Le macronisme et sa haine de la Liberté d’expression

MARCHE pour les LIBERTES, Paris 28 nov 2020

Avec le système d’Emmanuel Macron, le pire est toujours sûr et dans tous les domaines. Avec l’intervention de celui qui nous tient lieu de président de la République le douze juillet dernier, nous savions comment serait gérée la lutte contre la pandémie dans les semaines qui venaient :  comme depuis le mois de janvier 2020, à coups de mensonges, de désinvolture, de mise en place de réglementations liberticides, de répression et de sabotage systématique des processus démocratiques normaux dans une république du même nom. Ce pouvoir conscient de son caractère minoritaire et par conséquent largement illégitime sait que la brutalité, la répression et les atteintes aux libertés publiques sont ses armes principales. Malheureusement s’il sait être brutal, il n’hésite pas à être discret, comme vient de le démontrer l’adoption définitive et discrète dans les bruits de l’orchestre du débat vaccinal, de la loi « confortant le respect des principes de la République ».

Charles Meyer est avocat et tient beaucoup à la liberté d’expression si malmenée dans cette période pénible. Il pointe une nouvelle attaque subreptice du macronisme contre nos droits fondamentaux. Comme d’habitude le diable est dans les détails techniques. Merci à lui.

Régis de Castelnau

PS : On recommandera une fois de plus l’indispensable ouvrage d’Anne-Sophie Chazaud :« Liberté d’inexpression. Des formes contemporaines de la censure. »

Le diable est toujours dans les détails

Il y a quelques jours, l’Assemblée nationale a définitivement adopté la « Loi confortant le respect des principes de la République ». Au-delà des quelques points d’amélioration qu’on peut saluer, dans le camp laïque, beaucoup de critiques ont été à juste titre formulées. De l’exploitation directe des biens immeubles par les associations cultuelles jusqu’aux lâchetés incurables de la macronie même quand elle se visse un drapeau laïque et républicain sur la tête, tout ou presque a été dit : le « en même temps » a depuis fait son œuvre. Il divise certes, mais il ne contente jamais personne. Ni les islamistes, ni même les laïques sincères, en l’espèce.

Mais nous allons parler ici d’une liberté, pas n’importe laquelle, mise à mal par un article de ce texte assez méconnu et qui a peu fait couler d’encre, à droite comme à gauche, au sein des sphère laïques comme au Conseil d’Etat, qui chacun dans leur couloir, n’ont strictement rien trouvé à y redire.

L’article 20, devenu l’article 46 de la loi définitivement adoptée hier, autorise, en substance, les parquets à poursuivre certains délits de presse en procédure accélérée de comparution immédiate. Ce texte modifie ainsi l’article 397-6 du Code de procédure pénale (lequel excluait expressément du champ de la comparution immédiate les délits de presse) et autorise l’application de ce régime aux infractions aux articles 24, 24 bis et 33. 3e et 4e alinéa de la Loi du 29 juillet 1881, sauf lorsque celles-ci auraient été commises sous le contrôle d’un directeur de publication. Cette évolution constitue un bouleversement majeur bien peu commenté.

En clair, il s’agit de permettre la comparution immédiate pour les délits d’apologie de crimes de guerre, de négationnisme (art. 24 bis L. 29 juillet. 1881), d’incitation à commettre des violences, mais aussi (et surtout) de provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence à l’égard d’une personne ou d’un groupe de personnes à raison de leur origine ou de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée, de leur sexe, de leur orientation sexuelle ou identité de genre ou de leur handicap (art. 24 L. 29 juillet 1881).

 A première vue, on pourrait applaudir, ce féliciter que ces valeurs sociales protégées par la Loi de 1881 bénéficient d’un régime procédural accéléré : ne peste-t- on pas régulièrement contre les lenteurs de la justice, plus particulièrement s’agissant des délais de jugement des juridictions spécialisées en matière de presse ? Ne s’est-on pas suffisamment offusqué du sentiment d’impunité, avec lequel certains multirécidivistes tristement célèbres se sont illustrés ? On peut comprendre que les provocations réitérées de personnages tels qu’Henri de Lesquen ou Soral et leur décontraction devant la 17ème puissent en exaspérer plus d’un. L’affaire Mila de son côté, a également rappelé à quel point la violence des mots et les menaces en meute ne peuvent laisser la société et ses représentants indifférents. Tout cela est vrai. Alors, pourquoi s’inquiéter de cet article 46 ? Quel mal y aurait-il à redouter que demain, des petits Alain Soral soient arrêtés à 6 heures du matin sur ordre du tout nouveau parquet « anti-haine », jugés dans la journée et même, pourquoi pas, incarcérés sur le champ ? (ce que permet par dérogation au droit commun le régime de la comparution immédiate y compris pour des peines inférieures à un an d’emprisonnement – art. 397-4 CPP). Il n’est pas question de remettre ici en cause les infractions de presse précitées : apologies, négationnisme, appels à la violence ou à la haine raciste ou toute forme de déterminisme réprimée peuvent être poursuivies. Pourtant, ce texte est dangereux.  

Dangereux, car il inhibe les garanties du débat qui sont le propre d’un procès de presse. Un débat contradictoire, mais surtout, un débat serein, où le temps est souvent nécessaire et dans lequel le Juge doit distinguer avec une particulière minutie, ce qui relève de la liberté d’expression de ce qui n’en relève pas.

On pourrait croire que cette ligne rouge est facile à distinguer si l’on se réfère aux seuls exemples qu’illustrent les susnommés. Évidemment, il ne faut pas cinq minutes pour intellectualiser puis qualifier en droit chacun des propos qui ont valu condamnation à des personnages dont l’antisémitisme ou le racisme puants sont devenus, au fil des années, des marques de fierté et même de reconnaissance pour leurs publics.

Il n’en n’est pourtant rien et cette ligne rouge est, dans bien des cas, difficile à tracer. C’est ici que les choses se compliquent et que la minutie avec laquelle on juge un propos est capitale. Car le droit et plus exactement la procédure, ne distingue pas entre une incitation outrancière à la haine et une incitation plus intellectualisée. Entre un propos certes alambiqué et qui peut choquer certains publics et une invitation à haïr sans ambiguïté. Chacun, de bonne foi ou non, animé par sa haine ou par ses convictions, est logé à la même enseigne lorsqu’il doit défendre son propos en justice.

Du reste, beaucoup des infractions faisant l’objet de l’aménagement procédural de l’article 46 de la Loi adoptée hier, sont aujourd’hui et plus que jamais, des infractions qui servent également de fondement aux poursuites dirigées contre des citoyens engagés, anonymes ou médiatisés, politiques ou intellectuels, lanceurs d’alerte, qui prennent leur part de risque dans le débat public lorsqu’ils décident d’aborder des thèmes sensibles tels que celui de l’islam politique,

du pacte républicain, des avancées sociétales ou des mœurs. C’est ici que l’exercice du droit de la presse prend souvent l’allure d’une chirurgie à cœur ouvert de la démocratie.

 L’exemple le plus parlant qui vient à l’esprit est le procès intenté en 2016 à l’historien et ancien responsable du mémorial de la Shoah, Georges Bensoussan. Par deux fois, en première instance et en appel, le Parquet soutenait – contre toute évidence juridique au regard des propos poursuivis et de leur contextualisation par son auteur, que Georges Bensoussan se serait rendu coupable d’incitation à la haine, délit prévu et réprimé par l’article 24 de la loi de 1881. Précision importante : ses propos avaient été tenus lors d’un direct, ce qui revient à indiquer qu’en l’absence de directeur de publication, l’article 46 aurait pu trouver dans ce cas application *(1).

 Pour s’imaginer un instant les conséquences que peuvent avoir l’application du régime de la comparution immédiate que dispose ce tout nouveau texte de loi sur la liberté d’expression et le débat public, il faut rappeler ce qu’implique ledit régime : il s’agit au départ de juger immédiatement des flagrants délits ou larcins pour lesquels une répression rapide était synonyme d’efficacité. Cette efficacité s’opère souvent au détriment de la défense. Car si les droits de la défense y sont techniquement présents, il est permis d’affirmer qu’ils ne s’exercent certainement pas dans d’aussi bonnes conditions que lors d’un procès pénal classique et a fortiori dans celles d’un procès de presse. Arrestation, garde à vue, défèrement au parquet, dépôt, rencontre souvent de moins d’une heure avec un avocat, jugements à la chaîne et mandat de dépôt sont souvent de mise.

Justice d’exception ? La preuve par l’exemple

 Nous sommes ici aux antipodes du déroulement normal d’un procès de presse qui permet de décortiquer souvent pendant des heures un propos et surtout de juger ce propos à l’aune d’une actualité, d’un contexte et en bref, dans le but de protéger le débat nécessaire dans une société démocratique.

Imaginer un intellectuel comme Georges Bensoussan privé de l’audience d’une journée au terme de laquelle il a pu s’exprimer et faire part au Tribunal de son inquiétude qui lui valait poursuites, faire citer ses témoins, prendre le temps, pendant des heures, de contre argumenter et de démonter la tartufferie de ses adversaires, cela tiendrait de l’impossible.

Évidemment, deux choses peuvent ici être objectées : d’une part, le prévenu a toujours le choix d’être jugé ultérieurement et pas en comparution immédiate. D’autre part, l’article 46 ne sera applicable qu’aux affaires en état d’être jugées. Cela est juste. Pour autant, deux autres choses doivent encore être dites pour y répondre : pour la première, on rappellera qu’en cas de refus du prévenu de comparaître immédiatement, l’usage d’un strict contrôle judiciaire et même très souvent du mandat de dépôt est possible et même courant, à tel point qu’il constitue en pratique un moyen de dissuasion qui amène nombre d’avocats à conseiller sauf exception d’être jugé en comparution immédiate *(2). Pour la seconde, il faudra déterminer ce qu’est une affaire en état d’être jugée : qui s’en chargera, si ce n’est en premier lieu le parquet ? Il faudra donc s’en remettre au parquet qui, bien souvent dans les affaires de presse, fait montre d’une approche étonnante, pour ne pas le dire, déconcertante.

Les affaires concernant des lanceurs d’alerte comme Georges Bensoussan, Mohamed Louizi ou tant d’autres l’ont hélas illustré. Que dira ensuite la formation de jugement du tribunal ? On s’écarte ici notablement des garanties entourant la liberté protégée par les articles 10 de la Déclaration de 1789 et de la Convention européenne de sauvegarde des droits fondamentaux.

 Il ne peut raisonnablement être soutenu que cet article 46 n’aura aucune conséquence sur la liberté d’expression et ne porte pas en germe un effet d’auto censure de l’intellectuel, du journaliste, du politique et surtout, du citoyen qui s’engage, qui risquent de s’engager beaucoup moins car ils n’auront peut-être pas envie de faire l’objet d’une telle procédure accélérée qui ne permet absolument pas en l’état d’offrir les garanties du procès de presse.

 Car, par ailleurs, si le texte ne s’applique pas aux propos tenus sous la responsabilité d’un directeur de publication, cette situation n’est plus l’apanage du journalisme et du débat public à l’heure des réseaux sociaux et des chaînes en direct d’information.

 Pire, en assumant de distinguer le régime qui serait applicable au journaliste et au citoyen, ce projet instaure dans le droit une tendance actuelle tout à fait à l’opposé de l’esprit dans lequel la Déclaration de 1789 s’est forgée. En modelant peu à peu une liberté d’expression à deux vitesses, on conteste ainsi au citoyen lambda le bénéfice des garanties procédurales qu’on laisse au journaliste.

Des conséquences délétères

Cette tendance, déjà existante et exacerbée depuis 4 ans, s’illustre dans ce texte et elle est dangereuse. Car si des protections dérogatoires permettent aux journalistes de leur garantir de pouvoir librement informer – on pense ici au secret des sources – , en aucun cas il n’a été envisagé de permettre à certains de s’exprimer dans un cadre juridique distinct de celui des autres. Chacun est libre de publier ses idées et de débattre publiquement.

Dernier point pratique mais non des moindres : l’article 46 ne s’accompagne pas d’une modification du Code de l’organisation judiciaire et rien n’est precisé s’agissant de la formation en charge de juger ces délits de presse : or l’on sait que la technicité de cette matière amène nombre de tribunaux, dont le Tribunal Judiciaire de PARIS, à affecter à des chambres spécialisées de telles affaires.

Qu’en sera –t-il de ces procès de presse d’un genre nouveau ? Nous ne le savons pas et il est à craindre que des débats jusqu’alors préservés des contraintes de certaines chambres correctionnelles doivent désormais se réduire à peau de chagrin au détriment de la Liberté d’expression.

 Le développement des réseaux sociaux génère son lot de malfaisances et de problèmes parfois colossaux à résoudre, particulièrement dans l’intérêt des démocraties. Y répondre n’est pas facile et prendra sans doute le temps du recul que nous n’avons toujours pas.

Mais y apporter de fausses solutions, qui plus est lorsqu’elles risquent de porter une atteinte inconsidérée à la protection de la liberté de la presse instituée depuis 1881, est parfaitement déraisonnable. Car la lutte contre les idéaux de haine est un combat politique qui nécessite de traiter des causes de ladite haine, pas de les aseptiser. Cette lutte requiert un cadre, pas une neutralisation préventive du débat. Ni la baisse du niveau de violence, ni la régulation des propos condamnables, ne doivent justifier d’y porter atteinte sous peine de mettre gravement en cause un des principes piliers de notre République.

Alors, pensons à ces députés et politiques ayant salué ou voté ce texte qui, demain, pourrait viser chacun d’entre eux si, à l’occasion d’un débat un peu complexe et agité sur des questions telles que celles qui ont valu à Georges Bensoussan de comparaître, leurs propos rencontraient par malchance l’interprétation politique, les inepties de parties civiles et l’erreur de droit, pour ne pas dire, un manque absolu de courage et de clairvoyance d’un Parquet.

La liberté d’expression dont principes sont posés par l’intangible déclaration des droits de l’homme et du citoyen, avec le texte fondamental la loi de 1881, font l’objet de destruction méthodique volontaire et calculée par ce pouvoir.

*(1) L’article 395 al. 2 du Code de procedure pénale permet l’application du régime de la comparution immédiate aux délits punis d’une peine d’emprisonnement d’au moins six mois, lorsque le cadre d’enquête est celui du flagrant délit, ce qui est parfaitement concevable s’agissant dun propos dont se saisirait un service d’investigation quelques heures après sa publication. La provocation à la haine est quant à elle réprimée d’un an d’emprisonnement maximum.

*(2)Toutefois et en l’état, cette hypothèse de détention provisoire serait réservée en droit de la presse aux infractions prévues et réprimées par les articles 23 et 24 al. 2 à 4 de la Loi de 1881, par application des dispositions de l’article 52 du même texte. Encore que l’article 46 de la Loi nouvellement adoptée n’évoque rien de ce point ni des contradictions qu’il institue entre, d’une part, l’article 52 de la Loi de 1881 qui limite le recours à la détention provisoire et, d’autre part, le régime de la comparution immédiate rendu désormais applicable ( l’article 46 de la loi nouvelle renvoyant aux articles 393 à 397-5 du Code de procedure pénale). Dont l’article 397-3 al.2 du Code de procédure pénale, qui permet en cas de délit flagrant puni d’au moins six mois d’emprisonnement, le placement en détention provisoire.

Charles Meyer

44 Comments

  1. billet de pure technique de juristes, qui n’intéresse qu’eux !!!!!!!!!

    en outre, « l’antisémitisme ou le racisme puants sont devenus, au fil des années, des marques de fierté et même de reconnaissance pour leurs publics. »

    on dirait que Régis, lui, a déjà jugé…un peu comme chon-chon qui a vu dans une vidéo (de mauvais goût) une incitation au meurtre du « Peuple de Gauche ».

    « Vérité en deçà des Pyrénées, erreur au delà » – ‘faut sortir de sa zone de confort intellectuel, Régis !

    Régis fait comme si les motivations exprimées, cachaient totalement les mauvaises intentions sous-jacentes (çàd terroriser « le premier qui dit la vérité… », chanson de Guy Béart), par ex sur les sionistes en Palestine.

    Geof’Rey, neo-communiste gaulois belge

  2. Vu les premiers commentaires, il y a toujours des gens parmi les commentateurs qui sont d’accord avec le pire de la macaronis.

  3. Marre de ces gens qui prônent la liberté d’expression et en même temps condamnent ceux qui pensent autrement. La liberté ne se partage pas et concerne évidemment ceux qui ne pensent
    pas comme moi….

  4. Il me semble qu’en ce moment en ce qui concerne les libertés fondamentales et leur respect, il y a un peu plus important que l’article 46.

  5. Bizarre..vous avez dit bizarre …..je vous assure cousin , vous avez dit bizarre , birarre …moi ? j’ai dit bizarre ? …comme c’est bizarre !!!! ça sent foutrement 2022…..remenber Fillion!!!!!

  6. Dans le cas où le prévenu refuse la comparution immédiate, n’y a-t-il pas un juge de la détention qui doit vérifier s’il est bien justifié de le mettre en détention ?

  7. A propos du respect des sources: à lire certains organes de Presse, on a l’impression qu’il ne sert qu’à couvrir les violations du secret de l’instruction.

  8. Tout le spectacle en France , est le Vérin français , la spécificité Française
    Faut laisser pisser le mouton
    S’est juste une question de 3 mois
    Une course contre la montre pour les irréductibles pro et pour

    Du gel , un vrai masque et ne pas s’exposer sur le parcours pass sanitaire.des invités
    Et comme dit Macron , pour les non vacciner pas s’inviter dans ces espaces
    D’où le pass sanitaire

    On causera des libertés plus tard !!!

    Liberté collective contre liberté individuelle , style macaroni pour rejoindre Anne
    Voir pour kofler dans la continuité de Pan

    Info sournoise
    Les pâtes Panzani changent de mains
    Le groupe espagnol Ebro Foods va revendre le fabricant de pâtes Panzani au fonds CVC Capital Partners pour un montant de 550 millions d’euros.
    « Des pâtes, oui, mais des Panzani »

    Les Variants sont les vaccinés qui viennent de soudoyer dans l’azimut leur système immunitaire contre la piquouze à perpète pour être monsieur propre.
    Il y à trop de monde sur la planète.

    Macron est en pourparler pour sa réélection il à de solide appuis ( cartes )
    Destinée de la France

    Parler des libertés est un effet d’annonce

    Le pass sanitaire était un effet d’annonce également
    Assemblée, senat et reste le constitutionnel seront sur une lame de rasoir

    Pas de révolution en France
    La 3eme guerre est un sujet intéressant imaginons que le transhumanisme du tout codé s’invite comme plan marshall au vu de la ruine
    Style nos industries pharmaceutiques

    Là il y un new resset ,
    S’est un sheme reproductible
    Nous sommes dans un sujet d’étude, rien n’est actualisé
    S’est juste du pipo
    Parler de révolution est un faux langage s’est comme parler de démocratie
    La LOI n’a aucune réalité existentiel , on peut la faire et la défaire sur un claquement de doigt
    Suffit juste de surfer sur la bonne vague

    Perso je ne me ferai jamais vacciné , s’est un suicide volontaire
    D’où d’ailleurs certains posent la question de la responsabilité style karmique

    Si meyer bouge son cul dans un autre sens
    Qu’il va s’acheter un panier dans les circuits cours
    La démocratie je me l’envoi dans mes chiottes comme beau d’un caca fleur de paon

    Une zap
    https://www.youtube.com/watch?v=B_VJe5iHrJw

    Le droit s’est de la bulshit

  9. De toute façon le droit s’est toujours invité dans le même scénario de la cruauté pour faire assoir son pouvoir
    Voir le cirque de Rome qui se la joue sur un pouce de doigt d’une représentation non légitime
    Style like ou no like face to face

    Je n’ai plus aucune gratitude pour nos défendeur du droit

    Suis je explicite !!!
    Une zap à banane gaucho sur une autre planète
    https://www.youtube.com/watch?v=O8b16TRFIZI

  10. Perso j’aime bien la causette de texte
    ça tue le temps et puis je m’occupe , tant qu’à faire.

    Tourner autour du pot comme un bœuf dans le même sens me rend assez cinglé

    Le roi lion est un déchet commercial
    Je l’avais vu avec les aristocrates

    J’ouvre un imaginaire
    Imaginons que les feux d’artifices , tubes a canon de policier dans leur voiture
    Imaginons que les kalachnikovs à Marseille se trompe de scénario
    La bascule est très simple
    Il y à un problème de lecture ou une entente
    Les dealers défende leur territoire et l’état le siens
    Donc cela pose question des connivences de bonne entente
    Qui est un délit d’initié, vu que je l’ai vu !!!

    Le droit s’est de la merde

    • Pas la peine de m’inviter sous couvert de déclarations
      Je boycotte les terrasses des restos
      ça s’est révolutionnaire

    • Le droit est un cerveau arriéré en arrière , un juif
      Une sorte d’hôpital avec des médecins malades
      Voir sur les plateaux télés
      Toute la game de tarés , des croyant du vaccins

      Si s’est ça la medecine
      Ils ont rappé leur œil
      Hippocrate devait être judas pour que l’affaire soit claire

      Et puis je ne suis pas medecin
      Égalité et réconciliation va ressortir un nouveau livre dont j’ai juste lu le titre qui m’a suffit de voir

      Le règne de la quantité et les signes des temps
      J’ai déjà parlé plusieurs fois de ce titre
      S’est du soufisme métaphasique , s’est pas donné de comprendre ishan vu que s’est une station de lecture, certes métaphorique

      Une zap
      https://www.youtube.com/watch?v=IYLTc3tGdzc

  11. Avant de se la jouer sur le texte sur le droit
    faut lire d’autres livres
    Perso j’invite à lire des chatons des sagesses de ibn arabi

    Là on peut avoir une lecture d’ensemble de lecture du monde
    Et se situer comme prophète
    A la bonne adresse

    Rumi à été plus vite qui renvoie au saltimbanque , vers l’Andalousie
    De l’aimé
    Voyez vous la chanson joyeux anniversaire s’est on va s’aimer dans le monde à l’envers
    https://www.youtube.com/watch?v=r_ZcJmbygB8

    Deux sens sur une lame de rasoir

  12. Macron lit la loi lucide ou non dans le monde à l’envers
    Il fait des comprte et relay sur des statistiques
    Et puis traduis sa lecture
    S’est un bon président , certains l’on vu , les financiers

    Pas le peuple certes difficile à soutenir

    Le droit est une apartheid

  13. Lorsque Macron dit n’y allez pas, et bien ni allez pas
    Suivez son langage
    S’il casse le droit
    Accompagné le
    S’est un grand président , son pifomètre est authentique
    faut le pister en bonne lecture

    Rien n’indique qu’il se voit , mais vu la violence de ses textes , devrait réveiller la France qui s’est prise un peu de graisse

  14. la vie en France s’est pas les discothèques
    Vaccinons les jeunes 12-18 et offrons leur l’euthanasie de vivre leur film
    à se la jouer liberté d’être con

    • Vous avez raison, la France, c’est la gare Montparnasse, faut juste montrer le pass avant de circuler de ne plus rien voir.

      Montparnasse -> Mont Parnasse.

      Une zap de wiki : « Parnasse est probablement d’origine préhellénique. Ainsi, des archives hittites ont révélé l’existence d’un toponyme anatolien comparable : Parnašša qui semble dérivé du hittite et du louvite parna signifiant « maison » ou « demeure ». Il semblerait que, primitivement, le sommet du Parnasse, comme celui de l’Olympe, fut considéré comme le haut lieu de culte de la hiérogamie du Ciel (Zeus, associé à Ouranos, divinité première du ciel) et de la Terre (Gaïa), car on sait que le sanctuaire de Delphes fut d’abord consacré à Gaïa avant d’échoir à Apollon.[..] Dans les Métamorphoses d’Ovide, c’est au sommet de cette montagne, le « seul endroit de la terre que les eaux n’eussent pas couvert », lors du déluge provoqué par les Dieux, que l’embarcation de Deucalion accoste.  »

      Ouranos, l’esprit du Démiurge…
      Le sommet de Parnasse pourrait être la symbolique de la maison mère Gaïa->Ouranos que le fils d’Isis a reçu en héritage.
      Isis, décidément omniprésente, même dans les secrets d’Eleusis.
      Deucalion, le fils de Prométhée…Soit le Noé Grec, soit Uta-Napishtim de Sumer.

      Le texte ne vaut déjà plus rien, il faut se garer et écouter…J’entends déjà Pégase au loin, il amène certainement la foudre à son Dieu.

      • « Le texte ne vaut déjà plus rien, il faut se garer et écouter…J’entends déjà Pégase au loin, il amène certainement la foudre à son Dieu. »
        Le mont parnasse est à ciel ouvert le temple du mithraïsme est sous terre
        Style les égouts ou métro de Paris
        Ou l’information circule, d’où la fibre optique

        J’avais compris se principe que lorsque l’on construit une église , faut toujours une veine d’eau qui passe sous le sacré coeur qui fait circuler la prière sous le clocher
        et puis vous construise votre village dans la continuité de la veine .
        Par contre les anciens du monde à l’envers mérovingien ? voir les chapelles sur la crête d’une montagne , sous le sacré coeur , faisait un lit de cailloux comme rivière
        et puis il fallait monter la montagne comme pénitent , d’avec les marches comme cailloux
        Ceci dit la veine de cailloux ramenais à l’eau de la rivière (style petit poucet)

        Par la suite on à construit les aqueduc ou des ponts
        Voir notre national 7
        Certain se sont éveiller dans une grotte et d’autres au pied d’un arbre
        S’est pas les obélisques et portes qui manque comme 5 g
        Faut lire les ondes de forme
        Lorsque l’on pete ça part dans le cheminement de la fibre optique
        D’où tout les chemins mènent à Rome qui s’est perdu comme lecture

        Les stations de recyclable ou les déchetteries quoique une bonne action , nous renvoie en vase clos , et nous nous isolons de la nature, vu que nous sommes trop de monde !!!

        • Haussmann et Mitterrand on compris le principe d’où les grandes travaux sur Paris , comme de Londres, et d’autres capital FM dans le monde se somette à la France , la constitution garantissait cette lecture , par la suite suffit de faire des autoroutes , vue les parigos

          Le nerf névralgique à Paris est Rungis , bloquer Rungis peut renverser Paris
          D’où le flirt du politique dans ce nerf de Rungis qui se joue manger une pomme

          Problème les parisiens viennent en Bretagne vu le télé travail
          Donc ils l’ont vu venir et paris se cache sur le territoire

          Voir la fuites de Varennes en vain qui est autre catalogue
          je n’écris pas bien dire que s’est l’éfiggie du profil du roi sur une pièce de monnaie qui l’a trahis au sens préfiguré
          S’est un sujet d’étude
          Dans l’ équation sa tête est tombé et son coeur battait encore et le peuple se la branlait de s’être caché style confesse et rédemption comme dime

          • « Haussmann et Mitterrand on compris le principe d’où les grandes travaux sur Paris , comme de Londres, et d’autres capital FM dans le monde se somette à la France »

            C’est bizarre parce que Mitterrand FM, ne fait pas consensus.
            Les gouvernements Mauroy 2 et 3 comportaient bien 8 à 12 ministres FM chez les socialistes mais d’après ce lien, Mitterrand n’en faisait pas parti : https://www.lhistoire.fr/le-nouveau-visage-de-la-franc-ma%C3%A7onnerie

            Alors Mitterrand juste intéressé voire influencé par la théosophie (orientaliste ?) ou pas ?

        • La flotte est souvent reliée au passage de l’âme.
          Platon la reliait à l’immortalité : https://journals.openedition.org/rhr/8405

          Charon-Anubis, l’emblématique Dieu psychopompe sur le Styx.
          Il y en a plein dans les mythologies, Pégase en était un, d’ailleurs, une zap : « De nombreuses représentations de Pégase sans cavalier sont retrouvées sur des monuments et objets funéraires de l’Antiquité, laissant à penser qu’il s’agit d’un animal psychopompe dont la charge est de ramener les âmes descendues sur terre vers le soleil. Son rôle est éminemment positif, Pégase héroïsant et immortalisant la personne près de laquelle il est représenté. D’autres légendes, en plus de celle de l’empereur Auguste, parlent de personnages illustres enlevés par Pégase après leur mort. La symbolique du cheval est, de manière générale, celle d’un psychopompes, la présence de Pégase symbolisant probablement la promesse d’une immortalité bienheureuse. La figure psychopompe du cheval dans la mythologie grecque semble découler de son lien avec l’eau, qui symbolise la frontière entre le monde des vivants et l’au-delà. Le cheval, notamment Pégase, est chargé de porter l’âme du défunt par delà cette frontière, tout comme il permet au chaman de réaliser son voyage extatique ».

          Ou l’on comprend que Pégase bosse d’avec la Renommée, ce qui nous renvoie, peut être, aux hommages du Panthéon.

          Très intéressant en tous les cas.

  15. Il y a trop poubelle sur la planète , trop d’étrangers de mon nom est personne qui s’invite.
    Je rejoint rokfeller, soros et compagnie
    Demain l’être humain se fera catalogué comme patrimoine historique de l’humanité

    9a porte à croire !!!
    Encore un cinglé Christophe
    Il ne sortais que la nuit , il s’est fait covidé le jour mortibus
    Donc il l’a eu dans son cul
    https://www.youtube.com/watch?v=xJq3g5jG8Vo&list=RDxJq3g5jG8Vo&start_radio=1&rv=xJq3g5jG8Vo&t=0

    j’ai vu le grenier de pisse sur la tête

  16. Le macronisme et sa haine de la Liberté d’expression

    L’affaire est bouclé , alors !!! , tout le monde a vite fait sont pet de canard avant que j’arrive
    S’est vrai que j’ai un collector d’avatars , au moins mon
    affaire est claire

  17. mittérand faut laissé le temps au temps ….
    Justement voir le livre de Guénon qui va ressortir
    Le règne de la quantité et les signes des temps

    et une zap
    La politique broyée par l’accélération du temps

    https://philitt.fr/2016/12/02/la-politique-broyee-par-lacceleration-du-temps/

    (Les quatorze ans au pouvoir de François Mitterrand, pourtant pas si lointains, paraissent aujourd’hui inconcevables. Cela illustre l’accélération qui s’est produite en si peu de temps. Mais blâmer la seule médiocrité des personnalités politiques du moment serait une erreur, car ce phénomène est le symptôme d’un mouvement plus large : celui d’une intensification surhumaine qui ne peut conduire que vers la dissolution. Dans Le règne de la quantité, René Guénon diagnostique deux « tendances » de l’époque actuelle. Le premier mouvement est celui d’une « solidification » sous l’effet du matérialisme et le second, corrélatif, celui de sa « dissolution ».

    Les événements et la « vitesse croissante avec laquelle ils se déroulent » ont dissipé l’illusion de sécurité qui régnait au temps où le matérialisme avait atteint son apogée. Alors, souligne René Guénon, cette course désormais folle du temps entraîne l’impression dominante d’une « instabilité qui s’étend à tous les domaines », et montre que le point culminant de la solidité a passé. Il peut alors affirmer que c’est « proprement vers la dissolution que ce monde s’achemine désormais ». L’élection de 2017 paraît bien maigre pour répondre à cet enjeu.

  18. vu que sont frêle
    « Vous avez raison, la France, c’est la gare Montparnasse, faut juste montrer le pass avant de circuler de ne plus rien voir.

    Montparnasse -> Mont Parnasse. »

    La France s’est un LIEU de passage
    Un carrefour , pourquoi pas tellurique
    S’est une fenêtre de lecture
    on peut creuser …
    Voir la culture qui s’auto immune sur le dos de la viande place des tantes de camping ou du contribuable avec un pass de propreté comme préservatif ( qui nous relance dans le sidaction)
    Bacchelot se la joue comme baltringue , elle se la jouera au panthéon à la place de coluche chie

    une zap
    Paris Hilton : à 40 ans, elle serait enceinte de son premier enfant
    Encore un merde
    Se qui est curieux s’est que en faite elle à toujours eu entre 29 et 40 selon les médias
    et la elle s’offre une nouvelle beauté à 40 ans , factuel
    Elle avait un coup d’avance sur le média
    Vu que les jeunes ne l’on pas vu venir pass vaccinos

  19. Il est né le divine enfant
    En se moment on est dans la matrice question info

    Il est temps d’avorter que d’être accompagné

  20. appelons ça une contre lecture
    J’aimerais bien voir l’apocalypse question texte
    Il va y avoir un retour d’histoire incroyable

    Certain l’on vécu sous la noyade , se film en accéléré

  21. Tout le mérite est pour nos associés, ou congénères
    vu que je suis soumis
    Dans une instance de divorce
    La bourse monte et le sperme se meurt

    Jean tu pêche se wk ?

  22. Trop de merdes dans les nuages
    faut laisser l’info tourner en bourrique dans l’océan sans rivage

    Reste dans ta maison

  23. La France s’est le chakra du coeur , voir notre dame sur la dorsal ,
    D’où d’ailleurs les dorsales volcanique des plaques teutoniques du début de nos espaces de vie comme continent …
    macron reconnait la condescendance nucléaire sous couvert de victime aux marquise , le peuple
    BULSHITE
    Voir que chirac s’est bien branlé pour se la jouer nucléaire , dans la même zone des plaques teutoniques
    Chirac s’est invite dans le patrimoine génétique de la terre , avec ses bombes nucléaires sans aucun sens dans l’azimut
    La carte du ciel on là en pleine vue

    faut revenir revoir le texte
    La génétique de l’univers = les apprentis sorciers

  24. La cruauté de cet être est inouïe autant que sa soumission aux puissances d’argent qui l’ont hissé au faîte de notre pays contre la volonté du peuple qui s’exprime aujourd’hui par l’abstention massive contre ces élites croupions sans conscience de nos racines. Les votes en déshérence font le bonheur de ces hurluberlus qui déploient, tous, force arrogance et présomption acquises grâce à notre faiblesse patriotique désormais entamée. Nous baignons dans les virus et autres pathologies et nous avons besoin de vivre normalement et structurer notre immunité. Cette “pandémie” n’est là que pour soumettre la population, car il n’y a qu’en FRANCE (qui se dit pays démocratique) que l’on tétanise les humains pour mieux les asservir..

Laisser un commentaire