si j’en crois un tweet de Régis de Castelnau.

    Contenu de ce tweet :
    « Lui il est fort.
    Philippe Saurel, maire de Montpellier, croit que le parc Montcalm dans sa ville doit son nom à un navire de guerre. Comme l’aéroport Charles de Gaulle où l’avenue Clemenceau à des porte-avions alors? Et la rue Lafayette, c’est un hommage aux Galeries du même nom? »

    Saurel est membre du PS.
    Constatons qu’il est un « excellent » disciple des ministres de l’Education Nationale de son parti (Jospin, Peillon, Vallaud-Belkacem, …) qui ont « trafiqué » l’enseignement de l’Histoire

  17. J’espère que notre hôte ne me tiendra pas rigueur de ce lien, sans rapport avec ce post. Quoi qu’à la réflexion peut-être pas tant que ça.

    Mais il s’agit d’un sujet dont il a largement été débattu en ces lieux.

    https://www.lepoint.fr/societe/affaire-fillon-l-ex-procureur-national-financier-assure-avoir-subi-des-pressions-17-06-2020-2380564_23.php

    c’est en accès restreint, mais voici quelques extraits
    « …J’ai été convoquée au parquet général – j’y suis allée avec trois de mes collègues, d’ailleurs – parce que le choix procédural que j’avais adopté ne convenait pas. On m’engageait [sic] à changer de voie procédurale, c’est-à-dire à ouvrir une information judiciaire. J’ai reçu une dépêche du procureur général en ce sens … » […] « J’ai gardé toutes les demandes, elles sont d’un degré de précision ahurissante {…} Je les ai ressenties comme une énorme pression… »

    Personne ne sera surpris, je suppose.

    • Un certain CLAUDE SCHAFER avait démontré la mécanique des nominations en préparation du flinguage politique de Fillon, à la fin de ce billet : https://www.vududroit.com/2019/06/condamnes-de-bagdad-quand-les-belles-ames-font-la-lecon/#comments

      J’estime qu’à ce jour, c’est l’un des posts de politique nationale le plus intéressant de ces dernières années, très peu relayé d’ailleurs…
      Il suffit de le lire et comprendre d’ou viennent Eliane Houlette et le PNF, bref leur acte de naissance.

      Maintenant et à mon sens, deux hypothèses politiques quant au timing de ses révélations très tardives :

      – Plomber encore plus Macron, déjà en difficulté, ce qui est l’ingénierie en cours, la République, comprendre l’Etat profond, lâche de plus en plus Macron qui, s’il a parfaitement clivé le sociétal depuis son élection par la manipulation du racisme/antiracisme, n’a pas suffisamment donner des garanties par ailleurs, Haïm Korsa s’étant exprimé réemment en ces termes : « Si certains ne veulent pas accepter la réalité de l’antisémitisme, c’est que cette réalité les dérange », le tout juste après les manifestations pro Traoré, or le CRIF préfère généralement déléguer que de devoir faire le SAV victimaire lui-même, ce qui l’expose trop sous Macron.

      – Protéger Fillon et préparer l’opinion publique quant à anticiper un jugement accouchant d’une souris, alors qu’on lui promettait une montagne de condamnations justifiant les frénésies de l’époque quant à le tuer politiquement lors des dernières présidentielles.

      Les deux hypothèses ne s’excluent pas forcément, un programme de droite identitaire, sécuritaire, libéral réclamé par Zemmour et incarné par le futur candidat de l’Etat profond, avec une touche écolo, passe par la réhabilitaton partielle ou complète de Fillon vis à vis de l’opinion publique et son corollaire, la mise hors service définitive de Macron.

        • Plus précisément de ses idées ou d’une partie de ces dernières, pour des raisons électoralistes.

      • Quant à la mise hors service de la marionnette actuelle, je serai volontiers complotiste : chaque responsable ayant « quelque chose » à se reprocher, le dossier contre lui (elle) est-il constitué dès sa prise de fonction, et surtout est-ce un pré requis pour accéder au pouvoir ? Histoire de faciliter la mise au pilori quand le moment est venu, les griefs légaux les plus importants étant réservés aux urgences…
        Pour Macron, les casseroles qui s’accumulent mijotent tranquillement tant qu’il fait le taf. Le Canard Enchaîné se déchaînera s’il fait une erreur, quitte à l’envoyer en prison si vraiment il déconnait, genre donner suite à ses déclamations quasi gauchistes ?

  18. Le monde d’après la pandémie, ou en tous cas la levée du confinement en France, annoncé par le président de la république comme une ère de solidarité, de courage collectif inspiré par le dévouement exemplaire des soignants, des citoyens restés à leur poste de travail et de ceux ayant observé les consignes de la sécurité collective, et de relèvement des capacités nationales à produire et à agir pour l’intérêt général, doit-il être inauguré par une flagrante subversion de la notion même de loi, et des principes les plus essentiels de la vie démocratique? Le principe de temporalité des mandats électifs, comme gage de l’objectivité des consultations électorales par lesquelles s’exprime la volonté générale dans une démocratie représentative, a été conquis de haute lutte, au termes d’affrontements civils sanglants, en Angleterre, en France, dans bien d’autres pays. Le roi d’Angleterre Charles Ier a été démis de ses fonctions pour avoir refusé de convoquer un Parlement dont il redoutait l’hostilité, heurtant ainsi l’esprit de la Magna Carta, et préludant à une guerre civile où il perdit la vie, comme des dizaines de milliers de ses concitoyens. A l’inverse, Cromwell, Lord protecteur de la République anglaise, épura le Parlement qui reçut le surnom peu enviable de Parlement croupion. Plus près de nous, Louis XVIII puis le Maréchal de Mac-Mahon voulurent, en tentant de dissoudre à plusieurs reprises la chambre des députés, infléchir dans un sens partisan l’élection des représentants. Le Maréchal Pétain, président du Conseil, se fit désigner le 10 juillet 1940 comme chef de l’Etat et détenteur du pouvoir de législation constitutionnelle par un parlement assiégé. Aujourd’hui Vladimir Poutine manipule le texte de la constitution russe après en avoir manipulé l’esprit, afin de se maintenir indéfiniment au pouvoir. Emmanuel Macron suivrait-il de tels exemples, après avoir continuellement invoqué la mémoire du Général de Gaulle, qui se félicitait légitimement d’avoir rétabli les libertés publiques ? La liberté des collectivités locales est un principe à valeur constitutionnelle, de même que celui du respect de la durée des mandats. Les considérations d’opportunité politique, avancées dans un esprit explicitement partisan, pour un report des élections régionales au lendemain de l’élection présidentielle de 2022, flétrissent sans vergogne l’une et l’autre de ces valeurs, et font apparaître le titulaire de la présidence de la république, censé « veiller au respect de la constitution, assure(r) par son arbitrage le fonctionnement *régulier* des pouvoirs publics ainsi que la continuité de l’Etat (et) garant(ir) l’indépendance nationale, l’intégrité du territoire et le respect des traités » (art. 5 de la Constitution) comme le principal opérateur d’une inversion ahurissante et alarmante de ces valeurs. De quel pouvoir de démiurge se croit-il investi pour prétendre modeler les fondements de l’Etat comme une pâte à sa discrétion? Comme vous y appelez, Maître, en citant très exactement toutes les infractions aux lois que cette prorogation de convenance accumulerait, le refus par tout titulaire d’une fonction élective de se prêter à ce marchandage représente son premier devoir. Lorsque le premier magistrat propose aux autres représentants de la nation de participer à une forfaiture d’ampleur sans précédent, la pérennité de la loi et de l’Etat de droit dépend de l’abstention intransigeante de donner aucun concours à ce dévoiement.

    • Le monde d’après la pandémie , la nouvelle France d’avant la pandémie , la colonisation qui s’y invite , sous couvert de pré&jugé
      Manger un bons spaghetti bolognaise s’est p^lus tranquille

  19. Il y à un problème de textes dans la navigation
    De selon moi beaucoup d’articles sont en sous traitance sur se pseudo vu du droit
    Je ne sais combien de clics vau Régis de Castelnau
    comme régisseur de pistonnais comme fillon
    Petite bite comme d’ étrangère

  20. Je vois des articles qui navigue sur vu du droit dans tous les sens sous une seul signature , d’un et un seul ou linceul comme d interlocuteur le fameux régisseur
    S’est impossible , d’écrire de voir et en plus me foutre dehors
    Donc j’ai déranger le monsieur , évidemment j’ai du le repousser dans ses retranchements
    Sympathiquement je revins comme le connard , bientôt je lai lui sucer la bite
    Macron s’est plus gentils

    • « Je vois des articles qui navigue sur vu du droit dans tous les sens sous une seul signature , d’un et un seul ou linceul comme d interlocuteur le fameux régisseur
      S’est impossible »

      Vous voulez dire qu’il utilise un nègre ?
      Décidément, c’est d’actualité ! ^^

  21. Inspiration au salon de l’agriculture 68
    Le 8 juillet 202 mon pote est mort
    Il se la jouait jack seul terrirer , où
    jack russel freddy
    En marqué page une anthologies

    Si vous voyez fred dans l’univers s’est mon chien
    Il est assez semble à la bouffe ,
    SVP ne le piégé pas il me cherche , on s’est perdu de vue sur un signe

Laisser un commentaire